rubinstein

Norme ISO 22716 – Bonnes Pratiques de Fabrication des produits cosmétiques !

Contexte :
Le respect des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) est un des piliers du règlement européen sur les cosmétiques. Ce règlement impose des mesures très strictes pour garantir la sécurité des produits cosmétiques aux consommateurs de l’ensemble du marché commun. Fabricants d’ingrédients, producteur de produits finis, distributeurs, importateurs/exportateurs, tous les acteurs de la branche cosmétique sont concernés par ces obligations et la définition d’une responsabilité accrue de chacun.
Tous les produits circulant sur le marché européen devront être élaborés en respectant les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), décrites par la norme ISO 22716.

rubinstein

Les avantages des BPF sur les cosmétiques :
* Faciliter l’organisation et la réalisation des activités d’un établissement cosmétique, de façon à maîtriser les facteurs pouvant avoir une incidence sur la qualité des produits cosmétiques.
* Prendre en compte les besoins spécifiques du secteur cosmétique.
* Diminuer les risques de confusions, d’oublis, de détériorations, de contaminations, d’erreurs.
* Impliquer le personnel par une meilleure connaissance des activités.
* Garantir au consommateur un produit cosmétique d’une qualité définie.
* Disposer d’un référentiel international reconnu lors de lors de l’exportation et de l’importation.

Comment :
Divers organismes ou consultants indépendants proposent des certifications pour la fabrication des produits cosmétiques sur la base des bonnes pratiques figurant dans la Norme ISO 22716.
Cette certification s’adresse à tous les acteurs de l’industrie cosmétique, qu’ils interviennent au stade de la fabrication, de la production, du contrôle, du stockage, du conditionnement ou de l’expédition des produits cosmétiques. Avec la Norme ISO 22716, ils disposent d’un référentiel commun à toute la profession et reconnu internationalement.

Pour allez plus loin je met en lien un fichier PDF de 28 pages, texte complet de la norme ISO 22716 et des bonnes Pratiques de Fabrication (BPF). Le texte date de 2007, il y a eu quelques petites mises à jours depuis, mais pour ceux ou celles que cela intéresse l’essentiel est là.

(Credit photo: Photo prise dans l’usine de Helena Rubinstein’s à long Island, NY, US en 1953.)

12 réponses
  1. Franck
    Franck dit :

    Bonjour Christine, je vous fait la même réponse que à Catherine : J’ai du retirer le lien car la société qui gère sa diffusion m’a intimé de le supprimer sous peine de poursuite. Je n’ai donc plus ce PDF en ma possession…

    Répondre
  2. Christine
    Christine dit :

    Bonjour, j’aurais aimé recevoir par mail le fichier PDF de la norme car je dois préparer un cours pour des BTS. Si cela vous est possible. Merci d’avance, cordialement
    CC

    Répondre
  3. mumu
    mumu dit :

    Il y a t il un moyen de recuperer pour un particulier la norme 22716 pour voir les contraintes et les obligations avant de se lancer dans les savons en tantque petite entreprise ?
    Merci

    Répondre
  4. ROTH
    ROTH dit :

    Bonjour à vous
    Trés interessante, votre communication.
    On peut se rappeler que la saponification d’un ester c’est :
    Triglycéride + Base (soude ou potasse) => Carboxylate (savon) + Alcool (glycerine)
    Vous communiquez sur les triglycéride , huiles végetales naturelles en remplacement du suif animal. Mais vous ne dites pas quelle est l’origine de la base, utilisez vous de la cendre comme les découvreurs de la saponification au moyen age ? Ou de la soude (naturelle ?)
    Votre processus à froid veut dire que vous préservez les huiles de l’oxydation éventuelle dûe a l’augmentation de chaleur. Mais a quel température opérez vous , 5°C, 10°C …ou à température ambiante sachant qu’en Inde (comme ailleurs) les températures peuvent atteindre 45°C au soleil.
    Le pH obtenu pour vos savons devrait être entre pH 9 et pH 10. Trés loin du pH de la peau, (pH 5,5-6,5). Pouvez vous me confirmer le pH de vos savons ?
    Vous avez manquez le slogan ‘Les savons qui ont empêché la fin du monde’ !
    Cordialement
    Jean-Claude ROTH

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bonjour Jean-Claude et merci pour votre commentaire.
      Pour répondre à votre question sur l’alcali utilisé en saponification à froid comme pour tout les savons durs du marché, c’est la soude.

      Oui, la température des huiles est assez élevée lors du mélange avec l’alcali (reaction exothermique ) mais jamais aussi élevée que dans le procédé dit à chaud (environ 200° pendant des heures).

      Nos savons ont effectivement un PH se situant entre 9 et 10, le PH de la peau se reconstitue trés vite ensuite et nos savons étant surgraissés à 5%, tout cela se passe en douceur.

      Quant à la fin du monde, nos savons encouragent des pratiques pour le début d’un autre monde ;-)

      Bien à vous.
      Franck

  5. catherine
    catherine dit :

    Bonjour,

    super votre site. Je ne connaissais pas, maintenant je vais vous suivre! Faites-vous du savon avec de l’huile de baie de laurier et de l’huile d’olive? Comme le savon dit d’Alep?
    Dans votre article vous parlez de la norme européenne ISO 22716 etd’un lien pour un PDF de celle-ci , vous avez « titillé » ma curiosité mais je ne vois pas votre lien.
    Pouvez-vous me faire suivre ce document? j’aimerai le lire, cela est super intéressant.
    D’avance merci.

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      @ Catherine : Effectivement, j’ai du retirer le lien car la société qui gère sa diffusion m’a intimé de le supprimer sous peine de poursuite…
      J’espère que vous trouverez d’autres infos sur notre blog :-)

  6. Cam
    Cam dit :

    Si je puis me permettre, parler de certification est un abus de langage, la norme NF EN ISO 22716 n’étant pas certifiable… Le Règlement 1223/2009 demande une déclaration de conformité aux BPF, pas un cetificat.
    Et beaucoup d’organismes profitent des difficultés d’export des PME pour leur délivrer des certifications sans valeur (légale bien entendu, car c’est loin d’être gratuit!).

    Répondre
  7. Franck
    Franck dit :

    Et oui Filo, Laurent doit aller à Goa pour vérifier tout ça… Dur la vie de consultant cosmétique ! Je compte sur lui pour nous faire en annexe un petit reportage photo sur la ville et ses environs.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.