Quel savon puis-je utiliser pour mon visage ?

savon doux pour le visgae
UN SEUL !
Un savon à froid !
Vous pouvez penser que c’est du parti pris de ma part, qu’en la matière je ne suis absolument pas objectif et que je prêche pour ma propre paroisse…

FAUX ! (mais un peu vrai aussi quand même…)
Seul un savon à froid convient parfaitement pour la toilette du visage !
Et la raison en est simple :

DU SURGRAS ET DE LA GLYCERINE !
Un savon surgras à froid est un savon qui est plus « gras » car on il contient un fort pourcentage d’huiles végétales, 7,5% pour notre savon très-doux Gaiia et de la glycérine végétale hydratante et émolliente. Ce sont ces « agents surgraissant » qui permettent à la peau de restaurer sa protection naturelle (appelé film hydrolipidique) en douceur.

Nos savons surgras conviennent parfaitement aux peaux sèches, sensibles et délicates pour la toilette du visage, du corps, des mains et même des parties intimes. Il peut être utilisé par toute la famille partout et tout le temps !

Pourquoi ai-je la peau qui tiraille qui dessèche après l’utilisation d’un savon sur mon visage ?

Parce que le savon que vous utilisez est trop détergent, sans glycérine ni surgras ce qui est le cas de 99% des savons industriels vendu en France.

La meilleure façon de me croire reste sans conteste d’essayer un savon à froid, mais attention, c’est aussi efficace qu’addictif :-)


avoir une belle peau

Notre peau est soumise quotidiennement aux agressions extérieures et aux agressions intérieures toutes aussi importantes, mais notre peau est aussi sensible à notre état de fatigue, notre stress ou à des variations hormonales. Autant de facteurs à prendre en compte pour avoir une belle peau. Nos savons surgras ne répondent qu’à une seule partie de la problématique.

N° 1 : Traitez votre peau comme une partie de l’ensemble de votre organisme et non comme un élément à part.

De nombreux produits nous promettent d’avoir le teint idéal, une belle peau, d’éliminer nos petits boutons ou de faire disparaitre nos rides. Non ! il ne se passera rien, ou en tout cas pas sur le long terme si vous ne soutenez pas votre peau de l’intérieur. Vous pouvez payer très cher pour des produits miracles, mais si vous mangez mal, si vous n’avez pas suffisamment de sommeil et que vous laissez votre niveau de stress prendre le dessus, peu importe le type d’extrait d’algue ou de bave d’escargot, de molécule de raisin ou tout autre type d’ingrédient que vous mettrez sur votre visage, vous le savez bien, sur le long terme ça ne fonctionne pas et la quête du produit miracle recommence de plus belle. Le solution nous la connaissons tous pourtant : avoir une bonne hygiène alimentaire et boire de l’eau est la base, le socle pour prendre soin de l’ensemble de notre corps et votre peau vous dira merci.

N° 2 : Lavez votre visage au savon surgras tous les soirs – sans exception.

Cela semble évident pour beaucoup et pourtant… Vous n’êtes pas obligé de faire un grand nettoyage tous les soirs mais vous devez vous débarrasser de votre maquillage même léger, de la poussière et de la pollution que votre peau a accumulé tout au long de la journée. Commencez en appliquant un gant de toilette chaud sur votre visage pendant 30 secondes pour ouvrir vos pores, puis lavez doucement avec un savon surgras à froid neutre qui enlèvera  efficacement votre maquillage et les impuretés. Si vous préférez utiliser quelque chose d’encore plus doux autour des yeux, utilisez une goutte d’huile de Jojoba ou d’huile de Sésame, massez vos paupières et vos cils, puis essuyez avec un chiffon humide et tiède. Voir notre petite fiche de démonstration

N° 3 : Passez au moins un jour par semaine sans maquillage.

Votre peau a besoin et mérite une pause maquillage alors laissez la respirer une journée complète ! Une journée (voir plus) sans maquillage, c’est comme un micro-nettoyage de la peau. Laissez votre beauté rayonner librement, personne ne vous jugera. votre journée sans maquillage est aussi un outil symbolique, une façon d’exprimer votre volonté de changer de pratique et de vous libérer de certains diktats de la beauté. S’il est difficile pour certaines de se passer d’eyeliner ou de rouge à lèvres, évitez absolument les fonds de teint trop occlusifs qui empêchent votre peau de respirer.

N° 4 : Nettoyez votre téléphone et votre clavier plusieurs fois par semaine.

Nos téléphones et nos claviers sont des nids à bactéries et nous les nettoyons trop rarement. Je dois me laver les mains au savon plus de 10 fois par jours, mais je ne pense jamais à nettoyer mon téléphone que je colle pourtant régulièrement sur mon visage, sans parler de toutes les pratiques comme celle d’aller aux toilettes avec son téléphone pour lire la presse ou son fil Facebook. Donc nous nous tartinons quotidiennement le visage de bactéries qui obstruent les pores de la peau et conduisent souvent à des inflammations.

N° 5 : Rangez dans un placard votre miroir grossissant.

Dites-moi que vous n’avez jamais attrapé des angoisses sur l’apparence de votre peau au travers d’un miroir grossissant. J’ai essayé moi même quelques fois, j’ai cru que j’avais chopé la peau de Gollum dans le seigneur des anneaux ! Il est temps d’arrêter ça, les gens ne nous regardent pas avec une loupe, heureusement ! Ils se tiennent à une distance respectable sans jamais remarquer le micro kyste, là, juste sur la ligne de démarcation du sourcil. Du coup, sans ce foutu miroir grossissant, on peut améliorer l’estime de soi et agir en profondeur :-)

N° 6 : Renseignez-vous.

Il y a beaucoup de discussions et d’articles sur ce que vous devriez ou ne devriez pas utiliser sur votre peau. Prendre une décision pour choisir ce que vous devriez utiliser sur votre peau pour changer vos habitudes peut s’avérer très compliqué. Heureusement il existe des associations de consommateurs militants comme la Slow Cosmétique qui peuvent vous aider à décrypter les listes d’ingrédients de vos cosmétiques, vous donner des conseils et des recettes à faire soi même. Notre peau absorbe un gros pourcentage de ce que nous lui appliquons, nous devons la traiter avec respect et délicatesse, se dire que ce que je ne voudrais pas manger, pourquoi le mettre sur ma peau par exemple. Evitez bien entendu les parabens, les phtalates , Les SLS, les parfums synthétiques et tout ce qui est d’origine pétrochimique et synthétique.

N° 7 : Soutenir les marques qui se soucient de votre santé et de celle de la planète.

Les grandes marques de soin pour la peau ne parviennent pas à changer leurs habitudes de formulation, ils collent rustine sur rustine sur des formules où les bases sont les mêmes depuis plus de 30 ou 40 ans. Ce n’est pas l’utilisation d’un nouvel ingrédient miracle avec un pseudo nom scientifique qui changera les choses. Soyons clair, ils vendent tous du pétrole et du silicone dans de belles boites au prix de l’or. Le trésor, le vrai est pourtant sous nos yeux et c’est la nature qui nous l’offre. Des huiles végétales, des beurres, des huiles essentielles, des extraits de plantes etc… Nous avons tout sous la main et nous devons aider les marques qui créent leurs savons à froid et leurs cosmétiques sur les bases de cette nouvelle cosmétique. Les preuves existent aujourd’hui que beaucoup d’ingrédients synthétiques nuisent à notre santé comme à celle de notre ressource commune, Gaia, notre terre mère.

Fermez les yeux et souvenez-vous de là où votre beauté vit vraiment.


Texte largement inspiré d’un article du Docteur Sarah Villafranco.


differences entre les savons a froidIl y a quelques années, la question la plus récurrente qui nous était posée était celle-ci :

Quelles sont les différences entre un gel douche et vos savons ?

Nous avons répondu à l’époque par une série d’articles sur le blog Gaiia :

En 2015 : VOUS LAVERIEZ-VOUS LE VISAGE, LE CORPS…AVEC DU LIQUIDE VAISSELLE ?
En 2013 : A FORCE TA TÊTE C’EST LA SILICONE VALLÉE !
En 2013 : LE JEAN-PIERRE « OFF » DE LA COSMÉTIQUE ;-)
En 2012 : POURQUOI UTILISER UN SAVON À FROID PLUTÔT QU’UN GEL DOUCHE !
En 2012 : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LES PRODUITS LAVANTS
En 2010 : SANS CECI, AVEC 0% DE CELA…
En 2010 : POURQUOI PRÉFÉRER UN SAVON NATUREL À UN VULGAIRE GEL DOUCHE !


Puis plus tard :

Quelles sont les différences entre un savon type : Rogé Cavailles, Mont St Michel, Diadermine, Dove… Bref un savon industriel et vos savons ?

La aussi, nous avons répondu par une série d’articles sur notre blog :

En 2016 : SAVON SANS SAVON VS SAVON À FROID
En 2015 : LA TOILETTE DE BÉBÉ AU SAVON À FROID !
En 2015 : QUELQUES CONSEILS POUR RECONNAÎTRE UN SAVON À FROID (SAF)…
En 2015 : 7 RAISONS POUR ADOPTER UN SAVON À FROID
En 2015 : LES SAVONS À FROID PLUS «ECO-FRIENDLY» QUE LES GELS DOUCHES EN 7 POINTS !
En 2014 : LES SAVONS SURGRAS À FROID GAIIA SONT-ILS PLUS CHERS ? ETUDE COMPA…
En 2014 : SAVONS SURGRAS : ORIGINE ET USAGES !
En 2013 : LA NOUVELLE COSMÉTIQUE » EXPLIQUÉE !
En 2012 : PUB COMPARATIVE DE SAVONS SURGRAS COMPLÈTEMENT OBJECTIVE, SI SI !
En 2011 : USEZ NOS SAVONS JUSQU’À LA CORDE !
En 2010 : SAPONIFICATION À FROID !


Aujourd’hui et c’est la preuve que les savons à froid s’installent de plus en plus dans les salles de bain, les questions changent, sont plus précises, plus documentées sur la composition des savons, la provenance et la qualité des matières premières. Et ce qui devait finir par arriver, arriva, une question simple mais qui nécessitait une longue réponse me fut posée :

Mais alors, quelles sont réellement les différences entre toutes ces marques de savon à froid ?

Ma réponse lors du salon Veggie World à Lyon, à été plutôt concise. Je suis parti du principe que les principales vertus des savons à froid étant communes à tous les savons à froid, la typicité, la différence des savons venait de la singularité, de la personnalité des savonniers. Un savon à froid et son savonnier sont presque indissociables. Ils sont le reflet de leurs goûts personnels et pour certains, des huiles et matières premières de leurs terroirs, un peu comme un vin bio ou « vin sain » ressemblera à son vigneron par exemple. Cette question m’a en tout cas donné envie d’en dire un peu plus dans cet article et de tenter d’élargir le spectre des différences.


Ce qui est commun à tous les savons à froid :

1 – La glycérine naturelle présente dans les savons à froid.

Elle est issue de la saponification ne peut être ni ajoutée ni retirée du savon.*

2 – Le fait que tous les savons à froid sont surgraissés au minimum à 4%.

Ce pourcentage de corps gras libres non saponifiés est exprimé en ajout de corps gras par rapport au chargement initial ou par réduction de la quantité de soude ou une combinaison des deux.*

3 – Le temps de cure (séchage) de 4 semaines.

La durée minimale de la période de cure est de 4 semaines, durée correspondant à un séchage optimal.*

4 – L’assurance d’avoir des savons naturels ou Bio.

La profession s’interdit l’usage d’un certain nombre d’ingrédients comme : EDTA, BHT, Conservateurs de synthèse, Huiles minérales, PEG…*

*Tout ceci est inscrit dans la charte du savon à froid.

Donc, pour faire simple, tout les savons à froid ont une base commune, un même socle : Douceur, hydratation et écologie.


Où se situent les différences alors ?

1 – Les ingrédients de base :

Il y a une constante, nous utilisons presque tous en France les huiles et beurres suivants pour réaliser nos savons : Olive, Coco, Karité. Parfois les 3, parfois comme pour Gaiia juste Olive et Coco. C’est ensuite que viennent les différences concernant d’autres huiles et d’autres beurres. Pour Gaiia : Son de Riz et Ricin, pour d’autres savonniers cela pourrait etre par exemple : de la Bourrache, du Lin, du Pavot, du Tournesol… Autant de possibilités que d’huiles, autant d’huiles que de vertus.

2 – La formulation :

Même si nous avons des ingrédients communs, des différences existent aussi au niveau du pourcentage des beurres et des huiles mises en oeuvre, des différences de pourcentage qui peuvent changer :

  • La dureté du savon.
  • La détergence du savon.
  • Le pouvoir lavant du savon.
  • Le pouvoir moussant du savon.
  • L’onctuosité du savon.
  • La crème du savon.

3 – Le surgras :

Si la charte de fabrication du savon à froid impose un minimum de 4% de surgras, ensuite, le savonnier est libre d’ajouter le pourcentage de surgras qu’il veut dans une limite raisonnable de 10%, mais rien n’interdit d’en mettre plus. Comme évoqué plus haut, il y a 2 façons de surgraisser un savon, soit dès le départ, dans la formule ou à la trace en enrichissement ou les deux.  Encore un moyen de marquer des différences notables entre les savons à froid.

4 – Le parfum :

Si la charte du savon à froid n’interdit pas l’utilisation de fragrance autres que des huiles essentielles, je ne connais aucun savonnier « pro » utilisant autre chose que des huiles essentielles pour parfumer ses savons. Le parfum étant encore une de nos différences et pas la moindre puisque l’univers olfactif dégagé par un savon guide souvent l’acte d’achat. Dans ce domaine il y a des savonniers plus portés par la création de parfums et d’autre qui travaillent plus sur les synergies des huiles essentielles en Aromathérapie. Cette diversité olfactive a de quoi combler toutes les envies et d’un marché à un autre nos clients butinent d’autres savons :-)

5 – Les colorants et les ajouts :

En cette matière aussi la palette est très large, entre les colorants d’origine végétale, les poudres, les terres, les argiles, les graines, les fleurs, autant de couleurs et de matières d’origine naturelle formidables à mettre dans nos savons. Un savon exfoliant à la graine de moutarde ou de pavot ou au sel, gommant grâce au marc de café ou au Rhassoul… Les combinaisons sont nombreuses et la seule limite reste là aussi la créativité du savonnier.

6 – Décorations et marbrages :

Certains savonniers se sont spécialisés dans les marbrages (vagues et inclusions de couleurs dans les savons) d’autres aiment mettre des fleurs séchées sur la tranche des savons, comme des lavandes ou des roses. D’autres encore font de la « Pâtissavonnerie », ce sont des savons qui ressemblent à des gâteaux, des cannelés, des gaufres ou des pancakes par exemple. Ces décors demandent non seulement un sacré savoir faire, mais aussi beaucoup de temps. De notre coté, chez Gaiia, notre sensibilité nous pousse plutôt vers la simplicité en matière de décoration de savons.

7 – Forme, découpes et tampon :

La forme la plus courante reste le rectangle avec variation de taille et d’épaisseur. Suivent les savons à froid tout ronds, puis les savon à froid coulés dans des moules en silicone de formes diverses. Le tout avec des types de finitions différents, des angles droits ou arrondis, avec ou sans tampon du savonnier.

8 – Les emballages :

Touche finale du savon, l’emballage est aussi l’image de marque du savonnier. Cela ira donc du savon vendu nu à la coupe ou en vrac, à la boite en carton en passant par des bagues en papier ou encore plus pointu : du papier ensemencé… Mais ce n’est pas tout, sur tous ces supports certains choisiront aussi d’utiliser des encres végétales et des encres minérales ou de faire travailler des imprimeries vertes ou des imprimeries en locale. Tout ceci bien évidement impactera plus ou moins le prix de vente de nos savons.

9 – Les logos ou mentions :

A présent vous pouvez trouver tous les labels bio existant en France sur un savon à froid : d’Ecocert à Nature & Progrès tout en passant par Cosmébio. Gaiia, comme d’autres marques ont choisi de se contenter de la mention Slow Cosmétique qui est à présent une référence reconnue et un gage de qualité environnementale et humaine.
Vous trouverez aussi soit le logo de Saponification à Froid délivré par l’Association Des Nouveaux Savonniers (ADNS) : www.saponification.org
Soit une mention type : SAF savon saponifié à froid.

10 – Le prix moyen d’un savon à froid :

Le prix moyen d’un savon à froid constaté en France est d’environ 6 euros, plus ou moins, cela peut varier en fonction du coût de certaines matières premières assez fluctuantes comme l’huile d’Olive bio première pression à froid par exemple, la qualité d’un beurre de Karité ou la rareté d’une huile comme l’Huile de baie de laurier. Sans oublier le prix de certaines huiles essentielles précieuses comme le Neroli, la Rose ou le Jasmin et d’autres qui sont des huiles très chères.

11 – La vente :

Il y a vraiment de la place pour tout le monde entre la vente en ligne, les marchés locaux, les foires, les marchés de créateurs, les revendeurs, les pharmacies. Ne pas trouver où acheter un savon à froid aujourd’hui est quasiment impossible ! De notre coté, nous privilégions la vente en ligne directe sur notre e-shop : gaiia-shop.com, sur la marketplace de la Slow Cosmétique et quelques autre sites amis plutôt spécialisés dans le zéro déchet ou le véganisme, des sites de petites épiceries bio ou de ventes en vrac, des herboristeries, des pharmacies, des boutiques indépendantes autour du bien être, bref, des amoureux de Gaiia capables de conseiller nos clients aussi bien que nous. Nous ne voulons pas etre noyés dans de gros catalogue de site comme Amazon ou même de gros sites spécialisés dans le bio.

Voilà, j’espère avoir décrit un périmètre assez large autours de nos différences, mais n’hésitez pas à laisser en commentaire mes oublis et vos idées :-)



Même les colosses ont droit à un peu de douceur !

Au salon Veggie World de Lyon j’ai rencontré pas mal de barbus déjà client chez nous qui utilisent régulièrement nos savons à froid Gaiia pour l’entretient de leurs barbes. Je n’avais jamais abordé le sujet dans notre blog, mais c’est vrai que les savons à froid conviennent parfaitement pour toutes les barbes, même les plus broussailleuses. L’avantage du savon surgras à froid est son fabuleux pouvoir hydratant, nourrissant et son extreme douceur, la peau ne tiraille plus, le poil est plus souple et plus doux.

Parole de barbu !

 

Depuis quelques mois nous travaillons sur la seule problématique des déodorants sous forme de crème ou de baume : le Bicarbonate de Sodium. En soi, le bicarbonate est vraiment un ingrédient fantastique, multi-usages, le bicarbonate de Sodium, s’utilise aussi bien en cosmétique, en cuisine, qu’en entretien ménager…

Oui mais voilà, il y a de plus en plus de personnes réactives et sensibles à l’application quotidienne du Bicarbonate en tant que déodorant. Rougeurs dans les plis des aisselles, échauffements, tiraillements, les témoignages dans ce sens sont de plus en plus fréquents.

Vous avez été très nombreux depuis plus d’un an à nous solliciter pour formuler un baume déodorant Gaiia spécial pour peaux sensibles.

Un déodorant sans bicarbonate ?

Certains confrères en France et aux US produisent déjà des « déos » solides ou sous forme de baumes et crèmes sans Bicarbonate, ils utilisent en remplacement du Magnésium. Nous voulons allez encore plus loin dans notre formulation pour peaux sensibles, nous touchons au but… Nous en reparlerons bientôt.

Nous y sommes enfin !

deodorant creme gaiia


Mise à jour du 14 avril 2017

Déodorant sans bicarbonate enfin disponible par ici…
BAUME DÉODORANT BIO NEUTRE – SANS BICARBONATE

deodorant baume sans bicarbonate


gaiia-poule-690

Tout est dans le titre de cet article qui je vous l’accorde n’est pas très glamour en cette période de Noël. Et pourtant, c’est justement pendant ces moments de fête hivernale que le risque de propagation des virus est le plus fort.

Le lavage des mains est le geste essentiel pour éviter la propagation des virus de l’hiver. Gastro, bronchiolite, rhume, grippe : autant de maladies qui sévissent largement en ce moment et que l’on peut éviter de se transmettre en prenant soin de se laver les mains régulièrement, plusieurs fois par jour, et notamment après avoir soigné un bébé, après avoir éternué, après pris les transports en commun ou fait vos courses dans les lieux publics et aussi pendant la préparation de vos repas.

Un simple lavage à l’eau et au savon permet de diviser par 100 le nombre des salmonelles par exemple.

D’après l’UNICEF, le simple fait de se laver les mains à l’eau et au savon pourrait, six fois sur sept, éviter les cas de dysenterie transmis dans le milieu familial.

Selon les derniers chiffres du baromètre santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) , le lavage des mains est loin d’être un geste automatique ! Ainsi, selon ce baromètre :

– 66 % des personnes ne se lavent pas les mains après avoir pris les transports en commun.
– 78% ne se les lavent pas systématiquement après s’être mouché.
– 40% ne se lavent pas les mains avant de faire la cuisine et 33% ne se les lavent pas avant de s’occuper d’un bébé.

Lavage des mains : pendant 30 secondes au moins

En cette période de partage de virus, tout les organismes de santé recommandent de se laver les mains plusieurs fois par jour avec du savon, au moins pendant 30 secondes. Se laver les mains après avoir éternué, toussé ou s’être mouché, avant et après chaque repas, après chaque sortie et après être allé aux toilettes, bien sûr.

Et avec un savon à froid surgras, même lors d’un usage fréquent, le film hydrolipidique qui protège votre peau sera hydraté et protégé.

lavez-vous-les-mains

savon-glycerine

 

Les Savonniers à Froid communiquent très souvent sur les vertus de la glycérine naturellement présente dans leurs savons, mais qu’elles sont concrètement les actions de la glycérine et d’ou vient t’elle ?

Histoire de la glycérine

Sa découverte date de la fin du 19ème siècle, la glycérine est issue de la saponification d’huiles végétales ou d’autres matières grasses. La glycérine naturelle s’obtient en même temps que le savon lors du procédé de saponification, en voici la formule :

Corps gras + Alcali = Savon + Glycérine

A l’origine donc, la glycérine provenait exclusivement du procédé de fabrication du savon. A présent elle peut être aussi synthétisée à partir de graisses animales ou d’huiles végétales. Depuis sa découverte, elle est utilisée dans divers secteurs comme la pharmacie et la cosmétique mais aussi dans d’autres industries grace à ses nombreuses qualités.

Les produits qui en contiennent :

De nombreux produits cosmétiques et pharmaceutiques contiennent de la glycérine comme le savon, la mousse à raser, le dentifrice, les bains de bouche, les soins capillaires, les crèmes de soin, anti-rides… Le savon lui, en contient naturellement, mais cette glycérine là est retirée de tout les savons industriels. Seuls les savons réalisés à froid la conserve. Quant aux autres produits, la glycérine est ajoutée à des pourcentages variant selon les besoins. Dans ces cosmétiques ou soins, elle est soit d’origine naturelle (rare) ou synthétique (facile à produire). Il est d’ailleurs difficile d’identifier son origine (naturelle ou synthétique) dans les listes d’ingrédients puisque sa dénomination est la même : Glycerin ou Glycérol dans les deux cas.

Ses propriétés :

La Glycérine peux retenir plusieurs fois son poids en eau, ce qui en fait un actif hydratant incontournable, c’est aussi un agent émollient (qui adoucit la peau) et protecteur.

Son rôle est d’attirer l’eau de la partie à forte hygrométrie vers la partie à plus faible hygrométrie. En gros, dans une crème hydratante, elle attire l’eau contenue dans la crème vers la peau et dans un savon à froid elle attire l’eau de la douche vers la peau.

Comme nous l’avons vu, la glycérine est un humectant / hydratant qui attire l’eau extérieure. Il faut donc veiller à ne pas utiliser de la glycérine à des taux trop importants, jamais supérieurs à 10% dans un cosmétique ou un savon. Au delà,  la glycérine devient alors desséchante, car elle attire l’eau de la peau vers l’extérieur. Nos savons par exemple contiennent en moyenne 8,5% de glycérine naturelle.

Son action sur la peau :

La glycérine combine les qualités d’agent émollients, humectants, occlusifs et hydratant, elle remplace les fonctions des lipides naturels de la peau, quand ils sont défaillants. Enfin, elle assure la continuité de l’hydratation en formant un film occlusif (barrière) sur l’épiderme, ce qui limite les pertes d’humidité.

Les propriétés de la Glycérine lissent la peau, améliore sont élasticité, normalise la desquamation, l’adoucit, la protège des agressions extérieures (vent, froid, pollution, UV…) et l’hydrate. C’est l’alliée parfaite de notre peau qui associée au surgras de nos savons, constituent l’ultime protection de notre peau.

gaiia-slow

Les savons Gaiia ont reçu la Mention Slow Cosmétique avec 2 étoiles.

C’est une belle récompense pour notre engagement militant envers une nouvelle cosmétique raisonnable, naturelle et éthique comme pour notre travail depuis des années. Cette reconnaissance là ainsi que tout les retours positifs de nos clients nous poussent à encore plus d’excellence, avec un seul mot d’ordre autour de nos savons saponifiés à froid :

IL EST TEMPS DE SAUVER VOTRE PEAU AVEC UN VRAI SAVON DOUX, SURGRAS ET HYDRATANT !


Mais c’est quoi cette fameuse « Mention Slow Cosmétique » ?

La « Mention Slow Cosmétique », c’est un peu comme une étoile au guide Michelin !

La Mention « Slow Cosmétique », gage de qualité, a été attribuée à centaines de marques après examen par les membres bénévoles de l’AISBL Slow Cosmétique, sur plus de 180 critères !

Le fait de recevoir la Mention Slow Cosmétique constitue en soi un réel exploit, car les critères de l’Association sont très étendus (formulation, prix, écologie, éthique, discours marketing, durabilité…). Chaque marque reçoit de une à trois étoiles en fonction de son adéquation avec les valeurs défendues par la Slow Cosmétique. Une étoile à la Mention Slow Cosmétique veut déjà dire beaucoup, et même si quelques points peuvent être améliorés, les membres de l’Association Slow Cosmétique rappellent qu’un produit ayant reçu la Mention est un article ou un service qui, déjà, se situe bien au-dessus de la mêlée du marché des cosmétiques disponibles à la vente.

Chaque année, l’association Slow Cosmétique (marque déposée) attribue la « Mention Slow Cosmétique » à de nouvelles marques, des enseignes ou des services actifs dans le domaine de la beauté. Ces marques ou enseignes sont ainsi récompensées pour leur engagement en faveur d’une cosmétique plus intelligente, plus raisonnable, plus écologique et plus humaine. Cette Mention est attribuée si la marque / l’enseigne répond point par point à leur charte.



gaiia-slow-julien

La semaine au travail...

La semaine au travail…

(Suite de l’article de Sabine sur ses 3 ans d’expérience avec les Savons à Froid Gaiia en tant que shampoing solide…)

#2 – Le Résultat

La patience du jardinier.

Maintenant que comme moi vous avez admis que les produits que vous utilisiez (ou que vous utilisez encore) ne vous ont apporté aucune solution miracle et ont dans certains cas créé ou aggravé vos problèmes, vous comprendrez bien que même des produits sains et doux ne pourront pas vous rendre justice en 15 jours.

Les premiers lavages sont déroutants, les résidus de silicone et d’autres ingrédients pétrochimiques des shampoings ne partent pas en une seule fois. L’accumulation successive des silicones a tendance à étouffer la peau et le cuir chevelu, certains silicones sont très résistants au lavage. Après mes premières fois avec un savon à froid, mes cheveux étaient encore assez lourds. Il m’a fallu plusieurs lavages avant de retrouver une texture plus fluide, plus souple.

J’ai aussi constaté que les cheveux qui avaient été détériorés par les shampoings et les décolorations n’ont jamais tout à fait retrouvé une texture normale même en les lavant avec un savon SAF. Ce qui est perdu est perdu. Par contre, les cheveux qui ont poussé depuis et qui ont été lavés uniquement avec des Savons à Froid sont beaucoup plus doux, ont plus de tenue et de volume que mes cheveux « d’avant », bref je les adore !

Tout n’est pas parfait car j’ai un peu rechigné à couper les pointes abîmées mais même au troisième jour sans être lavés, mes cheveux sont lourds mais pas huileux comme ils pouvaient parfois l’être « avant », au bout seulement d’une journée

Après 3 ans de repousse, mes cheveux sont presque tous renouvelés.


Le plan d’action en 5 phases

Voici comment j’ai retrouvé des cheveux sains et agréables à voir et à toucher.

Mon protocole :

A – Je me suis massé le cuir chevelu avec une huile de jojoba en laissant poser toute une nuit.

  • Fréquence : Une à deux fois par semaine pendant une à cinq semaines selon les cas.
  • Effets : Nourrir et apaiser le cuir chevelu et l’aider à reconstituer son film hydrolipidique, pour qu’il surgraisse moins.
  • j’évite : Pas d’argile pendant cette phase.

B : Je me lave les cheveux uniquement avec des savons à froid pour stopper l’agression des produits décapants.

  1. Je mouille bien mes cheveux.
  2. J’applique le savon directement sur mes cheveux, uniformément.
  3. Je masse vigoureusement mon cuir chevelu.
  4. Je rince abondamment (plus qu’avec un shampoing liquide).
  5. En cas de besoin, je fais un deuxième lavage.

Au début, je vaporisais de l’eau vinaigrée (vinaigre de Cidre) pour aider le PH à se rétablir, mais j’ai abandonné rapidement cette pratique sans impact particulier pour moi. Mes cheveux seraient peut-être plus brillants si j’avais continué…

  • Fréquence : Tous les jours au début puis espacer les lavages entre deux et quatre jours.
  • Effets : Un lavage tout en douceur, les cheveux sont propres et ils gardent leur masse et leur texture.

C : Après le lavage je me masse le cuir chevelu avec un gel d’Aloé Vera.

  • Fréquence : A chaque lavage au début.
  • Effets : Rafraîchissant, apaisant, anti-inflammatoire…

D : Pour mes pointes :

  1. Je mélange dans le creux de main du Gel d’Aloé Vera + un peu d’huile d’Argan ou d’huile de Sésame.
  2. J’applique le mélange sur mes pointes.
  3. Je ne rince pas.
  4. Couper les pointes vraiment abîmées & indémêlables, désolée, à un certain point rien ne répare…
  • Fréquence : A chaque lavage.
  • Effets : Gaine les pointes et aide à démêler mes cheveux.

E : Plus de coloration ni de décoloration chimique et agressive, la base quoi.

A chacun de définir et d’affiner son propre protocole, le plus important étant de toujours garder ceci à l’esprit : La plupart de nos problèmes capillaires ou cutanés sont provoqués par des produits industriels pétrochimique et décapants censés les traiter !

Le week-end dans le jardin...

Le week-end dans le jardin…

Katherine-Heigl

(Article de sabine en 2 temps sur 3 ans d’expériences avec les Savons à Froid Gaiia en tant que shampoing solide…)

#1 – Le constat.

De l’autre côté du miroir aux alouettes des cheveux radieux.

Entre mes 15 et mes 40 ans, j’ai vraiment cru que j’avais une vilaine peau et les cheveux gras.

En fait j’avais vraiment une vilaine peau et les cheveux gras. Mais contrairement à ce dont le marketing cosmétique de masse a voulu me convaincre, cela n’était pas du à la nature de ma peau, pas plus qu’à celle de mes cheveux.

Promesses, boniments et culpabilité.

La cosmétique de masse nous promet une peau éclatante et des cheveux souples et brillants grâce à des produits qui semblent étudiés pour répondre à chaque problème grâce à leurs formules et actifs aux performance scientifiquement prouvées.

Mais qui a vraiment eu les racines moins grasses et les cheveux moins secs en utilisant un shampoing « pétrochimique » censé résoudre ces problèmes ?
Il en va très souvent de même pour la plupart des shampoings anti-pelliculaires, des gels douches anti-tiraillement, des gels lavants spécifiques pour traiter l’acné ou les crèmes anti-rides.

Toutes ces promesses parfois ahurissantes ne sont pas souvent tenues. Mais le plus surprenant est que même si nous ne retirons pas le bénéfice promis, la plupart du temps nous ne remettons pas en cause le produit ou la marque, nous sommes convaincus que nous sommes le problème, que notre vilaine peau ou nos cheveux gras sont incurables. Nous avons honte, nous nous sentons tellement loin de l’image de cette starlette à la chevelure massive, brillante et souple qui pourtant utilise ce shampoing.

Peut-être n’était-ce pas le bon produit, celui qui correspond à notre problème. Mais oui c’est certainement cela, nous avons mal analysé notre problèmatique, il faut essayer ce nouveau shampoing qui, c’est sûr, cette fois, me permettra de venir à bout de mon méchant problème.
Et nous voilà repartis dans la quête du saint Graal capillaire…

Pompier pyromane.

Que se passerait-il si on découvrait un jour que nombre de problèmes capillaires ou cutanés sont provoqués par les produits censés les traiter ?

La base la plus fréquente des shampoings, gels douches, savons intimes, anti-acné, liquides vaisselle, lessives (..etc) est toujours la même :
– Eau (acqua) environ 80%
– S.L.S* (Tensio-actif / agent lavant) Potentielement allergénes.
– Conservateurs.

* (Sodium Lauryl Sulfate / Sodium Laureth Sulfate…)

Comme cela se sait maintenant, les S.L.S sont des détergents agressifs pour la peau (et polluants)  :

  •  Le film hydrolipidique de la peau est décapé.
  •  On ressent une désagréable sensation de tiraillement.
  •  La peau n’est plus protégée et les impuretés la pénètrent ce qui peut provoquer des boutons.
  •  La peau se dessèche.
  •  La peau (ou le cuir chevelu) sur-graisse pour tenter de reconstituer son film protecteur.
  •  La peau devient rouge et huileuse en surface mais en réalité elle est profondément déshydratée et irritée.

Hors sous vos cheveux, il y a votre peau, donc :

  • Racine grasse = cuir chevelu irrité
  • Pellicules = cuir chevelu irrité

Ce qui vaut pour la peau vaut pour les cheveux :

  • Pointes sèches = cheveux décapés

C’est pour toutes ces raisons qu’il y a 3 ans j’ai commencé à me laver avec des savons à froid Gaiia et j’ai jeté à la poubelle tous les Shampoing liquides et autre gels douche cause certaine de mes déboires capillaires et cutanés.

Et quand je dis me laver, j’entends bien en totalité : corps, cheveux, visages, toilette intime…
J’en ai tout de suite ressenti les bénéfices : pas de tiraillement, moins de rougeur et de peau qui graisse.
Bien entendu il a fallu du temps et des soins complémentaires pour finalement assainir et équilibrer ma peau et mes cheveux, mais je vous raconterai mon protocole à base de Savon à Froid dans un prochain article avec les résultats en photo…

(En photo : la divine Katherine Heigl)