Articles

Vous nous avez fait passer encore une merveilleuse année avec vos commandes, vos commentaires, vos implications et votre amour. Toute l’équipe Gaiia vous remercie chaleureusement et pour ma part, je vous fait d’énormes bisous tendres et barbus !

En ce qui concerne vos commandes pour Noël, vous pouvez avec certitude (c’est la Poste qui le dit) commander jusqu’au mercredi 21 décembre à 12h00 dernier carat pour mettre des savons sous le sapin :-)

Franck PEIFFER
Votre savonnier Gaiia


C’est pourtant ce que vous faites tous les jours sans le savoir !

cusl11_hitchcock0803jpg-631x250

Derrière ce titre et ce sous-titre volontairement tapageurs se cache pourtant une vérité qui pour être démontrée n’a besoin que d’une simple lecture de la liste des ingrédients des divers produits se trouvant dans votre cuisine et votre salle de bain.

Etiquetages et obligations légales :

Avant d’attaquer notre démonstration, il faut signaler que les liquides vaisselles ne sont pas soumis au mêmes obligations légales en matière d’étiquetage que les savons, les gels douche ou les shampoings.

– Les premiers (les liquides vaisselle) étants considérés comme de simples détergents, la réglementation leur impose seulement d’indiquer le type et les pourcentages d’agents tensioactifs (agents lavants synthétiques) employés du genre : 5% ou plus, mais moins de 15 % d’agents de surface anioniques, liste illisible donc pour les consommateurs, étonnant flou artistique pour un des produits entrant quotidiennement en contact avec les mains donc la peau.

– Les seconds (savons, gels douche etc…) sont considérés comme des cosmétiques, ils ont donc l’obligation d’afficher la liste des ingrédients sur les emballages et/ou flacons.

Tous les mêmes et y en à marre !

Alors, quelle peut donc être la différence entre votre liquide vaisselle portant la mention « ultra-dégraissant » et votre gel douche préféré à la fleur de Tiaré ? AUCUNE ! Oui je sais, c’est violent, j’ai eu la même réaction il y a quelques années en me rendant compte que finalement, je me lavais les cheveux et le corps avec du vulgaire « Paic Citron » ! Aie ! Ouch ! Truc de dingue…

Démonstration :

En quoi sont t-ils tous identiques : Simple, c’est la même composition de base, de l’eau et un ou plusieurs agents de lavage (tensioactifs ultra-dégraissants et reconnus comme irritants) des surfactants pétrochimiques répondant aux doux noms de SLS (Sodium Laureth Sulfate ou Sodium Lauryl Sulfate). Suivent les conservateurs, les colorants et les parfums synthétiques.

Des compositions identiques donc avec simplement des textures des couleurs et des odeurs différentes selon les usages.

Voici pour la démonstration les 6 premiers ingrédients donc les plus importants en terme de quantité entrant dans la composition de 3 produits standards :

touslesmemes
Rappelons que les ingrédients sont classés selon l’importance de leur présence dans le produit. Donc les deux ingrédients majoritaires de ces trois produits sont l’eau (AQUA) et le même tensioactif pétrochimique irritant (SODIUM LAURETH SULFATE). Ces trois produits ont donc en commun le même agent nettoyant.

Edifiant non ?

C’est pourtant la triste et stricte vérité, les industriels qui fabriquent des produits d’hygiènes nous prennent pour des « gogos » depuis des décennies. Ils ont, à partir du seul et même produit composé d’eau et de Sodium Laureth Sulfate fabriqué et segmenté des dizaines de produits ou seuls changent les étiquettes et le discours autour d’un ingrédient ou d’un principe actif représentant souvent 1% du produit. Exemple en haut : A la framboise de la vallée du Rhône… ;-)

Alors oui, tous ceux d’entre nous qui se lavent avec des produits liquides sont en droit de poser la question :

Est-ce que toute ma famille, bébé y compris se lave avec du « Paic Citron » ?

Et ben oui, il y a de fortes chances :-(

Question bête, les marques de liquide vaisselle nous conseillent souvent d’utiliser des gants en caoutchouc vu que les produits « ultra-dégraissants » risquent d’être un tantinet irritant à l’usage. Mais vu que la « compo » d’un gel douche ou d’un shampoing est la même qu’un liquide vaisselle de base, dois-je me laver le corps avec des gants « mapa » ? J’en « lolelerais » bien si ce n’était pas si grave et s’il n’y avait pas autant de personnes victimes d’allergies à cause de l’utilisation de produits lavants trop irritants.

times-wash

Quelles sont les alternatives ?

Pour la cuisine et la vaisselle, il y a aujourd’hui beaucoup de PME françaises qui proposent des produits moins agressifs pour la peau sans SLS, souvent « bio » et moins polluants, il suffit de chercher un peu sur internet.

Du coté de la salle de bain, du savon, du savon et encore du savon bien entendu et de préférence doux, surgras et à froid, mais pour tous ceux qui ne peuvent se passer de produits liquides, apprendre à lire la liste des ingrédients (INCI) est presque devenu une obligation pour différencier le « cracra » du moins « cracra » et du pas « cracra » du tout. Préférez toujours des produits liquides proposant des alternatives aux tensioactifs pétrochimiques trop agressifs et irritants, et privilégiez plutôt des tensioactifs plus doux comme par exemple les « Glucoside » et les « Glutamate » : Coco Glucoside ou Lauryl Glucoside, Sodium Cocoyl Glutamate…

Ne plus acheter vos produits liquides au supermarché, mais se diriger plutôt vers des magasins « bio » même si certains labels « bio » sont plus tolérants que d’autres en matières de tensioactifs synthétiques et autorisent malheureusement trop souvent l’Ammonium Lauryl Sulfate. Alors que logiquement, les cosmétiques bio devraient remplacer les tensioactifs agressifs par des tensioactifs doux, non ioniques, mais les logiques industrielles empruntent souvent des chemins opposés au bon sens et aux intérêts des consommateurs.

La MarketPlace « Slow Cosmétique »

Pour des achats en toute sécurité, rendez-vous les yeux fermés  sur la toute récente marketplace de la « Slow Cosmétique » : www.slow-cosmetique.com où vous pourrez choisir des gels douche ou des shampoings doux portants tous la mention « Slow » comme tous les autres produits et marques récompensés par cette énergique et active association de consommateurs. Vous y retrouverez aussi les savons Gaiia qui ont obtenu une mention pour la deuxième année consècutive avec 2 étoiles, oui m’sieur dame, on en est pas peu fiers !

A voir aussi : GEL DOUCHE : COMMENT CHOISIR ?

Diffusé dans l’émission la Quotidienne le 15/05/2015 sur France 5. Les premières images montrent comment tous les produits d’hygiène liquides sont fabriqués industriellement. Et puis cela me fait plaisir parce que l’adresse de l’Association des Nouveaux Savonniers (l’ADNS) www.saponification.org à été citée plusieurs fois par les journalistes de l’émission devenus presque tous utilisateurs des savons surgras à froid et ils en vantent joyeusement les mérites à la fin de la chronique :-)

thomas

Et puis, pour conclure et même si cela n’a rien à voir avec le sujet, attention, les flacons de tous ces produits liquides sont difficiles à recycler et génèrent beaucoup de pollution et de dépenses énergétiques lors de leurs fabrication.

baby-legs

La peau si particulière de bébé.

La peau délicate des bébés et des jeunes enfants est environ trois à cinq fois plus mince qu’un adulte. La peau du nourrisson est aussi beaucoup plus perméable que la notre, ce qui signifie qu’il absorbe plus facilement tout les produits appliqués sur sa peau (lotion, gel douche, shampoing, savon…). C’est une des raisons pour laquelle nous voyons tant de bébés atteints d’eczéma et d’autres irritations de la peau suite à l’application répétée de produits lavants synthétiques à base d’ingrédients irritants.

Tous les parents veulent le meilleur pour leurs bébés, nous devons donc être très prudent parce que leur peau est encore en développement et elle aura besoin d’au moins trois années pour se renforcer et assurer pleinement son rôle de barrière protectrice. Sans cette couche de protection, la peau des bébés est beaucoup plus sensible aux produits chimiques contenus dans les produits de nettoyage synthétiques et pétrochimiques que nous utilisons.

Si votre tout petit a des problèmes d’eczéma, de démangeaisons, d’éruptions cutanées ou d’autres signes d’irritation de la peau, la première chose à faire pour en traquer la cause est de commencer par l’état des lieux des produits lavants dans votre salle de bain…

Des ingrédients toxiques dans les produits pour bébé.

Par exemple, si dans la liste des ingrédients (INCI) d’un des produits utilisés pour bébé vous trouvez dans les premières positions du Sodium Lauryl Sulfate (SLS), jetez le directement à la poubelle ! Le SLS un agent de nettoyage largement utilisé dans les détergents et produits de soins du corps. C’est un puissant détachant également utilisé pour créer de la mousse, il est souvent utilisé dans les bains moussants pour enfants. Les SLS peuvent être absorbés par la peau et pénètrent les tissus systémiques tels que le cerveau, le cœur, la rate et le foie. Vérifiez les étiquettes des produits et évitez à tout prix cet ingrédient comme son proche cousin le Sodium Laureth Sulfate.

Des marques épinglées par 60 millions de consommateurs.

Au mois d’octobre 2014 un article du magazine « 60 millions de consommateurs » a fait beaucoup de bruit dans les familles : Hygiène et soin du bébé : une liste de vingt-huit produits à éviter !

52 formules de produits d’hygiène et de soin pour nourrissons ont été testés. Bilan : 28 d’entre eux sont à proscrire en raison de la présence de composants irritants. Uniquement des produits de grandes marques qui continuent à intégrer des perturbateurs endocriniens, des molécules toxiques et des composés allergisants dans des produits pour les bébés. Pratiquement tout les articles de bébé sont concernés, lingettes, gels lavants, crèmes, laits nettoyants, eaux nettoyantes, eaux micellaires. Des marques aussi réputées que Mixa, Bébé Cadum, Nivéa Baby, Corine de Farme, Prim’âge ou Klorane ont ainsi été épinglées par leur étude.

Propylparabène, phénoxyéthanol, méthylisothiazolinone : on trouve ces substances chimiques aux noms improbables dans un grand nombre de cosmétiques. Or, les scientifiques et les médecins mettent de plus en plus en garde contre les risques qu’elles présentent. Les bébés y sont particulièrement sensibles, parce qu’ils sont en plein développement et ont une faible capacité de détoxication.

– 60 millions de consommateurs –

La peau de bébé étant très vulnérable et cette fragilité la rendant plus particulièrement sensible aux agressions extérieures, il faut éviter à tout prix de la mettre dès la naissance en contact avec des ingrédients toxiques et irritants. Cela semble être le bon sens le plus élémentaire et pourtant, tous les jours, nos bébés sont tartinés avec des substances pétrochimiques douteuses et potentiellement toxiques. Ne culpabilisons pas, prenons simplement le virage du vrai bons sens et du naturel pour laver et chouchouter la peau de nos bébés avec plaisir et douceur.

Des alternatives aux produits synthétiques industriels ?

Il existe heureusement des alternatives naturelles, simples et très économiques aux produits d’hygiène pétrochimiques mais cette liste de produits lavants « sains » pour bébé est vraiment très très courte…

  • Un liniment oléo-calcaire. (Mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux)
  • Un savon à froid surgras, à base d’huiles végétales. (Sans huiles essentielles)

Les propriétés de notre savon surgras « unique très doux »

Dès la naissance, notre savon surgras « unique très doux » est idéal pour l’hygiène quotidienne des peaux fragiles et délicates grâce à son pourcentage de surgras élevé : 7,5%  et de son taux de glycérine naturellement présent .

  • Le corps et le visage sont délicatement nettoyés en douceur .
  • La peau est hydratée et adoucie grâce à la glycérine naturelle (effet émollient).
  • Pas d’effets desséchants ni de sensation de tiraillement.

Grâce à sa formule ultra-douce notre savon surgras « unique très doux » aide à renforcer la barrière cutanée de bébé et à préserver sa peau tout en la nourrissant grâce aux huiles végétales (vitamines, acides gras… ) non saponifiées.

savon-bebe

 

Comment utiliser nos savons doux avec bébé :

Après avoir mouillé le corps et le visage de bébé à l’eau tiède :

  • Faire mousser notre savon surgras « unique très doux » soit entre vos mains, soit avec une éponge naturelle comme une éponge Konjac par exemple, sa mousse est épaisse et particulièrement onctueuse.
  • Appliquer la mousse sur la peau de bébé et frottez-le délicatement puis rincez. Vous verrez comme il se rince très facilement et laisse la peau de bébé souple et douce.

Notre savon surgras « unique très doux » peut être utilisé dès la naissance (excepté contre-indication médicale).

Crédit photo N/B N°1 : http://blog.ecostore.co.nz/2012/03/02/the-right-laundry-liquid-for-your-baby/


Mise à jour du 27 avril 2015 :

A voir absolument, le sujet de Julien Kaibeck dans l’émission La Quotidienne sur France 5  du 27 avril 2015 et qui exactement dit la même chose en citant aussi en exemple les vertus du savons à froid pour la toilette et le soin de bébé !

soin-de-bebe

DES COSMÉTIQUES POUR LES BÉBÉS : INFO OU INTOX ?

Prendre soin de son bébé

Les rayons des cosmétiques pour bébés sentent bon la douceur, et ils ont le vent en poupe. On y plonge aujourd’hui avec Julien : les produits pour bébés sont-ils réellement plus doux ? Qu’est-ce qui les caractérise ? Et quels soins au naturel choisir pour bébé ?…
http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une/des-cosmetiques-pour-les-bebes-info-ou-intox_323877


Mise à jour du 13 mai 2015 :

les-maternelles

Notre savon tout doux « l’unique très doux » lors de son passage dans l’émission Les Maternelles sur France 5 le 29 avril, merci Carole Tolila pour cette chouette présentation !


Notre coffret ultra-doux pour bébé !
coffret de savons doux pour bébé

LOGO_SLOW

Militer pour une beauté plus naturelle et plus éthique…

Il y a des projets, des actions, des mouvements humains qui avancent lentement mais avec la tranquille mesure d’un rouleau de beauté naturelle compressant sur son passage le « brainwashing » tapageur des grosses marques de cosmétique conventionnelle.

Il y a des actes militants, des blogs et des livres qui décortiquent la cosmétique pétrochimique, synthétique et polluante avec beaucoup de méthode et de simplicité. Exposant clairement la vérité crue à propos des abus, des dangers et surtout des mensonges de la cosmétique conventionnelle.

Il y a des paroles qui dégonflent tranquillement, une par une, les baudruches de nos certitudes, bousculant avec un large sourire tout le petit monde de la beauté, en nous apprenant à nous défendre contre de faux discours et à décrypter d’illisibles listes d’ingrédients (INCI) tels des « Champollion » d’un nouveau genre : Le mouvement Slow Cosmétique !

C’est au travers de livres et de conférences que ces lanceurs d’alertes de la beauté prêchent une parole pleine de bon sens, celle d’une beauté plus naturelle, d’une cosmétique plus saine, plus éthique et enfin plus raisonnée tant du coté des fabricants que des utilisateurs.

Ce mouvement, cette association de consommateurs créée sous l’impulsion de « Mister Magic Kaibeck » suite au fabuleux succès de son livre : « Adoptez la Slow Cosmétique » en 2012, est une première dans le monde de la cosmétique. Aujourd’hui leur mention est une véritable référence d’éthique et de qualité pour ceux qui désirent donner du sens à leurs achats :

– Donnez du sens à vos achats beauté –
Julien Kaibeck

Mais une fois que le discours est compris et la méthode adoptée, quelles sont ces marques portant la mention « Slow » et où trouver leurs produits de beauté « Slow » ?


1 – L’association « Slow Cosmétique » :
www.slow-cosmetique.org

Cette année, l’association a attribué plus de 42 mentions « Slow », ce sont les membres de l’association eux mêmes qui attribuent les mentions et les étoiles (et oui, comme pour le Guide Michelin :-) selon une liste de critères précis et très pointus, vraiment très pointus.
Vous trouverez la liste des marques par ici : www.slow-cosmetique.org.

Nos savons à froid surgras ont obtenu la mention « Slow Cosmétique » pour la deuxième année et avec deux étoiles !

– Yeah ! Les savons Gaiia ont la mention « Slow » ! –
Franck Peiffer

bsx-slow


2 – La marketplace « Slow Cosmétique » :
www.slow-cosmetique.com

C’est la grande nouveauté de cette année, cette marketplace rassemble tous les produits dont vous avez besoin pour prendre soin de votre peau en mode slow : démaquillage, hydratation, soins ciblés, cheveux, maman et bébé, aromathérapie, faits maison… Tout y est !

Ce site est le fruit d’un gros travail réalisé par des bénévoles en partenariat avec les marques Slow Cosmétique et une start-up française. Visitez-le, partagez-le et faites y vos emplettes slow ! Chaque achat génère un don de 10 % pour cette belle association.

savon surgras gaiia


3 – Le nouveau livre « Slow Cosmétique / Le guide visuel »

Slow_cosm_tique__le_guide_visuel_c1_large

Un livre furieusement didactique écrit par Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis, illustré par la talentueuse Scarlatine.

Un guide 100% illustré pour apprendre à chouchouter votre peau au naturel !

Les savons à froid y sont présentés sur une double page comme l’un des 10 ingrédients phares de la Slow Cosmétique et surtout, notre méthode de fabrication : La saponification à froid est citée en exemple tout au long du livre.

savon-a-froid

Vous trouverez leur livre directement chez l’éditeur, pas la peine de faire bosser Amazon : les éditions Leduc à cette adresse : Slow cosmétique, le guide visuel.

Quand je vous disais que l’été sera « Slow » :-)


nature-savon-gaiia

Le savon naturel à froid Gaiia « l’unique nature » est le savon idéal pour les peaux sensibles et delicates en voyage ou en vacances.

Hydratant, surgras et riche en glycérine naturelle ce véritable « Savon à Froid » remplacera avantageusement l’ensemble de vos produits de lavage tout en douceur avec un petit plus écologique et bio.

Pourquoi encombrer vos valises ?

Avec un savon à froid Gaiia de 100g dans votre trousse de toilette, vous pouvez :

  • Vous laver tout le corps (parties intimes comprises bien sur!)
  • Vous démaquiller (oui certains hommes aussi se maquillent et pas que pour l’Eurovision…)
  • Vous nettoyer le visage en douceur.
  • Vous laver les cheveux.
  • Vous raser la barbe… (Aucun rapport avec l’Eurovison…)

Et ça c’est pour le coté pratique, parce que du coté des bienfaits, vous allez êtres plus que gâté !

  • Ultra-Douceur (Pas d’effet de peau qui tiraille).
  • Hydratation. (Grace à la glycérine naturelle).
  • Émollient (adoucit la peau).

Et en plus, c’est écologique…

Un savon 100% biodégradable de 100g dans un emballage carton recyclable d’un coté et au moins cinq produits à base d’eau et de pétrochimie, qui ne se dégradent pas totalement, qui polluent les nappes phréatiques, vendus dans des flacons en plastiques polluants et difficilement biodégradable, recyclable oui, mais au prix d’une facture énergétique énorme de l’autre coté !

Un savon Gaiia sera vraiment le compagnon idéal de votre trousse de toilette et de vos voyages, je n’irais pas jusqu’a dire que grâce à lui vous ferez de belles rencontres, quoi que…

Testimonial d’une cliente au retour de vacance :

« Hello, ce message pour vous dire bravo : premier achat et déjà conquise. Ces savons sentent délicieusement bon, laissent la peau douce et nette et surtout, ils ont dépassé mes espérances à un point que je n’imaginais pas! Mon compagnon souffre de pellicules depuis longtemps, et le shampoing anti pelliculaire le plus puissant faisait partie de nos indispensables pour stabiliser la situation. Nous ne sommes partis en vacances qu’avec mes savons tous neufs (encore une marotte bio, se disait il)… et depuis une semaine de shampoings avec ces savons, plus une pellicule !!! Cela nous a semblé incroyable ;)Donc merci, je ne manquerai pas d’en parler autour de moi :) »

Merci Claire !

 

Tous les savons à froid Gaiia sont fabriqués en France à partir d’huiles végétales bio.

« GEL DOUCHE, PEAUX SENSIBLES S’ABSTENIR »

Documentaire à voir et revoir en replay sur France 5 ! par ici : http://www.france5.fr/emission/gel-douche-peaux-sensibles-sabstenir/diffusion-du-13-04-2014-20h35

RÉSUMÉ
En seulement trente ans, le gel douche a remplacé le savon dans les habitudes, et les salles de bains, des Français. Il s’en vend même plus de 500 000 flacons par jour : un marché extrêmement juteux de plus d’un demi-milliard d’euros par an. Mais les consommateurs savent-ils exactement ce qui se cache dans leur précieux fluide qui, à en croire les industriels, lave, hydrate, gomme, tonifie et relaxe ? Vendu comme du rêve, le gel douche cache bien des pratiques douteuses derrière son abondante mousse. Enquête sur un marché pas très propre, sur fond d’une question essentielle : le retour au savon est-il en définitive l’unique solution ?

Liza Fanjeaux / Réalisateur
Emeline Ménage / Auteur

forfait

journalistes-bobos

Un très bon « doc » qui me permet de ressortir quelques vieux articles du grenier Gaiia traitant du même sujet et ce depuis 4 ans maintenant, ça prouve que les choses bougent vraiment quand des médias classiques comme France 5 traite à charge des sujets sur des industriels aussi énormes que l’Oreal ou Unilever.

Mes archives sur le sujet :

1 – A FORCE TA TÊTE C’EST LA SILICONE VALLÉE !
2 – QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE…
3 – POURQUOI UTILISER UN SAVON À FROID PLUTÔT QU’UN GEL DOUCHE !
4 – DOPÉ AU GREENWASHING !
5 – SANS CECI, AVEC 0% DE CELA…
6 – POURQUOI PRÉFÉRER UN SAVON NATUREL À UN VULGAIRE GEL DOUCHE !

Retranscription de l’interview croisée PAGE 64 / BIO INFO – AVRIL 2014 – N° 22

Savon à froid : l’avenir est dans la tradition !

peiffer-barbiot

Franck Peiffer est co-fondateur des savons Gaiia et ancien président de l’Association Des Nouveaux Savonniers. Rudy Barbiot est le créateur de la marque belge Olila.

Bio Info : Pourquoi avoir choisi de faire de la saponification à froid votre métier ?

Franck Peiffer : Lors d’un séjour en Inde, il y a quelques années, j’ai utilisé de vrais savons ayurvédiques indiens. Avec Philippe, co-fondateur de Gaiia, nous voulions importer ces savons en France. Après pas mal de recherches, nous avons découvert le mode originel de fabrication du savon : la saponification à froid. Nous avions l’impression d’avoir touché le Graal : enfin un vrai savon surgras, doux et riche en glycérine naturelle ! Nous avons décidé qu’il était temps de proposer cette alternative naturelle et saine face aux détergents à base d’ingrédients pétrochimiques. Choisir ce métier et créer Gaiia fut donc, dès le départ, une démarche aussi qualitative que militante.

Rudy : Ce sont les « fesses rouges » de mes enfants et mes mains gercées chaque hiver qui ont été le point de départ. Dès que nous avons utilisé nos savons à froid, mes filles et moi-même n’avons plus eu de problèmes de peau. J’avais pourtant du mal à croire, au départ, qu’un produit aussi naturel et simple pouvait être plus efficace que des savons classiques de grandes marques. J’ai voulu en faire mon métier parce que la vie est courte : il faut profiter du temps pour faire partager ce que l’on aime ! C’est un plaisir de voir que les habitudes de consommation changent.

Bio Info : Quelles sont les difficultés de votre travail ?

Franck Peiffer : La plus grande est de faire connaître ce magnifique procédé de fabrication à un public habitué aux détergents liquides. Mais les gens se sensibilisent lentement, notamment grâce à des associations. La récompense, c’est qu’une fois qu’un savon à froid est testé, il est adopté !

Rudy :  Ce qui est difficile, c’est d’intégrer dès le départ tous les aspects de la réglementation cosmétique dans l’apprentissage et dans tous les aspects inhérents à la production et à la commercialisation. Le savon est un artisanat assez encadré. À cela s’ajoute la difficulté de se faire connaître du public. Mais on y arrive !

Bio Info : En quoi votre savon est-il réellement différent d’un savon industriel, naturel ou bio ?

Franck Peiffer : Je vois les savons à froid comme des soins lavants. Nos savons sont pleins de glycérine naturelle, ils préservent le film hydrolipidique de la peau. Les savons durs industriels, parfois aux fausses allures naturelles, sont plus décapants et contiennent souvent des ingrédients polémiques pour la santé et l’environnement. Et je ne parle pas des graisses animales comme le sodium tallowate, utilisées en premier ingrédient par de grandes marques sans que le consommateur en soit informé. Les savons bio quant à eux ne sont pas forcément plus doux ni plus riches en glycérine. Un savon saponifié à froid allie pour moi tradition et futur du savon, car tous les aspects du produit sont plus durables et plus qualitatifs.

Rudy : Le savon saponifié à froid est utilisé depuis des millénaires, il a fait ses preuves. Plus de glycérine dans le produit fini assure plus de douceur. La fabrication en elle- même est plus respectueuse des ingrédients et de l’environnement. Nous chauffons peu les huiles et peu de temps. Il n’y a pas de rejet de produits ou de déchets. On utilise aussi très peu d’énergie. En outre, chez Olila, nous n’utilisons pas d’huile de palme, souvent présente dans les savons, et notre main-d’œuvre est 100 % locale.

Bio Info : En une phrase, quel est votre souhait pour l’avenir ?

Franck Peiffer : Que le monde prenne enfin conscience que l’accumulation de produits synthétiques et pétrochimiques sur la peau et dans l’environnement n’est absolument pas anodin.

Rudy : Continuer à voir l’air émerveillé des enfants et des adultes lorsqu’ils sentent et essaient nos savons.

………………………………………………..

Propos recueillis par Julien Kaibeck (lessentieldejulien.com) dans le magazine Bio-info France du mois d’avril 2014 (bio-info.com). Julien à qui je dit un gros merci pour son engagement auprès de la « Slow Cosmétique » et la reconnaissance du Savon à Froid.

………………………………………………..

2 petits erratums toutefois dans la version papier :
1 – Je ne suis plus président de l’ADNS depuis 1 an ;-) Association Des Nouveaux Savonniers : Saponification.org
2 – Je n’ai jamais été en Inde, c’est Philippe qui me ramenait mes savons ayurvédiques indiens.

………………………………………………..

printemps-gaiia

Enfin débarrassé de la boue et des brumes d’un obscur hiver plus sale qu’il n’a été froid, je sors de trois mois d’apnée, délesté enfin des foutus onze kilos de cet autre qui fut moi, fruit d’un régime autocrate, surveillant comme une mère trop attentive mon alimentation, mon physique et surtout mon foutu moi « inside » !

Le truc dans les petites boites comme Gaiia c’est qu’il en va souvent de nos produits comme de nous même… Est-ce qu’un objet peut faire une petite déprime ? je ne sais pas, mais pour les savons Gaiia, j’ai appelé cela : « La méchante rupture de stock » ou « le reflet de mon incompétence » cela se passe parfois quand le produit se suicide, se trouvant peut-être trop beau dans le miroir, ne méritant pas ce qui lui arrive etc etc…
Les objets ont-ils peur eux aussi de la réussite ?

Mes savons, ces drôles d’objets organiques m’ont accompagnés dans de noirs dédales ou aucun Minotaure ne m’a permis de retrouver mon lustre en se sacrifiant pour ma propre rédemption, ou m’évitant la gestion inconséquente de quelques clients, ne trouvant ni excuses ni résilience au travers d’un remboursement Paypal incapable de laver tout mes affronts… Le seul monstre qu’il a fallut vaincre, c’est moi. Enlever la poussière accumulée sur mon lotus intérieur après en avoir retrouvé le chemin. Puis, reconquérir ma flamme, mon désir et ma passion pour repartir, agile et leste sur les ailes de « Gaïa ». A l’assaut de toutes les incohérences accumulées, des certitudes hideuses et regarder le monde enfin tel qu’il est et non comme je voulais qu’il soit.

Qu’il est doux camarade de poser la dernière pièce d’une armure désormais trop lourde, s’assoir à l’abri de soi, contempler l’architecture de son nouveau destin et se pardonner enfin en se laissant aller a la compassion, la sienne comme à celle des autres. Il n’y a aucune fatalité, nous écrivons nous même a l’avance l’histoire de notre propre « Karma » sans nous en rendre compte tout en laissant le mérite à des dieux (gourous / amis / conseil / famille) parfois trop égoïstes pour ce soucier d’autre chose que du chant de leurs propres gloires.

Je ne sais toujours pas si les objets ont une âme, mais l’aventure des savons Gaiia m’a sauvé de bien des choses, me permettant d’en apprendre plus sur moi que Freud, Lacan et même toi, Michel Onfray, auriez pu le faire en 10 ans de discussions quotidiennes. C’est mon printemps, le printemps du sens et du coeur, le printemps d’une démocratie intérieure retrouvée, un printemps où j’ai envie de tout dévorer en recrachant les pépins seulement là ou la vie pourra renaitre !

C’est le printemps des savons Gaiia, fabriqués en France par des savonniers de talent, le printemps d’une belle histoire Belge, drôle, tendre, ou notre nouvelle mythologie personnelle ne s’écrira ni dans la fureur ni dans l’impatience des inquiets.

C’est le sacre de notre printemps et de mon putain de feu sacré retrouvé…

 Alléluia camarades !

gaiia et eau laos solidarité

 

Nous sommes très heureux d’avoir été choisi comme partenaire par l’association « Eau Laos Solidarité » et le « Rotary Club  Tours Balzac » pour cette opération de financement de matériel d’hygiène scolaire au Laos par la vente de savons à Froid Gaiia.

Ce que nous faisons avec la vente des savons :

Eau Laos Solidarité s’attaque aux causes des maladies grâce à vos achat de savons Gaiia / Eau Laos Solidarité :

– En construisant des toilettes pour les filles, les garçons et les professeurs
– En équipant les blocs sanitaires de laves mains et de savon.
(Se laver les mains avec du savon est le moyen le plus efficace pour diminuer la diarrhée et certaines maladies infectieuses)
– En réparant ou en installant de nouveaux systèmes d’adduction par gravité
– En fournissant des filtres à eau céramique pour que les élèves puissent boire de l’eau saine
– En formant des éducateurs à l’hygiène
– Se laver les mains avec du savon

Des ventes événementielles de savons seront mises en place par « Eau Laos Solidarité » et le « Rotary Club  Tours Balzac » tout au long de l’année.

Les premiers savons Gaiia « Made in France » :

Tous les savons Gaiia / Eau Laos Solidarité ont été saponifiés en France à base d’huiles végétales biologiques. Pour ceux qui connaissent déjà notre gamme, ce savon à été réalisé sur la base de notre savon « l’intuitif » aux senteurs d’agrumes avec des huiles essentielles de Pamplemousse, d’Orange, de Citron Vert, de Néroli, de Bergamote et de Gingembre.

poster-gaiia-rotary

 

Le site de l’association est en cours d’élaboration : http://www.eaulaos.org/ 

gaiia-kaizen

Tous « égo » devant la presse !

Autant vous le dire tout de suite, depuis que l’excellentissime magazine Kaizen (www.kaizen-magazine.com) nous a cité dans son numéro de juillet / aout,  ma tête à triplé de volume, je me surnomme monsieur melon, je surveille la taille de mes chevilles et mes relations avec mon égo sont au beau fixe… Evidemment a l’extérieur, aux autres, je ne montre rien de plus que l’humble satisfaction du gars qui fait correctement son boulot et qui ne veut ni médaille ni laurier. Mais dans mon moi intérieur, c’est le « Luna park » de la fierté, le « Space Mountain » du bonheur et croyez moi, il y a du monde aux attractions et je ne boude pas mon plaisir !

Un beau dossier bien épais…

C’est à l’intérieur du dossier sur la cosmétique bio réalisé par la journaliste Emmanuelle Vibert que nous sommes cités dans la partie « Les savons à froid ».
Un dossier de plus de 10 pages très claires et qui commence par ce titre : « Une autre cosmétique est possible », tout est dit…

Extrait :

En une dizaine d’années, les termes « parabens, « silicones », « EDTA », ou « sodium laureth sulfate » sont devenus des grossièretés. Ces substances issues de la (pétro)chimie, ingrédients de base dans l’industrie cosmétique, sont désormais suspectes. A l’opposé, les mots « naturel » et « bio » sonnent comme une formule magique aux oreilles des consommateurs en quête de produits sains. Que de chemin parcouru !

(Source : Kaizen magazine, article d’Emmanuelle Vibert)

Kaizen késaco ?

Kaizen est un mot japonais qui signifie “changement bon”.

Mais c’est également une méthode : celle de l’amélioration continue. La perspective de changer brutalement réveille nos peurs et attise nos résistances. Commencer par un petit pas, puis en faire un second et se mettre alors en marche, chaque jour, peut nous conduire à de grandes transformations.

(Source : Kaizen magazine)

Dans tout les bons kiosques !

Je vous encourage vivement à vous procurer ce magazine très engagé dont un des contributeurs n’est autre que Pierre Rabhi et qui compte parmi ces fondateurs des personnalités diverses comme le directeur du « mouvement Colibris » et le fondateur du magazine « La Maison Ecologique ».

Les liens du sens :

Quelques liens cités dans le dossier sur la cosmétique bio…

www.saponification.org / Association Des Nouveaux Savonniers / ADNS.
www.laveritesurlescosmetiques.com / La vérité sur les cosmétiques de Rita Stiens.
– www.slow-cosmetique.org / Pour libérer son esprit du « brainwashing cosmétique ».
www.lessentieldejulien.com / Le blog conseil de Mr Julien.
gaiia-shop.com/ Nous quoi !

(Spéciale dédicace et gros bisous à Emmanuelle et Julien.)