Articles

Cette année encore, nous avons fait notre petit tour au salon de l’e-commerce à Paris. Sabine à rencontré pour mon-cheval.fr quelques uns de ses prestataires de services pour la création de la version 4.0 de son site. De mon coté je me suis promené dans les allées, respirant la bonne odeur d’un e-commerce qui  bouge de plus en plus vite, et qui deviens de moins en moins réservé aux petits e-commerçants non avisés. (Enfin c’est juste mon sentiment).

Au chapitre des rencontres :
1 – La furtive. Un p’tit gars de la Fevad rencontré sur le stand de blog-ecommerce d’Olivier Levy (merci pour le café !).

2 – L’agréable. Rencontre dans la vrai vie avec Fred d’oanisha.com et de mon-parfum-bio.com avec qui nous avons échangé sur le commerce, les parfums bio, les savons à froids, les labels bio et de la chance dans le monde des affaires… Belle rencontre.

3 – Les instructives. Avec quelques prestataires de solutions d’envois d’e-mailling on-line et off-line comme Sarbacane.com et message-business.com, des alternatives de traitements des paiements comme Ogone.fr

4 – La plaisante. Avec Pascal de synolia.com que nous avions rencontré à l’apérogento de Lyon et dans nos locaux. Un peut-être futur prestataire de mon-cheval.fr si il arrive à baisser ses prix (ce message n’est pas subliminal…).

Et le clou de la journée :
J’ai gagné un concours organisé par le stand du Languedoc-Roussillon qui me donne droit à des prestations de services à hauteur de 3000 euro offerts par des boites du sud-ouest! Dingue non ?  J’ai gagné entre autres cadeaux un audit de communication offert par une sympathique agence de “Com” de Perpignan attraptemps.fr , merci à Isabelle et Cyrille !

Au chapitre de la chance cela me fait penser à une vidéo de Philippe Gabilliet de l’ESCP découverte sur le blog de Michel de Guilhermier qui dit en substance que la chance est une compétence qui se travaille !

Et pour finir, la question la plus posé encore cette année sur le salon :
Magento ou Prestashop ?

Je viens enfin de recevoir du Japon une boîte à Bento pour l’anniversaire de ma fille, avec beaucoup de retard. Commandé sur un site français, je ne me suis aperçu que bien plus tard que ce site bien que Français était situé au Japon, et que les articles partaient donc directement de Kyoto !

Mais finalement, je suis très content de recevoir un colis avec des étiquettes et du papier journal Japonais en guise de bourre, c’est que c’est sacrément dépaysant à déballer, un peu comme les gosses qui décollent les timbres qui viennent de l’étranger.

MAJ du 22/09/2010 : Oups! j’avais omis de donner le nom du site www.bentoandco.com

Voilà les maquettes presque terminés des “mini-moi” les savons de 25 grammes qui vont nous servir pour les envois d’échantillons, les cadeaux, les tests et aussi proposés sous forme d’offre découverte du type 10 ou 12 savons différents à découvrir sur notre e-shop.

Pour avoir envie d’offrir des savons, genre 6 savons Gaiia pour Noël, nous pensons qu’ils doivent êtres conditionnés sous forme de coffret, que ce soit pour la e-shop ou la vente en magasin. Nous avons donc elaboré un coffret en carton et même si il est magnifique ;-) ça reste un bête coffret en carton que tout le monde connait !

Amoureux que je suis de la sérénité dégagé par certains objets usuels Japonais, j’arrache mon “Google” à ses recherches crépusculaire sur les “macérats” et tape “emballage japonais”. Et là, oh joie ! Je découvre un mode d’emballage séculaire, précieux et poétique aussi codifié que la céremonie du thé… le Furoshiki.

Communauté: État de ce qui est commun.

Aux vues de toutes les demandes de logo sur la “Saponification à Froid” sur le blog et par e-mail, les relais d’infos dans vos pages Facebook, les nombreuses manifestations de gentillesses et d’encouragements, je me rends vraiment compte aujourd’hui de l’étendue de la communauté des Savonnier(e)s à froid en France et même en Europe (le logo est aussi parti aux USA).

Nous sommes, Philippe et moi heureux de faire partie de ce grand tout, de cette vaste entreprise ou chacun avec nos moyens nous posons les pierres d’un édifice commun et enfin nous sommes fiers d’appartenir à cette belle communauté d’esprits des “Savonniers à froid” qui veulent du bien à votre corps tout en respectant la terre !

Comme le titre l’indique, voilà à quoi va ressembler a quelques détails près le haut de la page produit de notre futur e-boutique Gaiia.

On à aimé leur travail et trouvé leur vidéo très didactique, alors Philippe la traduite et j’ai posé ma voix dessus. C’est trés intéressant, même si au USA les normes sont différentes qu’en Europe (en notre faveur pour l’étiquetage par exemple). Ils parlent entre autre chose de “Bio-accumulation”, n’hésitent pas à dénoncer certaines marques peu scrupuleuses, expliquent ce qui se trouve dans la plupart des shampoings de supermarchés… Tout ça dans une animation très claire. Je vous recommande donc chaudement de ne rien prévoir pour les minutes suivantes et de lire cette vidéo très instructive.

(Sources : http://storyofstuff.org/cosmetics/)

Dans la lignée de mon “post” du 22 juillet 2010, Le savon est dans le sac ! ou j’expliquais pourquoi nous ne voulions pas d’emballage plastique autour de nos savons, ce soir ARTE nous propose justement une émission sur la méconnaissance des substances dangereuses contenues dans les emballages hermétiques…

Face à la hausse du nombre de substances toxiques dans les aliments, scientifiques et consommateurs donnent l’alerte.

À l’heure où les produits “longue conservation” sont de plus en plus prisés, les clients ne soupçonnent pas l’existence de substances dangereuses dans les emballages hermétiques et dans les aliments avec lesquels ils sont en contact. C’est le cas du Bisphénol A, que l’on trouve dans les contenants en plastique rigide et qui peut provoquer des maladies cardiaques ou affaiblir le système immunitaire. Même risque avec les phtalates utilisés pour plastifier les matériaux servant au conditionnement. Agissant comme des hormones, ils peuvent entraîner la stérilité chez les hommes. Nombre de produits figurent sur la liste des substances interdites par l’Union européenne mais comme celle-ci importe massivement des produits venus d’Asie, où les réglementations ne sont guère restrictives…

C’est Eric Allodi d’Integral Vision chargé de promouvoir le concept “Cradle to Cradle” en france qui m’en a informé par e-mail. et qui me dit :

“Ce reportage mettra en évidence la toxicité des “micro-déchets” et proposera des solutions par l’éco-conception. Il présentera, notamment, comment l’approche Cradle to Cradle peut répondre à cette problématique.”

Cradle to Cradle, de la théorie à la pratique et à la certification :
Le concept Cradle to Cradle permet de faire émerger sur le marché des produits certifiés, innovants et performants sur les plans économique, écologique et social. Il s’agit de produits dépourvus de toute substances toxiques et éco-conçus pour être quasi-indéfiniment recyclés à travers des circuits fermés biologiques (ex : tissus compostables, cosmétiques biodégradables) ou techniques (ex : moquettes dépolymérisables ou semelles thermo-recyclables). En fin de vie, chaque objet réintègre son circuit d’origine pour une renaissance prochaine sans perte de qualité ni gaspillage des nutriments qui ont servi à le constituer. L’entreprise peut ainsi se développer sans nuire à l’environnement… et à sa rentabilité puisque désormais ses « déchets » ont de la valeur.

Je regrette simplement que le ticket d’entrée pour obtenir cette certification soit si élevé et du coup pénalise les artisans de l’éco-conception au bénéfice de grosses sociétés.

(L’emballage qui tue, ARTE émission du mardi, 27 juillet 2010 à 21:20 / Réalisateur: Inge Altemeier, Reinhard Hornung)

Soyez moderne, envoyez un télégramme !

My-telegram.com est un site au délicieux look de service télégraphique américain des années 50. Aussi facile qu’un e-mail mais tellement plus sensuel… Dactylographiez vos pensées au son de la machine à écrire directement sur le Telegram. Le Telegram est idéal pour un petit mot d’amour, une demande en mariage, une invitation, des remerciements…

La version mail est gratuite mais vous pouvez aussi opter pour la version papier qui marquera encore plus les coeurs et les esprits. Votre message est imprimé sur un bristol couleur caramel estampillé et cacheté My Telegram. Vos écrits sont ensuite distribués par la poste à votre destinataire ravi qui lui trouvera un petit goût de madeleine télégraphique.

Il existe même un Gadget Windows Vista à télécharger pour envoyer des télégrammes gratuits par e-mail directement depuis le bureau. Lien ICI

Deux photos prises dans le cadre de mon entrainement hebdomadaire histoire de maitriser un peu la bête, un Canon EOS 350D vieux de quatre ans que je n’utilisais qu’en mode automatique jusqu’à ma rencontre avec le maitre Yoda de la photo. Depuis je “shoot” à droite et à gauche, histoire à terme de pouvoir produire des photos de nos produits “qui claquent” à mettre dans la boutique en ligne.

PS : Ce bouldogui n’est pas maitre Yoda !