Articles

Quel rapport entre un chirurgien, un pianiste et un magicien… Leurs mains et nos savons à froid surgras !

Josep-Ma-Rosell-pict

In mano veritas

Ces dernières années, J’ai beaucoup parlé de l’utilisation spécifique de nos savons à froid pour le visage, la toilette intime ou les cheveux. Mais je n’ai jamais vraiment abordé le rôle d’un bon savon surgras à froid pour un entretien optimum des mains. Je ne parle pas d’hygiène, la chose est entendue, je parle là d’un véritable soin hydratant et nourrissant.

La récurrence de commandes de certains clients Gaiia dont je connais la profession m’a intrigué et puis je me suis souvenu d’un échange avec un grand utilisateur de notre savon le très doux, un magicien français exerçant ses talents au Japon où il est en passe de devenir une véritable star.

Ses mains sont son outil de travail. Spécialisé dans le « Close Up » (des manipulations proches des spectateurs) la moindre corne ou crevasse sur ses mains ou sécheresse de peau peut nuire à la réalisation de son tour. Il en prend donc grand soin avec nos savons surgras. La glycérine naturellement contenue dans nos savons, combinée au surgras apportent l’hydratation et la douceur dont ses mains on besoin, idem pour le chirurgien et le pianiste !

C’est vrai pour chacun de nous en hiver, avec le retour du froid, nos mains sont mises à dure épreuve. Déshydratation, gerçures, engelures, alors si en plus votre profession implique que vous vous laviez les mains plusieurs fois par jour avec des produits liquides synthétiques irritants et asséchants, c’est la « cata » !

Ma petite astuce à moi !

Personnellement, sur mon bureau j’ai toujours des petits bouts de savons surgras que je manipule. De temps en temps, je m’en passe sur les mains que je frotte ensuite énergiquement et croyez moi, j’ai les mains toutes douces tout le temps :-)

bureau-gaiia

En conclusion, prendre quotidiennement soin de ses mains avec un savon à froid surgras est une base, mais en hiver et selon votre métier, il faut protéger vos « mimines » des agressions du froid et de la pluie avec des gants tout chauds et surtout les hydrater et les nourrir régulièrement avec des huiles ou des beurres végétaux. Aie ! Voilà que je commence à écrire comme une conseillère beauté « Grazia » ou « Marie-Claire » ! Qui que tu sois, sort de ce corps de barbu et lave toi les mains !


Source photo du haut: Josep Ma. Rosell


UNE NOUVELLE FORMULE ENCORE PLUS DOUCE POUR NOS SAVONS SURGRAS A FROID !

new-formule-gaiia


Les savons Gaiia font leur rentrée avec une nouvelle robe plus lisible, qui permet de distinguer du premier coup d’oeil nos savons surgras neutres de nos savons parfumés aux huiles essentielles. Mais surtout et c’est là la grande nouveauté : une nouvelle formule composée d’huiles végétales d’Olive, de Son de Riz, de Noix de Coco et de Ricin.

Une nouvelle formule de savon à froid encore plus douce pour la peau qui nous à pris quelques mois et de nombreux tests dans la quête du parfait dosage.

Plus doux tu meurs ! *

* Exclamation prêtée à George Abitbol, l’homme le plus fort du monde :-)  george-abitbol.fr/

En reformulant nos savons, nous avons fait le choix de l’ultra-douceur, cette douceur que beaucoup d’entre vous ont plébiscité au cours de nos échanges. Votre volonté, tout comme la notre étant de bénéficier, au delà d’un savon, d’un parfait soin lavant dont les premières vertus seraient la douceur et l’hydratation.

Une formule de savon surgras encore plus douce aussi pour la planète, car même si la provenance de notre huile de Palme (Amérique du Sud) était irréprochable et ne participait pas à la déforestation de l’Indonésie, notre conviction personnelle sur le sujet nous à poussé à remplacer cette huile par l’huile d’Olive et nous sommes très très fiers du résultat !

Certains d’entre vous ont pu tester nos nouvelles formules en « exclu » cet été et nous remonter leurs premières impressions qui ont été très positives ! Alors profitez vous aussi dès maintenant de l’ultra douceur Gaiia !

 

Quelques conseils pour reconnaître un savon à froid (SAF)…

savons-saf Petit guide pratique en 7 points pour reconnaitre un savon à froid dans le vaste monde des savons solides.

C’est quoi déjà du savon et quels sont les enjeux ?

Le savon est le résultat d’un mélange de corps gras (ex: huiles végétales) et d’un agent alcalin (ex: soude, potasse, cendre…).
Le savon et la glycérine résultent de cette réaction appelée saponification.

Un savon à froid est un savon de qualité, la chose est maintenant reconnue mais il y a aussi et surtout un enjeu culturel !
– Les dernières vraies savonneries de Marseille ferment les une après les autres sans êtres aidées par la région ou l’état.
– Une appellation non protégée laissant 99% de la production hors France et sans huile d’olive, ce qui est scandaleux alors que le savon est un objet du patrimoine français et reconnu comme tel dans le monde entier…

C’est au savon à froid de re-devenir un emblème culturel, le symbole du nouveau savon français de qualité !

1 – l’INCI (liste des ingrédients).

Lire l’INCI (liste des ingrédients) est le premier des réflexes à avoir pour différencier un savon à froid d’un savon industriel, mais ce n’est pas si simple.

La plupart des savons industriels étant fabriqués à partir de bondillons de savon (chips ou copeaux de savon tout prêts sans glycérine fabriqués pour la plupart à base de palme en Indonésie) ou à partir de graisse animale (Sodium tallowate, graisse non noble comme des déchets d’abattoir, os etc…).
La méthode la plus simple est de lire les deux premiers ingrédients cités, si ces deux premiers ingrédients sont :

« sodium palmate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Douce Nature…
« sodium tallowate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Savons Donge…
« sodium tallowate » puis « sodium cocoate » = Savon industriel / ex : Mont St Michel…

Invariablement, ces deux combinaisons des deux premiers ingrédients ne sont jamais des savons à froid.

Il existe deux types d’INCI chez les savonniers à froid :
cas N°1 – Sont mentionnées les matières premières mises en œuvre avant la saponification.
cas N°2 – Sont mentionnés les ingrédients présent après saponification.

Dans le cas N°1, les huiles conservent leurs noms, ex : cocos nucifera oil / huile de noix de coco.
Dans le cas N°2, le nom des huiles saponifiés, ex : sodium cocoate / huile de noix de coco saponifié (transformé en savon)

Dans le cas N°1 aucun doute n’est possible, puisque l’INCI prouve que c’est bien le savonnier lui même qui à saponifié ses huiles.
Dans le cas N°2 l’intitulé : sodium + nom de l’huile peut troubler un non initié et laisser penser qu’il s’agit d’un savon à base de bondillons, ce qui n’est évidemment pas le cas chez un savonnier à froid.

Les conservateurs et agents de chélation pétrochimiques aussi sont de bonnes pistes : EDTA, Tetrasodium Glutamate, BHT… vous n’en trouvez jamais dans un savon à froid.

2 – Savon à froid / Ingrédients en français.

Un savonnier à froid a une grande connaissance des huiles végétales, c’est sa matière première, la base, l’ingrédient qui fera toute la différence dans sa formule.

En règle générale, la liste des ingrédients est souvent traduite en français pour que les utilisateurs soient correctement informés. Un savonnier à froid est fier des ingrédients mis en œuvre dans ses formules, alors il en parle volontiers et avec transparence. Parfois les huiles utilisées sont des huiles locales voir même très rares cela peut être aussi un bon indicateur.

3 – Forme / Texture / Transparence.

En grande majorité (mais il existe quelques exceptions) la forme du savon et sa découpe sont de bons indicateurs, il est rare que des savonniers à froid professionnels coulent leurs savons dans de petits moules individuels. Donc le plus souvent les savons à froid sont rectangulaires avec des bords assez francs et semblent êtres coupés à la main. Ils peuvent êtres aussi de forme ronde (autre type de moule), mais pratiquement jamais ovales, arrondis ou d’une forme tarabiscotée. C’est le cas pour l’essentiel des savonniers à froid, toutefois je connais 2 ou 3 savonniers qui coulent leurs savons individuellement dans des moules de type « cupcake », forme de coeur, fleurs…

Les savons à froid sont aussi plus gras au toucher, d’une texture moins compacte ou moins homogène et moins rêche qu’un savon industriel.

La transparence d’un savon SAF :
Mettez un savon à froid (neutre, sans colorants) devant une lumière, vous verrez qu’il est légèrement translucide tandis qu’un savon industriel restera complètement opaque.

gaiia-translucide

4 – Un logo SAF / Mention de Saponification à Froid

 logo-SAF-uniqueOn peut aussi reconnaitre un savon SAF grâce au logo de Saponification à Froid qui est de plus en plus répandu, certains savonniers à froid n’ont  pas désirés apposer de logo sur leurs emballages mais dans tout les cas de figure, même sans le logo SAF, la mention : « Savon à Froid » ou « Savon par saponification à froid » ou  est toujours présente.

5 – Un label bio / Une mention Slow Cosmétique…

Pour le moment, il semblerait que le label bio le plus utilisé par les savonniers à froid soit « Nature & Progrès« , la certification bio la plus exigeante. De plus en plus de savonniers à froid reçoivent aussi la mention « Slow Cosmétique« . Mais même sans label Bio ou mention Slow Cosmétique, un savon SAF est par nature et philosophie plus « biologique » et écologique dans sa conception globale et sa composition que tout les savons « bio » industriels du marché. Un label bio ne permet donc pas d’identifier sur cette seule base un savon à froid.

6 – Le type de marque / Réseaux de distribution.

Bon, là c’est simple, vous pouvez d’emblée rayer toutes les grandes marques présentes dans la grande distribution classique. Ce sont tous des savons industriels réalisés à base de bondillons, des sortes de chips de savon industriel (sodium palmate, sodium palme kernalate…) ou de graisse animal (sodium tallowate).

Aucune grande marque industrielle ne produit de savon à froid, de part son procédé de fabrication et ses quatre semaines d’affinage (cure), ce mode de fabrication n’est pas assez rentable au yeux des industriels.

Les savons à froid se trouvent plutôt en boutique Bio / produits naturels, sur les marchés, en herboristerie et surtout sur internet.

7 – Googliser la marque / Association de Savonniers.

Pour ceux qui on un peu de temps avant un achat, une recherche Google pour vérifier la réputation des produits et de la marque ou une visite sur le site du fabricant est souvent très instructive et une réponse peut être trouvée dans les pages « qui sommes nous » et « mode de fabrication » .

Il est possible aussi en cas de doute sur un savon ou un fabricant de questionner l’association de savonniers à froid comme l’ADNS (Association Des Nouveaux Savonniers)  : www.saponification.org qui gère la distribution du logo « SAF », ou tout simplement consulter la liste (non exhaustive) des savonniers à froid adhérents : Liste ADNS des adhérents « Pro ».

Conclusion

En résumé, l’INCI, le logo SAF ou une mention « savon à froid » vous permettrons d’identifier un savon saponifié à froid. le dernier test étant sans conteste de l’essayer pour enfin l’adopter !

Focus sur notre huile hydratante bio « Sésame / Chanvre / Paquerette » !

hydratant-ps

Quelques précisions sur les ingrédients utilisés dans notre complexe hydratant bio pour peaux normales à sèches.
Notre huile hydratante Bio #4 est le fruit du mélange d’huile de Sésame, d’huile de Chanvre, de Fleurs de Paquerette et a obtenue la mention Bio Nature & Progrès.

cent pour cent bio

Pour rétablir en douceur votre barrière cutanée après les soins #1, 2 et 3 et bénéficier des nombreux actifs naturels dont il est composé, appliquez le complexe hydratant #4 avec votre éponge (ou vos mains) et massez doucement votre visage en lents mouvements circulaires.

L’huile de Sésame vierge biologique.

(Sesamum Indicum seed oil )

L’huile vierge de Sésame est une huile claire fluide inodore avec un léger goût de sésame. Sa teneur en tocophérols (Vitamines E) est importante (entre 20 et 50 mg par 100 g), elle lutte contre les radicaux libres, contient également de la sésamoline et de la lécithine, deux anti-oxydants naturels qui en font une huile très restructurante.

– D’une grande richesse nutritionnelle, elle a une action bénéfique sur la peau et les cheveux.
– Elle agit efficacement contre les irritations et le dessèchement.
– Protège la peau des agressions extérieures.
– Restructure les cellules et permet de maintenir une bonne hydratation de la peau grâce à sa faculté de pénétrer aisément l’épiderme.

Origine: Afrique de l’ouest
Type de culture: Agriculture biologique
Obtention: Pression mécanique
Element de la plante: Graine

Huile de Chanvre vierge Biologique

(Cannabis Sativa seed oil )

L’huile vierge de Chanvre de couleur vert sombre développe une odeur agréable. C’est une huile non grasse qui pénêtre trés rapidemment. Très proche de l’huile de Bourrache, elle conjugue les propriétés les plus intéressantes usitées en cosmétique : hydratante, raffermissante et réparatrice.

L’huile de Chanvre contient un des taux les plus élevés en acides gras essentiels: 76% d’acide linoléique, alpha linolénique et acide gamma linolénique (AGL). Elle contient également les vitamines A, B1, B3, B4, B6.

Origine: France
Type de culture: Agriculture biologique
Obtention: Pression mécanique
Element de la plante: Graine

Fleur de Pâquerettes (macérat)

(Bellis Perennis Flower)
Le macérat de Pâquerettes est réputée pour ses propriétés raffermissantes et tonifiantes. Fabriqué selon une recette ancestrale d’enfleurage, principalement conseillée pour son effet tenseur.

Origine: France
Type de culture: Cueillette
Obtention: Macération
Element de la plante: Fleur

Bellis_perennis


Définir l’état actuel de votre peau.

gaiia-peaux-normalesVotre peau est douce, souple avec très peu d’imperfections.
– Peau uniforme.
– Lisse.
Rare, elle est ferme, élastique, souple et bien irriguée. Elle donne au toucher une sensation agréable de velouté. Le teint est frais, rose, uniforme, le grain de la peau est serré, régulier, sans pores apparents.
gaiia-peaux-sechesFine et fragile, avec les pores sains, sérrés.
– Tiraille après la toilette.
– Peau inconfortable.
– Très sensible.
Une peau sèche est tendue, sa texture est fine, le grain serré, les pores presque invisibles. Elle a parfois tendance à s’écailler légèrement, à se crevasser et à peler très facilement. Elle peut également s’accompagner de couperose.

Voir notre « Protocole de Soins Gaiia » pour peaux Normales à Séches…

Voir aussi notre article « Définir son type de peau »

gaiia-types-de-peaux

A force ta tête c’est la Silicone Vallée !

shampoing-silicone

Cet article est en partie une réponse à ma maman avec qui nous avons tenté de décrypter la liste des ingrédients (INCI) de ses nouveaux cosmétiques.

Que sont exactement ces silicones ?

Les silicones sont des substances qu’on trouve partout en cosmétique :
Ex : Crèmes, Sérums, Shampoings, Démêlants, Mousse coiffante, Anti-âge, Anti-cerne…

Ils sont très utilisés puisqu’ils apportent douceur, brillance et fluidité aux cosmétiques. En gros c’est le type d’ingrédients pratiquement mis par défaut par les « formulateurs » tant les bénéfices pour le produit (et les fabricants) sont nombreux.

Les silicones, substances de confort, n’apportent rien à votre peau en terme de bénéfice, se sont des molécules inertes.

Les reconnaître dans la liste des ingrédients…

Dans la plupart des cas, leurs noms se finissent en …cone ou …siloxane.
Ex : dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane

Ils sont présents dans des produits de marque comme : Elsève, Loréal, Le Petit Marseillais, Dessange, Garnier, Dop, Ushuaia etc… En fait, il est pratiquement impossible de trouver un shampoing sans silicone.

Les plus utilisés sont : le Dimethicone et le cyclopentasiloxane.
Le dimethicone, est un des silicones avec un haut poids moléculaire, il est lourd, gaine très bien le cheveu, mais c’est aussi le plus difficile à « ôter », de par son insolubilité dans l’eau, ce qui à terme peut alourdir le cheveu, et peut s’accumuler sur le cuir chevelu… Le cyclopentasiloxane, en revanche, est soluble dans l’eau, est très volatil contrairement au diméthicone, et donc ne s’accumule pas.

Dans les produits cosmétiques, il s’agit souvent d’une combinaison, des 2… En formulation, on joue sur les proportions, pour obtenir des touchers différents, des propriétés différentes etc…

(Source : www.lecosmetologue.com)

Les silicones sont-ils dangereux ?

La réponse à cette question n’est pas simple, certains diront que non, que ce n’est pas prouvé scientifiquement. Mais c’est aussi ce que l’on disait à propos de pas mal de substances avant quelles ne soient interdites dans les formules ou simplement devenues suspectes.

Les silicones et votre peau, vos cheveux…

C’est un fait, les silicones donnent l’impression que votre peau est plus douce (artifice en plastique), que vos cheveux sont plus soyeux et qu’ils se coiffent et se démêlent plus facilement, qu’ils sont brilliants et super souples. Mais il faut aussi savoir que la présence de silicones compense les effets desséchants des tensioactifs (substance pétrochimique lavante) présents dans les shampoings, gels douches et savons liquides.

Oui mais… Il y a une contre-partie à toute cette batterie d’avantages supposés :

Un effet occlusif et étouffant !

L’accumulation successive des silicones a tendance à étouffer la peau et le cuir chevelu, d’autant que certains silicones sont très résistants au lavage. Cela peut se traduire par des cheveux qui deviennent raplapla et qui graissent plus vite, d’où des lavages plus fréquents voir quotidiens et c’est le début de la spirale infernale : l’utilisation quotidienne d’un produit pour combattre les effets négatifs causés par ce même produit.

Les silicones et l’environnement…

C’est clairement une catastrophe écologique supplémentaire. Les silicones sont des molécules chimiquement inertes mais leur stabilité les rendent pratiquement indestructibles. Ces substances, comme tant d’autres finissent dans les nappes phréatiques, les rivières et sont assimilés par la faune et la flore et par nous même au final.

Conclusion :

Pour nous, une des préoccupations de la Nouvelle Cosmétique et de la Slow Cosmétique est d’aller au-delà du questionnement sur la composition du produit lui-même, mais d’avoir une vision plus large, plus globale sur l’impact des produits que nous réalisons. Il faut absolument que les gros acteurs de la cosmétique se decident un jour à appréhender les effets et causalités de leurs créations plutôt qu’une rentabilité immédiate.

Alors oui, personne aujourd’hui ne peut dire avec certitude si les silicones, plastiques et autres parafines utilisés dans la plupart des cosmétiques sont dangereux faute de preuves. Mais franchement, le bon sens devrait nous suffire pour nous demander si l’accumulation quotidienne et les mélanges de toutes ces substances entre elles ne peuvent être ni anodins ni dénués de risque non ?

Vous vous en doutez…

Les produits Gaiia ne contiennent évidemment pas de silicone ou tout autres cochonneries pétrochimique et sont 100% biodégradables !
Avec nous votre tête ne risque pas de ressembler à la silicone ou la plastique vallée…

 

(*Zohan : héros du film « Rien que pour vos cheveux » – Phrase culte : Je veux rendre les gens soyeux comme la soie ! avec : Adam Sandler et John Turturro)

(Source et extraits : L’excellent blog : lecosmetologue.com)

Focus sur notre soin lavant bio pour peaux « Sensibles à Acneiques »

soint lavant Gaiia pour peaux acneiques
Quelques précisions sur les ingrédients utilisés dans notre soin lavant bio pour peaux sensibles à acneiques. Le soin lavant #2 a été saponifié à froid a partir de beurre de karité, d’huile de Coco, d’huile de Calophylle (Tamanu) et d’huile de graine de Neem.

L’huile de Calophylle (Tamanu).

L’huile brute de Calophyllum inophyllum appelée Tamanu est une huile très aromatique de couleur verte. Elle est connue pour ses vertus réparatrices, protectrices et cicatrisantes : elle soigne les brûlures, l’eczéma, et a des propriétés anti-bactériennes. Elle est très indiquée pour réhydrater et revitaliser les peaux abîmées, et pour les protéger tout en les nourrissant.

Origine: Madagascar
Type de culture: Agriculture biologique
Obtention: Pression mécanique
Element de la plante: Amande

L’huile de Neem

L’huile vierge de Neem est antifongique et antivirale. Certains textes sacrés hindous l’appellent “sarve roga nirvarini”, c’est-à-dire celui qui guérit toutes les affections. Il est en effet considéré en Inde comme un remède universel car toutes ses parties ont des vertus thérapeutiques. Un arbre presque sacré auquel les Indiens vouent un véritable culte depuis des siècles.

Origine: Inde
Type de culture: Conventionnelle
Obtention: 1ère pression à froid
Element de la plante: Graine

Le beurre de Karité

Le karité, qui a la plus haute teneur en insaponifiables, est aussi riche en vitamines A (rétinol), E (tocophérol) et en acide linoléique. Ses utilisations dans la pharmacopée africaine sont nombreuses, excellent protecteur, il hydrate la peau du visage et du corps lui conférant une parfaite élasticité.

Origine: Afrique de l’ouest
Type de culture: Cueillette
Obtention: 1ère pression à froid
Element de la plante: Noix

Définir l’état actuel de votre peau.

gaiia-peaux-sensiblesFine et vulnérable.
– Picotements.
– Rougeur.
– Tiraillements.
Votre peau est assez claire, d’une grande sensibilité cutanée. Elle a tendance aux rougeurs, aux irritations, les allergies sont fréquentes, sensible aux changement d’atmosphères.
gaiia-peaux-acneiquesApparition de boutons ou d’autres lésions parfois profondes.
– Comédons ouverts ou points noirs.
– Comédons fermés, boutons blancs.
– Boutons rouges, sensibles au toucher.
Touche les adolescents, certaines femmes de plus de 25 ans et les femmes enceintes : l’acné est dans ce cas principalement induite par des bouleversements hormonaux.Mais aussi du à une exposition à certains produits chimiques bouchant les pores de la peau

La Nouvelle Cosmétique expliquée !

photo-de-stephan-beutler

Préambule à charge.

Il n’aura échappé à personne que les lignes bougent dans le monde de la cosmétique, et les différentes orientations choisies par certaines marques vont bien au delà de la mise en avant de tel ou tel nouvel actif miracle, breveté,  issu de la pétrochimie et à qui parfois on donne un nom de plante. Non, il existe une vraie rupture initiée il y a un certain nombres d’années par quelques laboratoires pionniers mais aussi par un groupe de filles résolues à fabriquer leurs propres cosmétiques à la maison (la cosméto home-made). Bien entendu, l’un comme l’autre on été moqués voir étrillés par la pensée unique des gros acteurs de la cosmétique pétrochimique des années 50, cosmétique qui peuple encore 99% des linéaires de supermarché.

Les différences avec la cosmétique « traditionnelle ».

C’est une autre façon de penser la cosmétique et surtout et c’est là où se situe la vraie différence, une autre façon de la fabriquer !

Il s’agit d’une philosophie globale plutôt que de simples différences. D’un coté vous avez une industrie cosmétique pétrochimique qui crée ses produits sur une base pétrochimique commune, à base d’eau, d’huile minérale inerte, de plastique, de silicone et de paraffine, que du pétrole en somme. De l’autre, une cosmétique qui à tout repris a zéro en termes de développement et de fabrication et dont les bases sont toujours des ingrédients végétaux ou naturels. Pas de pétrole, pas de silicone, pas de plastique , pas d’agents polluants, pas de conservateurs douteux etc…

La philosophie du plus et celle du moins.

Sans parabens, sans ceci, sans cela… Voilà la philosophie de l’industrie de la cosmétique pétrochimique actuelle, on ne change rien, on se contente de supprimer (jamais de leur propre chef, mais sous la contrainte d’une nouvelle législation européenne ou de l’action d’associations de consommateurs) un ingrédient suspect par un autre parfois encore plus nocif. La dérive ultime de ce type de fabrication reste sans conteste le risible gel douche Sanex 0%, qui affiche comme une gloire : contient 0% de parabens, 0% de colorants, 0% de phtalates et 0% de phenoxyethanol.  Il est intéressant dans ce cas précis de constater d’une part, que le « RIEN », le « SANS » ou le « Zéro » devient un plus produit, un argument voire une qualité, mais aussi que par voie de conséquence tout les autres produits de la marque continuent d’être fabriqués avec les cochonneries supprimées dans le Sanex 0%.  Et le plus grave pour finir : Cela veut dire que depuis des dizaine d’années nous nous tartinons le visage, les cheveux et le corps avec de parfaites saloperies sans qu’à aucun moment l’une ou l’autre de ces marques ne se soit excusée auprès de ses utilisateurs maltraités !

J’enfonce le clou.

Cette cosmétique là, avec ses fausses promesses et ses postures pseudo-scientifiques est en réalité une industrie de la bidouille, qui ne crée plus rien depuis des années, qui se contente de recycler de vieilles formules (pétrochimiques) au gré des désirs du département marketing, des changements de modes des consommation ou des ingrédients stars du moment.

L’argan est à la mode ? Ok les gars, reprenez toutes nos vielles formules, rajoutez 1% d’huile d’Argan, faites mousser et donnez ça aux « pubards », y vont nous faire une « comm » aux petits oignons !

Et la « Nouvelle Cosmétique » alors ?

La « Nouvelle Cosmétique » a, elle, dès le début adopté la philosophie du plus :
Du plus naturel, du plus écologique, du plus éthique, du plus responsable, du plus logique, du plus simple enfin.

Cette philosophie basée sur des cosmétiques fabriqués avec autre chose que du pétrole et qui faisait sourire il n’y a pas si longtemps, ébranle aujourd’hui les consciences des plus sceptiques en contraignant même de très gros industriels à revoir leurs copies, en surface malheureusement (publicités / marketing / greenwashing) mais pas en profondeur (ingrédients / fabrication / éthique / pratiques commercial).

Cette nouvelle cosmétique est une vraie lame de fond qui s’inscrit dans un changement de société qui me parait inéluctable et qui touche à tous les domaines. Le mouvement vers cette nouvelle ère a déjà pris des formes diverses, l’essor du « Bio », la cosmétique « home-made », des pratiques comme le « layering » et parmi les acteurs les plus actifs de ce changement le mouvement « Slow Cosmétique » initié par Julien Kaibeck (lire : « Adoptez la Slow Cosmétique« ) dont nous nous sentons très proches.


La place du « Bio » là-dedans.

Et bien, même si je conseillerais toujours dans le doute entre deux produits de choisir le produit estampillé « Bio », les choses ne sont pas si simples.
Par exemple, prenons un produit issu de la « Nouvelle Cosmétique », comme cette chantilly de Karité à la Vanille Omum. Même sans label « Bio » cette émulsion créée à partir de produits naturels comme du beurre de Karité, de l’Aloé Vera, de l’huile de Sésame, un macérât de Vanille et rien d’autre, ne contiendra aucune pétrochimie ni conservateur nocif ou polluant parce que ce n’est tout simplement pas dans la philosophie de cette nouvelle cosmétique.

Tandis que, et c’est souvent la cas, pour faire d’un produit pétrochimique non « Bio » un produit pétrochimique « Bio » il suffit selon la tolérance du label choisi de garder la même composition de base et d’y adjoindre un ou des ingrédients « Bio ».


Pour les derniers sceptiques…

Pour les derniers sceptiques, ceux qui pensent que les « Big Boss » de l’industrie cosmétique pétrochimique sont tellement gros et puissants qu’ils sont indéboulonnables.  Je citerai en exemple le cas de « Kodak » le géant de la photo argentique pendant plus de cent ans. Une des boites les plus riches de la planète encore dans les années 90. Des p’tits gars, ingénieurs chimiste qui se marraient en voyant se développer sous leurs yeux la photo numérique. Ils n’y ont pas cru, ils se sont moqués, ils étaient très gros et ils sont maintenant à genoux et très très morts.

En plus, le plus idiot dans l’histoire est que c’est un gars de Kodak qui a inventé la photo numérique !

A suivre…

(Source photo : Stephan Beutler)

 

Les bienfaits des huiles végétales, un livre de Michel Pobeda !

C’est depuis quelques jours mon nouveau livre de chevet, enfin un bouquin sur les huiles qui bouscule les idées préconçues et la pensée unique !

Pour vous donnez une idée du contenu voici le texte du quatrième de couverture :


Les huiles végétales – qui représentent un tiers de notre alimentation et sont omniprésentes dans les produits cosmétiques – sont déterminentes dans nos rapports, bons et mauvais à la santé. Cet ouvrage propose un concept original pour les appréhender. La méthode pratique d’utilisation des huiles passe par une explication claire des fonctions, créant ainsi une nouvelle approche méthodologique pour ces produits naturels essentiels.
300 références botaniques complètes précicent les variétés et confirment l’approche scientifique.

Un ouvrage pratique et engagé pour la défense d’une hygiéne de vie, un outil pour comprendre, expliquer les enjeux et les dessous d’un systeme :

– Histoire, définitions, botanique, étymologie, fabrication, transformation : des bases indispensable.
– Plus de 200 huiles végétales et 40 macérâts huileux.
– Un guide d’utilisation en fonction des effets recherchés ou des troubles à soulager.


L’auteur, Michel Pobeda à travaillé dans le négoce international des huiles, ils les à triturés pour en étudier les applications en cosmétique, nutrition et savonnerie.

Un livre à découvrir d’urgence / Editer chez Marabout / En vente chez Amazon ICI…

Une petite photo de l’artiste réalisé par Anthony et un lien vers le site des huiles de Michel : huile.com

Karité Kid !

« Karité Kid » c’est Alexis, le patron de Territoire-d’Afrique.
Producteur / Importateur de Karité ! Un passionné qui peut parler de ses produits pendant des heures (vécu).

« Le karité, issu de l’arbre du même nom, est une richesse léguée depuis des temps ancestraux par notre terre Africaine. Son pouvoir est connu depuis l’égypte ancienne, et nous retrouvons sa trace auprès de reines égyptiennes réputées pour leur beauté, comme Nefertiti.

Le karité est un arbre d’Afrique de l’Ouest haut de 10 à 15 mètres. Le nom botanique du karité est Butyrospermum Parkii. Butyrospermum vient du latin butyro (beurre) et spermum (semence), Parkii venant du nom de l’explorateur Mungo Park qui a écrit sur le karité. Le karité pousse à l’état sauvage exclusivement en Afrique (Ceinture karité en Afrique de l’Ouest). Il faut une quinzaine d’années pour récolter les premiers fruits. Le fruit comestible du karité contient l’amende d’où l’on tire le beurre de karité riche des vertus qu’on lui connaît. »

La démarche de Territoire-d’Afrique ne s’arrête pas au commerce de Karité pur et simple, et c’est ce qui m’a séduit,  Alexis, est pleinement investit dans l’économie et la vie sociale de cette région du bénin,  ( Voir leurs plaquettes au format PDF ICI et ICI ).

« Nous avons à coeur de promouvoir et mettre en valeur la richesse de cette noble ressource africaine… »

Territoire-d’Afrique peut fournir du Karité Bio (EcoCert) ou non, en grosse comme en petite quantité (mini 1 kilo) il me l’a confirmé hier. Alors, n’hésitez pas à le contacter, il est tout autant passionnant que passionné !

Je le cite une dernière fois :

« Notre but est de créer une plate-forme vers des produits Africains, donc à partir du Bénin, en s’axant sur la qualité, et une très forte valeur éthique. Nous apprécions bien évidemment le travail des savonniers artisanaux, porteurs des mêmes valeurs que nous ! »

PORCHER Alexis
TERRITOIRE D’AFRIQUE (SARL)
Matières premières Africaines/African Raw materials
49100 ANGERS
Tél: 02 41 35 06 45 / 06 15 98 83 02
serviceclient@territoire-dafrique.fr