Je crois que tout a commencé en 2009. Plus exactement, le jour où mon père m’a demandé de tester un savon (L’unique très doux, je m’en souviens comme si c’était hier). Il était en quête d’avis pour améliorer sa formule…

Je ne dirai pas que j’étais fan de gel douche, mais je ne mettais jamais posé la question d’en changer. Il faut bien l’avouer, j’étais carrément septique quant à l’idée d’utiliser un « pain de savon ». J’avais l’image du savon vert mi séché mi humide qui trainait sur le bord du lavabo de chez ma grand-mère. A cette période, je n’écoutais pas mon corps. Nous cohabitions.

Au bout de quelques semaines (moins d’un mois), plus rien ! Plus de psoriasis. Ma prise de conscience a commencé ici.

Pensée à moi-même : « Si un savon sans substance de synthése améliore la qualité de ma peau, il faut que j’envisage sérieusement de faire attention à ce que je lui applique. Mais alors, ce que je mange aussi a un impact, tout ce que nous ingérons, tout ce que nous respirons ! »

LA GRANDE PANIQUE. Soudain, je prenais véritablement conscience de la VIE ou plutôt du terrain hostile dans lequel nous vivons. Il ne faut pas se mentir, nous avons contribué à cette férocité. Ces derniers siècles, nous nous sommes éloignés de mère nature. Elle, pourtant qui nous loge et qui nous nourrit chaque jour. Insolents et ingrats que nous sommes nous ne la respectons pas. Je préfère me dire que c’est en train de changer et que chaque jour nous y contribuons tous à notre échelle.

Petit clin d’œil à mon savon préféré

UN DEBUT A TOUT… TOUJOURS ESSAYER DE FAIRE DE SON MIEUX

Au début, je ne savais pas par où commencer car le changement pour arriver à une vie plus harmonieuse me paraissait colossal. La première étape fut donc d’améliorer ma routine hygiène et beauté. Je le concède, ce fut une transition assez fluide et accompagnée car mon père lançait en même temps Gaiia. Il m’a donné tous les conseils et astuces me permettant de ne plus consommer aucun produit issu de la pétrochimie. Très vite mon corps me fit remarquer ces changements, premiers constats : ma peau et mes cheveux étaient de bien meilleure qualité.

JE NE TE L’AI JAMAIS DIT…

Avec du recul, on peut donc dire que grâce à mon père, et à ce savon qu’il me mit entre les mains, j’ai adopté des choix simples, efficaces et naturels, que ce soit dans mon hygiène, mon alimentation mais aussi et surtout dans le domaine de la santé.

Je suis convaincue que l’on peut se soigner avec ce que la nature met à notre disposition. Nous devrions tous être notre propre médecin et avoir une connaissance profonde de notre corps, des plantes et des médecines alternatives.  Hippocrate aurait pu dire : que ton alimentation soit ta première médecine.

C’est donc aussi grâce à toi papa, que j’ai depuis quelques années cette envie de me tourner vers les médecines douces et d’en faire mon métier. Tu as quelque part planté une graine le jour où tu m’as demandé de tester ton savon.  Merci de m’avoir montré la voie.

Alyssandre, ta fille

PS : je sais papa que ta gamme comporte plusieurs savons, mais l’unique très doux a une véritable symbolique pour moi. Ne sois donc plus étonné que je te demande toujours le même depuis 10 ans.