Les mains sont les premières sources de contaminations. Tout passe par elles car c’est une des parties du corps que nous sollicitons le plus.

Selon l’INPES, l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé, 80 % des microbes se transmettent par les mains. On peut donc en conclure que pour ne pas tomber malade le lavage et l’hygiène des mains est la première des précautions à prendre. Le premier geste barrière en somme.

Il est important d’en prendre conscience dès le plus jeune âge. L’apprentissage est un jeu, alors soyons créatifs pour montrer à nos enfants comment se laver les mains correctement !

Pourquoi est-ce important de se laver les mains régulièrement ?

Comme nous venons de l’expliquer, nous transmettons beaucoup par les mains. Il est donc important de réduire le risque de transmission des germes responsables de maladies infectieuses.

De plus, étant tout le temps en contact avec nos mains nous touchons énormément de zones peu hygiéniques, comme les poignées de portes (surtout de toilettes), les barres de métro, les objets du quotidien (téléphone portable, clavier, souris…)

Les bactéries peuvent rester vivantes jusqu’à 3 heures sur vos mains. Un geste simple peut réduire considérablement le risque de contamination.

QUAND SE LAVER LES MAINS ?

Sans rentrer dans une psychose absolue, il est néanmoins important de respecter une certaine logique pour éviter le plus possible la contamination par les mains.

Le bons sens dirait qu’à chaque fois que l’on souhaite entreprendre une nouvelle tâche on se lave les mains. A chaque fois que le rythme est coupé par une nouvelle initiative. Exemple, j’ai besoin d’aller aux toilettes. Je quitte donc mon bureau, me lave les mains, va aux toilettes puis me relave les mains et reviens à mon bureau.

Ou encore… Il est midi, j’ai faim. Je termine mon mail, quitte mon bureau, me lave les mains pour préparer à manger ou manger.

Inutile aussi de préciser qu’à chaque fois que l’on revient de l’extérieur la première des choses est de se laver les mains !

Bref, du bon sens que nous devons transmettre à nos enfants ;-)

QUEL SAVON UTILISER POUR UN USAGE REGULIER ?

Pour lutter contre la propagation des virus il est très important de se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon. Mais cela ne doit pas pour autant compromettre la santé de votre peau. Se laver les mains avec un produit trop détergent peut dessécher et fragiliser votre peau. C’est pourquoi nous avons créé le savon saponifié à froid hyper surgras, GOA pour les mains. Le savon GOA pour les mains est très doux pour votre peau mais féroce avec les virus !

Comme vous le savez, les savons saponifiés à froid sont faits avec des huiles végétales bio. Le GOA contient dans sa formule 8,5% d’huile en surgras, c’est à dire d’huile qui ne sera pas saponifiée. Le surgras apporte de la douceur au lavage et entretient le film hydrolipidique de votre peau. Le surgras de 8,5% du GOA est un taux très important, même pour un savon à froid.

De plus, le processus de saponification des huiles végétales bio produit de la glycérine naturelle végétale. La glycérine maintient l’hydratation de votre peau et joue un rôle dans son renouvellement cellulaire. Elle se retrouve à 8% dans tous les savons saponifiés à froid Gaiia.

L’action anti-virale des savons expliquée

Les principes actifs du savon comme le GOA mains sont des tensioactifs, molécules qui peuvent être assimilées à des pieds-de-biche, utilisables à l’échelle nanométrique pour démanteler le virus.

Lorsque nous nous lavons les mains, le savon démantèle l’enveloppe du virus. Ce dernier n’a plus la clé pour entrer dans nos cellules. L’ARN viral est également détruit car il devient accessible aux tensioactifs du savon.

Ces tensioactifs vont séparer les briques chimiques composant l’ARN de la même manière qu’ils agissent sur la membrane lipidique du virus. Le virus est maintenant décomposé en petites parties qui vont se lier aux molécules de tensioactifs du savon pour créer des micelles, solubles dans l’eau. Le virus disloqué part avec l’eau de rinçage.

Retrouvez l’article de notre blog reprenant l’ensemble des explications scientifiques données par Lise ABIVEN, Doctorante à Sorbonne Université