Articles

Expliquer la cosmétique solide naturelle : mission impossible ?

Lorsque l’on regarde un film « Mission impossible » ou un épisode de la série originelle, le postulat est que la mission dite impossible, comprenez sauver le monde et mettre les méchants hors d’état de nuire, sera accomplie magistralement par le héros. Un grand classique de la cinématographie et de la littérature. Et lorsque je fais face à ma mission qui consiste, entre autres, à expliquer notre cosmétique solide naturelle Gaiia, j’aimerais vraiment avoir le talent de Tom Cruise pour l’accomplir avec autant de force et de brio.
J’ai toujours accompagné Franck dans la création et le développement de Gaiia, tout en ayant ma propre activité, jusqu’à l’année dernière où, ayant vendu mon entreprise, j’ai rejoint l’équipe. Ma mission sur le papier est assez hétéroclite : une partie de community management, rédactionnel pour le site, création de PLV, packaging, graphisme, rédaction d’articles, organisation d’évènements…

Mais ma mission globale, avec toute la force émotionnelle que porte un objectif impérieux, est de faire connaître et comprendre les bienfaits de nos savons saponifiés à froid, et de notre cosmétique solide naturelle sur la peau et sur l’environnement, de leur mode de fabrication à leur utilisation.

Vous me direz peut être : So what ? Ben oui qu’y a-t-il de si compliqué ? Si les produits sont bons, pas de problème… Et pourtant les problèmes sont bien là. Les voici résumés en 5 points.

Le premier problème est la confusion qui règne autour de la notion de cosmétique solide naturelle.

Tout ce qui est solide n’est pas naturel, loin s’en faut. Bon nombre de cosmétiques solides sont les mêmes produits de synthèse qu’avant mais sans la bouteille plastique. Pourtant on peut lire : « cosmétique solide naturelle », « ingrédients d’origine naturelle », « doux pour la peau », « fabrication artisanale », « Fabriqué en France », « eco-responsable » « Vegan », « Cruelty free » (j’en passe et des meilleures) sur presque tous les produits solides, quelle que soit leur composition, et même lorsqu’ils contiennent des tensioactifs de synthèse ou que leur mode de fabrication est industriel et sous-traité.

Alors que dire pour différencier notre cosmétique solide naturelle de celle qui ne l’est pas ?

Vraiment naturel ?

Vraiment doux pour votre peau ?

Vraiment artisanal ?

Vraiment fabriqué en France ?

Vraiment pas polluant ?

Pas sûr que cela soit efficace face au greenwashing forcené de certaines marques…

Surtout que bon nombre de marques usent sans vergogne d’abus de langage et entretiennent cette confusion. Et le pire c’est quand elles tombent dans le pathos en agitant le spectre d’une maladie (qui n’a pas existé) ou se posent en sauveur de la nature avec leur pain de tensioactif chimique ou avancent l’argument savon pH neutre qui n’est en aucun cas une garantie d’innocuité. Certains tensioactifs de synthèse affichent même l’allégation « sans savon » alors que sincèrement, il n’y a vraiment pas de quoi s’en vanter…

Le deuxième problème qui découle du premier est l’aspect technique.

Et oui ! pour comprendre vraiment ce qui différencie les savons saponifiés à froid, des savons saponifiés à chaud, des savons industriels ou des tensioactifs de synthèse et autres syndets pétrochimiques, il faut rentrer dans des questions techniques qui peuvent facilement déclencher des bâillements, des sourcils froncés et parfois même de l’agacement.

C’est là qu’arrive le troisième problème : être le porteur de mauvaise nouvelle.

Car l’agacement dont je vous parle est lié à la déception que provoque le dévoilement par l’explication technique de la nature réelle de certains produits utilisés de longue date et en confiance.

Et boum ! Quatrième problème : paraître critique et trop offensif.

Tout en donnant des explications claires et en tant que représentante de la marque, je dois me départir d’un discours trop militant qui sera à coup sûr perçu comme agressif. Et croyez moi, cela m’est très difficile. Car Gaiia est à mes yeux une entreprise à mission, c’est à dire dont le but ne se limite pas à faire du commerce, mais à le faire de manière vertueuse, pour le bien de tous. Pleine de ce noble sentiment, j’ai une fâcheuse tendance à mettre trop d’énergie dans mon discours, ce qui est loin d’être toujours productif.

Le cinquième problème qui est sûrement le pire, est l’indifférence et l’individualisme.

Combien de fois ai-je entendu « les bouteilles plastique c’est plus pratique », « moi je n’ai pas de problème de peau », « Nous on achète si c’est écrit sans paraben »… et même j’ai eu cette question : « Est-ce que je vais paraître plus jeune si j’utilise vos produits ? ». Bref cela revient à dire que tout ceci, c’est à dire, l’explosion des cas d’eczéma et d’atopie surtout chez les enfants, la pollution de l’eau par le plastique et les tensioactifs pétrochimiques, l’envie d’un monde plus sain et plus naturel en modifiant quelques habitudes de consommation… oui tout ceci leur est indifférent, ils ne se sentent pas encore concernés. Et pourtant l’impact sanitaire et écologique qui découle de l’usage de tensioactifs de synthèse nous concerne tous, directement et indirectement. Nous savons que cette indifférence est aussi très souvent due à l’omniprésence d’un discours marketing asséné à grand renfort de budget publicitaire par les marques «conventionnelles » qui veulent préserver leurs parts de marché. Et nous espérons toujours que ces personnes, suite à une rencontre ou une discussion, feront un jour, le choix de la pilule rouge.

Pas de dénouement spectaculaire mais une construction collective pour une vraie cosmétique solide naturelle.

C’est vrai, je reste sans voix face à certaines réactions. Je me sens souvent seule, impuissante, maladroite et je m’interroge encore et toujours sur la meilleure manière de porter les valeurs et les qualités de Gaiia. Mais même si à ce jour ma mission me paraît parfois impossible, je garde l’espoir et la foi en l’humain. Je rencontre à la savonnerie, en pharmacie ou sur le net de très belles et fortes personnes qui portent haut et clair des convictions et des valeurs qui nous sont communes.
Je suis convaincue que c’est par ce mouvement collectif que nous construisons et alimentons chaque jour par des choix et des gestes quotidiens, que nous accomplirons tous ensemble cette mission d’expliquer et faire connaître les bienfaits d’une cosmétique solide vraiment naturelle.

Sabine
Savonnerie Gaiia