Les abus d’utilisation du qualificatif « naturel » sur des produits comme les gels douches ou savons sont tellement nombreux, que les consommateurs peinent pour s’y retrouver. Il faut donc apprendre à reconnaître les produits qui offrent réellement une qualité écologique. Normalement, Naturels ou Bio devrait forcément dire que les ingrédients sont d’origine végétale et non pétrochimique. Et là, autant vous dire que c’est pratiquement mission impossible de trouver ce type de produits dans la grande distribution au milieu des rayons cosmétiques. Alors, si on ne sait pas lire les étiquettes, il vaux mieux plutôt se fier à la typologie du magasin, cela ressemble peut être à une lapalissade, mais au moins dans un magasin ou une e-shop estampillé Naturel / Artisanal ou Bio, les possibilités de se faire avoir sont bien plus réduites que de succomber aux packaging faussement naturels de certaines cochonneries proposés en GMS !

alapoubelle

Avantages des vrais produits dit Naturels ou Bio :
* Ils sont généralement moins agressifs pour la peau.
* Ils stimulent moins la sécrétion de sébum, qui incite à se laver plus souvent (plus précisément pour les cheveux).
* Leur biodégradabilité est rapide.
* Leur impact sur la vie aquatique est minimal et ils ne sont généralement pas testés sur les animaux.
* Ils ne sont pas bourrées de cochonneries pétrochimiques.

Donc, si dans les grandes surfaces, il est très difficile de trouver des savons naturels ou bio. En revanche, la plupart des parapharmacie proposent des marques de qualité et elles en sont généralement proche géographiquement.
(Attention toutefois avec certains faux savons d’Alep).

Enfonçons encore un peu le clou des gels douches :
Typiquement l’exemple du produit marketing (don’t be evil mister marketing man !), qui permet aux fabricants de vendre nettement plus cher un produit qui contient beaucoup plus d’eau que le savon ainsi que de nombreux additifs, tout en générant de grandes quantités de déchets d’emballage et de pollution aquatique. Aux agents lavants (tensioactifs) sont ajoutés des gélifiants d’origine naturelle (caroube, pectine, alginates…) ou plus souvent synthétiques s’il s’agit de produits conventionnels (c’est à dire 98% des produits vendus en grandes surface). Peuvent être ajoutés également des épaississants, des surgraissants, des correcteurs de pH, des conservateurs antimicrobiens, des antioxydants, des parfums…
Ils s’usent aussi plus vite de part la quantité utilisé a chaque fois, ils reviennent donc plus cher que du vrai savon.

Les savons naturels par saponification à froid eux :
* Sont issus de recettes ancestrales.
* Ce type de  savon est un detergent à base de corps gras (huile végétales, parfois des graisses).
* Ils sont totalement biodégradables.
* Ils nécessitent trés peu d’énergie lors de leurs fabrication et ont donc un impact moins important sur l’environnement.

Ne nous mettons pas n’importe quoi sur le corps, la peau est le plus grand et le plus poreux de tous nos organes, alors prenons en grand soin et jettons à la poubelle les « Talliti douche Machin » et les « Uschouaia aux extraits de bois de n’importe quoi » !

Je parle rarement d’actualité sur notre blog, mais mon indignation et ma tristesse sont à leurs comble face à la catastrophique marée noire qui arrive sur les côtes Américaine. Une citation exprime bien ce qui est en train d’arriver :

« L’attitude de l’homme envers la nature est aujourd’hui fondamentale parce que nous avons maintenant acquis la puissance fatidique de modifier et de détruire notre environnement. Mais l’homme fait partie de la nature, et sa guerre est inévitablement une guerre contre lui-même. »

Rachel Carson dans une interview à CBS en 1964

Rachel Carson biologiste qui à écrit le « Printemps silencieux‎ » (Silent Spring) en 1962, pamphlet contre l’usage du DDT, interdit dix ans plus tard sur le territoire américain !

Pêle-mêle, quelques images relatives à l’inde ce matin :

Ganesh
Le dieu à tête d’éléphant, sans doute la divinité la plus populaire de l’Inde, c’est le dieu du savoir et de la vertu. Porteur de chance, on ne manque pas de l’invoquer avant d’entreprendre une action importante. Il tient une hache (parashu) dans sa main et il mange des petites pâtisseries (modaka).

Image-1

Avatar
L’utilisation du mot « Avatar » est devenu courante aujourd’hui avec internet, les jeux, et le film de James Cameron. En revanche on sait moins qu’un « Avatar » selon la mythologie hindoue, était le nom donné à une déité qui descendait sur terre et prenait forme. Quand le mot a été intégré à la langue anglaise, il en vint à désigner toute chose d’aspect remarquable ou extraordinaire.

Définition d’Avatar (d’après le Petit Robert) :
* Dans la religion hindoue, chacune des incarnations de Vishnu.
* Sens figuré : métamorphose, transformation.

Vishnu-In-Bondi

Définition d’Avatar pour les Hindoues :
* Descente, avènement ou incarnation d’une divinité.

Il est amusant de constater que le dieu Vishnu (le dieu « aux 10 avatars ») est presque toujours representé en bleu.

vishnu

Drapeau
Nous nous interrogions dimanche sur le fait de communiquer sur la mention « Made in India » ou « Made in Goa », du coup j’ai voulu en savoir plus sur le drapeau Indien. Il à été adopté sous sa forme actuel en juillet 1947 on l’appelle le tricolore.

1947_India_Flag

Composé de trois bandes de couleurs horizontales et d’une roue en son centre dont voici la signification :

* Le safran désigne renonciation ou désintéressement.
* Le blanc au centre est la lumière, le chemin de la vérité pour nous guider.
* Le vert montre notre relation avec le sol, notre relation à la vie végétale ici, dont toute vie dépend des autres.
* Au centre l’Ashoka Chakra la roue de la loi du « dharma » , le mouvement, la roue représente le dynamisme d’un changement pacifique.

Contexte :
Le respect des Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) est un des piliers du règlement européen sur les cosmétiques. Ce règlement impose des mesures très strictes pour garantir la sécurité des produits cosmétiques aux consommateurs de l’ensemble du marché commun. Fabricants d’ingrédients, producteur de produits finis, distributeurs, importateurs/exportateurs, tous les acteurs de la branche cosmétique sont concernés par ces obligations et la définition d’une responsabilité accrue de chacun.
Tous les produits circulant sur le marché européen devront être élaborés en respectant les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF), décrites par la norme ISO 22716.

rubinstein

Les avantages des BPF sur les cosmétiques :
* Faciliter l’organisation et la réalisation des activités d’un établissement cosmétique, de façon à maîtriser les facteurs pouvant avoir une incidence sur la qualité des produits cosmétiques.
* Prendre en compte les besoins spécifiques du secteur cosmétique.
* Diminuer les risques de confusions, d’oublis, de détériorations, de contaminations, d’erreurs.
* Impliquer le personnel par une meilleure connaissance des activités.
* Garantir au consommateur un produit cosmétique d’une qualité définie.
* Disposer d’un référentiel international reconnu lors de lors de l’exportation et de l’importation.

Comment :
Divers organismes ou consultants indépendants proposent des certifications pour la fabrication des produits cosmétiques sur la base des bonnes pratiques figurant dans la Norme ISO 22716.
Cette certification s’adresse à tous les acteurs de l’industrie cosmétique, qu’ils interviennent au stade de la fabrication, de la production, du contrôle, du stockage, du conditionnement ou de l’expédition des produits cosmétiques. Avec la Norme ISO 22716, ils disposent d’un référentiel commun à toute la profession et reconnu internationalement.

Pour allez plus loin je met en lien un fichier PDF de 28 pages, texte complet de la norme ISO 22716 et des bonnes Pratiques de Fabrication (BPF). Le texte date de 2007, il y a eu quelques petites mises à jours depuis, mais pour ceux ou celles que cela intéresse l’essentiel est là.

(Credit photo: Photo prise dans l’usine de Helena Rubinstein’s à long Island, NY, US en 1953.)

Cela aura été un dimanche après-midi studieux à Lyon avec la « Dream Team » de Sup de Com autour du cas Gaiia ! Studieux et très intéressant aussi. J’en reparlerais fréquemment au fil des avancés de leurs travaux.
f-1

Cette prémière rencontre m’a permis de constater l’intérêt que suscite notre demarche (humain / produit) sur cette équipe, même pour un « écolo-septique » comme JB (Celui qui dépasse d’une tête les flous Gaussiens).
Les questions et points de vues ont été autant techniques (Cracote, grande classe sur tes connaissances du monde de la chimie), morales, d’ordre financiers, éthiques, curieux et éco-concernés (la palme de l’éco-citoyenneté est décernée à Mickael).
Des infos (promis Julien je jetterais un coup d’oeil la dessus) aussi sur les Parapharmacie qui commencent à êtres intégrés au sein de la grande distribution et l’explication animé qui en à suivie pour expliquer à quel point nous ne voulions JAMAIS être distribué par les tenors de la GMS (Une multitude d’autres canaux sont à notre disposition pour exister sans eux) et bien sur une spéciale dédicace à Alyssandre pour l’animation des débats, la pertinence des questions et la base line « Savon super naturel » !

Mais de cette réunion ressort une question fondamentale !

Sur nos boites de savons allons-nous écrire :
« Savon très Naturel »
ou
« Savon Super Naturel »

Ce n’est pas une blague, nous adorons ce coté décalé, trop peut-être ?…

(Credit photo: Bibliothèque Google LIFE Magasine)

Cela à été une grande surprise que la découverte de cette entreprise Française : « Limpid Day », jeune société qui innove sur le marché du bien-être naturel grâce au concept d’Aroma Wear® : des vêtements aux huiles essentielles bio.

linpid-wear

Relaxation et hydratation
C’est ainsi qu’est né le concept d’Aroma Wear® : des vêtements-cosmétiques en coton bio, fabriqués en France. Lors du port des vêtements, les microcapsules libèrent progressivement leur contenu qui a une double action, relaxante et hydratante. Basée sur l’aromathérapie, une première formule anti-stress exclusive, 100 % bio certifiée, sans parabens ni conservateurs, a été élaborée.

J’avais entendu parler de recherches sur la micro-encapsulation de médicaments à l’intérieur de nos vêtements qui se diffuseraient lentement dans le corps, mais je pensais qu’on en était encore qu’au stade expérimental.

A suivre sur leur site pour vous faire une opinion : limpid-day.com

savon-chandrika
Voila mon deuxième savon Indien préféré juste après le savon Mysore, c’est un savon Ayurvédique (médecine traditionnelle Indienne).

C’est en 1940 que l’histoire à commencé, Kesavan Vaidyar Lanka, un médecin ayurvédique à fabriqué le savon Ayurvédique « Chandrika » , dans une petite ville appelée Irinjalakuda au Kerala.

Ayurveda est un mot du sanskrit – la langue ancienne de l’Inde – qui se traduit par la connaissance ou la science de la vie. L’origine de l’Ayurveda date de 5000 ans dans l’enseignement oral des anciens « Rishis » (prononcé ree-shees), ou de maîtres spirituels, qui croyait que tous les êtres vivants ont été basés sur les énergies sous-jacentes. Ils ont développé une méthode Ayurvédique pour équilibrer ces énergies et donc promouvoir la santé et une longévité optimales. la théorie Ayurvédique à influencé la médecine grecque et chinoise et a évolué vers un système sophistiqué pour prévenir et traiter la maladie.

Les ingrédients utilisés dans le savon naturel Chandrika sont entre autres : De l’huile de coco et des huiles essentielles d’Orange, de Patchouli, de Palmarosa, de Feuilles de Cannelle , de Gingembre, de Bois de Santal , de Zeste de citron vert.

Le savon sur la photo n’est pas un produit d’importation, il est réalisé pour le marché Indien. Il pèse 75 grammes et est vendu en pack de deux sur lequel on bénéficie (pour cette fois) d’une super offre pour du « Nescafé Sunrise » (du café soluble).

Ce n’est pas en europe qu’on trouverais associé un produit cosmétique Ayurvédique à un géant mondiale du café ! ce qui prouve à quel point ce savon est un produit de consommation courante en Inde.

savon-chandrika2

*VAD (Contrat de vente à distance)

Tous les e-commerçants connaissent le chemin de croix qu’est la mise en place du réglement CB sur son site. Souscrire un contrat VAD auprès de sa banque quand on débute une e-aventure est aussi facile que de se battre au sabre laser contre deux guerriers « Sith » !

Note pour ma mère: « C’est en rapport avec le film la Guerre des étoiles ».

Mais c’est de l’histoire ancienne tous ça, parce que aujourd’hui nous sommes enfin en phase de pré-production avec le module de réglement bancaire. Je parle de la magnifique l’interface SIPS / ATOS texte noir sur fond blanc avec images au format « gif » digne d’un site des années 1990 !

Je vous laisse découvrir les étapes de réglement sur l’e-boutique Gaiia (pas encore tout a fait définitives).

1 – La page « Panier » ou de façon classique on peut rajouter / supprimer des articles, on peut aussi connaitre à partir de cette page le montant de ses frais de ports ou faire une simulation pour l’étranger.
panier
2 – La page « Identification client » Premiére commande ou déjà client.
ident
3 – La page « Commande » classique avec adresse, récapitulatif de la commande, CGV et choix du mode de réglement.
comm
4 – Et la fameuse page de la banque ou on laisse son numéro de CB le coeur léger parce que les règlements internet sont super sécurisés. A noter que nous avons habillé cette vilaine page aux couleurs de notre site pour la rendre un peu plus attractive. Oui, c’est possible même si ça reste trés limité en terme de personnalisation (en tout cas avec ATOS).
reglement

Il nous reste à ajouter de quoi créer un code pour les coupons « promo » et un texte à écrire sur une carte à l’occasion de cadeaux. Une fois son e-boutique lancé, les améliorations pour rendre l’expérience client la plus simple possible est sans fin. (et c’est tant mieux).
(Un grand merci à Louis / mais le boulot est loin d’être terminé)

Le 22 juin 2010 c’est la journée de la terre que Greenpeace célèbre par une magnifique vidéo. L’utilisation des mains pour représenter les éléments est superbe !

A voir sur le site de Greenpeace ou sur le site journeesdelaterre.com

Cet évènement a été célébré pour la première fois le 22 avril 1970. le Jour de la Terre est aujourd’hui reconnu comme l’événement environnemental populaire le plus important au monde.

Le fondateur de cet événement est le sénateur américain Gaylord Nelson. Il encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l’environnement dans leurs communautés. Aujourd’hui, le Jour de la Terre est célébré, à travers le monde, par plus de 500 millions de personnes dans 184 pays.

Même google se met au vert pour l’occasion, un clic sur le doodle de google vous mène ICI :
google-terre

Cette fois ça y est ! Nous sommes certain de la date d’ouverture de notre e-boutique Gaiia. Initialement prévu pour mi-avril. Deux mois de retard par rapport au planning donc ! Les ventes de savons naturels Gaiia commenceront à partir du 20 juin. Nous avons sous-estimé les méandres de l’administration à Goa et des « Gram Panchayat » qui sont des gouvernements locaux initialement conçus pour fonctionner avec des villages, ils peuvent et c’est le cas à Goa, gérer jusqu’à plusieurs centaines de milliers d’habitants (on est loin du conseil de village!). Enfin voilà, certaines démarches et tractations aurons un peu plombés notre planning initial, mais finalement nous nous en sortons plutôt bien en regard des taches à accomplir.