fraudes
Vendredi dernier, je reçois un coup de téléphone de la « Direction Départementale de la Protection des Populations de la Drôme » pour m’annoncer la venue d’un « Inspecteur Concurrence Consommation et Répression des Fraudes ». Rendez-vous pris pour ce lundi matin 10h00 dans nos locaux…

Surprise !

Stupeur et tremblements, on a beau être en règle (ou le croire) on se retrouve dans la position du lapin pris dans la lumière des phares.  Sentiment d’autant plus exacerbé chez moi que ce coup de téléphone des « Fraudes » intervient le jour même d’un rendu du tribunal de commerce en ma faveur concernant un litige avec un expert réglementaire « W.T.F », rancoeur ? Dénonciation ? Coincidence… ?

L’inspectrice me dit que cela n’a rien à voir, j’en prends acte ne pouvant m’empêcher tout de même d’y voir une relation. Encore ce double effet fraude qui fait que l’on se demande toujours d’ou vient le coup alors qu’ils (les inspecteurs) ne font que leur travail. D’ailleurs, quand je fais l’objet d’un contrôle de routine sur la route par les Gendarmes,  j’ai le même ressenti: inquiétude et sentiment d’injustice, mais pourquoi moi ! (En levant les yeux et les mains au ciel façon mama italienne).

Déroulement des opérations…

A l’heure, notre inspectrice que j’appellerais Claire, dont le travail est de vérifier si tout est en règle et qu’il n’y a ni tromperie, ni publicité ou allégation mensongère chez Gaiia. Claire donc, refusa poliment l’offre d’un café et nous entrâmes directement dans le vif du sujet :

1 – Vérification des outils réglementaires (dossier cosmétique)
2 – Vérification des allégations de nos emballages (prouve ce que tu dit, ou ne le dit pas)
3 – Vérification des mentions Bio (Nature & Progrès)
4 – Vérification des lieux de production.
5 – Petite explication sur notre Méthode de Saponification à Froid que Claire ne connaissait pas.
6 – Discussion importante sur la façon d’écrire les INCI (liste d’ingrédients)

Puis au bout de 2 heures, Claire prit quelques un de nos produits pour en prélever des échantillons pour analyse en laboratoire.

1 – Analyse Micro-Bio.
2 – Analyse Physico-chimique.

Le tout placé dans des sacs en plastique avec des scellés et une étiquette américaine à l’ancienne nommé : Etiquette de prélèvement, genre les Experts à Miami, mais à Chabeuil :-)

T’as pas des photos ?

J’ai évidemment demandé si je pouvais prendre des photos de Claire avec nos produits, des photos des étiquettes de prélèvements (j’adore leur look vintage) mais niet, un aimable mais ferme niet ! L’administration a peut-être peur de la transparence ou plus simplement peur de la propagation et du détournement de certaines images sur internet. Claire m’a demandé un peu étonnée pourquoi je voulais faire un article sur sa visite, je lui ai répondu que c’était dans l’ADN de notre marque, que cet événement (loin d’être anodin) faisait comme d’autres partie de la vie de notre entreprise et que sans internet, personne n’aurait jamais entendu parler de Gaiia.

Mon sentiment.

Quand t’es en règle, c’est comme pour tout, il n’y a aucune raison de s’inquiéter.
Claire à été très pédagogue sur certains sujets et nous avons pu en débattre sereinement. Mais au final, même si je trouve certains trucs un peu injustes (Comme en demander autant aux petits savonniers à froid que aux gros acteurs de la cosmétique) la réglementation est la réglementation et nous ne pouvons que nous y plier.

Je vous communiquerai bien entendu les résultats des tests dès qu’il me seront transmis…

layering-gaiia

 

sieste-gaiia
Depuis quelques jours des ami(e)s du web me demandent si je vais bien… Pourquoi ?

– Pas d’article sur le blog depuis 20 jours !

– Pas de statut sur Facebook depuis des jours !

– Aucun like… !

Une sorte de petite mort numérique quoi.
En fait, j’ai fait un truc incroyable digne des plus grands aventuriers suicidaires : Une sieste numérique ! C’est aussi parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule, enfin normalement, parce que quand ton encéphalogramme WEB est à plat, tu es comme un mort clinique dont on se demande pourquoi ou qui t’a débranché des réseaux sociaux…

J’ai l’air de faire mon malin comme ça, de faire mon blasé, mais en réalité je trouve ça super touchant, voire même rassurant que nos ami(e)s Facebook s’inquiètent de nous. Derrière toute cette dématérialisation informatique il y a de la matière, de l’humain…

Alors pour traduire la joie de vous savoir là, il faudrait que les p’tits gars de chez FB se bougent un peu les fesses pour nous procurer autre chose qu’un pouce en l’air pour exprimer notre satisfaction numérique quotidienne. Une bouche (pour faire des bisous), des bras (pour des free hugs) etc… vous voyez le genre.

– Alors pourquoi écrire un article pour dire qu’on n’a pas écrit d’article ?

C’est tout le paradoxe du web ça :-)
Du coup j’en profite pour placer plein de mots clef et de liens vers notre boutique histoire de ne pas faire un article pour rien. A bientôt !

savon à froidsavons biosavon naturelnouvelle cosmétiquelayering – cuisine lyonnaise

shampoing-silicone

Cet article est en partie une réponse à ma maman avec qui nous avons tenté de décrypter la liste des ingrédients (INCI) de ses nouveaux cosmétiques.

Que sont exactement ces silicones ?

Les silicones sont des substances qu’on trouve partout en cosmétique :
Ex : Crèmes, Sérums, Shampoings, Démêlants, Mousse coiffante, Anti-âge, Anti-cerne…

Ils sont très utilisés puisqu’ils apportent douceur, brillance et fluidité aux cosmétiques. En gros c’est le type d’ingrédients pratiquement mis par défaut par les « formulateurs » tant les bénéfices pour le produit (et les fabricants) sont nombreux.

Les silicones, substances de confort, n’apportent rien à votre peau en terme de bénéfice, se sont des molécules inertes.

Les reconnaître dans la liste des ingrédients…

Dans la plupart des cas, leurs noms se finissent en …cone ou …siloxane.
Ex : dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane

Ils sont présents dans des produits de marque comme : Elsève, Loréal, Le Petit Marseillais, Dessange, Garnier, Dop, Ushuaia etc… En fait, il est pratiquement impossible de trouver un shampoing sans silicone.

Les plus utilisés sont : le Dimethicone et le cyclopentasiloxane.
Le dimethicone, est un des silicones avec un haut poids moléculaire, il est lourd, gaine très bien le cheveu, mais c’est aussi le plus difficile à « ôter », de par son insolubilité dans l’eau, ce qui à terme peut alourdir le cheveu, et peut s’accumuler sur le cuir chevelu… Le cyclopentasiloxane, en revanche, est soluble dans l’eau, est très volatil contrairement au diméthicone, et donc ne s’accumule pas.

Dans les produits cosmétiques, il s’agit souvent d’une combinaison, des 2… En formulation, on joue sur les proportions, pour obtenir des touchers différents, des propriétés différentes etc…

(Source : www.lecosmetologue.com)

Les silicones sont-ils dangereux ?

La réponse à cette question n’est pas simple, certains diront que non, que ce n’est pas prouvé scientifiquement. Mais c’est aussi ce que l’on disait à propos de pas mal de substances avant quelles ne soient interdites dans les formules ou simplement devenues suspectes.

Les silicones et votre peau, vos cheveux…

C’est un fait, les silicones donnent l’impression que votre peau est plus douce (artifice en plastique), que vos cheveux sont plus soyeux et qu’ils se coiffent et se démêlent plus facilement, qu’ils sont brilliants et super souples. Mais il faut aussi savoir que la présence de silicones compense les effets desséchants des tensioactifs (substance pétrochimique lavante) présents dans les shampoings, gels douches et savons liquides.

Oui mais… Il y a une contre-partie à toute cette batterie d’avantages supposés :

Un effet occlusif et étouffant !

L’accumulation successive des silicones a tendance à étouffer la peau et le cuir chevelu, d’autant que certains silicones sont très résistants au lavage. Cela peut se traduire par des cheveux qui deviennent raplapla et qui graissent plus vite, d’où des lavages plus fréquents voir quotidiens et c’est le début de la spirale infernale : l’utilisation quotidienne d’un produit pour combattre les effets négatifs causés par ce même produit.

Les silicones et l’environnement…

C’est clairement une catastrophe écologique supplémentaire. Les silicones sont des molécules chimiquement inertes mais leur stabilité les rendent pratiquement indestructibles. Ces substances, comme tant d’autres finissent dans les nappes phréatiques, les rivières et sont assimilés par la faune et la flore et par nous même au final.

Conclusion :

Pour nous, une des préoccupations de la Nouvelle Cosmétique et de la Slow Cosmétique est d’aller au-delà du questionnement sur la composition du produit lui-même, mais d’avoir une vision plus large, plus globale sur l’impact des produits que nous réalisons. Il faut absolument que les gros acteurs de la cosmétique se decident un jour à appréhender les effets et causalités de leurs créations plutôt qu’une rentabilité immédiate.

Alors oui, personne aujourd’hui ne peut dire avec certitude si les silicones, plastiques et autres parafines utilisés dans la plupart des cosmétiques sont dangereux faute de preuves. Mais franchement, le bon sens devrait nous suffire pour nous demander si l’accumulation quotidienne et les mélanges de toutes ces substances entre elles ne peuvent être ni anodins ni dénués de risque non ?

Vous vous en doutez…

Les produits Gaiia ne contiennent évidemment pas de silicone ou tout autres cochonneries pétrochimique et sont 100% biodégradables !
Avec nous votre tête ne risque pas de ressembler à la silicone ou la plastique vallée…

 

(*Zohan : héros du film « Rien que pour vos cheveux » – Phrase culte : Je veux rendre les gens soyeux comme la soie ! avec : Adam Sandler et John Turturro)

(Source et extraits : L’excellent blog : lecosmetologue.com)