mai-2013-gaiia

2,5° degrés et de la neige un 25 mai dans le Vercors a 600 mètres d’altitude ma bonne dame, même nos chiens affichaient l’air étonné du bouledogue qui se dit « y’a plus de saison mec ! ».

« Mai » c’est pas vrai !

D’habitude à cette époque je passe tout mon temps libre a l’extérieur, après l’hiver il y a toujours des trucs a faire comme réparer des tuyaux d’eau explosés par le gel, vérifier les piquets du parc à chevaux, débroussailler, tondre, planter, boules, fléchettes, barbecue et anisette…

Là, empli d’une résignation toute hivernal, j’écris en écoutant l’album de Daft Punk tandis qu’au four, des cuisses de poulet fermier commencent à exciter mes narines alors que le gratin de Raviole tente de se planquer dans un coin,  la légende de mon énergique coup de fourchette ayant déjà fait le tour de la cuisine… L’hiver quoi.

Oui « mai » !

Ce matin avec Sabine nous avons encore sauvé de la décharge un appareil électro-ménager sacrifié sur l’hôtel de l’obsolescence programmée. Commander une pièce, démonter, remonter, remettre en vie plutôt que de racheter… Quelle fierté ! Nous étions après cet exploit heureux comme des Herzog, des Ulysses ou comme le plus simple des « chasseur cueilleur » revenant dans sa grotte le torse bombé, les bras chargés de victuailles avec un énorme sentiment de victoire sur la fatalité de sa vie.

Et puis il y a eu le passage de Michel Pobeda la semaine dernière, ou entre nos sessions de travail au sein de l’ADNS, (Association Des Nouveaux Savonniers) nous avons parlé du jardin philosophique de Michel, une sorte de nouvelle Utopia* végétale mêlant la santé, la nutrition, le physique et le mental, un magnifique projet et déjà aujourd’hui à voir ce presque jeune homme de 70 piges, je me dit que ses préceptes appliqués à lui-même ont donné un beau résultat. ( lire son livre : Les bienfaits des huiles végétales).

Et puis il y a ce beau projet de partenariat avec une association humanitaire qui œuvre pour l’hygiène et la santé au Laos, un projet presque concrétisé.

Et puis il y a enfin bientôt, après un retard du diable, la mise en place de nos savons en Belgique ( je crois que je vais passer les 100 prochaines années de ma vie à m’excuser auprès de Diane pour cet énorme contre-temps).

Et puis il y a la production française de savons Gaiia qui va commencer la semaine prochaine par deux « best seller » de notre collection.

Et puis il y a la vie, ma femme, ma fille, mes parents, mes amis, les clients et partenaires Gaiia, il y a ce monde plein de surprise, ce monde ou quand tu penses que tout est calme triste et froid comme un 25 mai 2013, un coup de téléphone, un mail, le hasard, un arc en ciel te ramène à ta putain de condition de vivant avec du cœur et des tripes dedans !

Alors oui il y aura toujours un « mai » !

Il y aura toujours un printemps, un nouveau temps et de nouveaux horizons de fleurs blanches accrochées aux cerisiers du monde.

Get Lucky !

(*À l’origine, Utopia est un néologisme grec forgé par Thomas More pour désigner la société idéale qu’il décrit dans son œuvre du même nom.)

curcuma-big

 

En série limitée pour le moment…

Un nouveau savon Gaiia est en boutique, 25 savons disponibles uniquement sur la boutique gaiia-shop.com.

C’est un savon de la gamme des Uniques,  au Curcuma donc aux propriétés antioxydantes. Il améliore le teint de la peau et est trés actif en shampoing solide contre les pellicules. Le Curcuma lui donne une petite odeur poudré, légèrement sirupeux…

Si ce savon vous plait, nous pourrions bien en faire un standard…

Attention, article recyclable…

bat-gaiia

Qui sera réutilisé pour créer autre chose et qué s’appelerio « l’Economie Circulaire »  ou le « Cradle to Cradle » que l’on peut traduire par : Le cycle qui va du berceau au berceau.

Les déchets sont des ressources :

L’économie circulaire propose de transformer les déchets en matière première réutilisée pour la conception des produits ou pour d’autres utilisations. En d’autres termes, ne plus créer de résidus que les systèmes industriel et naturel ne puissent absorber. La boucle est bouclée. Cela représente bien entendu un gain de compétitivité énorme pour les industries qui ont une maîtrise de leur flux de matières premières. C’est bien d’une véritable révolution des modes de fabrication et de consommation dont nous parlons. L’économie circulaire est une réponse aux défis du développement durable mais peut également participer de façon significative à la ré-industrialisation de la France avec à la clef de nombreux emplois non dé-localisables.

(Extrait issu du site : www.institut-economie-circulaire.fr)

Exemple tout simple de ce qui existe déjà :

-> J’achète une bouteille de limonade en verre
-> Je siffle ma bouteille entre amis
-> Je jette ma bouteille dans un container de recyclage
-> Ma bouteille est concassé et lavé
-> Ma bouteille est re-transformé en verre
-> Ma bouteille redevient une bouteille de limonade
-> J’achète une bouteille de limonade en verre pour la boire entre amis…

La boucle est bouclé, le cercle est vertueux et ça marche aussi avec le vin, la bierre et les canettes !

De plus en plus d’entreprises s’engagent sur le terrain de l’économie circulaire, les classiques avec le papier et le bois, mais aussi des entreprises du textiles qui travaillent sur la dégradation de leurs produits en bio-éléments naturels type terreau. Par exemple Lesieur travaille avec Veolia sur la transformation des huiles utilisés pour la friture en biocarburant. Les cercles sont loin d’êtres encore parfaits, mais tout tends vers un changement profond de notre modèle économique. Ce changement se fera étape par étape, la transition se faisant sur le long terme, mais le mouvement est enclenché.

5219612-7789208

Et de notre coté, que pouvons nous faire ?

Prendre conscience de l’importance d’un achat, un achat ne s’exprime pas simplement en terme de prix ou de mode. La vie de l’objet acheté ne se circonscrit pas a lui même mais implique de l’humain, de l’organique et de l’économique désormais à l’échelle planétaire. Il ne s’agit pas là de faire la morale ni de se poser des milliards de questions avant un achat, ici le bons sens comme ailleurs nous devrait suffire comme :

– Acheter local quand c’est possible.
– Acheter du durable et plus aucun produit jetable.
– Réduire sa consommation de produits en plastique.
– Posez des questions aux vendeurs ou aux fabricants.
– Recycler et ne pas gaspiller.
– Compost et potager même en ville.
– Mobilier en bois et moins de meubles en particules.
– Eviter les produits réalisés a partir de matières premières non ou difficilement recyclable.
– Etc…
vous pouvez vous même étendre ce début de liste raisonnable.

Pour ma part j’y arrive pour beaucoup de choses à part avec les produits technologiques pour lesquels je voue un véritable culte. Ceci dit j’ai réalisé de gros progrès et je passerais simplement de l’iPhone 4 au  7 sans passer par le 5 en laissant mon téléphone mourir de sa belle vie, promis !

Les savons à froid sont-ils dans le cercle ?

Les savons à froid comme Gaiia, réalisent presque un cercle vertueux parfait. Les savons à froid sont totalement biodégradables et ne peuvent donc pas êtres recyclés en eux même, toutefois l’emballage lui, repart dans le cycle.

(photo : Adam West and Burt Ward en 1966 sur le tournage de la série batman)

georgette
Le blog « les envies de Georgette » c’est Anne-Sophie, et cette fille là a vraiment l’étoffe d’une future journaliste beauté, je tiens les paris ! Mais surtout, Georgette nous prouve encore une fois qu’un blog de passionné peut rivaliser avec les « pros » sur la forme et le fond…

Je tiens aussi à préciser qu’aucun des articles sur Gaiia n’a été sponsorisés.

Le fond et la forme !

Je connais beaucoup de blogs mode ou beauté produisant des articles de grande qualité mais qui sont trop souvent pénalisés par leur habillage graphique. Des graphismes trop chargés, des couleurs trop contrastés, d’image trop petite ou de mauvaise qualité, des polices de caractères illisibles… Autant de défauts qui nuisent au blog, aux produits présentés et au contenu rédactionnel. (Dans mon cas, c’est l’orthographe qui pêche souvent).

« Les envies de Georgette » est a mon avis un exemple à suivre du point de vue esthétique, le blog est clair, couleurs, mises en formes et typographies sont dans l’air du temps. Un cotée girly, sérieux mais aussi « fun » et rassurant, trés proche des magazines de presse féminine en somme.

Et puis, il y a le fond, la substance sans laquelle le plus beau des écrins restera une belle bulle vide sans autre visite que celles des passionnés de jolis graphismes, de CSS au cordeau et autre amateurs de « responsive design », bref pas le bon lectorat.

Mais Georgette a un  très bon fond, elle réalise des tests poussés sur les produits, elle donne de sa personne, elle se documente bien, elle nous pond des articles trés bien écrits et sans concession pour les marques. Sans parler des photos qui sont toujours d’une grande qualité. C’est frais, gai, pro et ça donne envie non ?

Un extrait de son dernier article :

Le rituel pour peaux sensibles à acnéiques

J’ai donc choisit le rituel pour peaux sensibles à acnéiques, accompagné de l’éponge pour un démaquillage au top !

1. En premier, on se démaquille avec le fluide démaquillant utilisable sur la peau, les yeux et la bouche. Ce fluide est à l’eau florale d’hamamélis et aux huiles essentielles de bois de rose et de géranium. Il démaquille parfaitement, sans agresser la peau, en plus avec l’éponge c’est très agréable.

protocolegaiia3

2. Puis on se débarrasse des impuretés avec le soin lavant. Un petit savon aux huiles végétales de Neem et de Tamanu connues pour leurs propriétés antiseptiques, parfait donc pour ma peau à tendance acnéique.

3. On assainit et on purifie la peau en profondeur grâce au tonique à la fleur d’oranger. J’adooooore son odeur, c’est vraiment un super produit ! Pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt ?!

protocolegaiia4

4. On hydrate grâce à un complexe composé d’huile de sésame et de fleurs de calendula, qui adoucit et apaise les peaux les plus réactives. Ce complexe est huileux mais est très vite absorbé par la peau et la laisse vraiment toute douce.

Au final, je n’ai jamais eu la peau aussi bien démaquillée, et surtout, je la sens plus détendue, plus douce et surtout plus belle. J’ai beaucoup moins de problèmes de peau, un peu moins de boutons et beaucoup moins de plaques rouge !

protocolegaiia5

Et si l’utilisation de 4 produits peut paraitre beaucoup, franchement on se prend vite au jeu ! C’est mon moment détente du soir, le démaquillage est vraiment devenu un moment plaisir alors qu’avant c’était plus une corvée, avec cette éponge toute douce et surtout, ces produits réellement adaptés à ma peau et qui la respectent !

savon2

(Source photos et extrait d’article : http://lesenviesdegeorgette.wordpress.com/)