huile-vegetalGrace à leur efficacité car elles contiennent des vitamines, des acides gras insaturés et des substances végétales secondaire.

C’est l’association de ces substances, leurs effets de synergie, qui apporte une action bienfaisante.

Un avantage particulier pour la peau :
Les huiles végétales s’associent idéalement à la chimie complexe de la peau. Elles sont le partenaire idéal de la chimie dermique et sont la clé pour une peau saine, ferme et fraîche.

Le cocktail de principes actifs précieux présents dans les véritables huiles végétales est composé de vitamines, d’acides gras poly-insaturés, et de substances végétales secondaires comme les flavonoïdes et  les phytostérols (qui ont une action vitalisante et régénérente).

(Source : Rita Stiens pour son livre « La vérité sur les cosmétiques naturels ».)

chemotypeLe chémotype ou famille biochimique est une notion d’importance, c’est une référence précise qui indique le composant majoritaire ou distinctif de l’huile essentielle.

Connaître le chémotype présente plusieurs intérêts :
* Distinguer des huiles essentielles extraites d’une même variété botanique, mais de parties différentes de la plante ou de végétaux ayant connu des habitats différents.
* Adapter plus précisément l’huile essentielle à son indication thérapeutique.

C’est ainsi qu’il existe deux grandes familles de Thym, sur le plan botanique, mais que l’on peut subdiviser par la définition de leurs chémotypes respectifs.

Un exemple avec les chémotypes du Thym :
* Linalol
* Thujanol
* Carvacrol
* Acétate de Terpényle
* Géraniol
* Thymol
* Paracymène

Le Thym présente de profondes variabilités en fonction de la situation géographique où il se développe.
Ainsi, dans le Var, en bord de mer, ce thym dégage une odeur forte, phénolée :
* Constituant majeur :
Thymol = H.E.C.T THYMUS VULGARIS THYMOL

Alors que dans l’arrière pays, il garde cette même odeur phénolée, mais avec des nuances qui rappellent sa voisine la Sarriette :
* Constituant majeur :
Carvacrol = H.E.C.T. THYMUS VULGARIS CARVACROL

Botaniquement, il s’agit de la même plante : THYMUS VULGARIS L. , mais chimiquement, tout se passe comme si l’on avait affaire à des espèces différentes.

Ainsi, l’Huile essentielle de ROMARIN, de l’espèce botanique ROSMARINUS OFFICINALIS L. présente 3 Chémotypes différents donc, 3 indications thérapeutiques différentes :

* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Camphre :
Anti-inflammatoires.
* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Cinéole :
Antiseptiques pulmonaires et mucolytiques
* H.E.C.T. Rosmarinus Officinalis Verbénone :
Cholagogues et hépatoprotectrices.

savon-argile

Quelles sont les vertues de l’argile dans un savon naturel ?

L’argile est une matière intelligente, elle est à la fois :
* anti-inflammatoire et cicatrisante,
* antiseptique et reminéralisante,
* purifiante et tonifiante,
* adoucissante et nourrissante,
* absorbante et régénérante,
* rééquilibrante et oxygénante,
* décongestionnante et revitalisante…

L’argile verte :
Absorbante, reminéralisante, revitalisante, régénérante, antiseptique, elle régule l’excès de sébum.
L’argile verte est recommandée aux peaux normales à grasses.
Elle est très efficace pour absorber l’excès de sébum.
Elle peut aussi être utilisée en masque capillaire pour réguler la production de sébum des cheveux à tendance grasse.

L’argile jaune :
Absorbante, exfoliante, lissante, tonifiante, élimine les impuretés, ralentit la formation du sébum.
L’argile jaune convient aux peaux sèches et fragiles.
Riche en minéraux, elle est stimulante, oxygénante et tonifiante.

L’argile rose :
Adoucissante, régénérante, détoxifiante
L’argile rose est particulièrement recommandée aux peaux délicates, sensibles et réactives.
Riche en oligo-éléments, elle est adoucissante et redonne de l’éclat aux peaux fragiles.

L’argile blanche :
Absorbante, décongestionnante, apaisante, adoucissante, protectrice, antiseptique, reminéralisante, favorise l’élimination des toxines et la reconstitution cellulaire.
L’argile blanche convient à tous les types de peaux, même les plus délicats.
Elle est reminéralisante et favorise l’élimination des toxines.

Gaiia utilise l’argile (Multani Mini & Terre de Fuller) dans sa gamme de savons naturels l’unique.
Multani-Mitti

solid-perfumes

Depuila plus haute antiquité, les parfumeurs exploitent les végétaux afin d’en extraire les substances odorantes.
C’est ainsi que selon les espèces, on utilise le bois ou l’écorce (cèdre, santal), la fleur (rose, lavande), la feuille, la tige, la racine (iris) voire la mousse (chêne)…
L’industrie cosmétique s’enrichit alors de savons au trèfle, de poudres de riz à la violette, de crèmes à l’hamamélis, de parfums à l’œillet ou à l’héliotrope, de « concrétas » (parfums solides) au narcisse ou au pois de senteur, d’huiles protectrices à base de coco, d’olive, de ricin ou de fleurs de tiaré (monoï)…
La principale difficulté reste l’extraction : même avec des procédés sophistiqués, l’opération nécessite plusieurs tonnes de fleurs ou de tiges pour un faible rendement.
Aujourd’hui, on retrouve environ 5% seulement d’essence végétale naturelle dans les parfums.

Depuis la plus haute antiquité, les parfumeurs exploitent les végétaux afin d’en extraire les substances odorantes.
C’est ainsi que selon les espèces, on utilise :

* le bois ou l’écorce (cèdre, santal…),
* la fleur (rose, lavande…),
* la feuille, la tige, la racine (iris…)
* voire la mousse (chêne…)

L’industrie cosmétique s’enrichit alors de savons au trèfle, de poudres de riz à la violette, de crèmes à l’hamamélis, de parfums à l’œillet ou à l’héliotrope, de « concrétas » (parfums solides) au narcisse ou au pois de senteur, d’huiles protectrices à base de coco, d’olive, de ricin ou de fleurs de tiaré (monoï)…

La principale difficulté reste l’extraction :
même avec des procédés sophistiqués, l’opération nécessite plusieurs tonnes de fleurs ou de tiges pour un faible rendement.

Aujourd’hui, on retrouve environ 5% seulement d’essence végétale naturelle dans les parfums !!!

Gaiia proposera aussi dans sa gamme de cosmétiques naturels, des parfums solides moins volatiles et totalement naturels.

(Source photo : Monique’s Perfumes)

En 1940 les publicitaires avaient soit beaucoup d’humour pour vendre leurs savons, ou alors ils étaient très premier degré.
L’axe de communication se fait autour du sujet pas très « sexy » de la transpiration .
1 – Quand vous êtes tendu : Vous transpirez !
2 – Quand vous êtes excité : Vous transpirez !
3 – Quand vous avez peur : Vous transpirez !

savon-lifebuoyOn nous explique avec un dessin de type planche anatomique que l’homme à sous chaque bras plus de 1000 glandes sudoripares ! Très classe !

Donc, un seul remède, le savon Lifebuoy pour chasser toutes les mauvaises odeurs…

Je me demande comment serais perçu ce type de pub aujourd’hui ?

La plupart des cosmétiques contiennent des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé humaine et les écosystèmes. Certains de ces produits ont des effets néfastes connus sur la santé, alors que d’autres, faute d’en connaître les effets à long terme, sont tolérés par la législation actuelle. Or, un produit pour lequel on ne connaît pas les effets à long terme ne veut pas dire qu’il est sans danger. Il se peut que les tests de toxicité soient trop peu nombreux ou basés sur des effets à court terme. Il faut donc se méfier des ingrédients chimiques des cosmétiques synthétiques qui par « bioaccumulation*» peut provoquer plus que de simples iritations cutanés.
Pour répondre à la soif de naturel et de bio des consommateurs, La recherche de molécules naturelles a un  but : trouver des remplaçantes inoffensives pour l’homme et l’environnement à toutes les molécules dont l’innocuité est actuellement remise en cause. On pense tout de suite au parabène, un conservateur de synthèse dérivé du pétrole, largement utilisé pour protéger les cosmétiques des moisissures et des bactéries mais aussi accusé d’être toxique et cancérigène. Pour lui trouver un substitut, l’Institut de chimie organique et analytique (ICOA), à Orléans tente ainsi d’isoler et d’identifier des principes actifs de plantes Guyanaises qui auraient des propriétés antimicrobiennes.
*Le terme bioaccumulation désigne la capacité des organismes à concentrer et à accumuler des substances chimiques, Les substances bioaccumulatives sont généralement solubles dans les matières grasses et ne se décomposent pas dans l’organisme.

restonicaLa plupart des cosmétiques contiennent des produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé humaine et les écosystèmes. Certains de ces produits ont des effets néfastes connus sur la santé, alors que d’autres, faute d’en connaître les effets à long terme, sont tolérés par la législation actuelle. Or, un produit pour lequel on ne connaît pas les effets à long terme ne veut pas dire qu’il est sans danger. Il se peut que les tests de toxicité soient trop peu nombreux ou basés sur des effets à court terme. Il faut donc se méfier des ingrédients chimiques des cosmétiques synthétiques qui par « bioaccumulation*» peuvent provoquer plus que de simples irritations cutanés.

Pour répondre à la soif de naturel et de bio des consommateurs, La recherche de molécules naturelles a un  but : trouver des remplaçantes inoffensives pour l’homme et l’environnement à toutes les molécules dont l’innocuité est actuellement remise en cause. On pense tout de suite au parabène, un conservateur de synthèse dérivé du pétrole, largement utilisé pour protéger les cosmétiques des moisissures et des bactéries mais aussi accusé d’être toxique et cancérigène. Pour lui trouver un substitut, l’Institut de chimie organique et analytique (ICOA), à Orléans tente ainsi d’isoler et d’identifier des principes actifs de plantes Guyanaises qui auraient des propriétés antimicrobiennes.

* Le terme bioaccumulation désigne la capacité des organismes à concentrer et à accumuler des substances chimiques, Les substances bioaccumulatives sont généralement solubles dans les matières grasses et ne se décomposent pas dans l’organisme.

* Photo prise dans les  Gorges de la Restonica  en Corse.

calandrier-gaiiaVoila enfin notre « Deadline » fixée :
Le site www.gaiia-shop.com ouvrira le 7 Avril 2010.

Encore quelques semaines pour travailler sur :
* Les produits.
* Le Packaging.
* Les photos des produits.
* La création des fiches produits sur le site.
* L’envoi d’échantillons aux distributeurs.
* La production.
* Le temps de cure (séchage des savons) de 4 à 6 semaines.
* L’expédition du premier container.

A Valence, il fait 2° avec un peu de soleil,
et à Goa (à la Savonnerie) entre 23° ce matin et 31° cet après-midi.

vietnam_soapCette boite de 6 savons chirurgicales antiseptique date de 1962 et était distribué aux soldats Américain pendant la guerre du Vietnam. Fabriqués par « THE HEWITT SOAP COMPAPY » (propriété de Procter & Gamble).

« A utiliser comme un savon ordinaire » avec 2% d’hexachlorophène qui est un puissant bactéricide et qui heureusement est dans :

LA LISTE DES SUBSTANCES QUI NE PEUVENT ENTRER DANS LA COMPOSITION DES PRODUITS COSMÉTIQUES.

J’avoue que j’aime bien le coté minimaliste de la boite en kraft et l’embalage en papier gras.

savon-bunchoMagnifique affiche publicitaire de 1930 pour les savons « Bunchō Soap »  fabriqués par la compagnie Japonaise « Harumoto Soap » d’Ōsaka pour le marché Chinois.

La différence est net entre en haut la coiffure et la tunique typiquement Chinoise de l’époque et en bas son pendant Japonais.

savons-harumoto