La liste des ingrédients (l’INCI) c’est un peu comme les hiéroglyphes, si on a pas un Champollion de la « Cosméto » sous la main pour déchiffrer le truc, avouons le, nous n’y comprenons rien !  Alors, hagard devant le rayon, les pieds bien au sol, les jambes écartés, les yeux plissés, on tente un truc assez surréaliste :
« L’intuito-traduction » ou la « Phonéto-ressemblance » pour essayer de comprendre les ingrédients. Et des fois ça marche comme dans cet exemple (mais c’est rare) :

LAVANDULA ANGUSTIFOLIA, Lavandula… Bon sang !
ça doit-être de la lavande non ? AQUA, c’est surement de l’eau !

Ensuite, c’est le vide sidéral ! Certain fabricants ou savonniers nous traduisent leurs INCI pour plus de compréhension, mais ils ne sont pas encore assez nombreux. Et puis, si comme moi vous n’avez pas une super vue, passez votre chemin, certain INCI sont écrits en police 4 pt, ton sur ton !

Donc, et sans filet, je vais me lancer dans l’interprétation  de la liste des ingrédients (INCI) de quatre savons :

1 – Un savon classique d’une grande marque, vendu en grande surface.
2 – Un savon dit ‘naturel’ et ‘végétal’ vendu dans une chaine de magasin Bio.
3 – Un  savon ‘Bio’ labelisé,  d’une grande marque de cosmétiques ‘bio’.
4 – Un savon Naturel Gaiia de base (saponifié à froid).

1 – Un savon classique en grande surface. (pas le moins cher)

Whaouuu ! La marque de ma grand-mère est à base de graisse animale !
Sodium Tallowate = Acides gras de suif, c’est pas que ça me choque, on fait de super savon avec de la graisse animal (Saindoux). Mais dans le cas de ce savon, c’est surtout parce que la graisse animale est moins cher qu’une graisse végétale qu’ils l’utilisent. Combien de personnes savent qu’ils se lavent avec du suif ?

Sodium Laureth Sulfate ! Un gentil Tensioactif / agent moussant, irritant pour la peau, rapidement absorbé par les yeux, le cœur, le foie, et le cerveau, il peut avoir des effets néfastes à long terme.

Tetrasodium EDTA ! Là c’est l’environement qui trinque avec cet agent de chélation !

Bon j’arrete là, la suite sont des conservateurs, des tonifiants (?), des agents masquants (?), des colorants (tous les CI…). Beurk !

2 – Un savon dit ‘naturel’ et ‘végétal’ de magasin Bio.

Un sacré sournois qui cache bien son jeu celui là ! Vendu en magasin bio avec en intitulé : Savon Extra Pur ! à 3,60 euro les 100g, ce savon cache en réalité un produit industriel à base d’huile de palme et d’huile de noyaux de palme généralement de provenance Indonésienne sous forme de bondillions (genre de copeaux ou billes de savons) reconditionés (ajout de parfums, de colorants, et hop dans un moule pour la forme). Re-Beurk !

3 – Un  savon ‘Bio’ labelisé

Alors là vous vous dites que ça va être carrément différent puisque ce savon a un label bio et en plus je l’ai acheté dans un magasin bio ! Ben, en fait oui et non, comme le savon précedent il est réalisé à partir de bondillions / copeaux de savon, mais cette fois, ces bondillions sont bio, c’est à dire que le fabricant de copeaux de savon possède un label de type Ecocert (trop facile) qui leur permet d’écrire : *Ingrédients issus de l’Agriculture Biologique.
Mais cela reste un savon industriel (certe de qualité).Puis sur cette base, ils rajoutent des enrichissements d’huile de Bourrache, d’Onagre, de Tournesol et d’huiles essentielles de Bois de Rose. Entre ces trois savons, c’est celui que je choisirais.

4 – Un savon Naturel Gaiia de base (saponifié à froid).

C’est bien entendu mon préféré (comment ça je ne suis pas objectif ?).
Un vrai savon artisanal coupé à la main !
Avec comme ingrédients :
De l’Huile de Fruits du Palmier (indien), de Noix de Coco, de Ricin, de Son de Riz, de l’eau et de la glycérine naturellement formé lors de la saponification à froid, c’est tout, mais c’est déjà beaucoup puisque nous n’avons là que du naturel.

(Article sponsorisé par les savons Gaiia)

On dirait un titre raccoleur, mais c’est en rapport avec Strip-Tease l’émission de télévision documentaire culte, ou seules les images parlaient, sans commentaires en voix off. Les images qui suivent sont de Victor qui avec le regard neuf d’un « Amstrong » lunaire nous livre brut quelques impressions de Goa…


J’adore cette boite à savon Indienne du 19e siècle (Rajasthan). Elle est ornée de motifs simples et élégants et était utilisés par les nobles dans leurs maisons, ou lors de déplacements.

Deux documentaires très intéressants ce soir sur Canal + concernant un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur en France : les entrepreneurs sociaux et solidaires.

Voir le site du mouvement des entrepreneurs sociaux : http://mouves.org/

Résumé du documentaire:
« Les entrepreneurs sociaux se sont créés un métier idéal, dont la vocation est d’aider les autres, de tenter de sauver la planète, tout en étant viable et rentable. Du professeur de sport au routier, en passant par le psychiatre ou l’étudiant en mathématiques, les «innovants» viennent de tous les horizons. En revanche, la raison pour laquelle ils se lancent dans l’entrepreneuriat social est toujours la même : une certaine révolte par rapport à des enjeux sociaux, une quête de sens qui devient impérieuse.

Près d’un emploi sur cinq a été créé par les entreprises sociales en France depuis 2005. Ainsi, plus de deux millions de personnes sont salariées de l’économie sociale et solidaire, soit près d’un employé sur dix. »

(Source : Canal +,  Documentaire de Marion Claus, diffusion le 10/11/2010)

Je viens d’apprendre la mésaventure juridique d’une consœur Savonnière à qui l’on reproche d’utiliser la mention : « Shampoing solide » sur ses étiquettes sous pretexte que « Shampoing solide » à fait l’objet d’un dépot de marque à l’INPI en février 2010.

La même personne, un certain Rémy D…….. Un savonnier de Vendée à aussi déposé :
Shampooing solide, Shampoing dur, Shampooing dur, mais aussi :
Savon de Nice, Savonnerie de Nice, et quelques autres noms de marques toutes aussi descriptives comme « savon anti-moustiques » !  Preuve que l’on peux fabriquer et vendre du naturel et de l’éthique et ne pas en avoir soit même.

Cela pose plusieurs questions :

1 – Normalement l’utilisation d’un terme trop descriptif  peux faire l’objet d’une contestation. Dans les faits, il faut qu’un tiers conteste le dépot devant le Tribunal de Grande Instance. Parmi les causes de nullité, on retrouve notamment l’absence de distinctivité et il appartiendra au contestataire d’apporter la preuve que la marque ne remplit pas les critères de distinctivité ou que le terme déposé présente un caractère descriptif.
– Ne serais ce pas normalement à l’INCI de faire ces vérifications ?

2 – Pendant plusieurs années, des noms de marques ont été trustés sur internet, des aigrefins déposaient en leurs noms les noms de domaines de marques (célèbres ou pas) dans le but de leur revendre plus tard à bon prix. Ces pratiques existent encore, mais les marques sont de plus en plus protégés contre ces pratiques, surtout si elles ont une antériorité commerciale avéré. (Faudrait voir avec les spécialistes de : www.forumndd.com).
– Truster les noms de marques avec des termes génériques est-ce une nouvelle tendance ?

3 – Je me souviens d’un autre cas (dramatique) , avec l’utilisation du terme « pain » et « Alep » qui avait obligé une entreprise à mettre la clef sous la porte parce qu’elle avait utilisé (en toute bonne fois) un terme qu’elle pensait générique pour décrire un de ses savons.
– Alors doit-on verifier chaque mots génériques utilisés sur nos étiquettes et nos descriptifs ?

Savon naturel : est-ce une marque ? Presque, SAVON LE NATUREL est déposé.
Pain dermatologique : est-ce une marque ?
Savon Bio : est-ce une marque ? Presque, BIO SAVON est déposé.
etc…

Voilà en tout cas des pratiques que la fédération des Savonniers à Froid vas bientôt combattre. Et si Monsieur Rémy D….. décide d’attaquer toute la profession sur le terme « Shampoing solide » il à du souci à se faire parce que nous sommes tous unis aujourd’hui !

Et là, je parle de savon, mais c’est pareil pour d’autres métiers.

Je vais de ce pas déposer la marque « Servir frais »,  j’attaque Coca-cola et je deviens le maitre du monde !

En matière de savons comme de gadgets pour « geek », les Japonais ne sont jamais en manque d’idées : Les Soap tablet, le savon pilule de voyage par excellence. Je trouve ça drole, par contre la mention savon naturel sur la boite me laisse perplexe.

A voir en détails sur le site : www.dreams6.com

(Une info de notre envoyée spéciale au royaume du Geek / Hype : « Cracotte »)

« Karité Kid » c’est Alexis, le patron de Territoire-d’Afrique.
Producteur / Importateur de Karité ! Un passionné qui peut parler de ses produits pendant des heures (vécu).

« Le karité, issu de l’arbre du même nom, est une richesse léguée depuis des temps ancestraux par notre terre Africaine. Son pouvoir est connu depuis l’égypte ancienne, et nous retrouvons sa trace auprès de reines égyptiennes réputées pour leur beauté, comme Nefertiti.

Le karité est un arbre d’Afrique de l’Ouest haut de 10 à 15 mètres. Le nom botanique du karité est Butyrospermum Parkii. Butyrospermum vient du latin butyro (beurre) et spermum (semence), Parkii venant du nom de l’explorateur Mungo Park qui a écrit sur le karité. Le karité pousse à l’état sauvage exclusivement en Afrique (Ceinture karité en Afrique de l’Ouest). Il faut une quinzaine d’années pour récolter les premiers fruits. Le fruit comestible du karité contient l’amende d’où l’on tire le beurre de karité riche des vertus qu’on lui connaît. »

La démarche de Territoire-d’Afrique ne s’arrête pas au commerce de Karité pur et simple, et c’est ce qui m’a séduit,  Alexis, est pleinement investit dans l’économie et la vie sociale de cette région du bénin.

« Nous avons à coeur de promouvoir et mettre en valeur la richesse de cette noble ressource africaine… »

Territoire-d’Afrique peut fournir du Karité Bio (EcoCert) ou non, en grosse comme en petite quantité (mini 1 kilo) il me l’a confirmé hier. Alors, n’hésitez pas à le contacter, il est tout autant passionnant que passionné !

Je le cite une dernière fois :

« Notre but est de créer une plate-forme vers des produits Africains, donc à partir du Bénin, en s’axant sur la qualité, et une très forte valeur éthique. Nous apprécions bien évidemment le travail des savonniers artisanaux, porteurs des mêmes valeurs que nous ! »

PORCHER Alexis
TERRITOIRE D’AFRIQUE (SARL)
Matières premières Africaines/African Raw materials
49100 ANGERS
Tél: 02 41 35 06 45 / 06 15 98 83 02
serviceclient@territoire-dafrique.fr

Le monde du savon artisanal est en pleine mutation, j’en veux pour preuve cette toute nouvelle marque de savons artisanaux : « cousu de fil blanc« . Une création de Carole et Caroline en vente entre autre dans le célébre magasin parisien « Colette« .

Ce qui m’a tout de suite séduit c’est la cohérence entre la marque et l’embalage du produit, un papier cousu de fil blanc ! avec simplement une etiquette de type textile. Un beau travail qui donne à ces savons artisanaux un coté design et luxe.

On dirait bien des savons saponifiés à froid, mais je n’ai trouvé aucune information à ce sujet sur leur site.