Après les derniers réglages de p’tites boulettes repérés par nos bêta-testeurs, nous sommes en mesure d’annoncer l’ouverture de notre e-shop pour demain, enfin !

Mais pas à la première heure non plus, du genre vers 14h00 !.

Depuis quelques jours avec Philippe on s’est chopés des crampes au bide avec la Douane et d’autres questions supra-existentielles du genre :
« Heu… Tu crois que ça va le faire ? ».
Y a eu des sauts de joie au plafond, l’ouverture d’une bonne bouteille, des :
« Tu vois je te l’avais bien dit ! »
Et si on se laisse aller, ce soir on refait le monde comme à la grande époque !
Mon coeur bas si fort que d’un regard et d’un seul je pourrais entrevoir tout les bonheurs mais aussi toutes les appréhensions du monde en cet instant…

C’est réellement un étrange sentiment qui nous submerge ce soir, d’une part la joie d’être à la fin de quelque chose (toutes les phases de création) et le petit pincement au coeur du départ d’une autre histoire (l’aventure commerciale).

« Heu… Tu crois que ça va le faire ? ».

Sur cette photo de 1909 , le X-man est James Clarke, vainqueur du Marathon de Brooklyn de cette année là.

Pour les amateurs de photos anciennes en bonne définition dirigez vous vers l’excellent site : http://shorpy.com.

Ce matin je vous délivre tel quel le mail de Yves, artiste bijoutier talentueux qui crée à Paris des collections de bijoux en métaux précieux (allez voir son site par ici : yvesgratas.com/). Présent à Jaïpur la cité rose, capitale du Rajasthan pour choisir les pierres des ses futures collections, il nous raconte avec humour sa rencontre avec une savonnière indienne sur un marché.

« Bonjour Franck,

Je reviens de Jaïpur où j’ai par hasard rencontré cette charmante dame qui vendait ses savons naturels sur un marché itinérant.  Je suis reparti avec quelques échantillons délicatement parfumés…
Et ces quelques images pour illustrer le blog.
Une petite déception après l’usage d’un de ces savons, la peau semble rêche, ce qui ne s’était pas produit avec l’échantillon Gaiia que m’avait offert Philippe. J’ai subitement un gros doute, sur l’image ci-dessus le savon a un aspect de fromage, je me demande après coup si je n’ai pas mangé le savon accompagné d’un verre de côte du Rhône et de pain et pris ma douche au Reblochon? « 

Merci Yves pour l’histoire, les photos et pour le sourire de cette savonnière de l’autre bout de monde… Son site : http://www.saundarya.in/

Un exemple d’une des créations de Yves pour mettre l’eau à la bouche des Parisiennes de passage dans le 11e, faites un petit détour par sa Boutique-Atelier au 9 rue Oberkampf !

Suite et fin du triptyque sur les différentes étapes graphiques de création de nos outils de communication. Après nos emballages, notre logo c’est au tour de l’e-shop de se raconter en détail pour comprendre ce qui nous a permis d’arriver à ça :

Ci-dessous une capture d’écran de la fiche produit définitive

La genese :

Au commencement était le verbe, nous avons donc débattu, Philippe, Sabine, Alyssandre et la dream-team autour des orientations, des codes couleurs, de la promesse de notre future charte graphique. Puis de façon empirique, rempli des différentes sensations évoqués lors de nos « brain-storming » (Façon élégante de nommer nos recherches, interrogations et débats autour d’un bon vin ou d’une journée barbecue, voir les deux !). De façon empirique donc, je me suis lancé sur des pistes comment dire… Nul ! (Je vous met un petit florilège des ratés en bas de ce long article).

Fatigué des moqueries de mes collègues et/ou amis, j’ai décidé de travailler avec le même raisonnement que pour mes clients en respectant les étapes nécessaire à la réalisation d’une charte graphique cohérente.

L’enjeu :

Avant d’être une grosse machine de guerre technique emplie de pratiques et de noms barbares comme HTML, PHP, CSS, h1, tittle, cookie, SSL, PHPSESSID, c’est quoi une e-shop ? C’est un outil qui avant de démontrer toute la puissance de son moteur doit mettre en avant le seul élément à toujours garder en mémoire tout au long du processus de création : LE PRODUIT ! Et oui, ça a l’air évident, mais souvent les créatifs (dont je fais partie) pensent à se faire plaisir en oubliant le plus important, une e-boutique doit être au service de la vente du produit, donc tout faire pour le mettre en avant. Idéalement une charte graphique réussie doit suffisamment s’effacer pour laisser une large visibilité aux produits,  tout en étant assez présente pour affirmer la culture et l’esprit de la marque. Un vrai casse tête !

Le cadre :

N’avoir qu’une sorte de produit à vendre avec une petite profondeur de catalogue peut s’avérer pénalisante si on propose sa (petite) gamme en conservant les standards de présentation des solutions e-commerce du marché adapté a des catalogues plus riches en produits et avec de multiples catégories. J’avais dèjà réalisé ce type de travail pour une boutique mono-produit : www.staukwood.com. Il me restait donc à définir clairement un cadre avant d’ouvrir Photoshop, Illustrator mais plutôt le capuchon de mon feutre pointe Staedtler.

1 – L’arrière plan :
Mon premier désir et futur axe de travail était d’avoir un fond de site de couleur. Fond sur lequel les savons seraient présentés sans l’habituel fond blanc créant ainsi de l’homogénéité à l’ensemble.

2 – Les couleurs :
Le naturel ou Bio est habituellement associé à des couleurs verte, marron, beige ect… Difficile d’en sortir et pas forcement judicieux non plus. Notre choix s’est porté sur une gamme de vert tendre assez peu utilisé dans les codes couleurs « nature ». Le bleu est venu bien plus tard pour adoucir encore l’ensemble tout en rappelant l’élément essentiel associé au savon, l’eau.

3 – Les éléments graphiques :
Pour évoquer l’aspect fait main de nos savons, j’ai tout naturelement dessiner à la main les pictogrammes de « ré-assurance » (Livraison – Règlements – Garanties…). J’ai aussi créer une police de caractère « hand-made » spécialement pour Gaiia. Des éléments graphiques dessinés, ça peut être vraiment casse-gueule. Genre trop naif, trop enfantin, trop brouillon et aller à l’inverse des valeurs qu’ils étaient sensés communiquer. Une vraie gageure pour moi, plus habitué aux boutons fait sous Photoshop avec des look web 2.00.

4 – Le menu haut :
Trés souvent, tout ce qui fait l’identité de la marque ou du site est concentré dans le bandeau du menu haut. Là, nous avons voulu le fondre avec le reste du site, pensant que se serait le site tout entier qui raconterais l’identité des savons Gaiia. Ce menu à été pensé épuré tout en y concentrant les actions principales de visites : Collections, de recherche (avec une pré-écriture des requêtes), de règlements : mon Panier, de suivi de commande : mon Compte et de service clients : mon Contact et un numéro de téléphone bien présent.

5 – La navigation :
Que se soit dans les pages catégorie ou dans la fiche produit, un carousel permet de visualiser les autres savons de la gamme sans utiliser le « scrolling » ou changer de page.  A tout moment l’utilisateur du site peut consulter les pages de ré-assurance (Sous la ligne de flottaison moyenne), avoir un accés rapide à l’ensemble du catalogue ainsi que sur les 5 derniers articles du blog (en bas de page).

6 – Le tunnel de commande :
Que se soit pour nos clients comme pour nous, le moment du passage à la commande est un moment tout particulier ou il faut rendre les étapes de paiements les plus fluides possibles, c’est pourquoi nous avons choisi de réunir toutes ces étapes en une seule page avant de vous diriger vers le site de notre banque pour la fameuse sortie de CB ! nous avons même habillé graphiquement la page la plus vilaine du monde : la page CB de la banque ! ATOS si tu m’entends…

7 – Les photos produits :
Pour revenir à l’essence même d’une e-shop : le produit  nous voulions que toutes les photos soient prises avec le même angle et la même lumière pour assurer une unité à l’ensemble. (Il y a dans ce domaine encore beaucoup à faire, mais on s’approche de notre vision).

Et puis il y a eu grace aux lecteurs de notre blog tout au long (de ce très long) processus de création, des remarques, des compliments et des critiques que nous avons toujours pris en compte et qui nous on aidés à parfaire notre modèle. En tout cas nous sommes assez content du résultat, nous effectuons les derniers tests de réglement et de suivi de commande et la boutique ouvrira ses portes la semaine prochaine… Et là c’est une autre histoire qui vas commencer !

… sont prêtes, il ne manque plus que les hôtes !

Voilà ! Avec sabine nous nous sommes vraiment fait plaisir et à part le carrelage de la salle de bain, tout à été réalisé par nos soins. Des murs aux plafonds en passant par la rénovation et les patines de meubles anciens, des luminaires des années 50 / 30 et la petite déco.

Autant vous dire qu’ont est très heureux de vous présenter « La Jeannette » et ses futurs petits moments de bonheur !

http://www.la-jeannette.com/

Pour faire suite a la série des étapes graphiques, aprés la rétrospective de création des boites, voici celui du logo…

gaiia-sketh-02Les dessins ont étés crayonnés directement au stylo « Bic » noir, scannés et à peine retouchés avec « Photoshop ».
gaiia-sketh Même travail pour la planète coeur de Gaiia
world La police de carractére de Gaiia à été réalisé à la main et transformé en typo « ttf » grace à l’excellent site : yourfonts.com .

gaiia-01
(Le titre de cet article est inspiré de la chanson de Rod Stewart « Da ya think i’m sexy » de 1979 à re-écouter !)

Cela faisait une petit moment que je voulais faire une rétrospective graphique et marketing des différentes étapes de création et de réflexion qui nous ont amené à délivrer cette version finale de nos boites de savons Gaiia, de notre logo et de notre e-boutique.

Nous débuterons cette serie par nos boites.

La genese :

Nos premières tentatives ont tourné autour du principe de la bague à savon avec un mélange de typo sans-serif rounded (police droite arrondie) et de typo manuscrite (nous avons crée cette typo).


Les critiques furent :
Trop sachet de thé ! trop de mélange Anglais / Français, trop sobre… Donc direction la couleur, une couleur par bague en fonction de l’ingrédient principal du savon.


Et puis ont s’est dit que pour la vente en magasin il vaudrait mieux des boites, que cela nous laisserait plus de place pour le texte, le code barre, les infos obligatoires…
C’est Alyssandre (ma fille) qui a eu l’idée de la boite d’alumette. De là, nous avons commencé à tester plusieurs graphismes :

J’en passe, rien ne trouvait réellement grâce à nos yeux. C’est lors d’une conversation Skype avec Philippe que nous avons évoqué l’idée d’appeller notre gamme de savons nature, les « uniques ». De plus soucieux de l’impact environnemental, la suppression des applats de couleurs trop gourmands en encres peu ou pas bio-dégradables s’est imposée.

Cette nouvelle version est devenue la base de travail de toute notre gamme.

L’idée de  la pourtant séduisante boite coulissante à été abandonnée après plusieurs tests pour des raisons de fiabilité, il nous était techniquement difficile d’empêcher le tiroir de s’ouvrir tout seul et de faire tomber le savon lors de la manipulation des boites. Donc, retour aux bons vieux étuis qui ont fait leurs preuves.

Nous avons aussi dû nous résoudre à abandonner la mention « Savon 100% Naturel » pourtant véridique pour éviter le risque de se faire taper sur les doigts par l’AFSSAPS.
Pendant un court moment, cette phrase à été remplacé par : « savon très naturel » un pis aller…

Pour valider notre charte graphique, il nous restait à insérer toutes les infos légales et explicatives sur la « saponification à froid ». La taille du savon et donc de la boite a aussi changé, il reste à 100 grammes, mais sa forme est plus rectangulaire s’appuyant sur les bases du nombre d’or.

Enfin, l’aide précieuse de la dream team de l’idrac nous a, entre autres choses, apporté une dernière touche avec la base-line :  » Gaiia, le savon que la terre attendait » qui s’est tout naturelement placée en haut de la boite.

Cette maquette a enfin validé la charte graphique définitive de nos étuis. Seule la terre à été enlevée du « facing » pour se reporter sur les cotés des boites. Jolie, elle perturbait la lecture de l’ensemble même en filigrane. Sur l’autre coté le logo « SAF » et à l’arrière, nous avons rajouté au dernier moment des cartouches de couleurs pour identifier plus rapidement les principaux ingrédients de nos savons.

Notre imprimeur a réalisé une serie d’outils d’embossage (mise en relief, estampage) appliqué sur le nom du savon et la marque Gaiia. Le carton fait 300 grammes et a été imprimé à l’intérieur pour obtenir un aspect moins blanc.

beaucoup adorent cette version finale, d’autres, heureusement pour nous peu nombreux considèrent cette boite trop épuré. En tout cas elle nous ressemble…

J’ai reçu par la poste ce matin la carte de voeux de la Savonnerie Maud Siegel !
Déjà, un gros merci à Maud pour sa charmante attention : « Merci Maud ».

Et puis tout de suite j’ai envie de parler certe de la qualité des ses savons, beaux, doux, dégageant un parfum subtil et en même temps trés present.

Mais surtout, ce que j’aime dans la nouvelle génération de savonniers à froid dont Maud fait partie, c’est l’accent mis sur le packaging, le graphisme et la « com ».
Et dans son cas l’alchimie produit / emballage est une vraie réussite.

(www.maudsiegel.com)