De 1960 à 1974: Maurice Brunot crée Le Petit train, un interlude pour faire patienter les téléspectateurs en cas de problème technique ou lorsque les programmes sont en avance sur l’horaire prévu.

Après quelques échanges musclés sur la toile ce week-end un petit interlude s’impose pour calmer le jeu…

(Source greniertv.over-blog.com)

Avec presque 60 commentaires sur le blog, une vingtaine sur notre page FB, et la quantité de mail reçus, je peux d’ors et déjà faire un mini bilan de vos préférences, inquiétudes et avis sur logo de « Saponification à froid ».

Mais en préambule je voudrais expliquer pourquoi j’ai décidé d’ouvrir le débat sur la petite place publique qu’est notre blog plutôt que sur le forum de la future fédération des savonniers à froid.

Au sein de la communauté des savonniers à froid, deux courants d’esprits n’arrivent pas à s’entendre sur au moins un point qui à mon sens est un point d’une importance presque philosophique voir sociétal : Pour qui, par qui, comment et pourquoi.

Pour parler plus simplement, les débats autour d’un logo représentant une méthode de fabrication appartenant à tout le monde doivent-ils êtres traités, discutés et tranchés exclusivement par les savonniers professionnels, ou s’étendre à tous les acteurs et passionnés de savons naturels, artisanaux et à froid ?

Au delà de ça, qui pourra l’utiliser ? Uniquement le petit Landerneau des savonniers à froid en France, ou sera-t-il plus largement diffusé au delà des frontières et encore une fois à tous ceux qui œuvrent au sens large pour la reconnaissance de cette fabuleuse méthode de fabrication ?

Et comment donner l’autorisation d’exploitation de ce même logo ? En faisant remplir et signer un contrat ? En ne le donnant qu’aux professionnels ? Et qui va vérifier et gérer tout cela ? Et à quel coût ?

Vous l’avez certainement compris, je ne suis pas pour l’ultra-protectionnisme qui risque de tout scléroser. Cette méthode de fabrication est une méthode généreuse et doit le rester, il faut et ce dans l’intérêt de chacun, que ce logo qui est depuis 18 mois l’argument visuel et le fer de lance des immenses qualités des savons à froid continue à être diffusé par le plus grand nombre d’entre nous : Les savonniers amateurs, les passionnés de « cosméto » home-made, les blogueuses et blogueurs, les journalistes, nos clients et utilisateurs, les savonniers « pro » etc…

Il est donc évident pour moi que tous ceux qui l’utilisent déjà ou qui vont l’utiliser par la suite participent à tous les débats sur le logo et s’approprient cet outil qui leur appartient.

Pour conclure je voudrais que les choses soient claires, le logo de « Saponification à froid » concerne la méthode de fabrication et n’a rien à voir avec celui que va créer l’institut du savon pour la charte du savon à froid.

Dans le prochain article, je vous ferai un topo des résultats, vous soumettrai le logo définitif et essayerai de faire un peu d’humour après ces deux articles bien sérieux…

Aujourd’hui, j’ai besoin de votre avis sur le logo « Saponification à Froid« . Ce logo à été créé il y a 18 mois dans le but d’identifier visuellement notre méthode de fabrication. (voir le premier article sur le sujet ici). Lors de la phase de création il nous semblait important qu’au moins 5 éléments soient clairement identifiés :

1 – La Méthode de fabrication en texte / Saponification à froid / S.A.F.
2 – La Méthode de fabrication en image / Une main évoquant l’artisanat / Le fait main.
3 – L’objet en texte / Savon.
4 – L’objet en image / Un savon dans une main / Savon fait main.
5 – Un look de label / Forme ronde et dentelée.

Un rond, un texte, un savon dans une main…
Voici comment a été créée ce logo (Le logo N°1) sans qu’à aucun moment nous ne nous soyons inspiré ni n’avons plagié d’autres créations.

C’est tellement simple et évident, que d’autres (aux USA) ont eu la même idée avant nous, il s’agit de « Handcrafted Soapmakers Guild« . Une association d’artisans savonniers américains dont voici le logo :

Effectivement, on retrouve un savon dans une main, le tout dans une forme ovale. Alors oui, il y a des similitudes, c’est indéniable et pourtant à l’époque nous ne connaissions ni cette association ni leur logo. Plus tard, Jessie, une Savonnière à Froid américaine membre de cette même association nous à demandé si elle pouvait utiliser le logo SAF aux USA sur ses emballages en complément du logo de la « Guild ». Personne à ce moment n’a parlé de copie ou de plagiat… Simplement, chacun de son coté de l’atlantique oeuvre dans le même sens, fait le même métier et utilise les mêmes codes : Un savon dans une main !

Certains savonniers Français se sont alarmés il y a peu de cette similitude et m’ont exprimé leurs inquiétudes quant aux risques juridiques et autres accusations de plagiat.

Du coup, de mon coté j’ai d’une part demandé à notre juriste conseil et ami (spécialisé dans le droit des brevets et dépôt de marques) ce qu’il en pensait et d’autre part écrit à notre amie Américaine membre de la « Guild » pour avoir son avis et connaitre le sentiment d’autres membres sur le sujet, voici sa réponse :

 » Il y a effectivement une similitude dans la position de la main, le mieux serait peut-être de transformer légèrement cette partie du logo afin d’éviter d’éventuels futurs conflits. »

D’un point de vue purement juridique, après étude il n’y a aucun risque :
– D’une part leur logo n’est déposé que aux USA (et pas en europe).
– D’autre part le logo S.A.F est déposé en France (sans aucun lien avec Gaiia).

Mais soucieux d’entretenir de bonnes relations avec nos amis américains, nous nous sommes dit qu’ils serait bon de transformer légèrement le logo S.A.F afin de ne plus jamais prêter le flan aux critiques.

Et c’est là ou j’ai besoin de votre avis…
Dans le logo N°2 nous avons mis en valeur le travail artisanal avec les deux mains tenant un savon qui évoquent aussi bien le partage que le coté précieux du savon à froid. Le tout surplombé d’une goutte d’huile, illustration de la particularité des savonniers à froid : la saponification des huiles.

Dans le logo N°3 c’est le savon qui est au centre, avec toujours cette importance des huiles symbolisés part les gouttes. Ce savon volontairement plus épuré laisse la part belle au produit : Le savon.

Qu’en pensez vous, faut-il garder ce logo tel quel, ou choisir le logo 2 ou 3 ?

Nous prendrons en compte tout vos commentaires, d’avance merci…

Cet article est l’oeuvre de Raphael, Savonnier à Froid, artiste, bobo assumé et passionné de moto. Son blog : www.ruedusavon.fr/blog/

J’ai été agréablement surpris par la campagne de publicité pour une grande marque d’aide à la perte de poids, campagne qui tombe a point nommé en ce début d’année, en effet qui n’a pas un peu trop mangé pendant les fêtes ?

Ce qui me donne l’occasion d’écrire sur ce sujet de société : la bouffe la nutrition, sans être un spécialiste de l’effet yoyo, il y a quand même quelque chose qui ne va pas dans le discours des nutritionnistes depuis quelques années quand on lit les fameux « régimes miracles » qui se répandent dans la presse quelques mois avant l’été. (Petite précision : cet article n’est pas sponsorisé par WW). Tout d’abord pour commencer un petit tour d’horizon des régimes les plus farfelus et pour cela il faut regarder de l’autre coté de l’Atlantique, aux Etats-Unis[1] qui, comme chacun sait, sont en pointe dans le domaine alimentaire.

Le régime fourchette : Il s’agit de ne servir que d’une fourchette pour manger lors du diner du soir, oui uniquement le soir car c’est au cours de ce repas que les mauvaises graisses sont le plus susceptibles d’être stocké par l’organisme. Comment ça marche, et bien c’est très simple, le but de ce régime est de réequilibré les différents repas de la journée, en diminuant les quantités le soir et donc de manger plus au petit déjeuner (le roi des repas). Un régime pas si bête donc même si au départ il a été crée pour éradiquer du diner les hambugers, les chips autres cacahuètes.

Le régime paléolithique : ou le régime des hommes des cavernes à base de viande (cuite ou cru c’est selon) et des légumes verts, le but étant de proscrire les céréales (et accessoirement les sucres lents qui vont avec…). Même si au départ c’est pour proner un retour vers plus de naturel dans l’alimentation, au final c’est raté. Et puis il faut tout de même rappeler que l’espérance de vie en ces temps reculés n’était que de 25 ans, un régime donc à prendre avec des pincettes ou des fourchettes c’est vous qui voyez :-)

Selon moi, il n’existe pas de régime miracle, il n’y a que des régimes qui vous conviendrons mieux que d’autres, que vous soyez Dukan ou Cohen c’est votre choix, d’ailleurs les véritables régimes sont ceux qui modifient de manière pérenne notre façon d’appréhender l’alimention, je vais vous donner une règle toute simple qui tient en une ligne et qui vous évitera bien des tracas : « Plus un produit alimentaire est manufacturé, moins il sera bon pour votre santé ».

En bref une banane vous fera moins de mal qu’une pizza industrielle, pas besoin d’avoir fait dix ans d’études de diététique pour comprendre cela. Les plats préparés de manière industrielles vont forcément contenir plus de conservateur, de colorant, d’acide gras insaturé qu’un produit naturel. Gardez en tête cette règle simple et vous verrez que tout ira pour le mieux.

Alors c’est bien beau tout cela, mais quel rapport avec le savon ? … attention pirouette… et bien les savons SAF, ils ne sont pas malaxés, extrudés, chauffés, ils ne nécessitent pas des dizaines d’étapes de fabrications, des conservateurs, des produits chimiques, bref ils sont naturels et selon la même règle ils sont bon pour vous !

[1] Le congrès américain vient de décider que la pizza est désormais considérée comme un légume, à cause sa portion de sauce tomate, quand je vous dis que les Etats-Unis sont à la pointe ! http://www.metrofrance.com/info/la-pizza-consideree-comme-un-legume-aux-etats-unis/mkkr!GVIOpwBkiQrs/

Un petit exemple d’un des nouveaux pack cadeaux Gaiia qui sera en boutique la semaine prochaine : « C’est l’heure du bain« .

Ils seront composés de :
– 3 / 4 / ou 5 savons à froid.
– 1 porte savon en bois clair.
– Une éponge Medium ou une éponge pour bébé.
– 3 bougies de bain naturelles. (à mettre autour de la baignoire)

Le tout livré avec un sac en papier blanc Gaiia, du papier de soie, une carte postale Gaiia.

Les « bougies de bain » sont de fabrication artisanale.
Réalisées sans paraffine par Emilie des bougies Lysanna, ces bougies sont fabriquées avec de la cire de soja garantie sans OGM ni pesticide. Les mèches sont 100% coton non blanchie et non paraffinée, elles sont pré-cirées à la cire de soja afin de garantir une meilleure tenue.

Sans colorant ni parfum de synthèse, nos « bougies de bains » sont totalement naturelles pour une santé et un environnement préservés.

Grâce à son point de fusion peu élevé (environ 50°C) la cire de soja a une durée de combustion deux fois plus grande que la paraffine. Par exemple, nos « bougies de bain » brilleront 6 heures au lieu de 3 pour les mêmes en paraffine.

Nos éponges sont livrées dans un papier de soie, quant à nos « bougies de bain » elles sont emballées individuellement dans du papier de soie puis conditionnées par 3 dans du papier kraft comme sur la photo. Toutes nos bougies sont fournis avec leurs coupelle de verre.

Petite astuce pour un pur moment de détente avec nos Savons à froid :
Rajouter une petite goutte d’huile essentielle de lavande dans nos bougies de bain !

Acte 6 d’une petite serie d’interviews d’utilisateurs de savons naturels Gaiia.

Aujourd’hui c’est David le « boss » de decodeo.com, un site qui associe l’impression numérique aux produits de décoration textile comme des coussins, des nappes, des draps et beaucoup d’autres choses qui prend un peu de son temps pour se présenter et parler de son expérience d’utilisateur de savons Gaiia.

« J’ai été élevé dans un environnement où les images étaient très présentes, entre un grand père artiste peintre, une mère styliste et un oncle architecte naval. Cet environnement m’a aiguisé l’œil pour tout ce qui concerne les couleurs et les harmonies graphiques. N’ayant pas  de talent (graphique) particulier moi-même, j’avais l’envie de me mettre au service de ceux qui en ont un pour les aider à créer des pièces uniques. C’est un peu cela, l’âme de Decodeo… Il y avait cette envie, et par ailleurs, travaillant dans le textile depuis près de 20 ans, je connaissais un certain nombre de professionnels et d’industriels du secteur. Il y a plusieurs années, l’un d’eux m’avaient parlé du numérique, et nous avions déjà évoqué le potentiel de cette technologie. Il aura fallu attendre 2010 pour que je décide de créer Decodeo. Les évolutions technologiques permettent de produire des articles de linge de maison avec impression digitale à l’unité, avec une très bonne qualité si l’image est qualitative elle-même, et une bonne tenue puisque nos produits passent tous en machine à laver sans aucun souci. Decodeo, c’est pour chacun l’opportunité de créer des produits de déco originaux, uniques, et chargés d’affectif, du dessin d’enfant scanné à la création numérique très élaborée en passant par la photo numérique de M. et Mme Tout-le-monde.

C’est dans cet esprit que j’ai conçu le cahier des charges du site: Je le voulais accessible pour tous, que l’on s’y connaisse ou non en manipulation d’images. »

Mais place à l’interview !

1- Question 1 : Quel type de savon utilisais-tu avant de découvrir les savons Gaiia ?
En toute honnêteté, j’étais très gel douche liquide. Ceux qui sentent bon pour se laver sous la pluie tropicale, ou ceux reprenant le logo de l’émission qui porte le nom de la ville la plus septentrionale du monde. J’avais déjà tenté l’expérience de revenir à des savons en morceaux, mais sans succès.

2 – Question 2 : Pourquoi as-tu décidé de changer pour des savons naturels à froid ? Pour Gaiia ?
Je ne suis pas un sensible. Cependant, il faut reconnaître que j’éprouvais quelque fois des démangeaisons, ou la sensation d’une peau mal rincée. Quant aux savons en morceaux achetés dans le commerce, ils ont tendance à hyper assécher la peau, sensation très désagréable. Puis il y a eu la découverte de Gaiia. J’ai suivi l’aventure depuis le début, échangé quelques mails avec Franck, et j’ai « accroché » aux valeurs défendues par cette jeune marque, le tout avant la mise en ligne du site. Ceci m’a permis de découvrir la saponification à froid sans me sentir obliger de commander, puisqu’il n’y avait rien à vendre à ce moment. J’ai été très réceptif au discours « made in Gaiia », car en famille, nous nous sentons de plus en plus concernés par cette prolifération des molécules chimiques dans tous ce qui nous entoure. Par contre, j’ai mis du temps à passer ma première commande.

3 – Question 3 : Les savons Gaiia répondent-ils à tes attentes ?
Complètement. C’est un véritable changement. Ils moussent, mais cela ne fait pas artificiel. La sensation sur la peau est très agréable. Au rinçage, je n’ai pas l’impression d’être tout sec, ni d’avoir encore une couche de savon sur l’épiderme. D’ailleurs, j’utilisais un shampoing spécial acheté en pharmacie, et depuis peu, je me lave les cheveux avec les savons Gaiia. Les enfants s’y mettent également, depuis que nous avons refait une douche digne de recevoir ces beaux savons dans notre salle de bain :-) Ils embaument la pièce et tout le monde aime leur parfum.

4 – Question 4 : Quel est ton savon préféré dans la gamme ?
Pour l’instant, j’ai testé l’Unique, le Puissant et le Colosse. C’est ce dernier qui a ma préférence. Mais dans ma dernière commande, il y avait un intuitif… A suivre donc.

Merci David !

Conclusion : Encore un ancien utilisateur de « Tattiti douche », « Petit Marsouille » et autre shampoing « Glop » aquis à la cause du « savon à froid » !

La boutique:  www.decodeo.com
Le blog:  http://blog.decodeo.com
La page Facebook: www.facebook.com/decodeo

Pendant la période des soldes 2012, nous ne ferons pas de soldes, mais nous offrirons un savon de notre choix pour toute commande de plus de 35 euro qui sera passée à partir du 11 janvier (8 heures du matin) jusqu’au 14 février 2012 !

Pourquoi pas de soldes chez Gaiia ?

Pour une raison toute simple, les soldes voient le jour au XIXe siècle en même temps que les premiers grands magasins sous l’impulsion entre autre d’Aristide Boucicaut créateur du « Bon Marché » à Paris, le but étant d’écouler les invendus de la saison.

Le stock de savons Gaiia n’est pas un stock de savons invendus, mais de savons prêts à être vendus, nuance. Nous ne cherchons pas à nous débarrasser d’une collection pour en vendre une autre. A l’heure du e-commerce, beaucoup d’e-commerçant se sentent obligés de solder leur marchandise de peur de rater une grosse période commerciale. Mais sérieusement, une pratique qui s’est développée pour le monde du textile doit-elle s’appliquer à tous les produits et surtout à tous les métiers ? Un boulanger doit-il solder son pain, un maraîcher ses légumes, un savonnier ses savons ? Non bien sur…

Mais nous ne jouerons pas les grincheux et nous vous offrons durant toute la période des soldes 2012 un savon de plus choisi par nos soins pour vous permettre de découvrir un peu plus notre gamme. Un bon « deal » non ?

Et les commandes passées aujourd’hui subiront le même sort ;-)

Acte5 d’une petite serie d’interviews d’utilisateurs de savons naturels Gaiia.

Pour le premier article de l’année et histoire de partir du bon pied en 2012, c’est Pierre, créateur de la marque de chaussure RAFAEL qui se prête gentiment à notre interview client. RAFAEL est une nouvelle marque de chaussures pour hommes fabriquées en Italie et créée par Pierre, un entrepreneur luxembourgeois d’origine italienne.

RAFAEL a comme objectif de démocratiser le marché du soulier de luxe et proposer une collection de chaussures en cuir de haute qualité, confectionnées par des artisans italiens, à un prix raisonnable. Pour ma part, je suis fan du modèle vernis « Visconti » en cuir ciré sur la photo. Une chaussure à porter aussi bien en jean qu’en smoking…

Pour jeter un petit coup d’oeil sur leur gamme : http://www.rafael-eshop.com.

Mais place à l’interview !

Question 1 : Quel type de savon utilisais-tu avant de découvrir les savons Gaiia ?
J’avais l’habitude d’utiliser des savons liquides achetés en grande surface mais qui m’asséchaient la peau ou lorsque j’en avais l’opportunité, des savons « surgras » en pharmacie, mais à un prix assez élevé.

Question 2 : Pourquoi as-tu décidé de changer pour des savons naturels à froid ? Pour Gaiia ?
J’ai découvert la boutique en ligne Gaiia récemment, par l’intermédiaire de Franck son fondateur, car visiblement nous partageons les mêmes lectures et les mêmes centres d’intérêt sur internet. C’est en lisant son commentaire sur un blog que j’ai découvert sa petite entreprise. L’origine de ses savons et leur composition ont attisé ma curiosité, j’ai donc décidé d’essayer 3 modèles : Le colosse, L’unique et L’enthousiaste !

Question 3 : Les savons Gaiia répondent-ils à tes attentes ?
Ils répondent totalement à mes attentes pour plusieurs raisons :
– Ils sont 100% naturels et pour moi qui suis allergique à certains produits comme le benzoate qu’on retrouve presque dans toutes les compositions des produits vendus en grande surface, je ne risque aucun désagrément sur ma peau (rougeurs, démangeaisons, brûlures).
– Leur parfum est naturel, aucun ajout de produits chimiques afin d’apporter une senteur agréable, les savons Gaiia sentent naturellement bons !
– Ils sont fabriqués à partir d’huiles végétales, ce qui empêche l’assèchement de la peau

Question 4 : Quel est ton savon préféré dans la gamme ?
J’ai une préférence pour le Colosse ! Ma compagne pencherait davantage pour l’Unique.

Conclusion : Encore un client sauvé arraché au monde des « Tattiti douche »,  « Petit Marsouille » et autre shampoing « Glop » !