Aujourd’hui, diverses réflexions m’incitent à remettre en avant un article Gaiia datant de 2009, en y rajoutant en préambule une réflexion personnelle sur les supports permettant, au cours de l’histoire de l’humanité d’étendre la notion même de liberté :

La parole, le savoir et l’écriture.

Parole, savoir et écriture ont à mon sens plus oeuvré pour la liberté que toutes les révolutions du monde. Mais, même si les supports d’écriture évoluaient avec le temps (pierre, tablette d’argile, papyrus, parchemin, papier, informatique…) ils n’ont jamais été aussi démocratiques et libres qu’aujourd’hui grâce au formidable outil internet. Jusqu’à une époque très récente, toute forme de pensée écrite, devait pour être lue par le plus grand nombre (être publiée donc), passer par le filtre d’un pouvoir en place. Un redacteur en chef, un comité de lecture, un comité de censure, un organe de propagande, bref à aucun moment dans l’histoire de l’humanité l’écrit n’a pu aller directement, sans filtre, de l’auteur au lecteur.

Et grâce au web, c’est aujourd’hui le cas. Si d’aucun considèrent encore comme vulgaire, bêtifiant, voir inutile tous les moyens de communication moderne : Réseaux sociaux, smartphone, informatique etc… L’avenir de nos démocraties passe bien par là et c’est je le pense un phénomène irréversible, bouleversant même au delà de la technologie le réajustement de nos façons de concevoir l’acte démocratique, politique et sociétal.

Dans ce vieil article, j’avais donc essayé de mettre en parallèle le courant de pensée du siècle des Lumières et le web 2.0. Je me rends compte aussi qu’en trois ans les choses ont encore beaucoup évoluées.

Le siècle des lumières, le e-commerce et les média sociaux !

Titre étrange, mais à y regarder de plus prés, la similitude est troublante.

Petite piqûre de rappel :
Le mot « Lumières » définit métaphoriquement le mouvement culturel et philosophique qui a dominé, en Europe et surtout en France, au 18e siècle auquel il a donné, par extension, son nom de siècle des Lumières.

Révolution philosophique et liberté :
Les penseurs de cette époque ont transformé le domaine du savoir (science et philosophie) et de l’art (la littérature en particulier) par leurs questions et leurs critiques fondées sur la « raison éclairée » de l’être humain et sur l’idée de liberté.

Internet :
Les titres de journaux des années 90 : INTERNET le nouvel espace de liberté !
Déclaration des quatre libertés du logiciel libre :
Liberté d’utiliser – Liberté de connaître et d’étudier – Liberté de modifier – Liberté de redistribuer.

Diffusion du savoir :
Un changement important trouve son origine en France, avec les Encyclopédistes. Ce mouvement intellectuel défend l’idée qu’il existe une architecture scientifique et morale du savoir, une structure prévalente et ordonnée et que sa réalisation est un moyen de libération de l’homme.
Le philosophe Denis Diderot et le mathématicien d’Alembert publient en 1751 l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

Internet :
Wikipédia encyclopédie libre pour ne citer qu’elle.

Idéal du philosophe du blogueur et de l’activiste :
La figure idéale des Lumières est le philosophe, homme de lettre avec une fonction sociale qui exerce sa raison dans tous les domaines pour :

* Guider les consciences.
* Prôner une échelle de valeurs et militer dans les problèmes d’actualité.
* C’est un intellectuel engagé qui intervient dans la société.
* Un honnête homme qui agit en tout par raison.
* Qui s’occupe à démasquer des erreurs.
* Celui dont la profession est de cultiver sa raison pour ajouter à celle des autres.
* Un défenseur des droits de l’humanité, opposé au despotisme…

On retrouve là tout ce qui compose cette partie de l’internet en réflexion et les actions militantes relayées par le réseau. Mais il est plus difficile au milieu de toutes ces informations de déceler les nouveaux Diderot, Voltaire et Rousseau (le Candide c’est moi bien sur !).

Le sujet et les similitudes sont vastes, mais les Influences de la pensée des Lumières ont été transcendées grâce aux outils de diffusion numérique. L’homme redevient le centre, une idée peut faire du chemin, ce que je fais depuis des années, ce qui est mon métier n’aurait pas été possible il y a seulement 7 ans. L’énergie des Lumières est palpable sur la toile, elle est partout, dans les nouvelles boutiques e-commerce qui réinventent tous les jours la relation client/vendeur, dans les blogs politiques ou de société, dans la tête des programmeurs et des graphistes qui recomposent tous les jours notre « P.P » (Pixel-Paysage), dans l’énergie déployée par ces nouveaux entrepreneurs à communiquer (blog, Facebook, Twitter) non seulement sur leurs produits, mais aussi sur leurs démarches et leurs vies (StoryTelling), demandant aux futurs utilisateurs ou clients de participer à l’élaboration du projet (CrowdSourcing).

Et je me sens à ma place au sein de cette communauté d’esprit et d’énergie.

2 réponses
  1. Johanna
    Johanna dit :

    Bonjour tout le monde.

    Alors moi je voudrais dire que j’ai bien aimé cet article et le style d’écriture. C’est toujours sympa d’avoir un article intelligent et intéressant à lire.

    Au revoir.

    Répondre
  2. Sealeha
    Sealeha dit :

    Rho j’aime beaucoup ton article !! Dans ma vie professionnelle, j’ai déjà eu à faire une conférence sur les liens et les similitudes entre l’éducation populaire et la culture internet :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.