Le « Greenwashing » en anglais, ou « écoblanchiment« , est une technique de marketing utilisée par certaines entreprises qui abusent de l’argument écologique pour vendre des produits dits « verts » alors qu’ils sont polluants ou tout simplement illégitimes dans l’emploi de valeurs dites vertes, écolos, éco-responsables, de développement durable etc…

Utilisé donc pour qualifier une campagne de publicité ou une action de communication ayant pour but de présenter publiquement – et de façon parfois mensongère – une image de responsabilité environnementale. Le « Greenwashing » fait référence à l’expression « Brainwashing » – littéralement « lavage de cerveau ».

Normalement, le bureau de vérification de la publicité (BVP) encadre fortement les pratiques en la matière. Sont ainsi refusées par exemple :

– les publicités représentant un comportement contraire à la protection de l’environnement
– les utilisations d’arguments écologiques de nature à induire en erreur.

Ce qui n’empêche ni les marques ni les agences de pub de nous balancer du vert, du Bio et des petites fleurs tout les jours, sur tout les supports, pensant certainement que ce léger vernis suffira à nous cacher une réalité moins responsable !

Qui « Greenwashe » le plus ?
Les secteurs les plus sanctionnés pour des faits de « Greenwashing » sont l’énergie, l’automobile et les produits de grande consommation (alimentation, lessive, et cosmétique…).

Quelques exemple de « Greenwashing » flagrant :

D’après les données de Peugeot, la 206 CC 1.6 HDI 110 BVM présentée dans cette publicité émet 129 g/km (elle n’est même pas dans la catégorie A, la “moins pire” !).
En France, la Loi du 30 décembre 1996 sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (dite loi LAURE) introduit dans la législation le CO2 comme polluant. Foutage de gueule!

Juste pour le plaisir, la recommandation du BVP :
“Le choix des signes ou des termes utilisés dans la publicité, ainsi que des couleurs qui pourraient y être associées, ne doit pas suggérer des vertus écologiques que le produit ne posséderait pas”
(art. 2-12 des recommandations écologiques du BVP)


“Grâce à Rêves en Cadeau… 1 stage de pilotage acheté = 1 arbre planté”
Arrêtons nous deux secondes sur ce que propose cette entreprise qui nous fait croire à sa vertu environnementale alors que piloter une voiture est une activité polluante ! Conduire ou piloter oui, mais tenter de se faire passer pour vertueux en plantant 1 seul petit arbre par stage à 1 euros pièce… Foutage de gueule!


« L’éco-engagement » de Lucky Strike France:
Remplacer, dans un paquet de cigarettes voué pour le moment à ne pas être recyclable, un papier métallisé par un papier sans métal soi-disant recyclable, tout en le signalant au consommateur à l’aide d’un papier glacé de fort belle qualité. Foutage de gueule non ?

 

 

(Le logo « GreenWash » présent au début de cet article est une réalisation des savons Gaiia)

9 réponses
  1. swanee
    swanee dit :

    Superbe article!
    Super logo !…un biz serait de leur proposer ça pour encore plus de crédibilité… je suis certaine que tu trouverais preneur …
    En cosméto c’est pire, non seulement ils font du greenwashing, mais en plus se targue écolabel, lance des lignes bio en plus de leurs lignes non bio…amalgame chez le client…

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      J’ai pas voulu taper sur la « cosméto » pour une fois, mais ça fait un moment que ça me chatouille de faire une truc sur la gamme « Ushuaia » précurseur du « Greenwashing » et de la confusion des genres…

    • Franck
      Franck dit :

      Oui Ludivine, c’est malheureusement vrai !
      Ce post pour ma mère, j’appelle ça la « rétro-éducation »
      C’est à mon tour de lui apprendre des trucs pour qu’elle évite d’acheter n’importe quoi :-D

  2. Julien
    Julien dit :

    A l’insu de mon plein gré, je vais être obligé d’intervenir pour signaler que le nom BVP (Bureau de Vérification de la Publicité) est caduque et remplacé par l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité).

    Simple rectification maladive sans arrogance ni prétention…

    Biz

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bien vu Julien! C’est encore moins sexy qu’avant cette nouvelle dénomination.
      « Le monde (de la pub) selon l’ARPP »
      Jeu de mot tiré par les cheveux autour de:
      « Le Monde selon Garp »
      de John Irving…
      re-Biz

  3. Cécile
    Cécile dit :

    Ohhhh ! Quel joli article ! Pile le jour où l’on me dit qu’il faudrait que j’arrête mes exigences de « je veux un fournisseur près de chez moi » « je veux qu’il soit accessible en vélo ou en transports en communs » « je veux qu’il fasse un effort pour l’environnement » « je ne veux pas d’emballages plastiques » etc.
    Ca remonte le moral ! Merci !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.