« AFP – Les derniers fabricants du véritable savon de Marseille, dont la composition originale n’a jamais été protégée, tentent de mettre en place un label afin d’être aisément reconnus par le grand public et faire face à la concurrence, asiatique notamment. »

Il n’existe plus que trois entreprises à Marseille qui fabriquent encore du savon de Marseille à l’ancienne :
– Le Sérail.
– La Compagnie des détergents et du savon de Marseille (CDSM).
– Marius-Fabre.
Sans oublier la Savonnerie de l’Atlantique, basée à Nantes.

La réalité est beaucoup moins folklorique que les accents méridionaux ventant les mérites de savonnette colorées dites de Marseille que l’on trouve sur le vieux port, dans les marchés Français et en grande distribution. La réalité, c’est que la plus grande partie de la production de ce patrimoine national est fabriqués en Chine, Turquie ou Malaisie… Et que ces « savonnettes » n’ont pour la plupart jamais vu d’huile d’olive !

« On a tenté d’établir une charte avec la trentaine de savonniers exerçant en France mais on n’a jamais réussi à mettre d’accord ceux qui mettent en avant le procédé de fabrication – les traditionnels – et ceux qui privilégient la qualité – les modernes », explique à l’AFP le secrétaire général de Cosmed, Robert Faure.

Du coup, c’est le statu quo et aucun cahier des charges garantissant une qualité, une pureté et un lieu de production n’existe ». En attendant, avec la CDSM et le Sérail, la Savonnerie du Midi vient de déposer un dossier devant les organisateurs de Marseille-Provence, capitale européenne de la culture en 2013 pour mettre en place une « route du savon de Marseille ».

Espérons qu’enfin un jour un label de production locale du Savon de marseille verra le jour pour le bien des producteurs comme des consommateurs.

(Sources : AFP et France24)

13 réponses
  1. Touffany
    Touffany dit :

    Dans la liste des authentiques savonniers marseillais, il en manque un de taille : LA SAVONNERIE DU MIDI (1894), qui commercialise du savon de Marseille sous sa marque « Maître Savon » et travaille pour de grands distributeurs, comme « Apta ».
    Par ailleurs, « Persavon » est commercialisé par la société ALLIANCE SAS de Charleville-Mézières, qui le fait fabriquer (selon la règle du savon de Marseille) en … Italie !
    La SAVONNERIE DE L’ATLANTIQUE fabrique, elle, une autre grande marque : « Le Chat », pour la société allemande HENKEL.

    Répondre
  2. william
    william dit :

    bjr, mon épouse viens de se mettre sur le marché dans la region de bourgogne sud, nous avons choisi Le Sérail pour défendre nos couleur du savoir faire

    Répondre
  3. célineM
    célineM dit :

    Franck, oui je défends ma ville, mais je sais que les savonniers ont merdé, et si tu remonte plus loin tout ce qui touche au monde de la mode et du textile aussi (c’était la capitale de la mode au XVIIIème et XIXème, il suffit de voir les photos de la Canebière avant et après), ainsi que le cinéma, et beaucoup d’autres choses encore.
    Marseille capitale de la culture en 2013, Wait and See, and LOL…

    Répondre
  4. Mikael
    Mikael dit :

    Enfin une bonne nouvelle, il était temps ! Et j’en sais quelque chose, je suis marseillais, habitant à Marseille, et désespéré de ne jamais trouver de « vrai » Savon de Marseille !

    Tant pis, on prendra du Gaiia saponifié à froid ! ;)

    Répondre
  5. Sandrine
    Sandrine dit :

    Des savons chinois à Marseille, çà c’est une idée… ou plutôt à Valence ! Mais bon, et les savons Gaiia c’est pour quand ? Toujours le 20 ?

    Encore une fois merci à toi Franck pour toutes les infos que tu arrives à dénicher. Je me demande si je ne vais pas t’embaucher pour mon blog! Il me semble, si mes souvenirs sont bons, que tu as aussi quelques connaissances dans mon domaine!!!

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Félicitation pour ton blog Sandrine, mais j’ai essayé hier de poser un commentaire et c’est toujours pas actif… Je viendrais souvent voir le blog de la patronne ! Et bravo aussi pour l’ambiance « halloween » de ton e-shop, c’est dingue comme il à progressé en quelques années, c’est je crois une des clefs du succés…

  6. célineM
    célineM dit :

    Marseille, laisse toujours rêveur et songeur, par ces extravagances de toutes sortes… (une marseillaise d’adoption)
    J’ai eu la chance de visiter la savonnerie du Sérail et de parler avec les savonniers, c’est leur quotidien aujourd’hui encore, une histoire de famille, une envie de garder cette tradition.

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Coucou ma Céline ! Alors, on defend sa ville bec et ongles ? tu as bien raison Marseille est certe une citée construite en dépit du bon sens d’un point de vue architectural, mais c’est une ville riche en événements humain et qui possède une ambiance toute particulière (Je le sais j’habitais à Aubagne). Ceci dit, il ne faut pas faire d’angélisme, les savonniers Marseillais on bel et bien merdés ! Ils auraient pu s’entendre et défendre leur patrimoine, au lieu de cela ils se sont déchirés et du coup le nom « Savon de Marseille » ne leurs appartiens même plus et ç’est vraiment dommage !

  7. swanee
    swanee dit :

    c’est clair, mettre au point une charte précise aurait été utile pour ce savon…

    Ils sont plus de 3 à se revendiquer des derniers savonniers de marseille… expliquant tous l’histoire, la tradition qu’on connait tous, sur divers site web tel une encyclopédie…mais le pratiquent ils tous de nos jours?

    quand on regarde le site du Sérail, qu’est ce qui nous prouve que c’est leur quotidien actuellement, bien qu’on nous montre par des images à l’ancienne , comment s’était… Dommage qu’il n’indique pas sur leur site , une des vidéos youtube montrant leur fabrication traditionnelle encore actuelle aujourd’hui
    http://www.youtube.com/watch?v=IgIUb85zc-k

    Pour la CDSM et la savonnerie de l’atlantique, franchement je ne comprends pas…
    Ok ils saponifient eux même, des huiles végétales selon la tradition de marseille, c’est tout à leur honneur..
    S’il se targuent d’être dans les derniers à faire le véritable savon de marseille, et cherchent à lui redonner ses lettres de noblesses, pourquoi proposent t’ils des bondillons de savons de marseille? Ceux qui viennent les acheter, les traitent afin de produire du savon … bondillons achetés de part le monde…donc savon de marseille fabriqué de part le monde…Du coup, ils contribuent par cela à l’existence de savon de marseille  » dit non traditionnel » (ok avec un bondillon bien made in france vs asie…)… Ils facilitent la vie de fabricants de savons parfumés et colorés, qu’ils ne considèrent pas savonniers car ne saponifiant pas… le dit fabricant à l’étranger pouvant apposer « véritable savon de marseille » sur le produit, car à bondillon de marseille « made in marseille » qu’il a extrudé, peut être coloré et parfumé…Il existe des savons de marseille à base d’olive en provenance d’asie…

    Bref comme le savon d’alep, fabriqué en France avec des bondillons d’alep..le séchage de 9 mois au soleil étant pour la petite histoire…

    cf interview de la CDSM : http://www.jeanpierrecoffe.com/metier-savonnier
    et aussi les commentaires de la savonnerie de l’atlantique sur les savonniers et savonnerie : http://www.savon-atlantique.com/sda-notre-histoire-savon-marseille_savonnerie_france_savon-nantes_histoire-savon.html

    Pour garder la propriété d’un produit encore aurait il fallu :
    1/ne pas dévoiler sa formule, ne serait ce que dans les fiches techniques des bondillons en vente
    2/ ni vendre le bondillon permettant de reconstituer le savon à l’identique…

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.