Si l’on connait depuis des années le terme « surgras », utilisé dans une multitude de produits lavants, les adeptes de savons connaissent moins bien l’origine du surgras (mode de fabrication & ingrédients) et ses vertus pour la peau.

Qu’est-ce qu’un savon surgras ?

Un savon surgras est un savon doux, enrichi en agents surgraissants comme :

  • des huiles végétales,
  • des beurres végétaux,
  • de la glycérine ou des agents d’origine animale (ex : la Lanoline, cire obtenue à partir de la graisse de laine).

C’est la présence d’agents surgraissants qui protègent, hydratent et aident à la restauration du film gras de la peau (film hydrolipidique).

Existent-ils plusieurs types d’agents surgraissants ?

Les agents surgraissants sont le plus souvent d’origine végétale (huile, beurre) ou naturelle comme la glycérine. Mais il arrive que l’on puisse trouver des agents d’origine animale, comme la lanoline, exclusivement dans des savons surgras industriels de grandes marques, vendus en pharmacie ou grandes surfaces.

Quels sont les différences entre les types de savons surgras ?

Les différences sont liées essentiellement aux modes de fabrication du savon.

Savon surgras industriel vendus en pharmacie (type Rogé Cavaillès, Neutrapharm, Bioderma et beaucoup d’autres…)

La première chose à savoir, et la plus importante, est que toutes ces marques de savons utilisent la même base lavante industrielle fabriquée à l’avance.

Cette base est ensuite utilisée, sous forme de chips de savon (bondillons), ou graisse animale (sodium tallowate) pour certains car moins chère. A ce stade de la fabrication, la glycérine est retirée alors qu’en fin de processus elle sera rajoutée en en très petite quantité sous sa forme naturelle ou de synthèse.

Mais alors pourquoi les marques industrielles de savons font-elles cela ? Premièrement, parce que la glycérine, naturellement issue du procédé de saponification, encrasse et bloque les machines industrielles. Deuxièmement, parce que la glycérine naturelle étant une matière première très chère, les grandes marques préfèrent la revendre à prix beaucoup plus élevé, ou la valoriser en l’introduisant dans la formule de leurs crèmes.

Méthode de fabrication :

  • empatage & malaxage de pâte à savon déjà prête
  • ajout en phase final d’agents surgraissant
  • pourcentage moyen du surgras d’un savon industriel : entre 1 et 1,5 % (quand l’information est communiquée)

Cette méthode est la même pour 99% des savons « bio » de grandes marques vendus en boutiques ou supermarché bio (type Melvita, l’occitane bio, weleda…). La seule différence consiste en l’utilisation de chips de savon réalisées à base d’huile bio.

Savon surgras à froid (type savon Gaiia et beaucoup d’autres…)

Le terme « savon à froid » pourrait devenir un jour synonyme de savon surgras, puisque le « surgraissage » à base d’huiles végétales est dans l’ADN même de cette méthode de fabrication. Ensuite, les savons à froid sont saponifiés par des savonniers qui n’utilisent pas de chips de savon déjà prêtes. Ils choisissent leurs huiles, ils créent des formules uniques. Ils fabriquent leurs savons en prenant le soin de laisser toute la glycérine, naturellement formée lors de ce processus.

Méthode de fabrication :

  • saponifié à froid par des savonniers de métier.
  • Obtention du surgras 3 temps :
  1. Surgraissage dans la formule : Une partie des huiles ne sera pas transformée en savon et restera à l’état d’huile.
  2. Surgras en enrichissement : Ajout d’huiles ou de beurres après le processus de saponification.
  3. Glycérine naturelle issue de la saponification.
  • Pourcentage moyen du surgras d’un savon à froid : entre 5 et 8,5 %.

Les bienfaits d’un vrai savon surgras :

Notre peau possède en surface un film protecteur appelé film hydrolipidique. Ce film naturel protège la peau de plusieurs façons :

  • Il protège notre peau des agressions extérieures.
  • Il hydrate et assouplit en empêchant l’évaporation de l’eau contenue dans la peau.

L’eau calcaire et dure, l’utilisation répétée de gels douche ou de produits lavants trop décapants, la météo et la pollution peuvent altérer ce film. La peau n’assure alors plus son rôle de barrière protectrice : elle se déshydrate, devient sèche et perd de sa souplesse.

Les huiles et la glycérine qui constituent les agents surgras d’un savon ne sont pas totalement éliminées au rinçage et laissent ainsi sur la peau un léger film protecteur. Hydratant votre peau en douceur sans aucune sensation de tiraillement.

Un savon surgras pour quel type de peau ?

Un savon surgras peut être bien entendu utilisé par tout le monde (bébé et grands). Il est l’allié, parfait des peaux sèches, sensibles, atopiques et convient à toutes les parties du corps.

Mythe et réalité : du savon pour le visage ?

La plupart des savons industriels peuvent êtres décapant pour les peaux sensibles, vu qu’ils ne contiennent pas de surgras et très peu, voir pas du tout, de glycérine. En revanche, un savon, doux et surgras par nature, est non seulement à recommander pour le visage mais aussi sur des zones plus sensibles et intimes.

C’est quoi un vrai savonnier ?

La réponse est très simple, c’est quelqu’un qui transforme ses huiles en savon, pas une entreprise qui achète des chips de savon déjà prêtes et qui se contente d’y ajouter un parfum, une couleur, ou 1% d’huile d’amande douce pour dire que leur savon est un savon surgras !

Sauvons notre peau et la planète avec un savon surgras, saponifié à froid, doux, hydratant et écologique !

15 réponses
  1. ROBERTE
    ROBERTE dit :

    EN CES TEMPS DU SURLAVAGE À TOUT MOMENT POUR ÉVITER D’AVOIR LE VIRUS COVID-19 POURQUOI NE PAS FONDRE LE SAVON EN CRÈME AVEC DE L’EAU CAD LES LES BOUTS DE FIN DE PAINS DE SAVONS DOVE DANS DE L’EAU POUR LE RENDRE CRÉMEUX ET LE METTRE EN BOUTEILLES POUR SAVON MOUSSEUX? UN CONSEIL EN CE SENS SVP ROBERTE MONTRÉAL QUÉ

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bonjour Aurelie,
      Notre savon Très doux est idéal pour un nouveau né.
      Comme son nom l’indique il est très doux, hydratant et nourrissant pour les peaux délicates des nouveaux né.

  2. Aurelie
    Aurelie dit :

    Bonsoir je voudrais savoir si les savons surgras pour les peaux ultra sensible sont bons pour les peaux mixte avec un peu d’acné ? Merci

    Répondre
  3. Amandine
    Amandine dit :

    Bonjour, merci pour vos articles et tout vos conseils, je suis plus que persuadée que les savons à froid et surgras sont les meilleurs!!
    J’ai la peau très sensibles avec des rougeurs, j’ai hâte de recevoir ma commande passé ce matin, car jusqu’à présent je n’ai jamais vraiment trouvé un savon ou un produit adapté à ma peau.

    Merci

    Répondre
  4. LIBELLULE
    LIBELLULE dit :

    Bonjour à vous,
    Je voulais avoir une précision : comment pouvez-vous déterminer le % de glycérine dans vos savons (puisque c’est le résultat de la saponification) ? Merci d’avance.

    Répondre
  5. Franck
    Franck dit :

    Bonjour Killraven !

    Nous sommes d’accord sur tout en fait.

    Quand je parle du Sodium Tallowate comme premier ingrédient par exemple du savon Mont Saint Michel c’est pour expliquer deux choses : Certains consommateurs devraient pouvoir savoir qu’il y a de la graisse animal dans leurs savons : Vegans / Mulsulman / Juifs…

    Je ne dit pas que cette matière première est nocive, en revanche, le tallowate utilisé par les industriels est de piètre qualité et moins chère que la moins chère des huiles végétales ça c’est un fait et c’est uniquement pour cette raison qu’ils l’utilisent et j’ai mes sources :-)

    En ce qui concerne l’utilisation de graisse animale dans les savons à froid, je connais quelques savonniers dans le sud-ouest et ailleurs qui utilisent de la graisse de canard entre autre pour réaliser de merveilleux savons, c’est une excellente matière première pour réaliser du savon je suis entièrement d’accord avec vous.

    Cela montre encore une fois qu’un savonnier à froid utilise les meilleurs matières premières pour ses savons, animales ou végétales, là ou les industriels ne cherche que la rentabilité.

    Répondre
  6. Killraven
    Killraven dit :

    Je plussois sur tout, Franck…ou presque!

    Attention, je respecte les avis et les goûts de tout le monde, mais, pourquoi se priver du tallowate de sodium, en bon françois, du gras de boeuf (ou toute autre graisse animale) quand on est pas vegan ou végétarien?! sous prétexte qu’il est bon marché??
    Je développe:
    -même si la plupart de mes savons sont « 100% végétal », je continue de faire des savons à base de tallow, car il remplace avantageusement l’huile de palme pour des raisons écologique, éthique et savonistique: il donne un excellent savon, bon pouvoir lavant, belle mousse, stable, savon bien dur…
    -C’est un sous produit qu’il faut valoriser puisque nous avons des élevages, et mangeons (pour certains, oui, encore!) de la viande. Quant au prix, je ne le touche pas au prix des industriels, donc sous sa forme purifiée, il n’est pas si bon marché que cela, même si on reste loin des huiles précieuses, mais disons comparable à l’h de palme.
    -historiquement, les savons ont été réalisés avec des graisses animales depuis bien plus longtemps que les savons à l’huile d’olive. Les anglo-saxons utilisent même assez couramment en saf, des graisses de cervidés (élans, orignal, daim…) et même d’ours (je cite, je ne défends pas la chasse à l’ours! c’est clair?).
    De même pour les très bonnes graisses de canard ou d’oie….
    Alors pour conclure, chacun est libre de choisir un 100% végétal mais sans jeter l’opprobre sur les VRAIS savons, saponifiés à froid, contenant pour part, des graisses animales…ou du lait (là, c’est marrant, on proteste moins!), ou de la soie…Le plus important étant d’avoir un BON savon!!
    J’ai fait le test dans des salons: c’est l’effet nocibo; à l’aveugle, les gens l’adoraient, mais les puristes du végétal, une fois informés, préfèraient son voisin prétendument 100% végétal! Or c’était le même. Plus vicieux encore, en inversant les étiquettes: le végétal devient animal et vice versa: là encore, les commentaires encensaient le prétendu végétal!
    Aucune personne ayant participé à ce test n’a été maltraitée ou blessée! et toutes ont été mise au courant dans la minute qui suit! petit test perso, réalisé sur une centaine de personne qui se déclaraient préférant les savons végétaux pour des questions éthiques… avec des stats dépassant les 90% (ça vaut ce que cela vaut, mais à réfléchir…)

    Répondre
  7. savon naturel
    savon naturel dit :

    Il existe plusieurs variantes du savon surgras. Pour les peaux sèches comme moi, celui à base de calendula ou de lavande. Sinon pour la peau à tendance acnéique , celui à base de sel est très efficace aussi. Il faut juste bien choisir le savon adapté à son type de peau

    Répondre
  8. Franck
    Franck dit :

    Vous avez bien raison Jessica, il faut jeter toutes ces m* de gels douche et autres shampoings pétrochimique à la poubelle ;-) Et utiliser du bon gras, celui des savons à froid !

    Et merci pour votre commnande :-)

    Répondre
  9. jessica
    jessica dit :

    Bonsoir!

    C’était un article très intéressant à lire, comme tous les articles de votre blog que j’ai récemment découvert, et que je dévore! ; )
    Reste plus qu’à choisir vos savons mais la… c’est plus dur!!
    Hâte de les tester et de jeter toutes ces m* que j’ai dans ma douche! !
    Un seul mot: merci! !

    Répondre
  10. HADJ ALI Taoufik
    HADJ ALI Taoufik dit :

    Très bien expliqué, j’aurais préféré que tu insistes sur l’ajout des huiles qui sont nobles, précieuses et onéreuses! .La SAF est la seule technique qui permet de réaliser des savons avec du lait frais voire 100%! les industriels sont bien incapables de le faire!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.