Voilà une campagne de pub de la « Bank of India » plutôt simple et sympa. Il s’agit de mettre en avant une offre pour l’ouverture de compte joint. Pour cela l’agence de com Indienne à choisit de mettre les femmes d’hommes célèbres en avant, en les rajoutant sur des billets de banques.

Ghandi et sa femme :
GANDHI_1Lincoln et sa femme :
LINCOLN_1 Une bonne idée, un bon visuel et trés peu de mots.

Cela fait un moment que je voulais parler du blog et de l’activité d’amis très chers : Aqua-Verde !

Gael, Nadine, Pascale, et toute leur équipe travaillent depuis plus de 20 ans à créer, améliorer, entretenir, des jardins, des espaces vert et des aménagements intérieurs dans le sud de la France (Saint Paul de Vence). A signaler que depuis une quinzaine d’années Gael n’utilise plus de produit Phytosanitaire (pesticides chimiques) pour le traitement des plantes, préférant des traitements plus doux, naturels, biologiques ou organiques. C’est dans cette juste logique que cette équipe de fou furieux du beau et du bien fait s’est lancé dans l’aventure du bassin naturel.

Après de nombreux essais autour de la filtration idéale, de la conception du bassin et toutes ces choses imprévues qui font qu’on ne tient jamais un planning quand on lance un projet (j’en sais quelque chose). Ils ont décidé de montrer tout cela à travers un blog qui parle aussi de photo, de plante aquatique et de jardin…

Un voyage doux et léger comme le vent du sud (j’me comprends !).
aqua-verdehttp://www.aquaverde.fr/

Un grand week-end ensoleillé dont la majeure partie du temps passé sur la terrasse à « un-peu-bouquiner », « petit-jardiner », « mini-barbecuter », « boire-discuter » m’a donné envie de parler de mon deuxième bébé : Le fauteuil Eco-design Staukwood (1 an environ).
staukwood

Ce fauteuil à été conçu avec un ami ébéniste dans le respect de l’environnement. Notre mobilier de jardin articulé autour du fauteuil Staukwood est réalisé en Pin Sylvestre européen (essentiellement des landes) et livré sans aucun traitement. Il ne participe donc pas à la déforestation de l’Amazonie ou de l’Afrique. La proximité de fabrication (Drome) et d’achat des troncs (chaque fauteuil est fabriqué à partir d’un tronc) implique aussi moins de transport donc moins d’impact sur l’environnement.

Nos fauteuils se vendent doucement, à leurs rythmes mais commencent à se tailler une belle réputation, tant sur le web que dans la presse magazine qui nous demande régulièrement des visuels pour illustrer des articles sur les jardins responsables.
staukwood-02Voilà, une belle aventure qui continue son chemin…

Une bien étrange découverte via l’application iPhone de Gizmodo, des savons dans des boites de Petri qui ressemblent à des cultures biologiques de bactéries comme la Salmonelle ou autre Staphylocoque.

salmonelle3

Une petite explication sur leur site cleanerscience.makersmarket.com

« Rendre la science un peu plus propre. Cleaner La science est une boutique de savon inspirée par la science, ou figurent nos savons dans des boîtes de Pétri et qui ressemblent comme deux gouttes d’eau à des bactéries . Chaque savon est conçu et fabriqués à la main. »

salmonelle salmonelle2 staphilo

Gageons qu’avec des savons pareils dans votre salle de bain, personne à part vous ne les utilisera…

Composition : Sodium Cocoate, Sodium Palmate, Ricinus Communis (Castor), Seed Oil, Carthamus Tinctorius (Safflower) Seed Oil, Glycerin, Water, Sorbitol, Sorbitan Oleta, Glycerin Soja (Soybean) Protein, Frangrance, Color.

Petite vidéo envoyé par Philippe. Les paroles sont de Bulleh Shah, poète pendjabi soufi du 17-18e siècle.

Paroles :

Bulla, je ne sais qui je suis
Je ne suis pas un croyant des mosquées
Ni un fidèle des rites païens
Ni un pur parmi les impurs
Je ne porte pas en moi les « Védas »
Je ne suis pas dans le « Bhang* » et le vin
Ou dans l’ivresse et la déchéance
Je ne suis ni heureux ni malheureux
Ni pécheur ni saint
Je n’appartiens pas à l’eau ou à la terre
Je ne suis pas le feu ou l’air

Bulla, je ne sais qui je suis
Je ne suis pas un arabe ou un « Lahori »
Ni un Indien ou un « Nagauri »
Ni un Hindou, un Turc ou un Peshawari
Je ne connais pas le secret des religions
Je ne suis pas né d’Adam et Eve
Je suis le sans-nom
Je suis le premier et le dernier
Je suis l’un sans second
Je ne suis pas Moise ou un Pharaon
Ni réveillé ni endormi
Ni né du feu ni du vent
Je ne vis pas à « Nadaum »
Je ne suis pas immobile ou en mouvement
Bulla, je ne sais qui je suis

* Bhang – Préparation de cannabis utilisée dans certaines cérémonies religieuses du Bengale.

shampoingNon, ce n’est pas un jouet pour chien! C’est un shampooing solide que j’ai acheté dans un supermarché « Bio ». Cela faisait un moment que je voulais tester un shampooing solide pour voir si c’est un savon qui s’appelle shampooing, ou si vraiment cette petite fleur à un truc en plus pour ce qui me reste de tifs!

Regardons un peu la composition de ce shampooing solide « Bio » au label « Cosmébio ».

Ingredients INCI dans l’ordre d’importance :
1 – Disodium Lauryl Sulfosuccinate
2 – Sodium Coco-Sulfate
3 – Triticum Vulgare (Wheat) Starch
4 – Cetearyl Alcohol
5 – Citrus Aurantium (Orange) Fruit water*
6 – Rhus Vemiciciflua Waw
7 – Sodium Lauryl Sulphate
8 – Butyrospermum parkii (Shea Butter)*
9 – Cocamidopropyl Betaine
10 – Aqua (Water)
11 – Coco-Glucoside
12 – Montmorillonite,
13 – Parfum (Fragrance)
14 – Glycerin*
15 – Lauryl PCA
16 – Glyceryl Stearate
17 – Urtica Dioica Extract*
18 – Citric Acid
19 – Sodium Benzoate
20 – Potassium Sorbate
21 – Limonene
22 – Eugenol

* Ingrédients issus de l’Agriculture Biologique
* 99,9% des ingrédients sont d’origines naturelle (le pétrole aussi…)

Premier constat, les tensioactifs sont légions comme dans un shampooing liquide lambda (type garnier ultra-doux beurk), A une différence près, dans un Shampooing ordinaire, le premier ingrédient de la liste après l’eau est le : « Sodium Lauryl Sulphate » que l’on retrouve ici en 7e position. les 2 premiers ingrédient sont des tensioactifs plus doux : « Disodium Lauryl Sulfosuccinate » et « Lauryl Coco-Sulfate ».

Le « Disodium Lauryl Sulfosuccinate »
Tensioactif, agent nettoyant, moussant, très doux, conseillé dans les produits pour bébés.

Dans la serie des designers inspirés par le savon, voici un savon au look des phylactères de BD. Tout droit sorti de la bouche du capitaine haddock…
(Au passage on notera que l’emballage est du même type que celui choisit pour les savons Gaiia, c’est une boite coulissante).
Un savon pour les sales langues de quoi?
savon-langue01savon-langue02savon-langue03Découvert dans le site : PACKAGING | UQAM

Un coup de gueule à propos des faux savons d’Alep

Que des consommateurs non avertis se fassent avoir en achetant des faux savons d’Alep (Presque la couleur de l’Alep, presque le sceau de l’Alep, le nom de l’Alep mais ce n’est pas un Alep), soit, mais que des professionnels (boutique Bio) vous affirme mordicus que le produit qu’il vous propose est un authentique Alep alors que ce n’est qu’une vulgaire copie, là je dit non, et je gueule! Je ne doute pas de la sincérité du commerçant à qui on à du faire le coup du certificat d’authenticité traduit par un Syrien agrée! Et oui, même dans l’univers du Bio ça existe les représentants peu scrupuleux!

Avant d’aller plus loin et de décortiquer la composition de ces fameux savons (Les vrais et les faux), un peu d’histoire:

L’histoire donc, nous raconte que ce savon serait à l’origine de tous les savons dur du monde (3500 ans environ selon les sources) et fait référence à un de ces prestigieux descendant, le savon de Marseille (fin 17e siècle). J’ajouterais aussi la longue tradition des savons dur Africains. En Afrique, dans la littérature est décrit par exemple qu’au Ghana, avant l’arrivée des Portugais en 1482, les Fanti préparaient du savon à partir de l’huile de palme brute et de la potasse, extraite des cendres de bois. En inde, c’était aussi une activité importante avant l’arrivé des anglais et l’implantation d’Unilever en Inde (appelé Hindustan Lever). Il me reste à rajouter qu’il y a à peine 10 ans, personne (ou très peu) ne connaissait ce savon en France, aujourd’hui on peux en trouver partout, et parfois (souvent) à des prix très élevés.

savon-alep-vert

La composition du savon d’Alep (le vrai)

* Huile d’olive de deuxième pression.
* Un peu d’eau.
* De la soude (autrefois extraite de la cendre de salicorne)
* l’huile de baies et de feuilles de laurier (Laurus nobilis)

L’huile de laurier étant plus rare et plus chère que l’huile d’olive, son pourcentage influe considérablement sur le prix des savons.

Voilà, c’est extrêmement simple et complètement naturel! Le savon d’Alep traditionnel se présente donc toujours sous la forme d’un pain parallélépipédique marron, sur lequel sont inscrits le nom du fabricant ainsi que la qualité du savon.

Mais, sous la dénomination « Savon d’Alep » on trouve de vulgaires copies qui sont la plupart du temps fabriquées comme des savons industriels. Dans ces savons, la quantité d’huile d’olive est alors réduite a son minimum et est souvent remplacée par de l’huile de palme ou de coprah. Pour l’huile de laurier (trop chère) caractéristique principale et source des bienfaits du savon d’Alep, il n’y en a pas ! Il n’y a aucun contrôle obligatoire pour cette méthode de fabrication, ce qui n’est pas le cas pour l’appellation d’origine « Savon de Marseille ». Il peut donc être produit dans d’autres pays et l’on voit maintenant arriver sur le marché français des quantités importantes de savons d’Alep fabriqués avec des huiles d’olive de plus ou moins bonne qualité, et parfois même avec des mélanges d’huiles dégradées d’olive, de palme et de coprah (ils sont ensuite colorés et parfumés afin de leur donner un aspect plus authentique). Il est tentant aussi d’indiquer des % fantaisistes d’huile de laurier afin de faire plus de profit.

Quelques pistes pour reconnaitre un vrai savon d’Alep
* Sa surface est rugueuse et l’aspect général est assez brut.

* Il doit comporter le sceau du fabricant (en Arabe, et parfois en dessous la marque en lettres latines).

* Sa couleur est brun-beige à l’extérieur et vert émeraude à l’intérieur. (Due à la présence naturelle de chlorophylle).

* Le savon d’Alep flotte. (Ce qui n’est pas le cas de la plupart des savons)

* Le savon d’Alep n’est pas liquide. (Autrement sa composition contient des éléments chimiques comme des tensioactifs, des agents anti-bactériens etc… Du coup ce n’est plus un savon d’Alep!)

* De façon générale aussi, il faut se méfier des « Alep » qui ne sont pas carrés. Souvent, les copies sont faites sous forme de barre ou petite savonnette car cela est plus facile à produire. Il suffit de mettre le savon liquide dans des moules. La production sous la forme carrée demande beaucoup de place et un matériel spécifique que les faussaires ne possèdent pas.

Voilà, vous en savez un peu plus pour avancer dans la quête de « l’Alep » parfait…

Mise à jour du 4 février 2015 :

Depuis notre article de 2010 sur les faux savons d’Alep qui pullulaient à l’époque dans les rayons et les marchés (au détriment des vrais merveilles d’Alep), nous avons eu énormément de demandes pour appliquer la recette authentique d’un Alep à celle d’un savon à froid. J’y étais réticent pour plusieurs raisons dont la principale concernait la possible confusion entre nos deux modes de fabrications, la méthode à chaud celle de l’Alep et la notre, la méthode de saponification à froid qui avait de la peine à se faire connaitre il y à presque cinq ans.

Et puis, suite aux terribles événements en Syrie, la ville d’Alep fut dévasté, cette ville qui fut l’une des plus vieilles villes du monde, cette ville classée au patrimoine mondial de l’humanité est maintenant détruite… La production de savon aussi et je me contenterais de ne commenter que cet aspect du désastre… voir la suite de ce nouvel article par ici…

alep-gaiia

…C’est la société qui le corrompt. ( Rousseau)
showermic_648
Et l’homme est-il moralement bon pour la nature ou est ce notre société qui l’incite à devenir responsable. La « société » n’est pas la source de tout les maux des hommes, parfois elle lui fait la morale! (Jean-Claude Platon)

(Credit photos : SHOWER MIC™ – sing in the shooOOOOoower – Design: Atypyk)

vague-verte
Voila une autre phrase que j’entends beaucoup en ce moment. Alors je vais tenter rapidement d’expliquer les événements qui depuis plusieurs années nous on menés Philippe et moi sur la voie du savon naturel.

La première fois que nous avons évoqué la possibilité et le désir de faire du savon avec Philippe remonte à plus de 15 ans. C’était à l’époque ou nous travaillions sur notre marque « Câlin d’Amour », et dans notre dossier de presse nous évoquions déjà la notion « d’entreprise citoyenne » parce que nous voulions reverser une partie de notre chiffre d’affaire à des oeuvres caritatives. A cette époque, nous sommes passés pour des farfelus, alors qu’aujourd’hui de nombreuses entreprises se revendiquent « citoyennes » et participent à des projet comme 1% de son CA pour la planète (entre autres).

A cette époque donc, nous voulions créer un savon didactique pour inciter les enfants à se laver. Notre idée était de mettre un objet (une surprise) à l’intérieur de chaque savonnette pour inciter l’enfant à se servir du savon (donc de se laver sans rechigner et avec plaisir). Nous voulions appeler cette collection « Petit Câlin d’Amour ». Cette idée est resté au stade embryonnaire.

Il ya 6 ans, presque 7 nous avons participer à un projet « Tridosha Expérience » visant à faire connaitre les principes de la médecine « Ayurvedique » en France.

C’est en 2009 lors d’un passage de Philippe à Valence que l’envie de travailler avec des savons nous est revenue. En réalité, pendant toutes ces années nous évoquions souvent le sujet, mais sans donner de suite. Philippe avait donc en 2009, dans ses bagages des savons fabriqués en Inde, pas les savons Indiens classiques que nous utilisions depuis des années comme le savon « Mysore » ou « Chandrika« , mais des savons transparents avec des inclusions de formes et de couleurs à l’intérieur, des savons qu’on appelle « Melt and Pour ». Ce sont des savons à base de glycérine, et c’était là tout notre problème. La glycérine naturel étant très cher, tout ces savons sont en général réalisés a base de glycérine industrielle de synthèse. De notre coté nous voulions faire des savons naturels, donc l’accumulation de produits chimiques dans les savons « Melt and Pour » nous à tout naturellement conduits vers la création de notre propre Savonnerie afin d’élaborer le / les savons qui nous convenaient.

Donc nous ne surfons pas sur une vague, nous sommes la vague…