Quel est le PH d’un savon Gaiia ?

Un vrai savon fabriqué à froid par un maitre savonnier a un PH se situant entre 9 et 10.
C’est un mythe entretenu par les industriels de faire croire qu’on doit prendre soin de sa peau avec des produits a PH neutre (PH7).

Apres l’utilisation d’un vrai savon, votre peau met seulement quelques minutes pour réajuster son PH. Certains savons industriels abaissent leur PH, mais soyez prudents car ils obtiennent ce resultat grace à des détergents chimiques issus de la pétrochimie. Le PH des ces savons industriels est entre 5 et 7 mais ces produits sont aggressifs et dangereux à terme pour votre peau et pour votre santé en general.

Mise à jour du 17/11 :
A signaler aussi sur le même sujet un article très complet de Michel Pobeda, auteur de livre « Les bienfaits des huiles végétales ». Voir le lien à cette adresse : http://savons.org/le-ph/.

18 réponses
  1. Baba Licornice
    Baba Licornice dit :

    Monsieur,

    J’ai eu l’honneur de tomber sur cet article en faisant des recherches sur le pH des savons afin de pouvoir contrôler la teinte de l’orcanette dans mes marbrages en saponification à froid.

    J’ai en revanche la tristesse de constater que vous avancez, en peu de mots, près de dix contre-vérités, approximations et sous-entendus fallacieux.

    Premièrement: les bénéfices des nettoyants à pH neutre pour la peau n’est pas un mythe, mais une réalité testée, attestée, étudiée et démontrée par un très grand nombre d’études dermatologiques. Ce pH n’est d’ailleurs pas de 7, mais de 4.5-5, 7 étant le pH dit neutre en chimie générale.

    Deuxièmement. le film hydrolipidique et son pH mettent de trois à cinq heures pour se reconstituer, et non pas «quelques minutes»! Vos propos doivent se faire gratter les eczémateux rien qu’à la lecture!

    Troisièmement, comparer l’ingestion d’un produit acide à l’application topique d’un produit basique ne dégage aucune sorte de sens. Mangez-vous vos savons?

    Quatrièmement, tous les tensioactifs ne proviennent pas de la pétrochimie. Un très grand nombre d’entre eux dérive du sucre et des huiles végétales de palme ou de coco. Certains sont même autorisés par Ecocert, le BDIH et EWG, comme le decyl glucoside. Et c’est peu de dire que EWG est paranoïaque.

    Cinquièmement, tous les tensioactifs ne sont pas irritants ni néfastes pour la peau, et ceux qui le sont, comme le sodium laureth sulfate, le sont principalement pour les mêmes raisons que le savon, à savoir leur basicité élevée.

    Sixièmement, quand bien même un certain nombre de tensioactifs est dérivé du pétrole, cela ne fait pas d’eux des produits nocifs pour la peau. Les cahiers de charge sont lourds, et les procédures précises. Aucune grande entreprise n’a envie de réaliser des rappels en masse de ses produits. Il existe d’ailleurs toutes sortes de poisons fort naturels.

    Septièmement, la correction du pH ne se fait pas à l’aide de «produits de la pétrochimie» mais bien à l’aide d’acides dérivés de matières premières organiques. Il s’agit en majorité d’acide citrique, d’acide lactique et d’acide salicylique. Certains sont rentables à synthétiser, d’autres non. Certains encore sont synthétisés à l’aide d’autres plantes, ou de bactéries.

    Huitièmement, votre propre savon est réalisé à l’aide d’une substance chimique corrosive à l’empreinte écologique discutable selon vos critères, à savoir la soude caustique. À moins que vous ne caustifiez de vieilles cendres vous-même à l’aide de chaux vive et de cuissons interminables, je ne ne vois pas comment vous pouvez éviter d’utiliser, ne serait-ce que par ricochet, le procédé Solvay, qui se sert d’un cas particulier du traitement du chlore pour obtenir la soude caustique comme dérivé et abaisser les coûts de façon spectaculaire.

    Si j’ai pris la peine d’écrire ceci, c’est que je suis moi-même convaincue de la nécessité d’un mode de production et de gestion des ressources à la fois soutenable et juste. Ce que vous écrivez ne fait que répandre des mythes encore plus fous que ceux véhiculés par les marques et paraissent le fruit d’un copywriting des plus hésitants. En écrivant cela, vous nuisez à la crédibilité d’un combat dont l’envergure dépasse le petit clivage naturel/industriel et faites passer l’ensemble des mouvements écologistes pour des allumés qui ne prennent même pas la peine de se renseigner sur ce qu’ils écrivent.

    Évidemment qu’il existe des gels douche avec des formulations crapuleuses, des shampoings avec des conservateurs dont le mode de fonctionnement est de délivrer du formol (le phénoxyéthanol a regagné du terrain depuis la psychose des parabens) et toutes sortes de choses dont on ne sait encore rien sur le long terme, comme les nanoparticules.

    Pour en savoir plus, il faut lire, croiser les sources, accepter de se documenter auprès de gens qui ne partagent pas nécessairement notre opinion, et surtout ne pas se laisser gagner par la peur. Le ton à la fois simpliste et alarmiste de cet article me fait véritablement grimper aux murs, car c’est ce genre de trucs qui rendent les gens stressés et donc peu enclins à réfléchir.

    Qui plus est, je n’ai pas du tout besoin de penser que le savon est le meilleur nettoyant topique du monde pour en apprécier l’utilisation et le fabriquer moi-même. Être plus honnête sur cet aspect ne ferait pas baisser vos ventes.

    En revanche, il est très appréciable que votre site permette les commentaires des internautes, c’est un bon gage d’ouverture.

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bonjour Baba Licornice,

      Effectivement, l’exemple du jus d’orange est carrément osé :-) D’ailleurs je viens de retirer la phrase à l’instant à la lecture de votre commentaire.

      Pour le reste, depuis la rédaction de ce minuscule article de 7 lignes datant de 2011, j’ai évolué, mes connaissances, celles du publique et du marché des cosmétiques aussi, heureusement. Je faisais à cette époque parti (et c’est toujours de la cas) du tout petit nombre de personne militantes qui essayaient d’alerter et ce parfois maladroitement je vous le concède, sur les problématiques et les dérives de la cosmétique conventionnelle.

      La cosmétique que vous semblez défendre, effectivement je la combat, avec mes toutes petites armes et oui, je prône le simple et le raisonné plutôt que toutes les matières premières synthétiques à base de pétrochimie. Oui, il est possible de répondre à tous les besoins cosmétiques à partir de matières premières végétales peu ou pas transformés.

      D’ailleurs, depuis 2015 / 2017 beaucoup d’enquêtes sérieuses ont révélés aux consommateurs les problématiques de cette cosmétique là.

      C’est mon combat militant à moi depuis des années et je m’arrange certainement moins avec la réalité que toutes les marques issus de la cosmétique pétrochimique.

  2. chimix
    chimix dit :

    le pH mesure la quantité d ions H3O+ en solution acqueuse. On peut donc parler du pH d une eau savonneuse, par contre le terme « pH d un savon » n a pas vraiment de sens. c est quoi le pH d un solide?

    Répondre
  3. Gloria Tesla
    Gloria Tesla dit :

    Très intéressant, mais je trouve cela très curieux de comparer un produit à appliquer sur la peau avec un aliment/produit à ingérer (PH de l’estomac : 1,5, paie ta résistance ;-) ) Dommage pour une marque d’extrême qualité comme la votre d’avoir recours à une technique que je trouve un peu simpliste. Pas d’offense, juste de l’étonnement…

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bonjour Gloria,
      Oui, pour le jus d’orange je suis d’accord.
      Disons que cet article est une oeuvre de jeunesse :-)
      Par-contre j’ai toujours dans un coin de ma tête la nécessitée d’écrire un article de fond autour du PH des savons et des mythes qui vont avec.

  4. omari
    omari dit :

    avec quelque goutte de solution de phenolphtaleine ,je trouve un coloration rose foncé don je dis que mon savon ne pas bon il faut que je trouve un coloration rose pale ou claire (detergent)

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Bonjour Ameli, les gels douches intimes aux PH neutre évitent d’avoir une sensation d’agressivité ou de rougeurs sur les muqueuses. Ce que nous dénonçons, c’est qu’en contrepartie de ce type de confort nous accumulons via la peau et les muqueuses une quantité importante de produits pétrochimiques dont pour certains nous connaissons enfin leurs nocivités (paraben interdits / Sodium Laureth Sulfate encore en activité…) Avec un savon à froid, tel que notre unique nature ou notre unique à l’argile, vous obtiendrez le même confort mais sans la contrepartie nocive de l’industrie pétrochimique.

  5. Laurent
    Laurent dit :

    Si je puis me permettre un petit complément.
    Pour être très précis, le pH d’un savon est compris entre 9,5 et 10,5.
    Ceci est valable pour tous les savons, y compris les savons industriels car il est impossible d’abaisser le pH des savons en dessous de 9,5.

    Un savon dont le pH est annoncé entre 5 et 7 n’est donc pas un savon mais un gel douche, une crème lavante ou un pain dermatologique, effectivement à base d’un tensioactif de synthèse. Ils n’ont pas droit à l’appellation « savon ».

    Savon = sels de sodium (ou de potassium) d’acides gras.

    Merci Franck de nous permettre d’aborder ces sujets.

    Répondre
    • Franck
      Franck dit :

      Tu a raison de préciser Laurent, mais tu sais bien que ce qui est clair pour des savonniers ne l’est pas pour les consommateurs qui font bien souvent l’amalgame entre savons / pains / gels et tout les produits lavants. C’est pourquoi j’ai volontairement utiliser le terme de savon PH neutre. Pour se convaincre il suffit de taper « savon ph neutre » sur google et vérifier les résultats, aucun consommateur ne tape : « Je voudrais trouver un tensio-actif au PH neutre » ;-). Quant aux savons industriels, je ne les loges pas tous à la même enseigne, j’ai bien précisé « Certains savons industriels abaissent leur PH… »

      Le PH neutre est un mythe, une invention marketing, et les savons sans savon une hérésie ! non ?

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.