La qualité d’un produit doit-elle se juger uniquement sur le produit fini ?

Doit-on aussi prendre en compte comment et par qui sont réalisés les matières premières du dit produit  ?

Leur mode de production est-il polluant ou pas ?

Chez Gaiia nous considérons que toutes les étapes nécessaires à la fabrication d’une matière première sont aussi importantes que le produit fini.

Un produit fini peut-il être considéré comme vertueux pour l’environnement si un de ces principaux composant est fabriqué par des industriels de la pétrochimie polluante ?

Actuellement, la grande majorité des shampoings solides présents sur le marché contiennent un (voir plusieurs) tensioactifs de synthèse et qui représente un gros pourcentage du produit fini . Il s’agit de molécules régulièrement utilisées en tant qu’agent émulsifiant ou stabilisant (gels douche, shampoings, liquides vaisselles etc…). Leur synthèse s’inscrit dans les processus de fabrication utilisés en chimie conventionnelle, décrits comme polluants, non respectueux de l’environnement, et entrainant ainsi l’apparition de nombreux produits secondaires non-transformables.

L’un des tensioactif les plus utilisé pour la fabrication de cosmétiques solide comme le shampoing solide est le SCI (Sodium Cocoyl Isethionate). Il s’agit d’un tensioactif dérivé de l’huile de coco. Il existe également le Sodium Isethionate, non issu de coco.

Ces deux molécules sont elles mêmes issues de voies de synthèse longues, chacune d’entre elles produisant de nombreux déchets parfois réutilisables, parfois non exploitables ou non recyclables.
En effet, ces molécules indésirables sont, pour la plupart, chlorées et donc difficiles à recycler. Extrêmement toxiques, elles peuvent, si elles ne sont pas prises en charge, détériorer l’environnement et les milieux aquatiques. La chimie du souffre reste également très polluante car elle utilise de l’acide chlorhydrique et d’autres acides forts, en fortes concentrations, détruisant ainsi la faune et la flore.

C’est pourquoi, dans nos produits Gaiia, nous n’utilisons pas de tensioactifs de synthèse . Tous nos savons et shampoing solide sont créés et formulés uniquement à partir du processus de saponification à froid, permettant ainsi de transformer l’ensemble de nos matières premières en savons. Aucun produits secondaires n’est alors formé et rejeté.

Exemple d’une synthèse menant au Sodium Isethionate + produits secondaires polluants

  • (1) : pyridine
  • (2) : 2-hydroxyethanesulfonyl chloride
  • (3) :2-pyridin-1-ium-1-ylethanesulfonate
  • (4) :Sodium isethionate
  • (5) :Sodium 2-chloroethanesulfonate monohydrate
  • (6) : sodium 2-hydroxyethane-1-sulfonate-1-d

Avec cet exemple, on comprends clairement que pour obtenir et vendre 1 produit (entouré en vert) on en créer 3 (entourés en rouge) qui ne servent à rien et qui sont polluants.


Principaux fournisseurs / producteurs de SCI et autre ingrédients pétrochimiques :
Innospec Inc., Clariant International, BASF SE, Huanggang Yongan Pharmaceutical Co., Ltd, Galaxy Surfactants, AkzoNobel NV, Jeen International Corporation, KIYU New Material Co., Ltd. , Henan Surface Chemical Industry Co Ltd



L’une vient de Grenoble et l’autre de Montpellier, elles n’étaient pas destinées à se rencontrer et pourtant, elles ont partagé le même bureau pendant plus d’un mois, au cœur de la savonnerie Gaiia. Cette drôle de rencontre, c’est la nôtre. Aurore, 19 ans, en DUT de Chimie à Grenoble et Marine, 20 ans, en Licence de Chimie à Montpellier. Deux étudiantes enthousiastes, toniques et uniques à la recherche d’un stage de fin de cursus.
Et c’est finalement chez Gaiia que nous avons atterri. Aurore suite au faux bond d’une autre entreprise et grâce à sa joie de vive, Marine par sa détermination et son amour pour les savons.
Deux chimistes passionnées de cosmétiques et de parfums qui se retrouvent dans une savonnerie au grand cœur… ça ne pouvait que mousser !

Le point de vue de Marine :

« Me voilà arrivée dans la « Gaiia family ». Je rencontre alors Aurore, déjà là depuis un petit moment maintenant. Nous travaillerons toutes les deux pendant cinq semaines sur la formulation d’une lotion rééquilibrante pour les cheveux. C’est top, je suis ravie. C’est une chance pour une stagiaire de deuxième année de pouvoir suivre la création d’un cosmétique, de sa conception, à sa fabrication en passant par la case « normes réglementaires ». En plus, l’équipe est super et toujours prête à nous filer un coup de main. Nous avons même pu créer notre propre savon… à la carotte ! On peut dire qu’on n’a pas vraiment choisi la facilité ni la simplicité, mais malgré tout il est réussi, et ça, on en est vachement fières. À tel point qu’on s’est même permises de lui donner un petit nom tout mignon : l’Aimable.

Notre super savon (objectivement bien sûr)

Bref, à un jour de la fin de l’aventure Gaiia, je ne retiens que du positif de cette expérience et remercie toute l’équipe pour leur gentillesse et leur simplicité. Avec Aurore, on a hâte de pouvoir revenir formuler un savon à la betterave, brocolis et quiche au thon dans les années à venir !

Le point de vue d’Aurore :

« Ce stage, je l’ai commencé le 15 avril 2019 pour une période de 10 semaines. Angoissée de nature, je suis arrivée toute stressée le premier jour. Ce stress était en fin de compte inutile, je l’ai vite vu en apprenant à connaître les membres de la famille Gaiia : tous très gentils et ouverts. Je voulais réaliser un stage en formulation, et je suis bien tombée. Quand j’ai su que j’allais formuler une solution rééquilibrante du pH des cheveux, j’étais vraiment contente. Beaucoup de recherches et d’analyses se sont enchaînées pour trouver les bons ingrédients et la bonne formule. Une fois celle-ci trouvée, il a fallu réfléchir au packaging. En effet « La Capsule » doit résister à l’humidité. Nous avons donc effectué des tests originaux avec Marine afin de déterminer l’emballage qui conviendrait le mieux. C’était une très bonne expérience, j’ai acquis de nouvelles connaissances qui me serviront pour mes études à venir. Encore merci ! »

“La Capsule”

Merci à toute l’équipe, Franck, Philippe, Sandrine et Marjorie de nous avoir aussi bien accueilli. On reviendra c’est sur, et de bon cœur !



ATTENTION ! ARTICLE PAS SEXY MAIS INSTRUCTIF !

La fabrication de savon solide requiert l’utilisation de soude (NaOH : hydroxyde de sodium).
Et ce, quel que soit le type de savon solide, à froid, à chaud, industriel ou artisanal, bio ou non bio…
La soude est le réactif qui permet la transformation des huiles / beurres (corps gras) en savon et en glycérine.

Il est aussi important de préciser qu’il n’y a plus de soude dans nos savons une fois le savon fabriqué bien sur :-)

Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la provenance de celle-ci :

  • Comment est-elle fabriquée ?
  • En quoi son processus de fabrication impact-il les milieux naturels ?

Actuellement, il existe plusieurs méthodes de fabrication de la soude. Pour chacune d’entre elles, la production d’hydroxyde de sodium s’accompagne de formation de dichlore, revendu par la suite à d’autres industries.

1. Procédé « membrane »

Schéma du principe de fonctionnement du procédé « membrane »

Le compartiment anodique de la cellule est alimenté par une saumure de NaCl et celui dédié à la cathode est alimenté par de l’eau.
Anode : oxydation du chlorure en chlore
Cathode : réduction de l’eau en dihydrogène et ions hydroxydes
→ Les ions Na+ du compartiment anodique passent à travers une membrane échangeuse d’ions (membrane sélective) puis se combinent avec les ions OH- déjà présents dans la solution cathodique, et forment ainsi de l’hydroxyde de sodium en fin de processus.
→ En sortie d’anode, le chlore formé n’est pas considéré comme produit secondaire indésirable : c’est un co-produit, filtré, récupéré et utilisé par d’autres industries.

Contrairement aux procédés suivants, l’emploi de cette technologie permet de s’affranchir des risques liés à l’environnement : c’est une méthode inoffensive, nécessitant peu d’énergie, capable de générer une soude de grande qualité et c’est cette soude que nous utilisons pour la fabrication de nos savons Gaiia.

2. Procédé à cathode de mercure

Cette technique consiste à produire, via une électrolyse, un amalgame Hg-Na, du chlore ainsi que de la soude dans des compartiments distincts. Cette méthode de fabrication permet alors de générer de grandes concentrations d’hydroxyde de sodium dans le produit final (à hauteur de 50 %). En revanche, ce procédé dégrade largement l’environnement du fait de l’utilisation du mercure, produit toxique pour toutes les espèces vivantes connues. De ce fait, l’utilisation de cette technique décroit largement : le Japon a finit de convertir, en 1988, tous les sites utilisant du mercure tandis que l’Europe et les EU tentent de limiter au maximum les pertes de ce métal.

3. Procédé à diaphragme percolant

Il s’agit d’une technique qui met en jeu une toile métallique recouverte d’une couche d’amiante permettant la formation de soude, grâce à un procédé électrolytique :

Le diaphragme permet alors d’obtenir une solution cathodique de 140g/L de NaOH contaminée par du chlorure de sodium (NaCl) à 160g/L. Ainsi, l’utilisation d’amiante, le rejet de vapeurs de dichlore ne permettent pas de qualifier ce procédé comme inoffensif vis à vis de l’environnement. Finalement, la soude formée est affectée par la présence de sel : elle n’est pas de très bonne qualité.

Chez Gaiia, nous avons fait le choix d’utiliser de la soude membranaire, respectueuse des milieux naturels, pour la fabrication de nos savons surgras. Ce choix s’inscrit dans la continuité de notre démarche zéro déchet, toujours dans l’objectif de vous proposer des produits de qualité.

Taux d’utilisation des différents procédés de formation de la soude NaOH en fonction des années.


Liste de quelques fabricants de soude : Inovyn, Solvay, EUCOM…


Article rédigé par Aurore et Marine, en IUT et Licence de chimie en stage chez Gaiia.


La peau de bébé est délicate car beaucoup plus fine que la nôtre (3 à 5 fois plus). Elle est aussi beaucoup plus perméable et absorbe donc plus facilement tous les produits qu’on lui applique. La routine de change et de toilette de bébé n’est donc pas à prendre à la légère. Des crises d’eczéma et autres irritations peuvent être déclenchées suite à l’application répétée de produits lavants synthétiques, trop agressifs pour la peau de bébé. Il nous semblait donc utile de partager avec vous une routine pour le change et la toilette de bébé qui respecte sa peau, la nourrit et la protège.

SOIN POUR LA TOILETTE DE 0 à 3 ANS

La peau de votre tout petit va mettre trois bonnes années avant d’assurer pleinement son rôle de barrière protectrice. Afin de ne pas la freiner dans son développement il est nécessaire de la préserver en lui appliquant des produits naturels, doux, hydratants et nourrissants.

Le savon surgras saponifié à froid est parfait pour laver la peau de bébé en douceur. L’UNIQUE TRES DOUX n’est pas notre best-seller pour rien ! Les mamans l’adorent car il hydrate la peau des plus petits grâce à sa formule surgraissée (7.5% d’huiles végétales). L’UNIQUE TRES DOUX de Gaiia peut être aussi bien utilisé pour le corps que pour les cheveux. Ce savon éponyme ne tiraillera ni la peau de votre enfant ni son cuir chevelu. En revanche, comme tout vrai savon qui se respecte il pique, alors attention aux yeux de vos loulous.

Au moment de la toilette, vous pouvez accompagner votre savon saponifié à froid d’un gant doux. Chez Gaiia, on a eu un véritable coup de cœur pour les gants de change à l’eucalyptus de chez Les tendances d’Emma. Ils sont fabriqués à base de pulpe d’eucalyptus ce qui les rend aussi doux et souple.

Si votre enfant a une peau à tendance atopique, l’eau du bain doit être environ à 35°C et ne doit pas durer plus de 10 min. Il est également important d’espacer les bains (2 à 3 fois par semaine).

SOIN POUR HYDRATER DE 0 A 3 ANS

Une fois la peau de bébé propre et séchée il faut continuer à l’hydrater et à la nourrir. Notre baume hydratant Gaiia est une petite merveille pour ça. La cire de candellila, associée aux huiles végétales bio de Jojoba ou de Karité, préserve la peau de bébé du desséchement cutané et la protège des agressions extérieures. Ce baume s’applique aussi bien sur le visage que sur le corps. Profitez de ce moment d’échange avec votre tout petit pour le masser. Le massage a plusieurs vertus : il a un effet positif sur le sommeil, favorise la digestion, stimule la circulation sanguine, relaxe et rassure votre enfant. A vous de jouer !

SOIN POUR LE CHANGE DE 0 à 3 ans

Un peu d’eau, du savon et beaucoup d’amour…
Encore une fois, les choses les plus simples sont les meilleures. Protéger la peau de votre enfant doit rester une priorité et c’est aussi valable au moment du change.
Pour un change en douceur, que vous soyez chez vous ou à l’extérieur, il vous faut par exemple :

Il peut arriver, pour de nombreuses raisons (dents, selles trop acides), que les fesses de votre enfant soient bien rouges. Dans ce cas, on vous conseillera une crème à l’oxyde de zinc. Cependant, les pommades accueillent souvent d’autres ingrédients douteux dans leur composition. Notre baume déodorant « UNE ABSOLUE DOUCEUR » est une véritable alternative car il ne contient aucune vilaine substance. En revanche, il est composé de beurre de karité bio pour une bonne hydratation et surtout d’oxyde de zinc. Ce dernier est très efficace pour traiter les peaux irritées et fragilisées car il possède des propriétés absorbantes et protectrices. Assainissant et purifiant, le zinc permet de traiter les infections cutanées et d’éviter la prolifération de bactéries sur la peau.

LA TOILETTE APRES 3 ANS…

Après 3 ans vous pouvez garder la même routine. En revanche, vous pourrez utiliser davantage de savons saponifiés à froid en incluant la gamme aux huiles essentielles.


Lire aussi notre précédent article sur le même sujet : https://www.gaiia-shop.com/blog/savons-naturels/la-toilette-de-bebe-au-savon-doux/



Un indispensable pour les petits bobos et maux du quotidien.

QUAND UTILISER LE BAUME « QUI SOULAGE »

Grâce à sa formule composée d’arnica, de camphre, de Cristaux de Menthol Naturel, et d’huile de menthe poivrée, le baume « Qui Soulage » de Gaiia est idéal pour vos douleurs articulaires et musculaires. Il apaise et refroidit les muscles tendus et soulage les articulations douloureuses. C’est devenu la routine sportive de mon compagnon qui revient souvent « cassé » de son match de foot. Avis aux sportifs donc ;-).

Il peut également vous être utile si vous éprouvez des difficultés à respirer (nez bouché par exemple). L’utilisation du menthol, du camphre et de la menthe poivrée peut aider à dégager les voies respiratoires et à ouvrir les sinus. Il vous suffit de respirer profondément et lentement notre baume « Qui Soulage ».

TOUJOURS AUSSI HYDRATANT ?

Comme le baume universel, le baume « Qui Soulage » a une base nourrissante et hydratante car il contient aussi de la cire de Candellila et des huiles végétales Bio. Si vous avez la peau sensible à tendance atopique, sachez qu’en plus de soulager vos petits maux, il apportera toute la douceur et l’hydratation dont a besoin votre peau.

COMMENT UTILISER LE BAUME « QUI SOULAGE »

Pour soulager les muscles, appliquez le baume sur la zone endolorie et massez doucement toujours en direction du cœur pour activer la circulation sanguine. Faites bien pénétrer le produit pour une meilleure efficacité.
N’appliquez jamais le baume sur une plaie ouverte.

POUR QUI ?
Le baume « Qui Soulage » est idéal pour tous les petits bobos du quotidien. En revanche, il n’est pas adapté aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 3 ans car il contient de l’huile essentielle de menthe poivrée.


cure-oreilles oriculi

Bientôt, dès le 1er janvier 2020 et dans le cadre de la loi Biodiversité, vous ne trouverez plus un seul coton-tige plastique en France. Chez Gaiia c’est une nouvelle qui nous ravie !
Très utilisé et particulièrement polluant, il figure dans le top 10 des déchets retrouvés dans les océans et sur les plages. Outre le fait qu’il mette longtemps à se dégrader, il nuit considérablement à tout l’écosystème. La fin du coton-tige jetable en plastique, une excellente nouvelle vous disais-je.
Alors quelle alternative ?
Evidemment on n’allait pas laisser vos petites oreilles à l’abandon. Nous voulions une solution hygiénique et durable. Nous nous sommes alors tournés du côté du Japon pour la 2ème fois (la 1ère fois c’était pour le layering – cf notre article) et nous avons découvert le mimikaki qu’on retrouve également sous le nom d’oriculi en France.

Le Mimikaki, quésaco ?

Petite précision « mimi » veut dire oreille, et « kaki » nettoyage.
Le mimikaki est un bâtonnet à l’extrémité recourbée servant à nettoyer l’intérieur de l’oreille.
Maître dans la discipline de l’hygiène, le Japon en a fait un art à part entière. Manié avec dextérité, le mimikaki est devenu un véritable rituel. Pour quelques yens vous pouvez vous faire nettoyer l’oreille. Les japonais en sont très friands, spécialement les hommes qui sont accrocs au caractère régressif du soin. Dans la culture japonaise, c’était la maman qui maniait le mimikaki.

Le MimiKaki Gaiia, l’alternative zéro déchet !

Nous sommes fières de vous présenter notre MimiKaki Gaiia qui remplacera de nombreux cotons-tiges. Ce cure-oreille est fabriqué en Inox pour une grande durabilité et ses extrémités présentent deux petites spatules pour récolter le cérumen sans occasionner de bouchon.

Comment utiliser un Mimikaki ?

D’abord, pratiquez ce soin dans un environnement calme, pour ne pas être bousculé(e). Munissez-vous de votre MimiKaki et retirez l’excès de cérumen à l’entrée de l’oreille mais n’allez pas plus loin ! Vous risqueriez de vous blesser.

Une fois le cérumen retiré, à l’aide d’une serviette humide, nettoyez la conque de l’oreille ainsi que tout le pavillon.

Notre MimiKaki se nettoie à l’eau savonneuse entre chaque utilisation, avant de le laisser sécher.

Il ne vous reste plus qu’à vous lancer et essayer le Mimikaki notre cure-oreilles.

Une savonnerie au grand CŒUR !

Passionnée depuis mon enfance par les plantes aromatiques et médicinales, j’ai découvert à l’adolescence la fabrication de savons et cosmétiques naturels. Depuis cette époque, je test, je réalise mes propres recettes et j’y prends de plus en plus goût ! L’idée d’en faire un jour mon métier était à l’époque pour moi une utopie…

Et pourquoi pas ?! Bon c’est décidé je franchis le pas cette année ! Étude de marché, business plan (épaulée par BGE Vaucluse et Initiative France), tests de formules… mon projet est de plus en plus concret, mais il me faut encore plus d’expériences afin d’être à l’aise avec la fabrication, la réglementation … Formations ? Stages ? … les 2 !

Depuis quelques années sur internet et les réseaux sociaux je vois beaucoup de publications et certaines d’entre elles retiennent à chaque fois mon attention : GAIIA ! Tiens ils sont à Montélier, à 1 heure de chez moi, c’est pas loin ! En septembre dernier je suis donc allée à la rencontre de cette équipe dans l’espoir de pouvoir échanger, avoir quelques conseils … J’ai eu bien plus que ça !
Sandrine me fait visiter la savonnerie, les différentes étapes de la fabrication à la vente et je rencontre Franck et Philippe en plein travail !!! Je me présente et leur annonce mon projet de créer une entreprise de fabrication de cosmétiques et savons naturels. Ils prennent le temps de discuter, d’échanger, de me donner de bons conseils. Sandrine me fait découvrir le showroom et les senteurs de leurs différents produits. J’allais repartir avec mes savons, heureuse de cette rencontre et de ces échanges quand on me propose de venir en stage … Quelle chance !!!

Me voilà donc en immersion totale à la savonnerie GAIIA les 2 dernières semaines de novembre. Sandrine, Franck et Philippe ont tous prit le temps de me partager leurs savoirs, leur métier, leur passion pour la SAF ! J’ai eu la possibilité de fabriquer des savons, de travailler des formules avec des gros volumes…

Et oui ça change de mes 3 ou 4 kg de pâte a savon que je fais dans ma cuisine !

Alors un grand MERCI pour tout ce que vous m’avez apprit, partagé et conseillé ! Merci pour votre bienveillance, votre temps, votre gentillesse à tous les 3 !
Je ressort grandit de cette expérience et encore plus boostée pour ouvrir en 2019 mon entreprise “L’immortelle Cosm’éthique”

A très bientôt

Lucie

savon de Marseille dermatologique

Le savon de Marseille pour le linge fait partie des traditions françaises que j’adore.

Vous qui lisez ces lignes, vous êtes certainement français et vous connaissez sans aucun doute le Savon de Marseille. Mais est-ce que vous utilisez le savon de Marseille pour le visage et pour le corps ou pour laver votre linge ou mes deux :-o ? Comme vous le savez déjà, moi je ne suis pas française. Mais avec le temps, j’ai fini par comprendre quelques traditions culturelles de la France, comme….

  1. Lavande dans le dressing pour repousser les petits insectes.
  2. Le quignon de la baguette est sacré. Vous pouvez pas le prendre comme cela sans rien dire. (Mes excuses à mon beau père !)
  3. Les vacances sont quelque chose de très SERIEUX.
  4. On prend l’apéro et APRÈS on passe a table.
  5. Une abondance d’araignées = une maison saine. (*je prends la maison malsaine svp*)
  6. Et ma grand-mère a toujours fait sa lessive avec du Savon de Marseille…

Laver le linge, le Savon de Marseille sert à laver le linge…. quand il est fabriqué à chaud, au chaudron.

Je m’explique. La méthode de fabrication au chaudron chauffe la pâte du savon à une température haute pendant des jours. La pâte est ensuite « nettoyée » plusieurs fois avec de l’eau et enfin avec un relargage afin d’éliminer les impuretés et enlever la glycérine issue de la saponification. Donc, ce que nous obtenons est une lessive efficace, un futur détergent solide… Mais, une peu trop détersif pour les peaux les plus sensibles ou il s’avère un peu décapant et abrasive, même si c’est un savon naturel.

Voici enfin un Savon de Marseille pour le visage et le corps, adapté aux besoin de la peau !

Chez Gaiia, nous adorons la tradition et les recettes anciennes. D’ailleurs, la saponification à froid est une méthode de saponification plus ancienne que la méthode au chaudron. Un savon de Marseille c’est avant tout un savon fait avec des huiles végétales, majoritairement de l’huile d’olive, sans parfum et sans ingrédient de synthèse. Nous adorons l’image du précieux Savon de Marseille utilisé par notre grand-mère pour la lessive. Mais nous, notre spécialité ce sont les savons dermatologiques, pour la toilette. Et il se trouve que l’huile d’olive saponifiée à froid donne un savon particulièrement doux pour la peau. Voilà pourquoi nous avons créé notre savon de Marseille pour le visage et le corps, saponifié à froid, dans le respect et dans l’amour de cette belle tradition française. Et cela crée uns sacrée différence pour la peau !

Comme tous nos savons surgras à froid, notre Savon de Marseille contient 8% de glycérine végétale naturellement issue de la saponification et 6% surgras. Pas de chauffe à haute température pendant des jours. Pas de relargage gaspillant de l’eau. Notre Savon de Marseille à froid bénéficie d’une incroyable douceur pour tous les types de peaux. Un vrai soin cosmétique bio qui ne sèche pas la peau et qui ne tiraille absolument pas. Soyons honnête, notre peau ne devrait pas être traitée comme du linge sale !

Et voilà notre crédo ! Continuons à laver notre linge avec un savon de Marseille de ménage, détergent et faisons profiter à notre peau de tous les bénéfices cosmétiques d’un Savon de Marseille pour le visage et le corps, surgras à froid.

Nos Savons de Marseille dermatologiques surgras sont des savons doux et hydratants pour le corps et le visage, des savons naturels adaptés pour à tous les types de peau et surtout les peaux très sensibles, comme celle de bébé.

N’agressez pas votre peau, sauvez-la ! Avec un bon Savon de Marseille pour le visage et le corps saponifié à froid par Gaiia.

Kasey.


Finally, A Savon de Marseille that is true skin care!

So, as you know by now. I’m not from here. But I have come to learn some French traditions and culture after my time spent in this country.

Lavender goes in the closet to keep away bugs
The end of a baguette is sacred and you can’t just take it (excuses to my father in law)
The French take their holidays SERIOUS
First l’apero. THEN we can start the meal.
Abundance of spiders mean the house is healthy, *ill take the unhealthy house please*
And grandma always did her laundry with Savon de Marseille.

Laundry. That’s what the Savon de Marseille is made for…..when is it made in a cauldron!

Let me explain. The fabrication method “au chaudron” for a savon de Marseille heats up the soaps paste to high temperatures. The paste is washed with a “salting out” in order to remove its impurities and the glycerin that develops naturally is also removed. What we are left with is efficient laundry soap, but a bit too efficient to the fact that it can be abrasive on one’s skin, even if it is natural. Haven’t you noticed that the two “different” soaps being marketed are the exact same thing?

Here at Gaiia, we are proposing to break one of these fondly held traditions. Switch up the vivid memories of grandma and her cherished laundry soap. So lets say we take the same recipe and put it through cold process saponification, what are the results?

Like all of our cold process soap, our Savon de Marseille contains natural vegetable glycerin AND surgras. No extensive heating and no salting out. Our cold process Savon de Marseille allows for incredible softness and is gentile for all skin types. It is a true cosmetic soap that does not dry out or pull at your skin. Because lets be honest, our skin shouldn’t be treated the same as our dirty laundry.

And that’s the point! We shouldn’t have to settle for a laundry detergent when we can enjoy all the benefits of a Savon de Marseille fabricated à froid!

Our Savon de Marseille surgras is skin care at its best! Moisturizing pour the body and equally the face and 100% natural, it can be used on the most sensitive of skins like that of a baby to the more rugid and dried out.

Kasey.

Savons de Marseille saponifiés à froid par Gaiia

Voilà ! Ca y est ! Notre Savon de Marseille Gaiia saponifié à froid est disponible ! Et vous avez vu… Pas un seul mais 2 Savons de Marseille. C’est ça, on s’est vraiment fait plaisir pour vous proposer deux supers savons, avec la promesse d’une douceur et d’une hydratation incomparable pour toutes les peaux comme toujours avec nos savons surgras.

Mais pourquoi faire deux recettes de savon de Marseille Gaiia saponifié à froid ?

Quel-est la différence ?
Et le plus important, comment choisir ?!

Ca c’est facile, il faut simplement vous poser cette question très importante dans la vie :-)

Suis-je une personne qui aime les savons crémeux ou une personne qui aime les savons mousseux ?

Pour ceux qui disent “crémeux“ : Le Savon de Marseille Type 1 / PUR Olive est fait pour vous.

On commence avec un petit peu d’histoire. Comme stagiaire chez Gaiia, j’ai apprit l’histoire turbulente de ce savon. À l’origine, ce savon est « arrivé » en France à l’époque des croisades, c’était le savon d’Alep, le fameux savon (qu’on fait aussi) à base de l’huile d’olive et de l’huile de baies de laurier et qui est devenu le Savon de  Marseille (enfin, de Toulon en réalité) fait seulement avec de l’huile d’olive.

Mais avec le temps, certains savonniers ont mis n’importe quel corps gras dans leur savons; Louis XIV a du y mettre de l’ordre. Avec l’édit de Colbert en 1688 des règlementations ont été mises en place pour les savonniers Marseillais. Tout le monde méritait un savon pur composé de 100% l’huile d’olive !

C’est ce savon que nous vous proposons aujourd’hui, LE 1688, comme un hommage à l’histoire. Ce savon ultra-doux a l’huile d’Olive bio mousse très peu mais vous vous donne une belle crème très onctueuse à moins de le frotter avec une éponge ou une fleur de bain.

Pour ceux qui dissent “mousseux” : Le Savon de Marseille Type 2 / Olive – Coco est celui qu’il vous faut.

Un peu d’huile de Noix de Coco. C’est la différence ! En effet, après la révolution, l’Edit du Colbert est devenu nul pour les savonniers. D’autres huiles végétales comme la Palme et la Noix de Coco en provenance des colonies ont souvent été ajoutées pour leurs propriété. Chez Gaiia, vous ne trouverez pas d’huile de Palme, mais la Noix de Coco Bio oui ! Elle représente environ 20% de la recette, le reste étant évidemment de l’huile l’Olive. Notre Savon de Marseille Type II contient le même pourcentage de glycérine et de surgras que le Type 1, respectivement 8,5% et 6%.

Maintenant, le prochain choix à faire est .. quelle taille ?! 100g ou 250g ?

Kasey


7 J’aime cet article !