Articles

BIENVENUE A L’ATELIER !

Amis Dromois ou de plus loin, vous pouvez dès à present nous rendre visite à l’Atelier Gaiia et y faire quelques emplettes pour Noel ! Attention, l’extérieur est encore en friche, mais à l’intérieur il y règne une belle chaleur.

Atelier Gaiia
17 Rue des Tilleuls / ZA des Tilleuls
26120 Montelier.
Horaires : du lundi au vendredi / de 9h00 à 17h30

Gaiia et La Slow Cosmétique à Veggie World Lyon !

gaiia au veggieworld lyon

Amis Lyonnais, la team Gaiia sera à Lyon au salon Veggie World, qui allie nature et éthique, un événement incontournable !
Retrouvez-nous sur le stand B11.

Rendez-vous les 14-15 janvier 2017 à La Sucrière, à Lyon !

La Sucrière / 49-50 Quai Rambaud / 69002 Lyon – France
un ancien entrepôt qui accueille depuis 2003 la Biennale d’Art Contemporain.

VeggieWorld, c’est LA destination végan Européenne : cool, branchée, trendy – et sans souffrance animale ! Plus de 500 produits végans présentés : alimentaires bien sûr, mais également cosmetiques, hygiène, mode, livres et lifestyle. Au programme, 50 exposants, 5 000 visiteurs attendus, des restaurants, des conférences, des ateliers… Alimentation, cosmétique, bijoux, mode… Le monde de demain peut se construire sans exploitation animale, et les exposants de Veggie World le prouvent Le salon international Veggie World est donc l’occasion de venir rencontrer des passionnés et tester leurs produits avant de sauter le pas.

Horaires d’ouverture :

Samedi 14 janvier 2017 | 10 – 19
Dimanche 15 janvier 2017 | 10 – 19

Parmi les exposants présents à Veggie World Lyon, 13 sont lauréats de la Mention Slow Cosmétique, qui récompense leur engagement pour des formules propres, éthiques et un marketing raisonnable.

Après un passage sur le stand Gaiia, venez aussi rencontrer les bénévoles de l’Association Slow Cosmétique au stand B17 tout le week-end !

mention slow cosmétique


VOUS AVEZ JUSQU’AU MERCREDI 21 POUR ÊTRE SUR D’AVOIR VOTRE COLIS AVANT NOËL !

Vous nous avez fait passer encore une merveilleuse année avec vos commandes, vos commentaires, vos implications et votre amour. Toute l’équipe Gaiia vous remercie chaleureusement et pour ma part, je vous fait d’énormes bisous tendres et barbus !

En ce qui concerne vos commandes pour Noël, vous pouvez avec certitude (c’est la Poste qui le dit) commander jusqu’au mercredi 21 décembre à 12h00 dernier carat pour mettre des savons sous le sapin :-)

Franck PEIFFER
Votre savonnier Gaiia


Vous laveriez-vous le visage, le corps, les cheveux avec du liquide vaisselle ?

C’est pourtant ce que vous faites tous les jours sans le savoir !

cusl11_hitchcock0803jpg-631x250

Derrière ce titre et ce sous-titre volontairement tapageurs se cache pourtant une vérité qui pour être démontrée n’a besoin que d’une simple lecture de la liste des ingrédients des divers produits se trouvant dans votre cuisine et votre salle de bain.

Etiquetages et obligations légales :

Avant d’attaquer notre démonstration, il faut signaler que les liquides vaisselles ne sont pas soumis au mêmes obligations légales en matière d’étiquetage que les savons, les gels douche ou les shampoings.

– Les premiers (les liquides vaisselle) étants considérés comme de simples détergents, la réglementation leur impose seulement d’indiquer le type et les pourcentages d’agents tensioactifs (agents lavants synthétiques) employés du genre : 5% ou plus, mais moins de 15 % d’agents de surface anioniques, liste illisible donc pour les consommateurs, étonnant flou artistique pour un des produits entrant quotidiennement en contact avec les mains donc la peau.

– Les seconds (savons, gels douche etc…) sont considérés comme des cosmétiques, ils ont donc l’obligation d’afficher la liste des ingrédients sur les emballages et/ou flacons.

Tous les mêmes et y en à marre !

Alors, quelle peut donc être la différence entre votre liquide vaisselle portant la mention « ultra-dégraissant » et votre gel douche préféré à la fleur de Tiaré ? AUCUNE ! Oui je sais, c’est violent, j’ai eu la même réaction il y a quelques années en me rendant compte que finalement, je me lavais les cheveux et le corps avec du vulgaire « Paic Citron » ! Aie ! Ouch ! Truc de dingue…

Démonstration :

En quoi sont t-ils tous identiques : Simple, c’est la même composition de base, de l’eau et un ou plusieurs agents de lavage (tensioactifs ultra-dégraissants et reconnus comme irritants) des surfactants pétrochimiques répondant aux doux noms de SLS (Sodium Laureth Sulfate ou Sodium Lauryl Sulfate). Suivent les conservateurs, les colorants et les parfums synthétiques.

Des compositions identiques donc avec simplement des textures des couleurs et des odeurs différentes selon les usages.

Voici pour la démonstration les 6 premiers ingrédients donc les plus importants en terme de quantité entrant dans la composition de 3 produits standards :

touslesmemes
Rappelons que les ingrédients sont classés selon l’importance de leur présence dans le produit. Donc les deux ingrédients majoritaires de ces trois produits sont l’eau (AQUA) et le même tensioactif pétrochimique irritant (SODIUM LAURETH SULFATE). Ces trois produits ont donc en commun le même agent nettoyant.

Edifiant non ?

C’est pourtant la triste et stricte vérité, les industriels qui fabriquent des produits d’hygiènes nous prennent pour des « gogos » depuis des décennies. Ils ont, à partir du seul et même produit composé d’eau et de Sodium Laureth Sulfate fabriqué et segmenté des dizaines de produits ou seuls changent les étiquettes et le discours autour d’un ingrédient ou d’un principe actif représentant souvent 1% du produit. Exemple en haut : A la framboise de la vallée du Rhône… ;-)

Alors oui, tous ceux d’entre nous qui se lavent avec des produits liquides sont en droit de poser la question :

Est-ce que toute ma famille, bébé y compris se lave avec du « Paic Citron » ?

Et ben oui, il y a de fortes chances :-(

Question bête, les marques de liquide vaisselle nous conseillent souvent d’utiliser des gants en caoutchouc vu que les produits « ultra-dégraissants » risquent d’être un tantinet irritant à l’usage. Mais vu que la « compo » d’un gel douche ou d’un shampoing est la même qu’un liquide vaisselle de base, dois-je me laver le corps avec des gants « mapa » ? J’en « lolelerais » bien si ce n’était pas si grave et s’il n’y avait pas autant de personnes victimes d’allergies à cause de l’utilisation de produits lavants trop irritants.

times-wash

Quelles sont les alternatives ?

Pour la cuisine et la vaisselle, il y a aujourd’hui beaucoup de PME françaises qui proposent des produits moins agressifs pour la peau sans SLS, souvent « bio » et moins polluants, il suffit de chercher un peu sur internet.

Du coté de la salle de bain, du savon, du savon et encore du savon bien entendu et de préférence doux, surgras et à froid, mais pour tous ceux qui ne peuvent se passer de produits liquides, apprendre à lire la liste des ingrédients (INCI) est presque devenu une obligation pour différencier le « cracra » du moins « cracra » et du pas « cracra » du tout. Préférez toujours des produits liquides proposant des alternatives aux tensioactifs pétrochimiques trop agressifs et irritants, et privilégiez plutôt des tensioactifs plus doux comme par exemple les « Glucoside » et les « Glutamate » : Coco Glucoside ou Lauryl Glucoside, Sodium Cocoyl Glutamate…

Ne plus acheter vos produits liquides au supermarché, mais se diriger plutôt vers des magasins « bio » même si certains labels « bio » sont plus tolérants que d’autres en matières de tensioactifs synthétiques et autorisent malheureusement trop souvent l’Ammonium Lauryl Sulfate. Alors que logiquement, les cosmétiques bio devraient remplacer les tensioactifs agressifs par des tensioactifs doux, non ioniques, mais les logiques industrielles empruntent souvent des chemins opposés au bon sens et aux intérêts des consommateurs.

La MarketPlace « Slow Cosmétique »

Pour des achats en toute sécurité, rendez-vous les yeux fermés  sur la toute récente marketplace de la « Slow Cosmétique » : www.slow-cosmetique.com où vous pourrez choisir des gels douche ou des shampoings doux portants tous la mention « Slow » comme tous les autres produits et marques récompensés par cette énergique et active association de consommateurs. Vous y retrouverez aussi les savons Gaiia qui ont obtenu une mention pour la deuxième année consècutive avec 2 étoiles, oui m’sieur dame, on en est pas peu fiers !

A voir aussi : GEL DOUCHE : COMMENT CHOISIR ?

Diffusé dans l’émission la Quotidienne le 15/05/2015 sur France 5. Les premières images montrent comment tous les produits d’hygiène liquides sont fabriqués industriellement. Et puis cela me fait plaisir parce que l’adresse de l’Association des Nouveaux Savonniers (l’ADNS) www.saponification.org à été citée plusieurs fois par les journalistes de l’émission devenus presque tous utilisateurs des savons surgras à froid et ils en vantent joyeusement les mérites à la fin de la chronique :-)

thomas

Et puis, pour conclure et même si cela n’a rien à voir avec le sujet, attention, les flacons de tous ces produits liquides sont difficiles à recycler et génèrent beaucoup de pollution et de dépenses énergétiques lors de leurs fabrication.

La toilette de bébé au savon à froid !

baby-legs

La peau si particulière de bébé.

La peau délicate des bébés et des jeunes enfants est environ trois à cinq fois plus mince qu’un adulte. La peau du nourrisson est aussi beaucoup plus perméable que la notre, ce qui signifie qu’il absorbe plus facilement tout les produits appliqués sur sa peau (lotion, gel douche, shampoing, savon…). C’est une des raisons pour laquelle nous voyons tant de bébés atteints d’eczéma et d’autres irritations de la peau suite à l’application répétée de produits lavants synthétiques à base d’ingrédients irritants.

Tous les parents veulent le meilleur pour leurs bébés, nous devons donc être très prudent parce que leur peau est encore en développement et elle aura besoin d’au moins trois années pour se renforcer et assurer pleinement son rôle de barrière protectrice. Sans cette couche de protection, la peau des bébés est beaucoup plus sensible aux produits chimiques contenus dans les produits de nettoyage synthétiques et pétrochimiques que nous utilisons.

Si votre tout petit a des problèmes d’eczéma, de démangeaisons, d’éruptions cutanées ou d’autres signes d’irritation de la peau, la première chose à faire pour en traquer la cause est de commencer par l’état des lieux des produits lavants dans votre salle de bain…

Des ingrédients toxiques dans les produits pour bébé.

Par exemple, si dans la liste des ingrédients (INCI) d’un des produits utilisés pour bébé vous trouvez dans les premières positions du Sodium Lauryl Sulfate (SLS), jetez le directement à la poubelle ! Le SLS un agent de nettoyage largement utilisé dans les détergents et produits de soins du corps. C’est un puissant détachant également utilisé pour créer de la mousse, il est souvent utilisé dans les bains moussants pour enfants. Les SLS peuvent être absorbés par la peau et pénètrent les tissus systémiques tels que le cerveau, le cœur, la rate et le foie. Vérifiez les étiquettes des produits et évitez à tout prix cet ingrédient comme son proche cousin le Sodium Laureth Sulfate.

Des marques épinglées par 60 millions de consommateurs.

Au mois d’octobre 2014 un article du magazine « 60 millions de consommateurs » a fait beaucoup de bruit dans les familles : Hygiène et soin du bébé : une liste de vingt-huit produits à éviter !

52 formules de produits d’hygiène et de soin pour nourrissons ont été testés. Bilan : 28 d’entre eux sont à proscrire en raison de la présence de composants irritants. Uniquement des produits de grandes marques qui continuent à intégrer des perturbateurs endocriniens, des molécules toxiques et des composés allergisants dans des produits pour les bébés. Pratiquement tout les articles de bébé sont concernés, lingettes, gels lavants, crèmes, laits nettoyants, eaux nettoyantes, eaux micellaires. Des marques aussi réputées que Mixa, Bébé Cadum, Nivéa Baby, Corine de Farme, Prim’âge ou Klorane ont ainsi été épinglées par leur étude.

Propylparabène, phénoxyéthanol, méthylisothiazolinone : on trouve ces substances chimiques aux noms improbables dans un grand nombre de cosmétiques. Or, les scientifiques et les médecins mettent de plus en plus en garde contre les risques qu’elles présentent. Les bébés y sont particulièrement sensibles, parce qu’ils sont en plein développement et ont une faible capacité de détoxication.

– 60 millions de consommateurs –

La peau de bébé étant très vulnérable et cette fragilité la rendant plus particulièrement sensible aux agressions extérieures, il faut éviter à tout prix de la mettre dès la naissance en contact avec des ingrédients toxiques et irritants. Cela semble être le bon sens le plus élémentaire et pourtant, tous les jours, nos bébés sont tartinés avec des substances pétrochimiques douteuses et potentiellement toxiques. Ne culpabilisons pas, prenons simplement le virage du vrai bons sens et du naturel pour laver et chouchouter la peau de nos bébés avec plaisir et douceur.

Des alternatives aux produits synthétiques industriels ?

Il existe heureusement des alternatives naturelles, simples et très économiques aux produits d’hygiène pétrochimiques mais cette liste de produits lavants « sains » pour bébé est vraiment très très courte…

  • Un liniment oléo-calcaire. (Mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux)
  • Un savon à froid surgras, à base d’huiles végétales. (Sans huiles essentielles)

Les propriétés de notre savon surgras « unique très doux »

Dès la naissance, notre savon surgras « unique très doux » est idéal pour l’hygiène quotidienne des peaux fragiles et délicates grâce à son pourcentage de surgras élevé : 7,5%  et de son taux de glycérine naturellement présent .

  • Le corps et le visage sont délicatement nettoyés en douceur .
  • La peau est hydratée et adoucie grâce à la glycérine naturelle (effet émollient).
  • Pas d’effets desséchants ni de sensation de tiraillement.

Grâce à sa formule ultra-douce notre savon surgras « unique très doux » aide à renforcer la barrière cutanée de bébé et à préserver sa peau tout en la nourrissant grâce aux huiles végétales (vitamines, acides gras… ) non saponifiées.

savon-bebe

 

Comment utiliser nos savons doux avec bébé :

Après avoir mouillé le corps et le visage de bébé à l’eau tiède :

  • Faire mousser notre savon surgras « unique très doux » soit entre vos mains, soit avec une éponge naturelle comme une éponge Konjac par exemple, sa mousse est épaisse et particulièrement onctueuse.
  • Appliquer la mousse sur la peau de bébé et frottez-le délicatement puis rincez. Vous verrez comme il se rince très facilement et laisse la peau de bébé souple et douce.

Notre savon surgras « unique très doux » peut être utilisé dès la naissance (excepté contre-indication médicale).

Crédit photo N/B N°1 : http://blog.ecostore.co.nz/2012/03/02/the-right-laundry-liquid-for-your-baby/


Mise à jour du 27 avril 2015 :

A voir absolument, le sujet de Julien Kaibeck dans l’émission La Quotidienne sur France 5  du 27 avril 2015 et qui exactement dit la même chose en citant aussi en exemple les vertus du savons à froid pour la toilette et le soin de bébé !

soin-de-bebe

DES COSMÉTIQUES POUR LES BÉBÉS : INFO OU INTOX ?

Prendre soin de son bébé

Les rayons des cosmétiques pour bébés sentent bon la douceur, et ils ont le vent en poupe. On y plonge aujourd’hui avec Julien : les produits pour bébés sont-ils réellement plus doux ? Qu’est-ce qui les caractérise ? Et quels soins au naturel choisir pour bébé ?…
http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une/des-cosmetiques-pour-les-bebes-info-ou-intox_323877


Mise à jour du 13 mai 2015 :

les-maternelles

Notre savon tout doux « l’unique très doux » lors de son passage dans l’émission Les Maternelles sur France 5 le 29 avril, merci Carole Tolila pour cette chouette présentation !


Notre coffret ultra-doux pour bébé !
coffret de savons doux pour bébé

L’été sera « Slow », l’été sera « Slow »…

LOGO_SLOW

Militer pour une beauté plus naturelle et plus éthique…

Il y a des projets, des actions, des mouvements humains qui avancent lentement mais avec la tranquille mesure d’un rouleau de beauté naturelle compressant sur son passage le « brainwashing » tapageur des grosses marques de cosmétique conventionnelle.

Il y a des actes militants, des blogs et des livres qui décortiquent la cosmétique pétrochimique, synthétique et polluante avec beaucoup de méthode et de simplicité. Exposant clairement la vérité crue à propos des abus, des dangers et surtout des mensonges de la cosmétique conventionnelle.

Il y a des paroles qui dégonflent tranquillement, une par une, les baudruches de nos certitudes, bousculant avec un large sourire tout le petit monde de la beauté, en nous apprenant à nous défendre contre de faux discours et à décrypter d’illisibles listes d’ingrédients (INCI) tels des « Champollion » d’un nouveau genre : Le mouvement Slow Cosmétique !

C’est au travers de livres et de conférences que ces lanceurs d’alertes de la beauté prêchent une parole pleine de bon sens, celle d’une beauté plus naturelle, d’une cosmétique plus saine, plus éthique et enfin plus raisonnée tant du coté des fabricants que des utilisateurs.

Ce mouvement, cette association de consommateurs créée sous l’impulsion de « Mister Magic Kaibeck » suite au fabuleux succès de son livre : « Adoptez la Slow Cosmétique » en 2012, est une première dans le monde de la cosmétique. Aujourd’hui leur mention est une véritable référence d’éthique et de qualité pour ceux qui désirent donner du sens à leurs achats :

– Donnez du sens à vos achats beauté –
Julien Kaibeck

Mais une fois que le discours est compris et la méthode adoptée, quelles sont ces marques portant la mention « Slow » et où trouver leurs produits de beauté « Slow » ?


1 – L’association « Slow Cosmétique » :
www.slow-cosmetique.org

Cette année, l’association a attribué plus de 42 mentions « Slow », ce sont les membres de l’association eux mêmes qui attribuent les mentions et les étoiles (et oui, comme pour le Guide Michelin :-) selon une liste de critères précis et très pointus, vraiment très pointus.
Vous trouverez la liste des marques par ici : www.slow-cosmetique.org.

Nos savons à froid surgras ont obtenu la mention « Slow Cosmétique » pour la deuxième année et avec deux étoiles !

– Yeah ! Les savons Gaiia ont la mention « Slow » ! –
Franck Peiffer

bsx-slow


2 – La marketplace « Slow Cosmétique » :
www.slow-cosmetique.com

C’est la grande nouveauté de cette année, cette marketplace rassemble tous les produits dont vous avez besoin pour prendre soin de votre peau en mode slow : démaquillage, hydratation, soins ciblés, cheveux, maman et bébé, aromathérapie, faits maison… Tout y est !

Ce site est le fruit d’un gros travail réalisé par des bénévoles en partenariat avec les marques Slow Cosmétique et une start-up française. Visitez-le, partagez-le et faites y vos emplettes slow ! Chaque achat génère un don de 10 % pour cette belle association.

savon surgras gaiia


3 – Le nouveau livre « Slow Cosmétique / Le guide visuel »

Slow_cosm_tique__le_guide_visuel_c1_large

Un livre furieusement didactique écrit par Julien Kaibeck et Mélanie Dupuis, illustré par la talentueuse Scarlatine.

Un guide 100% illustré pour apprendre à chouchouter votre peau au naturel !

Les savons à froid y sont présentés sur une double page comme l’un des 10 ingrédients phares de la Slow Cosmétique et surtout, notre méthode de fabrication : La saponification à froid est citée en exemple tout au long du livre.

savon-a-froid

Vous trouverez leur livre directement chez l’éditeur, pas la peine de faire bosser Amazon : les éditions Leduc à cette adresse : Slow cosmétique, le guide visuel.

Quand je vous disais que l’été sera « Slow » :-)


Quelques conseils pour reconnaître un savon à froid (SAF)…

savons-saf Petit guide pratique en 7 points pour reconnaitre un savon à froid dans le vaste monde des savons solides.

C’est quoi déjà du savon et quels sont les enjeux ?

Le savon est le résultat d’un mélange de corps gras (ex: huiles végétales) et d’un agent alcalin (ex: soude, potasse, cendre…).
Le savon et la glycérine résultent de cette réaction appelée saponification.

Un savon à froid est un savon de qualité, la chose est maintenant reconnue mais il y a aussi et surtout un enjeu culturel !
– Les dernières vraies savonneries de Marseille ferment les une après les autres sans êtres aidées par la région ou l’état.
– Une appellation non protégée laissant 99% de la production hors France et sans huile d’olive, ce qui est scandaleux alors que le savon est un objet du patrimoine français et reconnu comme tel dans le monde entier…

C’est au savon à froid de re-devenir un emblème culturel, le symbole du nouveau savon français de qualité !

1 – l’INCI (liste des ingrédients).

Lire l’INCI (liste des ingrédients) est le premier des réflexes à avoir pour différencier un savon à froid d’un savon industriel, mais ce n’est pas si simple.

La plupart des savons industriels étant fabriqués à partir de bondillons de savon (chips ou copeaux de savon tout prêts sans glycérine fabriqués pour la plupart à base de palme en Indonésie) ou à partir de graisse animale (Sodium tallowate, graisse non noble comme des déchets d’abattoir, os etc…).
La méthode la plus simple est de lire les deux premiers ingrédients cités, si ces deux premiers ingrédients sont :

« sodium palmate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Douce Nature…
« sodium tallowate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Savons Donge…
« sodium tallowate » puis « sodium cocoate » = Savon industriel / ex : Mont St Michel…

Invariablement, ces deux combinaisons des deux premiers ingrédients ne sont jamais des savons à froid.

Il existe deux types d’INCI chez les savonniers à froid :
cas N°1 – Sont mentionnées les matières premières mises en œuvre avant la saponification.
cas N°2 – Sont mentionnés les ingrédients présent après saponification.

Dans le cas N°1, les huiles conservent leurs noms, ex : cocos nucifera oil / huile de noix de coco.
Dans le cas N°2, le nom des huiles saponifiés, ex : sodium cocoate / huile de noix de coco saponifié (transformé en savon)

Dans le cas N°1 aucun doute n’est possible, puisque l’INCI prouve que c’est bien le savonnier lui même qui à saponifié ses huiles.
Dans le cas N°2 l’intitulé : sodium + nom de l’huile peut troubler un non initié et laisser penser qu’il s’agit d’un savon à base de bondillons, ce qui n’est évidemment pas le cas chez un savonnier à froid.

Les conservateurs et agents de chélation pétrochimiques aussi sont de bonnes pistes : EDTA, Tetrasodium Glutamate, BHT… vous n’en trouvez jamais dans un savon à froid.

2 – Savon à froid / Ingrédients en français.

Un savonnier à froid a une grande connaissance des huiles végétales, c’est sa matière première, la base, l’ingrédient qui fera toute la différence dans sa formule.

En règle générale, la liste des ingrédients est souvent traduite en français pour que les utilisateurs soient correctement informés. Un savonnier à froid est fier des ingrédients mis en œuvre dans ses formules, alors il en parle volontiers et avec transparence. Parfois les huiles utilisées sont des huiles locales voir même très rares cela peut être aussi un bon indicateur.

3 – Forme / Texture / Transparence.

En grande majorité (mais il existe quelques exceptions) la forme du savon et sa découpe sont de bons indicateurs, il est rare que des savonniers à froid professionnels coulent leurs savons dans de petits moules individuels. Donc le plus souvent les savons à froid sont rectangulaires avec des bords assez francs et semblent êtres coupés à la main. Ils peuvent êtres aussi de forme ronde (autre type de moule), mais pratiquement jamais ovales, arrondis ou d’une forme tarabiscotée. C’est le cas pour l’essentiel des savonniers à froid, toutefois je connais 2 ou 3 savonniers qui coulent leurs savons individuellement dans des moules de type « cupcake », forme de coeur, fleurs…

Les savons à froid sont aussi plus gras au toucher, d’une texture moins compacte ou moins homogène et moins rêche qu’un savon industriel.

La transparence d’un savon SAF (Pour le fun)
Mettez un savon à froid qui ne contient ni colorants, ni poudre ni argile, que du savon, devant une lumière, vous verrez qu’il sera légèrement translucide tandis qu’un savon industriel restera complètement opaque. Cela ne doit pas non plus etre un critère de sélection, c’est juste pour le coté amusant bien sur.

gaiia-translucide

4 – Un logo SAF / Mention de Saponification à Froid

 logo-SAF-uniqueOn peut aussi reconnaitre un savon SAF grâce au logo de Saponification à Froid qui est de plus en plus répandu, certains savonniers à froid n’ont  pas désirés apposer de logo sur leurs emballages mais dans tout les cas de figure, même sans le logo SAF, la mention : « Savon à Froid » ou « Savon par saponification à froid » ou  est toujours présente.

5 – Un label bio / Une mention Slow Cosmétique…

Pour le moment, il semblerait que le label bio le plus utilisé par les savonniers à froid soit « Nature & Progrès« , la certification bio la plus exigeante. De plus en plus de savonniers à froid reçoivent aussi la mention « Slow Cosmétique« . Mais même sans label Bio ou mention Slow Cosmétique, un savon SAF est par nature et philosophie plus « biologique » et écologique dans sa conception globale et sa composition que tout les savons « bio » industriels du marché. Un label bio ne permet donc pas d’identifier sur cette seule base un savon à froid.

6 – Le type de marque / Réseaux de distribution.

Bon, là c’est simple, vous pouvez d’emblée rayer toutes les grandes marques présentes dans la grande distribution classique. Ce sont tous des savons industriels réalisés à base de bondillons, des sortes de chips de savon industriel (sodium palmate, sodium palme kernalate…) ou de graisse animal (sodium tallowate).

Aucune grande marque industrielle ne produit de savon à froid, de part son procédé de fabrication et ses quatre semaines d’affinage (cure), ce mode de fabrication n’est pas assez rentable au yeux des industriels.

Les savons à froid se trouvent plutôt en boutique Bio / produits naturels, sur les marchés, en herboristerie et surtout sur internet.

7 – Googliser la marque / Association de Savonniers.

Pour ceux qui on un peu de temps avant un achat, une recherche Google pour vérifier la réputation des produits et de la marque ou une visite sur le site du fabricant est souvent très instructive et une réponse peut être trouvée dans les pages « qui sommes nous » et « mode de fabrication » .

Il est possible aussi en cas de doute sur un savon ou un fabricant de questionner l’association de savonniers à froid comme l’ADNS (Association Des Nouveaux Savonniers)  : www.saponification.org qui gère la distribution du logo « SAF », ou tout simplement consulter la liste (non exhaustive) des savonniers à froid adhérents : Liste ADNS des adhérents « Pro ».

Conclusion

En résumé, l’INCI, le logo SAF ou une mention « savon à froid » vous permettrons d’identifier un savon saponifié à froid. le dernier test étant sans conteste de l’essayer pour enfin l’adopter !

Les savons du voyage !

nature-savon-gaiia

Le savon naturel à froid Gaiia « l’unique nature » est le savon idéal pour les peaux sensibles et delicates en voyage ou en vacances.

Hydratant, surgras et riche en glycérine naturelle ce véritable « Savon à Froid » remplacera avantageusement l’ensemble de vos produits de lavage tout en douceur avec un petit plus écologique et bio.

Pourquoi encombrer vos valises ?

Avec un savon à froid Gaiia de 100g dans votre trousse de toilette, vous pouvez :

  • Vous laver tout le corps (parties intimes comprises bien sur!)
  • Vous démaquiller (oui certains hommes aussi se maquillent et pas que pour l’Eurovision…)
  • Vous nettoyer le visage en douceur.
  • Vous laver les cheveux.
  • Vous raser la barbe… (Aucun rapport avec l’Eurovison…)

Et ça c’est pour le coté pratique, parce que du coté des bienfaits, vous allez êtres plus que gâté !

  • Ultra-Douceur (Pas d’effet de peau qui tiraille).
  • Hydratation. (Grace à la glycérine naturelle).
  • Émollient (adoucit la peau).

Et en plus, c’est écologique…

Un savon 100% biodégradable de 100g dans un emballage carton recyclable d’un coté et au moins cinq produits à base d’eau et de pétrochimie, qui ne se dégradent pas totalement, qui polluent les nappes phréatiques, vendus dans des flacons en plastiques polluants et difficilement biodégradable, recyclable oui, mais au prix d’une facture énergétique énorme de l’autre coté !

Un savon Gaiia sera vraiment le compagnon idéal de votre trousse de toilette et de vos voyages, je n’irais pas jusqu’a dire que grâce à lui vous ferez de belles rencontres, quoi que…

Testimonial d’une cliente au retour de vacance :

« Hello, ce message pour vous dire bravo : premier achat et déjà conquise. Ces savons sentent délicieusement bon, laissent la peau douce et nette et surtout, ils ont dépassé mes espérances à un point que je n’imaginais pas! Mon compagnon souffre de pellicules depuis longtemps, et le shampoing anti pelliculaire le plus puissant faisait partie de nos indispensables pour stabiliser la situation. Nous ne sommes partis en vacances qu’avec mes savons tous neufs (encore une marotte bio, se disait il)… et depuis une semaine de shampoings avec ces savons, plus une pellicule !!! Cela nous a semblé incroyable ;)Donc merci, je ne manquerai pas d’en parler autour de moi :) »

Merci Claire !

 

Tous les savons à froid Gaiia sont fabriqués en France à partir d’huiles végétales bio.

Il est frais mon pétrole ! Il est frais !

« GEL DOUCHE, PEAUX SENSIBLES S’ABSTENIR »

Documentaire à voir et revoir en replay sur France 5 ! par ici : http://www.france5.fr/emission/gel-douche-peaux-sensibles-sabstenir/diffusion-du-13-04-2014-20h35

RÉSUMÉ
En seulement trente ans, le gel douche a remplacé le savon dans les habitudes, et les salles de bains, des Français. Il s’en vend même plus de 500 000 flacons par jour : un marché extrêmement juteux de plus d’un demi-milliard d’euros par an. Mais les consommateurs savent-ils exactement ce qui se cache dans leur précieux fluide qui, à en croire les industriels, lave, hydrate, gomme, tonifie et relaxe ? Vendu comme du rêve, le gel douche cache bien des pratiques douteuses derrière son abondante mousse. Enquête sur un marché pas très propre, sur fond d’une question essentielle : le retour au savon est-il en définitive l’unique solution ?

Liza Fanjeaux / Réalisateur
Emeline Ménage / Auteur

forfait

journalistes-bobos

Un très bon « doc » qui me permet de ressortir quelques vieux articles du grenier Gaiia traitant du même sujet et ce depuis 4 ans maintenant, ça prouve que les choses bougent vraiment quand des médias classiques comme France 5 traite à charge des sujets sur des industriels aussi énormes que l’Oreal ou Unilever.

Mes archives sur le sujet :

1 – A FORCE TA TÊTE C’EST LA SILICONE VALLÉE !
2 – QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE…
3 – POURQUOI UTILISER UN SAVON À FROID PLUTÔT QU’UN GEL DOUCHE !
4 – DOPÉ AU GREENWASHING !
5 – SANS CECI, AVEC 0% DE CELA…
6 – POURQUOI PRÉFÉRER UN SAVON NATUREL À UN VULGAIRE GEL DOUCHE !

Interview croisée par Julien Kaibeck dans le magazine BIO-INFO France du mois d’avril…

Retranscription de l’interview croisée PAGE 64 / BIO INFO – AVRIL 2014 – N° 22

Savon à froid : l’avenir est dans la tradition !

peiffer-barbiot

Franck Peiffer est co-fondateur des savons Gaiia et ancien président de l’Association Des Nouveaux Savonniers. Rudy Barbiot est le créateur de la marque belge Olila.

Bio Info : Pourquoi avoir choisi de faire de la saponification à froid votre métier ?

Franck Peiffer : Lors d’un séjour en Inde, il y a quelques années, j’ai utilisé de vrais savons ayurvédiques indiens. Avec Philippe, co-fondateur de Gaiia, nous voulions importer ces savons en France. Après pas mal de recherches, nous avons découvert le mode originel de fabrication du savon : la saponification à froid. Nous avions l’impression d’avoir touché le Graal : enfin un vrai savon surgras, doux et riche en glycérine naturelle ! Nous avons décidé qu’il était temps de proposer cette alternative naturelle et saine face aux détergents à base d’ingrédients pétrochimiques. Choisir ce métier et créer Gaiia fut donc, dès le départ, une démarche aussi qualitative que militante.

Rudy : Ce sont les « fesses rouges » de mes enfants et mes mains gercées chaque hiver qui ont été le point de départ. Dès que nous avons utilisé nos savons à froid, mes filles et moi-même n’avons plus eu de problèmes de peau. J’avais pourtant du mal à croire, au départ, qu’un produit aussi naturel et simple pouvait être plus efficace que des savons classiques de grandes marques. J’ai voulu en faire mon métier parce que la vie est courte : il faut profiter du temps pour faire partager ce que l’on aime ! C’est un plaisir de voir que les habitudes de consommation changent.

Bio Info : Quelles sont les difficultés de votre travail ?

Franck Peiffer : La plus grande est de faire connaître ce magnifique procédé de fabrication à un public habitué aux détergents liquides. Mais les gens se sensibilisent lentement, notamment grâce à des associations. La récompense, c’est qu’une fois qu’un savon à froid est testé, il est adopté !

Rudy :  Ce qui est difficile, c’est d’intégrer dès le départ tous les aspects de la réglementation cosmétique dans l’apprentissage et dans tous les aspects inhérents à la production et à la commercialisation. Le savon est un artisanat assez encadré. À cela s’ajoute la difficulté de se faire connaître du public. Mais on y arrive !

Bio Info : En quoi votre savon est-il réellement différent d’un savon industriel, naturel ou bio ?

Franck Peiffer : Je vois les savons à froid comme des soins lavants. Nos savons sont pleins de glycérine naturelle, ils préservent le film hydrolipidique de la peau. Les savons durs industriels, parfois aux fausses allures naturelles, sont plus décapants et contiennent souvent des ingrédients polémiques pour la santé et l’environnement. Et je ne parle pas des graisses animales comme le sodium tallowate, utilisées en premier ingrédient par de grandes marques sans que le consommateur en soit informé. Les savons bio quant à eux ne sont pas forcément plus doux ni plus riches en glycérine. Un savon saponifié à froid allie pour moi tradition et futur du savon, car tous les aspects du produit sont plus durables et plus qualitatifs.

Rudy : Le savon saponifié à froid est utilisé depuis des millénaires, il a fait ses preuves. Plus de glycérine dans le produit fini assure plus de douceur. La fabrication en elle- même est plus respectueuse des ingrédients et de l’environnement. Nous chauffons peu les huiles et peu de temps. Il n’y a pas de rejet de produits ou de déchets. On utilise aussi très peu d’énergie. En outre, chez Olila, nous n’utilisons pas d’huile de palme, souvent présente dans les savons, et notre main-d’œuvre est 100 % locale.

Bio Info : En une phrase, quel est votre souhait pour l’avenir ?

Franck Peiffer : Que le monde prenne enfin conscience que l’accumulation de produits synthétiques et pétrochimiques sur la peau et dans l’environnement n’est absolument pas anodin.

Rudy : Continuer à voir l’air émerveillé des enfants et des adultes lorsqu’ils sentent et essaient nos savons.

………………………………………………..

Propos recueillis par Julien Kaibeck (lessentieldejulien.com) dans le magazine Bio-info France du mois d’avril 2014 (bio-info.com). Julien à qui je dit un gros merci pour son engagement auprès de la « Slow Cosmétique » et la reconnaissance du Savon à Froid.

………………………………………………..

2 petits erratums toutefois dans la version papier :
1 – Je ne suis plus président de l’ADNS depuis 1 an ;-) Association Des Nouveaux Savonniers : Saponification.org
2 – Je n’ai jamais été en Inde, c’est Philippe qui me ramenait mes savons ayurvédiques indiens.

………………………………………………..