Je viens d’apprendre la mésaventure juridique d’une consœur Savonnière à qui l’on reproche d’utiliser la mention : « Shampoing solide » sur ses étiquettes sous pretexte que « Shampoing solide » à fait l’objet d’un dépot de marque à l’INPI en février 2010.

La même personne, un certain Rémy D…….. Un savonnier de Vendée à aussi déposé :
Shampooing solide, Shampoing dur, Shampooing dur, mais aussi :
Savon de Nice, Savonnerie de Nice, et quelques autres noms de marques toutes aussi descriptives comme « savon anti-moustiques » !  Preuve que l’on peux fabriquer et vendre du naturel et de l’éthique et ne pas en avoir soit même.

Cela pose plusieurs questions :

1 – Normalement l’utilisation d’un terme trop descriptif  peux faire l’objet d’une contestation. Dans les faits, il faut qu’un tiers conteste le dépot devant le Tribunal de Grande Instance. Parmi les causes de nullité, on retrouve notamment l’absence de distinctivité et il appartiendra au contestataire d’apporter la preuve que la marque ne remplit pas les critères de distinctivité ou que le terme déposé présente un caractère descriptif.
– Ne serais ce pas normalement à l’INCI de faire ces vérifications ?

2 – Pendant plusieurs années, des noms de marques ont été trustés sur internet, des aigrefins déposaient en leurs noms les noms de domaines de marques (célèbres ou pas) dans le but de leur revendre plus tard à bon prix. Ces pratiques existent encore, mais les marques sont de plus en plus protégés contre ces pratiques, surtout si elles ont une antériorité commerciale avéré. (Faudrait voir avec les spécialistes de : www.forumndd.com).
– Truster les noms de marques avec des termes génériques est-ce une nouvelle tendance ?

3 – Je me souviens d’un autre cas (dramatique) , avec l’utilisation du terme « pain » et « Alep » qui avait obligé une entreprise à mettre la clef sous la porte parce qu’elle avait utilisé (en toute bonne fois) un terme qu’elle pensait générique pour décrire un de ses savons.
– Alors doit-on verifier chaque mots génériques utilisés sur nos étiquettes et nos descriptifs ?

Savon naturel : est-ce une marque ? Presque, SAVON LE NATUREL est déposé.
Pain dermatologique : est-ce une marque ?
Savon Bio : est-ce une marque ? Presque, BIO SAVON est déposé.
etc…

Voilà en tout cas des pratiques que la fédération des Savonniers à Froid vas bientôt combattre. Et si Monsieur Rémy D….. décide d’attaquer toute la profession sur le terme « Shampoing solide » il à du souci à se faire parce que nous sommes tous unis aujourd’hui !

Et là, je parle de savon, mais c’est pareil pour d’autres métiers.

Je vais de ce pas déposer la marque « Servir frais »,  j’attaque Coca-cola et je deviens le maitre du monde !

En matière de savons comme de gadgets pour « geek », les Japonais ne sont jamais en manque d’idées : Les Soap tablet, le savon pilule de voyage par excellence. Je trouve ça drole, par contre la mention savon naturel sur la boite me laisse perplexe.

A voir en détails sur le site : www.dreams6.com

(Une info de notre envoyée spéciale au royaume du Geek / Hype : « Cracotte »)

« Karité Kid » c’est Alexis, le patron de Territoire-d’Afrique.
Producteur / Importateur de Karité ! Un passionné qui peut parler de ses produits pendant des heures (vécu).

« Le karité, issu de l’arbre du même nom, est une richesse léguée depuis des temps ancestraux par notre terre Africaine. Son pouvoir est connu depuis l’égypte ancienne, et nous retrouvons sa trace auprès de reines égyptiennes réputées pour leur beauté, comme Nefertiti.

Le karité est un arbre d’Afrique de l’Ouest haut de 10 à 15 mètres. Le nom botanique du karité est Butyrospermum Parkii. Butyrospermum vient du latin butyro (beurre) et spermum (semence), Parkii venant du nom de l’explorateur Mungo Park qui a écrit sur le karité. Le karité pousse à l’état sauvage exclusivement en Afrique (Ceinture karité en Afrique de l’Ouest). Il faut une quinzaine d’années pour récolter les premiers fruits. Le fruit comestible du karité contient l’amende d’où l’on tire le beurre de karité riche des vertus qu’on lui connaît. »

La démarche de Territoire-d’Afrique ne s’arrête pas au commerce de Karité pur et simple, et c’est ce qui m’a séduit,  Alexis, est pleinement investit dans l’économie et la vie sociale de cette région du bénin.

« Nous avons à coeur de promouvoir et mettre en valeur la richesse de cette noble ressource africaine… »

Territoire-d’Afrique peut fournir du Karité Bio (EcoCert) ou non, en grosse comme en petite quantité (mini 1 kilo) il me l’a confirmé hier. Alors, n’hésitez pas à le contacter, il est tout autant passionnant que passionné !

Je le cite une dernière fois :

« Notre but est de créer une plate-forme vers des produits Africains, donc à partir du Bénin, en s’axant sur la qualité, et une très forte valeur éthique. Nous apprécions bien évidemment le travail des savonniers artisanaux, porteurs des mêmes valeurs que nous ! »

PORCHER Alexis
TERRITOIRE D’AFRIQUE (SARL)
Matières premières Africaines/African Raw materials
49100 ANGERS
Tél: 02 41 35 06 45 / 06 15 98 83 02
serviceclient@territoire-dafrique.fr

Le monde du savon artisanal est en pleine mutation, j’en veux pour preuve cette toute nouvelle marque de savons artisanaux : « cousu de fil blanc« . Une création de Carole et Caroline en vente entre autre dans le célébre magasin parisien « Colette« .

Ce qui m’a tout de suite séduit c’est la cohérence entre la marque et l’embalage du produit, un papier cousu de fil blanc ! avec simplement une etiquette de type textile. Un beau travail qui donne à ces savons artisanaux un coté design et luxe.

On dirait bien des savons saponifiés à froid, mais je n’ai trouvé aucune information à ce sujet sur leur site.

Une nouvelle recrue chez Gaiia Labs à Goa (Inde) , Victor sera avec nous (enfin, surtout avec Philippe) pendant 5 mois pour un stage mixant la soude et la gestion !

Victor, en guise de bienvenue je te livre le poncif des plus de 40 ans :

 » Les voyages forment la jeunesse ! « 

Zut et super zut ! Mon iPhone perso première génération à rendu sa belle âme ! Du coup j’ai été obligé de faire l’acquisition d’un iPhone 4 pour Gaiia. Mais puisque je vous dis que c’est pour le travail ! La preuve, je viens de le tester avec l’Apps Skype directement avec Philippe à Goa, le son est excellent !
Oups désolé ça sonne…

Le logo de saponification à Froid est disponible depuis le 10 aout pour tout les savonniers à froid qui en font la demande. C’est le moment de faire un petit point deux mois aprés.

Les deux articles sur le sujet sont ceux qui on suscités le plus de commentaires sur ce blog (66 commentaires) :
1 – le-vrai savon des gens heureux (29)
2 – logo de saponification a froid (37)

Les nombre de savonniers ou d’acteurs de la S.A.F qui ont fait une demande pour utiliser le logo soit sur leurs emballages, leurs etiquettes, leurs blogs / sites ou même en tampon est de 34 !

Cela signifie que 34 acteurs de la profession permettent d’ors et déjà d’identifier plus clairement notre mode de fabrication face à l’industrie lourde. C’est une action de lobbying certe de petite échelle, mais qui si elle se poursuit à ce rythme portera ses fruits tôt ou tard.

Ce logo, se trouve maintenant en France, en Belgique, en Suisse, au Québec, au USA…
D’ailleurs, se serais « sympa » de m’envoyer une photo de vos étiquettes / emballages avec le logo, je ferais une rubrique spéciale sur le blog pour les afficher !

Ah ! Si tout les savonniers de Marseille avaient un logo simple, du type « Savon de Marseille fait à Marseille« , je suis certain que cela ferait une petite différence face à la concurrence, en plus ils pourraient communiquer rapidement dans la presse sur cette identification régionale vu qu’ils ont pratiquement tribune ouverte dans tout les médias !

Ce que vous voyez là est un produit lavant !
La marque « égérie cosmétique » précise sur ses boites :

« Pain dermatologique enrichi au beurre de karité, sans savon. »

L’objet sur la photo est aux fragrances Pralines et Noisettes (oO) et risque en se réduisant à l’usage de procurer de moins en moins de plaisir ! Je ne suis ni prude, ni conservateur, mais là franchement, pour moi ce produit c’est le top de la vulgarité déguisé en « cosméto sensuelle » pour couple moderne ! Vite un sac, faut que je rende mon 4 heure !

Derrière l’appellation pain dermatologique sans savon aux fragrances de… paré de magnifiques couleurs imitant à la perfection le plastique de « sex toy » se cache certainement des ingredients pour le coup pas sexy du tout !

la petite trace de mousse tout en délicatesse sur le corps des modèles, tout ce truc semble aussi naturel que le plaisir qu’il est sensé provoqué.

Une « com » qui copie les codes d’Aubade. Moi je dit qu’avec un truc comme ça, Rogé Cavaillès n’a qu’à bien se tenir ! Et puis ça revient cher d’avoir un savon pour les fesses et un autre pour le reste du corps…

Je vous laisse juge le site est par là : www.egerie-cosmetique.com.

« AFP – Les derniers fabricants du véritable savon de Marseille, dont la composition originale n’a jamais été protégée, tentent de mettre en place un label afin d’être aisément reconnus par le grand public et faire face à la concurrence, asiatique notamment. »

Il n’existe plus que trois entreprises à Marseille qui fabriquent encore du savon de Marseille à l’ancienne :
– Le Sérail.
– La Compagnie des détergents et du savon de Marseille (CDSM).
– Marius-Fabre.
Sans oublier la Savonnerie de l’Atlantique, basée à Nantes.

La réalité est beaucoup moins folklorique que les accents méridionaux ventant les mérites de savonnette colorées dites de Marseille que l’on trouve sur le vieux port, dans les marchés Français et en grande distribution. La réalité, c’est que la plus grande partie de la production de ce patrimoine national est fabriqués en Chine, Turquie ou Malaisie… Et que ces « savonnettes » n’ont pour la plupart jamais vu d’huile d’olive !

« On a tenté d’établir une charte avec la trentaine de savonniers exerçant en France mais on n’a jamais réussi à mettre d’accord ceux qui mettent en avant le procédé de fabrication – les traditionnels – et ceux qui privilégient la qualité – les modernes », explique à l’AFP le secrétaire général de Cosmed, Robert Faure.

Du coup, c’est le statu quo et aucun cahier des charges garantissant une qualité, une pureté et un lieu de production n’existe ». En attendant, avec la CDSM et le Sérail, la Savonnerie du Midi vient de déposer un dossier devant les organisateurs de Marseille-Provence, capitale européenne de la culture en 2013 pour mettre en place une « route du savon de Marseille ».

Espérons qu’enfin un jour un label de production locale du Savon de marseille verra le jour pour le bien des producteurs comme des consommateurs.

(Sources : AFP et France24)