Article de Aude Henry avec Hugo Chapelon et Stéphane Hyvon / France 3 Rhône-Alpes


Imaginez que le miel de lavande soit interdit, et que le nougat de Montélimar disparaisse. Dans la Drôme, tous les acteurs économiques utilisant de la lavande sont aujourd’hui vent debout. Un projet de réglementation européenne pourrait conduire à classer ce produit naturel comme dangereux.

Et si les champs de lavande disparaissaient du paysage ? Dans la Drôme, l’inquiétude est grande chez les producteurs et tous les acteurs économiques utilisant ce produit naturel. En cause : une réglementation européenne qui pourrait être adoptée début 2022. • © H. Chapelon


Producteurs, distillateurs, transformateurs et surtout consommateurs. Parfumeurs, savonniers et tous ceux qui font de l’aromathérapie ou des infusions. La liste des métiers et filières économiques est longue. Tous sont concernés et menacés par un projet de réglementation européenne. Alors, en cet été 2021, dans les champs de la Drôme, des panneaux d’alerte sont désormais visibles de tous : “Lavandes en danger – Cessation d’activité” peut-on lire ici et là.

La lavande, un produit chimique ?

Dans la vallée de la Drôme, dans le Diois, des pancartes affirmant le contraire poussent comme des champignons aux abords des champs. Ici, les touffes violettes font partie du décor. Mais à entendre les producteurs de lavande, Bruxelles et les députés européens pourraient bien les rayer de la carte postale. “C’est toute une région, toutes des filières qui vont être impactées et qui vont disparaitre”, affirme Alain Aubanel. Mais d’où vient la menace ?

“Ce qui se prépare à Bruxelles, c’est une réglementation qui s’appelle la stratégie de la chimie durable, prévue pour quantifier et qualifier toutes les molécules chimiques”, explique le président du Syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France. Objectif : “un environnement exempt de substances toxiques”, annonce la Commission Européenne. Sauf que “les produits naturels sont considérés comme des assemblages de substances. Du coup, ils ne passeront jamais les tests”, poursuit Alain Aubanel.

Bien sûr, l’Union Européenne ne va pas simplement interdire la lavande. “C’est plus subtil que ça”. La réglementation vise à interdire telle ou telle molécule.

Nous, dans nos lavandes, on a plus de 600 molécules. Donc, à chaque fois qu’une molécule sera dans le collimateur de Bruxelles, automatiquement la plante sera balayée.

Alain Aubanel, Pdt du syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France

Exit la lavande, le thym, le romarin ou encore la sauge. “Toutes les huiles essentielles et produits naturels sont concernés”. Et du coup menacés d’interdiction, dans leur utilisation et consommation. À terme, il n’y aura plus de production de plantes en France ou en Europe, selon Alain Aubanel.

En quoi la lavande peut-elle être toxique ?

Pour répondre à cette question, direction la savonnerie artisanale de Montélier. Franck Peiffer en est l’un des fondateurs. Lorsqu’il a pris connaissance de ce projet de réglementation européenne, il avoue “avoir bondi et pleuré“. Le savonnier à froid rappelle les règles de base de son entreprise artisanale : “zéro produit toxique, zéro produit chimique”. La problématique d’aujourd’hui réside dans la composition de la lavande, et notamment dans l’une de ses centaines de molécules.

Dans la lavande, il y a un allergène potentiel qui s’appelle le linalol. Mais en 13 ans d’existence, dans notre registre des réclamations, nous n’avons jamais eu une seule requête concernant une allergie à partir de nos produits.

Franck Peiffer, co-fondateur de la savonnerie Gaiia

Le savonnier est rempli d’effroi à l’idée que cette réglementation européenne entre en vigueur début 2022, et de ses conséquences pour les petits acteurs de la filière cosmétique. Interdire les produits naturels comme la lavande ouvrirait la porte à l’utilisation des produits et parfums de synthèse. “Oui, on pourrait (en utiliser dans les formules). Cela coûterait moins cher, ce serait beaucoup plus simple, mais ce serait une horreur totale par rapport à notre éthique”, rétorque le dirigeant. “Sous prétexte d’avancer dans le bon sens, avec ce “Pacte vert”, en fait… on marche à reculons.”

“On est un peu à l’envers de l’histoire”

Ce qui irrite particulièrement Alain Aubanel dans cette réglementation, “c’est qu’on ne fait pas de différence entre un produit naturel et un produit chimique, qu’on mélange le risque et le danger. (…) On va faire disparaitre des métiers, des utilisations ancestrales pour laisser le champ libre à des produits de synthèse.” Le producteur de lavande les imagine déjà inonder le marché, en provenance d’Inde ou de Chine. Une aberration compte-tenu des productions locales et des circuits courts déjà en place pour la lavande et autres produits naturels.

Aujourd’hui, le consommateur veut du naturel. Les producteurs font du naturel et depuis quelques années, les entreprises font des efforts énormes pour avoir des produits d’une qualité et d’une traçabilité parfaites. Des produits qui ne soient pas du tout négatifs, ni pour l’environnement, ni pour l’utilisateur. Et ce type de réglementation, cela va tout casser.

Alain Aubanel, Pdt du syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France

Un pan de l’économie française menacée

La lavande en France c’est une filière énorme. Cela représente 2.500 producteurs, 130 distilleries, et 300 entreprises qui représentent la parfumerie, la cosmétique, l’aromathérapie. “Là, on est sur des milliards d’euros de chiffres d’affaire”. Thierry Bizouard est le patron d’une distillerie du Diois qui produit 36 huiles essentielles, vendues en pharmacie et dans les commerces bio. L’homme reconnait que “les huiles essentielles peuvent être dangereuses si elles sont mal utilisées”. Mais de là, à les interdire…

Depuis l’Antiquité, on utilise les huiles essentielles, et tout le monde en connait les bienfaits. Pourquoi nous enquiquiner avec ça aujourd’hui ? Je crois que tout le monde confond produits naturels et produits chimiques.

Thierry Bizouard, président de la distillerie Nateva

La nouvelle réglementation européenne inquiète toute la filière. Et pas seulement celles des huiles essentielles. L’impact économique s’annonce catastrophique pour bon nombre de professionnels et d’activités liés à la lavandiculture. Prenez le miel par exemple : “pas de lavande, pas de plantes, plus d’apiculture”, répète Alain Aubanel. Et saviez-vous que le miel de lavande entre à 25% dans la composition du nougat de Montélimar ? C’est inscrit dans le cahier des charges de la célèbre confiserie.

Cela va détruire des pans entiers de l’économie, de l’agriculture. Nous, en montagne, si on nous enlève la lavande, mais qu’est-ce qu’on va faire ? S’occuper des touristes ? Mais ils ne viendront plus parce qu’ils sont friands de la lavande. Alors, que faire ?

Thierry Bizouard, distillateur dans le Diois

Le distillateur drômois qui emploie cinquante personnes, ne comprend pas cette “protection à outrance” envisagée par Bruxelles. “On est dans le bio, dans l’équitable, on retourne tous aux sources… Et pourquoi là, on veut nous faire aller dans l’autre sens ?” Dans la Drôme, terre de lavande, la mobilisation bat son plein. “On n’est pas contre, mais ce que l’on demande, c’est une réglementation spécifique et adaptée aux produits naturels”, insiste Alain Aubanel.
Les lavandiculteurs et autres professionnels veulent alerter les politiques et l’opinion publique afin d’empêcher le classement de leur production en produits chimiques. Et ainsi préserver un écosystème emblématique du sud-est de la France.

Une pétition en ligne

L’union des professionnels de la filière Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales (PPAM) a lancé, le 26 juillet 2021, une pétition sur internet “contre la disparition des huiles essentielles et des produits naturels”, à l’adresse de la Commission Européenne.

Objectif : exiger de la Commission Européenne une approche spécifique, adaptée aux produits naturels et aux huiles essentielles. “Car si nous n’intervenons pas dès maintenant, ce sont des produits de consommation de tous les jours (comme le savon à la lavande), des exploitations agricoles et de nombreux savoir-faire authentiques qui pourraient venir à disparaître.”

24h après sa mise en ligne, la pétition a recueilli 834 signatures sur le millier escompté.


Article de Aude Henry avec Hugo Chapelon et Stéphane Hyvon / France 3 Rhône-Alpes

Papa cet article est pour toi ! Nombreuses ont été nos conversations autour de ma routine capillaire et de mes problèmes liés à la repousse de mes cheveux. J’ai essayé bien des choses et aujourd’hui je peux enfin dire que j’ai trouvé un protocole parfaitement adapté à mes besoins !

Je fus pendant longtemps à la recherche du Graal. Ce sont mes recherches et ma persévérance qui ont su me guider vers une routine adaptée, pour stimuler la repousse de mes cheveux et améliorer la qualité de mon cuir chevelu.

Aujourd’hui, je souhaite vous partager ce retour d’expérience qui vous sera peut-être utile. Avant, il convient de préciser que nous sommes toutes et tous différents et personne sait mieux que vous ce qui est bon POUR VOUS. Le premier conseil que je pourrais vous donner c’est de commencer par établir un diagnostic de la situation. Ainsi cela vous permettra de cibler ce qu’il ne va pas et de vous concentrer sur les solutions.

MON DIAGNOSTIC DE LA SITUATION

En 10 ans, j’ai perdu beaucoup de cheveux jusqu’à provoquer une alopécie. Mon cuir chevelu m’a également bien fait galérer avec ses démangeaisons à répétition.

Ces derniers temps, mes cheveux avaient tendance à régresser assez vite. Je suis allée voir des professeurs du cheveu, des dermatologues, des naturopathes… Bref, un paquet de gens. Ce que j’ai appris avec le temps c’est que le meilleur spécialiste dans cette histoire c’est moi !

J’ai compris en écoutant mon corps que j’étais très sensible au stress oxydatif (ce qui explique les démangeaisons et les petites rougeurs sur le cuir chevelu) et que j’étais en manque de vitamines. De là, je me suis adaptée une routine qui convient aussi bien à mes cheveux qu’à mon cuir chevelu.

Je souhaitais que ce protocole :

  • stimule la repousse des cheveux et arrêter la chute,
  • limite la casse du cheveu,
  • modifie la texture de mes cheveux, les fortifie
Quand je pose mon diagnostic. Objectif : la repousse de mes cheveux

CE QUE J’AI DECIDE DE METTRE EN PLACE POUR FAVORISER LA REPOUSSE DE MES CHEVEUX

Une cure de vitamines

J’ai pris pendant 4 mois le complément alimentaire Orthé + (recommandé par mon coiffeur) à base d’extrait sec de roquette qui stimule le bulbe pileux, et favorise la croissance du cheveu. La présence de l’ortie régularise la sécrétion de sébum. On y retrouve bien évidemment de la vitamine D, E, A, B5 et B8 ainsi que du zinc.
Le zinc a joué un rôle important pour réduire considérablement mon alopécie. Il faut savoir qu’il est essentiel dans la synthèse des deux protéines constituant la fibre capillaire : la kératine et le collagène. L’apport en zinc a permis de stopper la chute, mais aussi de renforcer la tige capillaire dans le bulbe (et limiter la chute future) tout en stimulant la croissance du cheveu.

Masque capillaire à l’huile de ricin

L’huile de ricin est un super soin capillaire car c’est une huile riche en acide gras et en vitamine E. Au bout de 4 mois d’utilisation, j’ai retrouvé des cheveux plus forts, en meilleure santé et qui ont poussé plus vite. L’huile de ricin a nourri et hydraté mon cheveu en profondeur, l’a fortifié et l’a fait briller.

Comment l’appliquer ?

Avant toute chose, l’huile de ricin étant épaisse, je la mélange avec une huile plus fluide comme de l’huile d’olive ou de sésame. Une fois par semaine, et toujours à la veille de me laver les cheveux, j’applique de l’huile de ricin sur l’ensemble de mes cheveux en massant légèrement le cuir chevelu pour stimuler la circulation sanguine. Puis, délicatement je brosse mes cheveux. Ensuite, je mets une charlotte (pour le côté glam’s) et je laisse reposer toute la nuit. Le lendemain, je rince en effectuant deux shampoings pour bien rincer.

Des shampoings adaptés à mes maux

J’alterne toujours avec deux shampoings…

Aloe Vera, tu verras

Le premier étant un shampoing à base d’aloe vera à 70%, de la marque Pur Aloé. Le choix de cet ingrédient en quantité importante n’est pas anodin. En effet, l’aloe vera contribue fortement à l’hydratation du cheveu. Et un cheveu bien hydraté est un cheveu en bonne santé. Si comme moi vous avez les cheveux bouclés, donc secs, l’aloe vera va assouplir vos boucles. D’ailleurs une fois lavés, vous pouvez appliquer un gel d’aloe vera sur vos cheveux en les froissant dans vos mains. Cela travaillera la boucle tout en favorisant l’hydratation.

 Donc je prends ce shampoing comme base et ensuite je rajoute :

  • 20 gouttes d’huile essentielle de gingembre pour stimuler la repousse du cheveu
  • 20 gouttes d’HE d’ylang ylang pour traiter la chute des cheveux et favoriser la détente du système nerveux
  • 20 gouttes d’HE de lavande aspic pour calmer et traiter les démangeaisons du cuir chevelu

Le curcuma, mon préféré

Comme je vous le disais, j’alterne avec le Savon Curcuma saponifié à froid de Gaiia. Je l’utilise aussi comme 2ème shampoing lorsque je rince mon soin capillaire à l’huile de ricin. Après ma peau, Gaiia a sauvé mes cheveux et honnêtement je ne l’aurais pas cru.

Le curcuma joue également un rôle important pour obtenir ou garder un cheveu en bonne santé. Riche en zinc, il permet de rééquilibrer le cuir chevelu et d’apaiser les démangeaisons et autres petites irritations. En boostant la microcirculation du cuir chevelu grâce à la curcumine, le curcuma prévient aussi la chute des cheveux en stimulant leur repousse naturelle.

savon à froid curcuma repousse des cheveux traite les démangeaisons

Un brossage journalier pour une crinière de qualité

Je me suis réconciliée avec le mot brossage, depuis que je sais que c’est essentiel pour la santé du cuir chevelu. Forcément, moi qui ai les cheveux bouclés, je n’étais pas fan de l’idée.
Se brosser quotidiennement les cheveux permet de :

  • favoriser la repousse des cheveux car la circulation sanguine est stimulée,
  • protéger les cheveux des racines jusqu’aux pointes car en brossant on va étirer le sébum sur les longueurs,
  • élimer les impuretés et les particules de pollutions qui agressent cuir chevelu et cheveux.

AVANT/APRES, CE QUI A CHANGE

Avant le protocole :

  • mes cheveux régressaient beaucoup trop vite,
  • mon cuir chevelu me démangeait,
  • j’avais une alopécie bien visible,
  • mes cheveux étaient fins et clairsemés,
  • j’avais le moral dans les chaussettes.

Après 4 mois d’application du protocole :

  • mes cheveux ne régressent plus,
  • mon cuir chevelu ne me démange plus,
  • mon alopécie est bien moins visible, c’est hallucinant,
  • mes cheveux ont une autre texture et sont plus épais,
  • j’ai retrouvé le sourire ;-).

LA MORALE DANS CETTE HISTOIRE…

N’écoutez personne vous dire que c’est foutu, qu’une fois tombés les cheveux ne repoussent plus, même les spécialistes du genre. C’est ce que j’ai vécu et j’aimerai leur dire qu’ils se sont bien trompés et que la solution se trouve bien souvent du côté de la nature.

J’aimerai aussi vous dire que vous êtes la personne la plus compétente pour savoir ce qui est bon et juste pour vous. Ayez confiance en vous et en votre jugement.

Il faut tester, se tromper, recommencer jusqu’à ce que l’on trouve la réponse. Cela peut prendre du temps donc il faut être patient pour le miracle. Avec de la détermination il viendra.

Je terminerai par dire que ce qui est bon pour vous aujourd’hui, ne le sera peut-être plus demain. Nous changeons et notre cycle hormonal aussi. Lorsque cela ne vous convient plus, refaites un diagnostic de la situation et réajustez votre protocole.

On dit que les cheveux sont le reflet de notre force intérieure alors à vos crinières les amis, faites les briller ;-)

LES AVANTAGES

Utiliser un shampoing solide bio c’est faire un geste pour la planète !

Les avantages pour l’environnement sont nombreux. La fabrication et la commercialisation d’un shampoing dit « conventionnel » liquide utilisent des litres considérables d’eau et produisent des tonnes de déchets, surtout plastiques.

Shampoing solide naturel Gaiia

Une composition beaucoup plus saine pour le cuir chevelu et les cheveux

Le shampoing solide bio Gaiia sans parfum ne contient pas de tensioactif issu de l’industrie de la chimie lourde, type SCI et c’est bien ce qui en fait toute sa particularité et sa valeur. Je sais, cela peut étonner, surtout quand on sait que la plupart des marques dites « écoresponsables » et « naturelles » les utilisent. Pourquoi n’est-ce pas notre cas ? Pour cela je vous invite à lire notre article traitant de ce sujet.

Par sa composition 100% naturelle, notre shampoing solide bio apporte de nombreux bienfaits capillaires. Il respecte la production de sébum naturelle et n’agresse pas la fibre avec des substances nocives. Grâce aux vertus des ingrédients qui le composent, les cheveux sont plus forts, plus doux et bien hydratés !

Ne vous fiez pas à sa petite taille !

Consommer un shampoing solide peut aussi faire du bien à votre portemonnaie. Son utilisation équivaut à 2 ou 3 bouteilles de 250 ml de shampoing liquide. Pour une meilleure conservation, placez votre shampoing solide au sec. En évitant le contact avec l’eau, vous le garderez encore plus longtemps.

UTILISATION & COMPOSITION DE NOTRE SHAMPOING SOLIDE BIO

Frottez bien le shampoing solide Gaiia sur vos cheveux mouillés. Il va se mettre à mousser abondamment. Puis, massez vos cheveux et rincez-les, c’est tout !

Notre shampoing solide bio naturel Gaiia

Notre shampoing solide hydratant convient à tous les cheveux ! Il est fabriqué à la main en France (Drôme) à la Savonnerie Gaiia, à base de poudres indiennes et de protéines de riz. Notre savon-shampoing solide est vegan et reconnu « bio » par le label Nouvellecosmetique.org

COMPOSITION :
Huile végétale de Tournesol Bio*, Huile végétale de Noix de Coco Bio*, Beurre de Karité Bio*, Eau, Glycerine, Huile végétale de Ricin Bio*, Huile végétale de Chanvre Bio*, Rhassoul Bio*, Protéine de Riz, Huile végétale de Jojoba Bio*, Poudres de Shikakai Bio*, Amla Bio*, Bhringraj, Poudre d’Hibiscus, Extrait d’aloe Vera.
* Ingrédient issu de l’agriculture biologique

Les mains sont les premières sources de contaminations. Tout passe par elles car c’est une des parties du corps que nous sollicitons le plus.

Selon l’INPES, l’Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé, 80 % des microbes se transmettent par les mains. On peut donc en conclure que pour ne pas tomber malade le lavage et l’hygiène des mains est la première des précautions à prendre. Le premier geste barrière en somme.

Il est important d’en prendre conscience dès le plus jeune âge. L’apprentissage est un jeu, alors soyons créatifs pour montrer à nos enfants comment se laver les mains correctement !

Pourquoi est-ce important de se laver les mains régulièrement ?

Comme nous venons de l’expliquer, nous transmettons beaucoup par les mains. Il est donc important de réduire le risque de transmission des germes responsables de maladies infectieuses.

De plus, étant tout le temps en contact avec nos mains nous touchons énormément de zones peu hygiéniques, comme les poignées de portes (surtout de toilettes), les barres de métro, les objets du quotidien (téléphone portable, clavier, souris…)

Les bactéries peuvent rester vivantes jusqu’à 3 heures sur vos mains. Un geste simple peut réduire considérablement le risque de contamination.

QUAND SE LAVER LES MAINS ?

Sans rentrer dans une psychose absolue, il est néanmoins important de respecter une certaine logique pour éviter le plus possible la contamination par les mains.

Le bons sens dirait qu’à chaque fois que l’on souhaite entreprendre une nouvelle tâche on se lave les mains. A chaque fois que le rythme est coupé par une nouvelle initiative. Exemple, j’ai besoin d’aller aux toilettes. Je quitte donc mon bureau, me lave les mains, va aux toilettes puis me relave les mains et reviens à mon bureau.

Ou encore… Il est midi, j’ai faim. Je termine mon mail, quitte mon bureau, me lave les mains pour préparer à manger ou manger.

Inutile aussi de préciser qu’à chaque fois que l’on revient de l’extérieur la première des choses est de se laver les mains !

Bref, du bon sens que nous devons transmettre à nos enfants ;-)

QUEL SAVON UTILISER POUR UN USAGE REGULIER ?

Pour lutter contre la propagation des virus il est très important de se laver fréquemment les mains à l’eau et au savon. Mais cela ne doit pas pour autant compromettre la santé de votre peau. Se laver les mains avec un produit trop détergent peut dessécher et fragiliser votre peau. C’est pourquoi nous avons créé le savon saponifié à froid hyper surgras, GOA pour les mains. Le savon GOA pour les mains est très doux pour votre peau mais féroce avec les virus !

Comme vous le savez, les savons saponifiés à froid sont faits avec des huiles végétales bio. Le GOA contient dans sa formule 8,5% d’huile en surgras, c’est à dire d’huile qui ne sera pas saponifiée. Le surgras apporte de la douceur au lavage et entretient le film hydrolipidique de votre peau. Le surgras de 8,5% du GOA est un taux très important, même pour un savon à froid.

De plus, le processus de saponification des huiles végétales bio produit de la glycérine naturelle végétale. La glycérine maintient l’hydratation de votre peau et joue un rôle dans son renouvellement cellulaire. Elle se retrouve à 8% dans tous les savons saponifiés à froid Gaiia.

L’action anti-virale des savons expliquée

Les principes actifs du savon comme le GOA mains sont des tensioactifs, molécules qui peuvent être assimilées à des pieds-de-biche, utilisables à l’échelle nanométrique pour démanteler le virus.

Lorsque nous nous lavons les mains, le savon démantèle l’enveloppe du virus. Ce dernier n’a plus la clé pour entrer dans nos cellules. L’ARN viral est également détruit car il devient accessible aux tensioactifs du savon.

Ces tensioactifs vont séparer les briques chimiques composant l’ARN de la même manière qu’ils agissent sur la membrane lipidique du virus. Le virus est maintenant décomposé en petites parties qui vont se lier aux molécules de tensioactifs du savon pour créer des micelles, solubles dans l’eau. Le virus disloqué part avec l’eau de rinçage.

Retrouvez l’article de notre blog reprenant l’ensemble des explications scientifiques données par Lise ABIVEN, Doctorante à Sorbonne Université

Devenu un de nos incontournables, le baume Une Absolue Douceur Gaiia est avant tout connu pour prendre soin de vos aisselles. Mais savez-vous qu’il peut-être destiné à d’autres usages ?

L’INCONTOURNABLE BAUME DEODORANT UNE ABSOLUE DOUCEUR

Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas encore, voilà une petite présentation rapide mais complète de notre baume déodorant Une Absolue Douceur.

Ce baume neutre sans parfum est principalement utilisé par nos clients comme déodorant naturel. Sa neutralité en fait un produit parfait pour les peaux réactives, sensibles, allergiques, les futures mamans, les mamans allaitantes, les bébés…

En plus d’éliminer efficacement les mauvaises odeurs, il absorbe l’humidité. En revanche, ce n’est pas un anti transpirant ! Il est Formulé sans parfum, sans huile essentielle ni Bicarbonate et ne contient pas d’aluminium, de propylène glycol, de paraben, de phtalate… Ni d’autres vilaines substances pétrochimiques !

CONSEIL D’UTILISATION

Il s’utilise sur une peau séchée et propre. Avec les doigts, prendre une noisette de baume et l’appliquer sous les aisselles à l’aide de la main comme avec une crème en massant délicatement de façon à faire pénétrer complètement le baume déodorant. Il ne laisse pas de fini gras ou collant sur votre peau.

POURQUOI EST-IL AUSSI PARFAIT ?

Voilà quelques années déjà que nous l’avons lancé et qu’il a su s’imposer parmi nos best-sellers. Le confort et la douceur qu’il procure a su convaincre un bon nombre d’aisselles, surtout les plus irritées. Pourquoi ? En partie grâce au zinc.

LE ZINC L’ALLIE DES PEAUX SENSIBLES ET IRRITEES

L’Oxyde de Zinc est très efficace pour traiter les peaux irritées et fragilisées sujettes à l’eczéma ou au psoriasis. Il calme les rougeurs, apaise les inflammations et favorise la cicatrisation.

Assainissant et purifiant, le zinc permet de traiter les infections cutanées et d’éviter la prolifération de bactéries sur la peau.

En résumé, le zinc est donc un antibactérien, antifongique, antiseptique, assainissant, apaisant et cicatrisant.

NOTRE BAUME UNE ABSOLUE DOUCEUR VERS D’AUTRES USAGES

Grâce à sa composition en zinc notre baume est non seulement un super déodorant naturel mais aussi un super baume « pommade » pour lutter contre les érythèmes fessiers de bébé.

Ces derniers causent bien souvent des irritations, des brûlures, voir des micro fissures. Grâce au zinc, le baume une absolue douceur, permet de prendre soin des fesses de bébé pour apaiser, assainir et aider à la cicatrisation. En revanche, l’application ici sera différente que celle pour vos aisselles.

En cas Pour d’érythèmes,  il ne faudra pas hésiter à mettre une bonne couche de notre baume afin de soulager les fesses de bébé.

Baume Gaiia une absolue douceur pour érythèmes fessiers de bébé

COMPOSITION DE NOTRE BAUME UNE ABSOLUE DOUCEUR

Beurre de karité biologique*, Amidon de maïs biologique*, Oxyde de zinc (non Nano), Cire végétale de jojoba vierge biologique*, Huile végétale de babassu biologique*, Vitamine E, Huile végétale de soja.

* Ingrédient issu de l’agriculture biologique

Un savon de qualité supérieure se reconnaît très facilement. Voilà comment ca se passe chez Gaiia…

La méthode de la saponification à froid chez Gaiia, un procédé ancestral scrupuleusement appliqué

Nos savons sont fabriqués artisanalement en France selon le procédé de saponification à froid. Cette méthode est la seule qui conserve la glycérine, ce qui confère à nos savons naturels des propriétés hydratantes.

Chez Gaiia, nous veillons à ce que l’intégralité des huiles ne soit pas transformée en savon, afin de vous faire bénéficier au mieux de leurs vertus (hydratant, émollient, régénérant, apaisant..).

Fabriqués en France en Drôme, presque Provençale, par les maîtres savonniers Philippe & Franck, les savons Gaiia ne contiennent aucune vilaine substance synthétique ou pétrochimique. Oui, ils piquent un peu les yeux comme tous les vrais savons, mais ces savon-là vous sauveront la peau tous les jours !

Des savons de qualité supérieure bons pour la peau et la planète

L’intégralité de nos savons sont réalisés avec la méthode de saponification à froid, exclusivement avec des huiles et beurre biologiques.
Ce sont de véritables soins cosmétiques lavant de fabrication artisanale, ils contiennent environ 8,5% de glycérine naturellement formée lors du processus de saponification. Ce savon surgras, totalement biodégradable, est respectueux de votre peau comme de la planète.

La philosophie Gaiia se résume en une seule phrase : Du savon, de l’eau et beaucoup de naturel !

Elle sous-entend :

  • Sélection des meilleures huiles essentielles bio.
  • Sélection des meilleurs producteurs.
  • Travail sur l’éco-conception, le cercle de vie des produits.
  • Création de produits vertueux.
  • Utilisation de matériaux bio-dégradables ou recyclables.

Notre savonnerie artisanale Gaiia fait partie des marques lauréates de la Mention Slow Cosmétique. Ce qui vous garantit :

  • des formules vraiment naturelles et sans ingrédient polémique,
  • un marketing raisonnable,
  • des entreprises artisanales à taille humaine…

Des savons de qualité supérieure grâce à un savoir-faire maîtrisé

Les maîtres savonniers Gaiia possèdent une connaissance approfondie des huiles qu’ils utilisent dans la formulation de leurs savons. Chaque savon est différent et a été pensé, élaboré puis fabriqué de manière cohérente. Outre sa destination première qui est de laver, le savon à froid peut (et doit) être considéré comme un véritable soin. Nos savons conviennent également pour la toilette des enfants, des nourrissons et des femmes enceintes. 10 ans déjà que nous travaillons au service de votre peau !

L’hydratation des lèvres est importante pour diverses raisons, mais elle n’est pas toujours prise au sérieux du côté des grandes marques de cosmétiques conventionnels. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles s’obstinent à incorporer des substances douteuses dans leur formule. On ne peut pas parler d’hydratation et de bienfaits pour la peau dans un argumentaire de vente ET vendre des produits contenant des substances chimiques : CE N’EST PAS COMPATIBLE !

Le baume à lèvres naturel et bio est une super alternative pour l’hydratation de la bouche… on vous en dit plus !

Pourquoi prendre soin de ses lèvres ?

Les lèvres sont très exposées aux différentes agressions quotidiennes (le vent, le chaud, le froid, l’air sec…) car elles sont en relief sur le visage. Il est donc primordial de prendre soin de cette zone, particulièrement fine et fragile en appliquant un baume hydratant. En effet, à cet endroit, la peau ne possède pas de glande sédacée, de couche cornée et de glandes sudoripares.
Dépourvue de film hydrolipidique, elle est beaucoup moins protégée de la déshydratation et par conséquent, beaucoup plus sujette au dessèchement. Extrêmement désagréable, le dessèchement des lèvres picote et tiraille. Pour éviter que cela arrive, une bonne hydratation est de rigueur.

Le Baume Universel Gaiia, idéal pour hydrater les lèvres.

Nos 3 conseils pour une parfaite hydratation des lèvres :

Conseil n°1 
Boire beaucoup d’eau
 : l’hydratation des lèvres, de la peau, des cheveux… passe avant tout par l’hydratation du corps. Il est recommandé de boire au moins 1,5L d’eau par jour et plus en cas de forte chaleur.

Conseil n°2
Éviter les rouge à lèvres des marques de cosmétiques conventionnels : regardez avant tout achat la composition de ces derniers et fuyez-les ! Privilégiez les rouges à lèvres gras, naturels et bio qui préservent la barrière protectrice des lèvres contre l’assèchement.

Conseil n°3
Protéger les lèvres quotidiennement 
: surtout lorsque l’air est sec, qu’il y a du vent ou qu’il fait très froid, avec un baume hydratant et protecteur.

Notre baume universel neutre hydratant, parfait pour vos lèvres !

Le baume hydratant sans parfum Gaiia* est une petite merveille pour nourrir et apaiser les peaux les plus sèches et sensibles, comme votre bouche. Il associe la cire de Candellila et des huiles végétales bio de Jojoba ou de Karité pour préserver du desséchement cutané et protéger des agressions extérieures. Notre baume aide à soulager et réparer les peaux abimées, crevassés et sèches. Cliquez ici pour plus de détails.

Nous sommes aussi présents sur la boutique en ligne de la Slow Cosmétique.

                                                                                                                                                                                      

Pour le bien-être et le confort de votre peau il est important d’avoir les bons gestes. Après une bonne journée, votre peau a besoin de respirer. Un démaquillant naturel agira en profondeur afin de permettre à votre peau de retrouver toute sa fraîcheur et de mieux se régénérer.

Pourquoi est-ce important d’utiliser un démaquillant naturel ?

Chaque jour, votre peau fait face à une multitude d’agressions sans que vous ne vous en aperceviez. Le maquillage, par exemple, va obstruer les pores de l’épiderme et l’empêcher de respirer. Il en est de même pour les résidus de pollution. Sans un bon démaquillant naturel, les pores de la peau accumulent de nombreuses saletés, le teint perd de son éclat et le vieillissement cutané peut s’accélérer.

Quel démaquillant naturel utiliser pour prendre soin de sa peau ?

Rien de mieux que la simplicité et le naturel pour prendre soin de votre peau. Un savon surgras naturel bio saponifié à froid est largement efficace pour éliminer les résidus de maquillage et de pollution. Notre savon très doux surgras certifié bio est un bon exemple de démaquillant naturel. Il nettoie la peau en douceur tout en l’hydratant sans aucune sensation de tiraillement après séchage.

Se démaquiller naturellement en 3 étapes

1ère étape : nettoyer

Pour un démaquillage en profondeur, commencez par humidifier votre visage. Puis, faites mousser le savon entre vos mains humides. Appliquez doucement votre démaquillant naturel (ou savon surgras à froid certifié bio) en effectuant des gestes circulaires du centre du visage vers les oreilles, sans oublier le cou ! Evitez les yeux car nos savons sont de VRAIS savons, ils piquent !

Si vous souhaitez obtenir une belle peau et un joli teint, rincez ensuite votre visage à l’eau froide. Pour éliminer le surplus de mascara, vous pouvez appliquer une huile végétale type amande douce (le gras appelle le gras) sur des lingettes lavables. Puis, frottez délicatement jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien.

2ème étape : tonifier

Une fois votre visage rincé à l’eau froide, vous pouvez vous vaporiser une brume d’eau florale afin de bénéficier des vertus de la fleur qui la compose :

  • L’eau florale de rose pour les peaux normales
  • L’eau florale de bleuet pour les peaux atopiques
  • L’eau florale d’oranger pour les peaux sèches…

3ème étape : hydrater et nourrir

A l’aide d’un sérum huileux, massez longuement votre visage pour stimuler la circulation ainsi que les muscles peauciers. Selon la particularité de votre peau, choisissez l’actif (amande, jojoba, avocat, carotte…) qui correspondra au mieux aux besoins de votre peau.

C’est bon à savoir ! Les huiles végétales agissent de façon ciblée, en fonction des actifs qui les composent. L’huile de jojoba, par exemple, équilibre les peaux mixtes et l’huile d’amande douce apaise les peaux sensibles.

C’est en 2010 que j’ai véritablement commencé à m’interroger sur les composants de nos dentifrices. J’avais d’ailleurs à l’époque rédigé un article. Premier constat : des ingrédients douteux et un prix qui est loin d’être le reflet de la qualité que l’on peut attendre d’un dentifrice.

Pendant 10 ans, je me suis donc questionné et informé sur le sujet. J’ai découvert qu’avant d’utiliser le dentifrice tel que nous le connaissons aujourd’hui, nos ancêtres (il y a 165 ans) utilisaient du savon pour se brosser les dents. C’est en 1946, que le savon est carrément sorti de nos habitudes dentaires pour être remplacé par un certain sodium lauryl sulfate, bouuuuh. Ingrédient qui, au passage, est toujours présent dans la plupart des produits réservés à l’hygiène.

Pourquoi le savon comme dentifrice ?

La sagesse des anciens… Ils avaient une grande connaissance des ingrédients naturels et de leurs propriétés. Utiliser un savon comme dentifrice était à l’époque le meilleur moyen d’entretenir une bonne hygiène bucco-dentaire. Le savon a l’avantage de prendre soin des gencives comme de l’émail et nettoie parfaitement les dents tout en renforçant les gencives. Les anciens l’utilisaient quotidiennement car il contribuait aussi à éliminer le tartre.

Notre savon dentifrice solide bio, une alternative naturelle pour nettoyer vos dents

Gaiia a donc repris cette base tout en l’améliorant grâce à la saponification à froid, qui conservent toutes les propriétés des huiles essentielles bio comme la menthe poivrée, citron vert ou verveine des Indes. Le savon dentifrice solide bio Gaiia ne contient aucune vilaine substance toxique ou abrasive type détergent de synthèse (SLS, SLMI et le SCI) et prend soin de vos dents comme de vos gencives.

L’objectif de l’utilisation de notre savon dentifrice bio est le nettoyage en profondeur des dents et des gencives. Les soins bucco-dentaires ne se limitent pas à blanchir les dents et à prévenir les caries. L’élimination de la plaque doit être prise au sérieux. Le brossage avec du savon pour nettoyer les débris alimentaires, la plaque et d’autres contaminants des dents et des gencives est nécessaire pour maintenir la santé générale du corps.

savon dentifrice moderne Gaiia

Les avantages du savon dentifrice bio Gaiia

Utiliser le savon dentifrice Gaiia c’est avoir des dents saines, lisses, blanches et des gencives en bonne santé mais c’est aussi moins polluer notre planète (100% naturel et bio dégradable). Une fois que vous l’avez achetez avec son emballage, vous pouvez ensuite vous procurer uniquement les recharges. Il est aussi plus économique ! Je vous laisse faire le calcul avec un dentifrice lambda.

Mode d’emploi
Mouillez légèrement votre brosse à dent et frottez là directement sur votre lingot de dentifrice.
Très peu de matière suffit pour être efficace. Brossez vos dents, rincez, souriez :-)

savon dentifrice solide Gaiia

J’en profite ici pour vous parler de CALIQUO, qui propose des brosses à dents avec une toute partie jetable afin de limiter l’impact sur notre environnement. Je vous laisse découvrir cette jolie marque française.

Un gout de savon dans la bouche ?

savon dentifrice moderne bio et ses recharges

C’est une appréhension tout à fait légitime car nous nous sommes tous retrouvés un jour avec un étrange goût de savon tout à fait désagréable. Nous avons longtemps travaillé sur la formule afin de se débarrasser du gout un peu salé du savon. Nous sommes assez fiers du résultat car c’est chose faite ! Vous garderez en bouche qu’une agréable sensation de fraîcheur. Le mieux c’est d’essayer ;-).

N’hésitez pas à nous faire vos retours. Nous sommes toujours à l’écoute quand il s’agit d’améliorer nos recettes.

Prenez soin de vous et à très vite…

En ces temps si particuliers, adoptez les gestes barrières est essentiel pour préserver la santé de tous. Certains gestes peuvent toutefois altérer la qualité de la peau comme celui de se laver très régulièrement les mains. Utiliser un produit trop détergent peut rapidement abimer et dessécher la peau. Pour entretenir vos mains et les garder douces, vous pouvez utiliser un savon à froid surgras bio.

Plus que jamais, un savon à froid peu sauver votre peau 

On ne répétera jamais assez les vertus de la saponification à froid. Cette méthode est la seule qui conserve la totalité de la glycérine issue du processus de saponification, ce qui confère des propriétés hydratantes aux savons. La plupart des maîtres savonniers veillent également à ce que l’intégralité des huiles ne soit pas transformée en savon (Gaiia – surgras minimum 6,5%) afin d’apporter une extrême douceur à la toilette. L’unique très doux peut-être une douce solution pour préserver vos mains. Ce véritable «savon à froid» bio a été surgraissé à hauteur de 7,5% d’huiles végétales dans sa formule.

Au-delà du savon à froid

Si vos mains sont complètement dessécher par l’utilisation répétée de produit « détergeant », vous pouvez adopter un baume hydratant naturel afin d’hydrater et de nourrir votre peau fragilisée.

Notre baume hydratant Gaiia peut-être une alternative efficace. La cire de candellila, associée aux huiles végétales bio de Jojoba ou de Karité, préserve la peau du desséchement cutané et la protège des agressions extérieures.

Ce baume s’applique aussi bien sur le visage que sur le corps. Profitez du temps que vous avez devant vous pour un moment d’échange avec vos petits bouts pour les masser. Le massage a plusieurs vertus : il a un effet positif sur le sommeil, favorise la digestion, stimule la circulation sanguine, relaxe et rassure votre enfant.

Encore une chose…

Beaucoup de gens restent encore septiques sur l’utilisation du savon. Est-ce vraiment efficace contre le virus ? La réponse est bien évidemment ! Et bien plus qu’un gel Hydroalcoolique. La fonction première d’un savon est de désinfecter. Voici un article de la Slow Cosmétique, très bien détaillé et très bien expliqué, qui répond à toutes ces interrogations.  CA M’INTERESSE.

Sauvons notre peau et la planète avec un savon surgras, saponifié à froid, doux, hydratant et écologique !

Prenez soin de vous ;-)