NOS SAVONS DE MARSEILLE, DES SAVONS DERMATOLOGIQUES SURGRAS POUR LE VISAGE ET CORPS MAIS PAS POUR LE LINGE !

savon de Marseille dermatologique

Enfin ! Un Savon de Marseille vraiment dermatologique !

Comme vous savez déjà, je ne suis pas française. Mais avec le temps, je viens de comprendre quelques traditions culturelles de la France, comme….

  1. Lavande dans le dressing pour repousser les petits insectes.
  2. Le quignon de la baguette est sacré. Vous pouvez pas le prendre comme cela sans rien dire. (Mes excuses à mon beau père !)
  3. Les vacances sont quelque chose de très SERIEUX.
  4. On prend l’apéro et APRÈS on passe a table.
  5. Une abondance d’araignées = une maison saine. (*je prends la maison malsaine svp*)
  6. Et ma grand-mère a toujours fait sa lessive avec du Savon de Marseille…

Le linge, le Savon de Marseille sert à cette tâche là…. Quand il est fabriqué à chaud, au chaudron.

Je m’explique. La méthode de fabrication au chaudron chauffe la pâte du savon à une température haute pendant des jours. La pâte est ensuite « nettoyée » plusieurs fois avec de l’eau et enfin avec un relargage afin d’éliminer les impuretés et enlever la glycérine issue de la saponification. Donc, ce que nous obtenons est une lessive efficace, un futur détergent solide… Mais, une peu trop détersif pour les peaux les plus sensibles ou il s’avère un peu décapant et abrasive, même si c’est un savon naturel.

Chez Gaiia, nous cassons un peu tous les codes en modernisant et en sublimant cette recette tout en la respectant. Nous voulons changer l’image du Savon de Marseille utilisé par notre grand-mère et sa précieuse lessive. Nous prenons la même recette mais quand elle est réalisée par saponification à froid, cela crée uns sacrée différence pour la peau !

Comme tous nos savons surgras à froid, notre Savon de Marseille contient de la glycérine naturellement issue de la saponification et du surgras. Pas de chauffe à haute température pendant des jours. Pas de relargage gaspillant de l’eau. Notre Savon de Marseille à froid bénéficie d’une incroyable douceur pour tous les types de peaux. Un vrai soin cosmétique qui ne sèche pas la peau et qui ne tiraille absolument pas. Soyons honnête, notre peau ne devrait pas être traitée comme du linge sale !

Et voilà notre crédo ! Nous ne devrions pas nous contenter d’un savon de ménage détergent quand on peut profiter de tous les bénéfices cosmétiques d’un Savon de Marseille à froid.

Notre Savon de Marseille surgras est un savon dermatologique doux et hydratant pour le corps et le visage, un savon naturel adapté pour à tous les types de peau et surtout les peaux très sensibles, comme celle de bébé.

N’agressez pas votre peau, sauvez-la ! Avec un Savon de Marseille dermatologique Gaiia.

Kasey.


Finally, A Savon de Marseille that is true skin care!

So, as you know by now. I’m not from here. But I have come to learn some French traditions and culture after my time spent in this country.

Lavender goes in the closet to keep away bugs
The end of a baguette is sacred and you can’t just take it (excuses to my father in law)
The French take their holidays SERIOUS
First l’apero. THEN we can start the meal.
Abundance of spiders mean the house is healthy, *ill take the unhealthy house please*
And grandma always did her laundry with Savon de Marseille.

Laundry. That’s what the Savon de Marseille is made for…..when is it made in a cauldron!

Let me explain. The fabrication method “au chaudron” for a savon de Marseille heats up the soaps paste to high temperatures. The paste is washed with a “salting out” in order to remove its impurities and the glycerin that develops naturally is also removed. What we are left with is efficient laundry soap, but a bit too efficient to the fact that it can be abrasive on one’s skin, even if it is natural. Haven’t you noticed that the two “different” soaps being marketed are the exact same thing?

Here at Gaiia, we are proposing to break one of these fondly held traditions. Switch up the vivid memories of grandma and her cherished laundry soap. So lets say we take the same recipe and put it through cold process saponification, what are the results?

Like all of our cold process soap, our Savon de Marseille contains natural vegetable glycerin AND surgras. No extensive heating and no salting out. Our cold process Savon de Marseille allows for incredible softness and is gentile for all skin types. It is a true cosmetic soap that does not dry out or pull at your skin. Because lets be honest, our skin shouldn’t be treated the same as our dirty laundry.

And that’s the point! We shouldn’t have to settle for a laundry detergent when we can enjoy all the benefits of a Savon de Marseille fabricated à froid!

Our Savon de Marseille surgras is skin care at its best! Moisturizing pour the body and equally the face and 100% natural, it can be used on the most sensitive of skins like that of a baby to the more rugid and dried out.

Kasey.

Savon de Marseille à froid ! Voulez-vous de la crème ou de la mousse onctueuse ?

Voilà ! Ca y est ! Notre Savon de Marseille est disponible ! Et vous avez vu… Pas un seul mais 2 Savons de Marseille. C’est ça, on s’est vraiment fait plaisir pour vous proposer deux supers savons, avec la promesse d’une douceur et d’une hydratation incomparable pour toutes les peaux comme toujours avec nos savons surgras.

Donc.
Pourquoi les deux ?
Quel-est la différence ?
Et le plus important, comment choisir ?!

Ca c’est facile, il faut simplement vous poser cette question très importante dans la vie :-)

Suis-je une personne qui aime les savons crémeux ou une personne qui aime les savons mousseux ?

Pour ceux qui disent “crémeux“ : Le Savon de Marseille Type 1 / 100% Olive est fait pour vous.

On commence avec un petit peu d’histoire. Comme stagiaire chez Gaiia, j’ai apprit l’histoire turbulente de ce savon. À l’origine, ce savon est « arrivé » en France à l’époque des croisades, c’était le savon d’Alep, le fameux savon (qu’on fait aussi) à base de l’huile d’olive et de l’huile de baies de laurier et qui est devenu le Savon de  Marseille (enfin, de Toulon en réalité) fait seulement avec de l’huile d’olive.

Mais avec le temps, certains savonniers ont mis n’importe quel corps gras dans leur savons; Louis XIV a du y mettre de l’ordre. Avec l’édit de Colbert en 1688 des règlementations ont été mises en place pour les savonniers Marseillais. Tout le monde méritait un savon pur composé de 100% l’huile d’olive !

C’est ce savon que nous vous proposons aujourd’hui, LE 1688, comme un hommage à l’histoire. Ce savon ultra-doux a l’huile d’Olive bio mousse très peu mais vous vous donne une belle crème très onctueuse à moins de le frotter avec une éponge ou une fleur de bain.

Pour ceux qui dissent “mousseux” : Le Savon de Marseille Type 2 / Olive – Coco est celui qu’il vous faut.

Un peu d’huile de Noix de Coco. C’est la différence ! En effet, après la révolution, l’Edit du Colbert est devenu nul pour les savonniers. D’autres huiles végétales comme la Palme et la Noix de Coco en provenance des colonies ont souvent été ajoutées pour leurs propriété. Chez Gaiia, vous ne trouverez pas d’huile de Palme, mais la Noix de Coco Bio oui ! Elle représente environ 20% de la recette, le reste étant évidemment de l’huile l’Olive. Notre Savon de Marseille Type II contient le même pourcentage de glycérine et de surgras que le Type 1, respectivement 8,5% et 6%.

Maintenant, le prochain choix à faire est .. quelle taille ?! 100g ou 250g ?

Kasey


Un Savon De Marseille saponifié par Gaiia ! C’est un rêve ou quoi ?

Travailler pour une entreprise éthique est le rêve ultime non ? Il n’y a pas besoin de se remettre en question, pas de culpabilité sur les produits qu’on met sur le marché. Il y a simplement la vérité autour de ce qu’on communique et elle est directement liée avec ce qu’on fait actuellement.

Pendant trois mois maintenant comme une stagiaire, je vis ce rêve avec la Savonnerie Gaiia.
Même si l’industrie de l’hygiène crée des produits pour nettoyer, c’est une industrie qui peut être quand même très sale. Sale avec sa pollution, l’industrialisation, le marketing, etc… Mais cela n’est pas du tout le cas chez Gaiia, cette entreprise est vraiment « clean ». Nous avons la volonté de transformer le marché du savon ! Nous militions pour une meilleure façon de faire les choses, que ce soit pour notre peau ou l’environnement, voir les deux en même temps.
Donc. Le Savon de Marseille, le cube de savon iconique Français, Gaiia a décidé longtemps avant mon arrivée de reprendre cette recette ancienne et de la fabriquer avec la méthode de saponification à froid. Et maintenant la grande question pour laquelle j’écris : Pourquoi ? Grace à toutes mes recherches et mes lectures, (je suis en train de faire mon mémoire quand même) je viens de comprendre vraiment le Savon de Marseille.

Je comprends que quand il est fabriqué à chaud au chaudron…

– La glycérine est enlevée du savon.
– Il n’y a pas du surgras.
– Il décape et tiraille les peaux délicates et fragiles.
– Son usage principe est pour le linge.

Donc pour ceux qui ont la peau sensible, un Savon de Marseille au chaudron est beaucoup trop détergent. Mais il est super efficace pour mes chaussettes :-)

Je comprends que quand Gaiia fabrique leur Savon de Marseille à froid…

– Nous bénéficions de toute la douceur et l’hydratation de la glycérine naturelle.
– Le surgras de 6%, offre un lavage tout en douceur.
– Notre peau est protégée et le film hydrolipidique est sain et sauf.
– Il n’y a aucuns ingrédients sujet à polémique.
– Il y a zéro pollution lors de la fabrication.

Donc pour tout le monde, le Savon de Marseille par Gaiia est parfaitement doux et hydratant. Mais du coup, pas si efficace pour mes chaussettes. ;-)

Franck a fait beaucoup de recherche. Son inspiration pour le Savon de Marseille à froid est venue de la découverte du savon dit « Savon Sans Feu » d’après le brevet du maitre savonnier Marseillais Louis Favre publié en 1824 et posant les bases d’un savon dit de Marseille fait à froid avec toutes ses vertus.

L’huile d’olive saponifiée. C’est ça la recette pour un Savon de Marseille. Pourquoi la mettre uniquement au chaudron quand elle peut être sublimé à froid ? ;-)

Voilà pourquoi nous vous présentons notre nouveau savon, Le Savon De Marseille par Gaiia : inspiré par l’histoire et amélioré avec de l’amour…. et bien sur la saponification à froid !

Kasey.


Working for a company with a morally sound compass is the ultimate dream right? No need to question your ethics every time you come to work, no guilt over the products you put on the market, there is only truth behind what you communicate and its in a direct line with what you actually do.

For three months as an intern, I’ve gotten to be part of this dream with the Gaiia Savonnerie. And even though the soap market sells products to clean, it can actually be pretty dirty. Dirty in the sense of pollution, industry, marketing, ect. But not with Gaiia, this company is truly pure. They have an initiative to clean up the soap market! To advocate for a better way of doing things, whether it be better for our skin or for the environment….the most important is that it’s the two at once.

So, le Savon de Marseille. The iconic French cube of soap. Gaiia decided long before I arrived to take this ancient, historic recipe and put it through cold-process fabrication. And now the big question that I am here to answer for you….why?

From all the research and redactions I have done (I am writing a memoire of my stage after all) I have come to understand very well the Savon de Marseille.
I understand that when it is made in a cauldron…..
The glycerine is removed
No surgras develops
Its decaps the skin
And its initial usage is for laundry
So for those who have sensitive skin, a savon de marseille in a cauldron is much too intensive/abrasive. But its super efficient for socks.

I understand that when Gaiia makes their Savon de Marseille with the cold process method…..
We benefit from the softness and hydration of natural glycerin
Their formula allows for surgras, an extra oomph of moisture
Our skin is protected and the film hydrolipidic is unharmed
There are zero ingredients deemed « controversial »
There is zero water pollution in the fabrication
So for anyone and everyone, the Savon de Marseille by Gaiia is perfectly soft and gentle. But not so efficient for socks…. ;)

Franck made sure he did his research. We like to say his inspiration is from a fella named Louis Favre, a soap maker who in the 1800’s patented a Savon de Marseille “savon sans feu”. He was killin the saponification à froid game back in the day.

Olive oil saponified: that is the recipe for a Savon de Marseille. Why ruin it with heat when it can be sublimed through cold process saponification?

And there you have it, a Savon de Marseille by Gaiia: inspired by history and improved with love…and of course cold process saponification.

Kasey.


SaveSave

BIENVENUE A L’ATELIER !

Amis Dromois ou de plus loin, vous pouvez dès à present nous rendre visite à l’Atelier Gaiia et y faire quelques emplettes pour Noel ! Attention, l’extérieur est encore en friche, mais à l’intérieur il y règne une belle chaleur.

Atelier Gaiia
17 Rue des Tilleuls / ZA des Tilleuls
26120 Montelier.
Horaires : du lundi au vendredi / de 9h00 à 17h30

SAVON POUR VISAGE

Quel savon puis-je utiliser pour mon visage ?

savon doux pour le visgae
UN SEUL !
Un savon à froid !
Vous pouvez penser que c’est du parti pris de ma part, qu’en la matière je ne suis absolument pas objectif et que je prêche pour ma propre paroisse…

FAUX ! (mais un peu vrai aussi quand même…)
Seul un savon à froid convient parfaitement pour la toilette du visage !
Et la raison en est simple :

DU SURGRAS ET DE LA GLYCERINE !
Un savon surgras à froid est un savon qui est plus « gras » car on il contient un fort pourcentage d’huiles végétales, 7,5% pour notre savon très-doux Gaiia et de la glycérine végétale hydratante et émolliente. Ce sont ces « agents surgraissant » qui permettent à la peau de restaurer sa protection naturelle (appelé film hydrolipidique) en douceur.

Nos savons surgras conviennent parfaitement aux peaux sèches, sensibles et délicates pour la toilette du visage, du corps, des mains et même des parties intimes. Il peut être utilisé par toute la famille partout et tout le temps !

Pourquoi ai-je la peau qui tiraille qui dessèche après l’utilisation d’un savon sur mon visage ?

Parce que le savon que vous utilisez est trop détergent, sans glycérine ni surgras ce qui est le cas de 99% des savons industriels vendu en France.

La meilleure façon de me croire reste sans conteste d’essayer un savon à froid, mais attention, c’est aussi efficace qu’addictif :-)


AVOIR UNE BELLE PEAU EN 7 POINTS !

avoir une belle peau

Notre peau est soumise quotidiennement aux agressions extérieures et aux agressions intérieures toutes aussi importantes, mais notre peau est aussi sensible à notre état de fatigue, notre stress ou à des variations hormonales. Autant de facteurs à prendre en compte pour avoir une belle peau. Nos savons surgras ne répondent qu’à une seule partie de la problématique.

N° 1 : Traitez votre peau comme une partie de l’ensemble de votre organisme et non comme un élément à part.

De nombreux produits nous promettent d’avoir le teint idéal, une belle peau, d’éliminer nos petits boutons ou de faire disparaitre nos rides. Non ! il ne se passera rien, ou en tout cas pas sur le long terme si vous ne soutenez pas votre peau de l’intérieur. Vous pouvez payer très cher pour des produits miracles, mais si vous mangez mal, si vous n’avez pas suffisamment de sommeil et que vous laissez votre niveau de stress prendre le dessus, peu importe le type d’extrait d’algue ou de bave d’escargot, de molécule de raisin ou tout autre type d’ingrédient que vous mettrez sur votre visage, vous le savez bien, sur le long terme ça ne fonctionne pas et la quête du produit miracle recommence de plus belle. Le solution nous la connaissons tous pourtant : avoir une bonne hygiène alimentaire et boire de l’eau est la base, le socle pour prendre soin de l’ensemble de notre corps et votre peau vous dira merci.

N° 2 : Lavez votre visage au savon surgras tous les soirs – sans exception.

Cela semble évident pour beaucoup et pourtant… Vous n’êtes pas obligé de faire un grand nettoyage tous les soirs mais vous devez vous débarrasser de votre maquillage même léger, de la poussière et de la pollution que votre peau a accumulé tout au long de la journée. Commencez en appliquant un gant de toilette chaud sur votre visage pendant 30 secondes pour ouvrir vos pores, puis lavez doucement avec un savon surgras à froid neutre qui enlèvera  efficacement votre maquillage et les impuretés. Si vous préférez utiliser quelque chose d’encore plus doux autour des yeux, utilisez une goutte d’huile de Jojoba ou d’huile de Sésame, massez vos paupières et vos cils, puis essuyez avec un chiffon humide et tiède. Voir notre petite fiche de démonstration

N° 3 : Passez au moins un jour par semaine sans maquillage.

Votre peau a besoin et mérite une pause maquillage alors laissez la respirer une journée complète ! Une journée (voir plus) sans maquillage, c’est comme un micro-nettoyage de la peau. Laissez votre beauté rayonner librement, personne ne vous jugera. votre journée sans maquillage est aussi un outil symbolique, une façon d’exprimer votre volonté de changer de pratique et de vous libérer de certains diktats de la beauté. S’il est difficile pour certaines de se passer d’eyeliner ou de rouge à lèvres, évitez absolument les fonds de teint trop occlusifs qui empêchent votre peau de respirer.

N° 4 : Nettoyez votre téléphone et votre clavier plusieurs fois par semaine.

Nos téléphones et nos claviers sont des nids à bactéries et nous les nettoyons trop rarement. Je dois me laver les mains au savon plus de 10 fois par jours, mais je ne pense jamais à nettoyer mon téléphone que je colle pourtant régulièrement sur mon visage, sans parler de toutes les pratiques comme celle d’aller aux toilettes avec son téléphone pour lire la presse ou son fil Facebook. Donc nous nous tartinons quotidiennement le visage de bactéries qui obstruent les pores de la peau et conduisent souvent à des inflammations.

N° 5 : Rangez dans un placard votre miroir grossissant.

Dites-moi que vous n’avez jamais attrapé des angoisses sur l’apparence de votre peau au travers d’un miroir grossissant. J’ai essayé moi même quelques fois, j’ai cru que j’avais chopé la peau de Gollum dans le seigneur des anneaux ! Il est temps d’arrêter ça, les gens ne nous regardent pas avec une loupe, heureusement ! Ils se tiennent à une distance respectable sans jamais remarquer le micro kyste, là, juste sur la ligne de démarcation du sourcil. Du coup, sans ce foutu miroir grossissant, on peut améliorer l’estime de soi et agir en profondeur :-)

N° 6 : Renseignez-vous.

Il y a beaucoup de discussions et d’articles sur ce que vous devriez ou ne devriez pas utiliser sur votre peau. Prendre une décision pour choisir ce que vous devriez utiliser sur votre peau pour changer vos habitudes peut s’avérer très compliqué. Heureusement il existe des associations de consommateurs militants comme la Slow Cosmétique qui peuvent vous aider à décrypter les listes d’ingrédients de vos cosmétiques, vous donner des conseils et des recettes à faire soi même. Notre peau absorbe un gros pourcentage de ce que nous lui appliquons, nous devons la traiter avec respect et délicatesse, se dire que ce que je ne voudrais pas manger, pourquoi le mettre sur ma peau par exemple. Evitez bien entendu les parabens, les phtalates , Les SLS, les parfums synthétiques et tout ce qui est d’origine pétrochimique et synthétique.

N° 7 : Soutenir les marques qui se soucient de votre santé et de celle de la planète.

Les grandes marques de soin pour la peau ne parviennent pas à changer leurs habitudes de formulation, ils collent rustine sur rustine sur des formules où les bases sont les mêmes depuis plus de 30 ou 40 ans. Ce n’est pas l’utilisation d’un nouvel ingrédient miracle avec un pseudo nom scientifique qui changera les choses. Soyons clair, ils vendent tous du pétrole et du silicone dans de belles boites au prix de l’or. Le trésor, le vrai est pourtant sous nos yeux et c’est la nature qui nous l’offre. Des huiles végétales, des beurres, des huiles essentielles, des extraits de plantes etc… Nous avons tout sous la main et nous devons aider les marques qui créent leurs savons à froid et leurs cosmétiques sur les bases de cette nouvelle cosmétique. Les preuves existent aujourd’hui que beaucoup d’ingrédients synthétiques nuisent à notre santé comme à celle de notre ressource commune, Gaia, notre terre mère.

Fermez les yeux et souvenez-vous de là où votre beauté vit vraiment.


Texte largement inspiré d’un article du Docteur Sarah Villafranco.


QUELLES SONT LES DIFFERENCES ENTRE TOUTES LES MARQUES DE SAVONS A FROID ?

differences entre les savons a froidIl y a quelques années, la question la plus récurrente qui nous était posée était celle-ci :

Quelles sont les différences entre un gel douche et vos savons ?

Nous avons répondu à l’époque par une série d’articles sur le blog Gaiia :

En 2015 : VOUS LAVERIEZ-VOUS LE VISAGE, LE CORPS…AVEC DU LIQUIDE VAISSELLE ?
En 2013 : A FORCE TA TÊTE C’EST LA SILICONE VALLÉE !
En 2013 : LE JEAN-PIERRE « OFF » DE LA COSMÉTIQUE ;-)
En 2012 : POURQUOI UTILISER UN SAVON À FROID PLUTÔT QU’UN GEL DOUCHE !
En 2012 : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LES PRODUITS LAVANTS
En 2010 : SANS CECI, AVEC 0% DE CELA…
En 2010 : POURQUOI PRÉFÉRER UN SAVON NATUREL À UN VULGAIRE GEL DOUCHE !


Puis plus tard :

Quelles sont les différences entre un savon type : Rogé Cavailles, Mont St Michel, Diadermine, Dove… Bref un savon industriel et vos savons ?

La aussi, nous avons répondu par une série d’articles sur notre blog :

En 2016 : SAVON SANS SAVON VS SAVON À FROID
En 2015 : LA TOILETTE DE BÉBÉ AU SAVON À FROID !
En 2015 : QUELQUES CONSEILS POUR RECONNAÎTRE UN SAVON À FROID (SAF)…
En 2015 : 7 RAISONS POUR ADOPTER UN SAVON À FROID
En 2015 : LES SAVONS À FROID PLUS «ECO-FRIENDLY» QUE LES GELS DOUCHES EN 7 POINTS !
En 2014 : LES SAVONS SURGRAS À FROID GAIIA SONT-ILS PLUS CHERS ? ETUDE COMPA…
En 2014 : SAVONS SURGRAS : ORIGINE ET USAGES !
En 2013 : LA NOUVELLE COSMÉTIQUE » EXPLIQUÉE !
En 2012 : PUB COMPARATIVE DE SAVONS SURGRAS COMPLÈTEMENT OBJECTIVE, SI SI !
En 2011 : USEZ NOS SAVONS JUSQU’À LA CORDE !
En 2010 : SAPONIFICATION À FROID !


Aujourd’hui et c’est la preuve que les savons à froid s’installent de plus en plus dans les salles de bain, les questions changent, sont plus précises, plus documentées sur la composition des savons, la provenance et la qualité des matières premières. Et ce qui devait finir par arriver, arriva, une question simple mais qui nécessitait une longue réponse me fut posée :

Mais alors, quelles sont réellement les différences entre toutes ces marques de savon à froid ?

Ma réponse lors du salon Veggie World à Lyon, à été plutôt concise. Je suis parti du principe que les principales vertus des savons à froid étant communes à tous les savons à froid, la typicité, la différence des savons venait de la singularité, de la personnalité des savonniers. Un savon à froid et son savonnier sont presque indissociables. Ils sont le reflet de leurs goûts personnels et pour certains, des huiles et matières premières de leurs terroirs, un peu comme un vin bio ou « vin sain » ressemblera à son vigneron par exemple. Cette question m’a en tout cas donné envie d’en dire un peu plus dans cet article et de tenter d’élargir le spectre des différences.


Ce qui est commun à tous les savons à froid :

1 – La glycérine naturelle présente dans les savons à froid.

Elle est issue de la saponification ne peut être ni ajoutée ni retirée du savon.*

2 – Le fait que tous les savons à froid sont surgraissés au minimum à 4%.

Ce pourcentage de corps gras libres non saponifiés est exprimé en ajout de corps gras par rapport au chargement initial ou par réduction de la quantité de soude ou une combinaison des deux.*

3 – Le temps de cure (séchage) de 4 semaines.

La durée minimale de la période de cure est de 4 semaines, durée correspondant à un séchage optimal.*

4 – L’assurance d’avoir des savons naturels ou Bio.

La profession s’interdit l’usage d’un certain nombre d’ingrédients comme : EDTA, BHT, Conservateurs de synthèse, Huiles minérales, PEG…*

*Tout ceci est inscrit dans la charte du savon à froid.

Donc, pour faire simple, tout les savons à froid ont une base commune, un même socle : Douceur, hydratation et écologie.


Où se situent les différences alors ?

1 – Les ingrédients de base :

Il y a une constante, nous utilisons presque tous en France les huiles et beurres suivants pour réaliser nos savons : Olive, Coco, Karité. Parfois les 3, parfois comme pour Gaiia juste Olive et Coco. C’est ensuite que viennent les différences concernant d’autres huiles et d’autres beurres. Pour Gaiia : Son de Riz et Ricin, pour d’autres savonniers cela pourrait etre par exemple : de la Bourrache, du Lin, du Pavot, du Tournesol… Autant de possibilités que d’huiles, autant d’huiles que de vertus.

2 – La formulation :

Même si nous avons des ingrédients communs, des différences existent aussi au niveau du pourcentage des beurres et des huiles mises en oeuvre, des différences de pourcentage qui peuvent changer :

  • La dureté du savon.
  • La détergence du savon.
  • Le pouvoir lavant du savon.
  • Le pouvoir moussant du savon.
  • L’onctuosité du savon.
  • La crème du savon.

3 – Le surgras :

Si la charte de fabrication du savon à froid impose un minimum de 4% de surgras, ensuite, le savonnier est libre d’ajouter le pourcentage de surgras qu’il veut dans une limite raisonnable de 10%, mais rien n’interdit d’en mettre plus. Comme évoqué plus haut, il y a 2 façons de surgraisser un savon, soit dès le départ, dans la formule ou à la trace en enrichissement ou les deux.  Encore un moyen de marquer des différences notables entre les savons à froid.

4 – Le parfum :

Si la charte du savon à froid n’interdit pas l’utilisation de fragrance autres que des huiles essentielles, je ne connais aucun savonnier « pro » utilisant autre chose que des huiles essentielles pour parfumer ses savons. Le parfum étant encore une de nos différences et pas la moindre puisque l’univers olfactif dégagé par un savon guide souvent l’acte d’achat. Dans ce domaine il y a des savonniers plus portés par la création de parfums et d’autre qui travaillent plus sur les synergies des huiles essentielles en Aromathérapie. Cette diversité olfactive a de quoi combler toutes les envies et d’un marché à un autre nos clients butinent d’autres savons :-)

5 – Les colorants et les ajouts :

En cette matière aussi la palette est très large, entre les colorants d’origine végétale, les poudres, les terres, les argiles, les graines, les fleurs, autant de couleurs et de matières d’origine naturelle formidables à mettre dans nos savons. Un savon exfoliant à la graine de moutarde ou de pavot ou au sel, gommant grâce au marc de café ou au Rhassoul… Les combinaisons sont nombreuses et la seule limite reste là aussi la créativité du savonnier.

6 – Décorations et marbrages :

Certains savonniers se sont spécialisés dans les marbrages (vagues et inclusions de couleurs dans les savons) d’autres aiment mettre des fleurs séchées sur la tranche des savons, comme des lavandes ou des roses. D’autres encore font de la « Pâtissavonnerie », ce sont des savons qui ressemblent à des gâteaux, des cannelés, des gaufres ou des pancakes par exemple. Ces décors demandent non seulement un sacré savoir faire, mais aussi beaucoup de temps. De notre coté, chez Gaiia, notre sensibilité nous pousse plutôt vers la simplicité en matière de décoration de savons.

7 – Forme, découpes et tampon :

La forme la plus courante reste le rectangle avec variation de taille et d’épaisseur. Suivent les savons à froid tout ronds, puis les savon à froid coulés dans des moules en silicone de formes diverses. Le tout avec des types de finitions différents, des angles droits ou arrondis, avec ou sans tampon du savonnier.

8 – Les emballages :

Touche finale du savon, l’emballage est aussi l’image de marque du savonnier. Cela ira donc du savon vendu nu à la coupe ou en vrac, à la boite en carton en passant par des bagues en papier ou encore plus pointu : du papier ensemencé… Mais ce n’est pas tout, sur tous ces supports certains choisiront aussi d’utiliser des encres végétales et des encres minérales ou de faire travailler des imprimeries vertes ou des imprimeries en locale. Tout ceci bien évidement impactera plus ou moins le prix de vente de nos savons.

9 – Les logos ou mentions :

A présent vous pouvez trouver tous les labels bio existant en France sur un savon à froid : d’Ecocert à Nature & Progrès tout en passant par Cosmébio. Gaiia, comme d’autres marques ont choisi de se contenter de la mention Slow Cosmétique qui est à présent une référence reconnue et un gage de qualité environnementale et humaine.
Vous trouverez aussi soit le logo de Saponification à Froid délivré par l’Association Des Nouveaux Savonniers (ADNS) : www.saponification.org
Soit une mention type : SAF savon saponifié à froid.

10 – Le prix moyen d’un savon à froid :

Le prix moyen d’un savon à froid constaté en France est d’environ 6 euros, plus ou moins, cela peut varier en fonction du coût de certaines matières premières assez fluctuantes comme l’huile d’Olive bio première pression à froid par exemple, la qualité d’un beurre de Karité ou la rareté d’une huile comme l’Huile de baie de laurier. Sans oublier le prix de certaines huiles essentielles précieuses comme le Neroli, la Rose ou le Jasmin et d’autres qui sont des huiles très chères.

11 – La vente :

Il y a vraiment de la place pour tout le monde entre la vente en ligne, les marchés locaux, les foires, les marchés de créateurs, les revendeurs, les pharmacies. Ne pas trouver où acheter un savon à froid aujourd’hui est quasiment impossible ! De notre coté, nous privilégions la vente en ligne directe sur notre e-shop : www.gaiia.fr, sur la marketplace de la Slow Cosmétique et quelques autre sites amis plutôt spécialisés dans le zéro déchet ou le véganisme, des sites de petites épiceries bio ou de ventes en vrac, des herboristeries, des pharmacies, des boutiques indépendantes autour du bien être, bref, des amoureux de Gaiia capables de conseiller nos clients aussi bien que nous. Nous ne voulons pas etre noyés dans de gros catalogue de site comme Amazon ou même de gros sites spécialisés dans le bio.

Voilà, j’espère avoir décrit un périmètre assez large autours de nos différences, mais n’hésitez pas à laisser en commentaire mes oublis et vos idées :-)


UN SAVON AU POIL !


Même les colosses ont droit à un peu de douceur !

Au salon Veggie World de Lyon j’ai rencontré pas mal de barbus déjà client chez nous qui utilisent régulièrement nos savons à froid Gaiia pour l’entretient de leurs barbes. Je n’avais jamais abordé le sujet dans notre blog, mais c’est vrai que les savons à froid conviennent parfaitement pour toutes les barbes, même les plus broussailleuses. L’avantage du savon surgras à froid est son fabuleux pouvoir hydratant, nourrissant et son extreme douceur, la peau ne tiraille plus, le poil est plus souple et plus doux.

Parole de barbu !

 

Interview croisée par Julien Kaibeck dans le magazine BIO-INFO France du mois d’avril…

Retranscription de l’interview croisée PAGE 64 / BIO INFO – AVRIL 2014 – N° 22

Savon à froid : l’avenir est dans la tradition !

peiffer-barbiot

Franck Peiffer est co-fondateur des savons Gaiia et ancien président de l’Association Des Nouveaux Savonniers. Rudy Barbiot est le créateur de la marque belge Olila.

Bio Info : Pourquoi avoir choisi de faire de la saponification à froid votre métier ?

Franck Peiffer : Lors d’un séjour en Inde, il y a quelques années, j’ai utilisé de vrais savons ayurvédiques indiens. Avec Philippe, co-fondateur de Gaiia, nous voulions importer ces savons en France. Après pas mal de recherches, nous avons découvert le mode originel de fabrication du savon : la saponification à froid. Nous avions l’impression d’avoir touché le Graal : enfin un vrai savon surgras, doux et riche en glycérine naturelle ! Nous avons décidé qu’il était temps de proposer cette alternative naturelle et saine face aux détergents à base d’ingrédients pétrochimiques. Choisir ce métier et créer Gaiia fut donc, dès le départ, une démarche aussi qualitative que militante.

Rudy : Ce sont les « fesses rouges » de mes enfants et mes mains gercées chaque hiver qui ont été le point de départ. Dès que nous avons utilisé nos savons à froid, mes filles et moi-même n’avons plus eu de problèmes de peau. J’avais pourtant du mal à croire, au départ, qu’un produit aussi naturel et simple pouvait être plus efficace que des savons classiques de grandes marques. J’ai voulu en faire mon métier parce que la vie est courte : il faut profiter du temps pour faire partager ce que l’on aime ! C’est un plaisir de voir que les habitudes de consommation changent.

Bio Info : Quelles sont les difficultés de votre travail ?

Franck Peiffer : La plus grande est de faire connaître ce magnifique procédé de fabrication à un public habitué aux détergents liquides. Mais les gens se sensibilisent lentement, notamment grâce à des associations. La récompense, c’est qu’une fois qu’un savon à froid est testé, il est adopté !

Rudy :  Ce qui est difficile, c’est d’intégrer dès le départ tous les aspects de la réglementation cosmétique dans l’apprentissage et dans tous les aspects inhérents à la production et à la commercialisation. Le savon est un artisanat assez encadré. À cela s’ajoute la difficulté de se faire connaître du public. Mais on y arrive !

Bio Info : En quoi votre savon est-il réellement différent d’un savon industriel, naturel ou bio ?

Franck Peiffer : Je vois les savons à froid comme des soins lavants. Nos savons sont pleins de glycérine naturelle, ils préservent le film hydrolipidique de la peau. Les savons durs industriels, parfois aux fausses allures naturelles, sont plus décapants et contiennent souvent des ingrédients polémiques pour la santé et l’environnement. Et je ne parle pas des graisses animales comme le sodium tallowate, utilisées en premier ingrédient par de grandes marques sans que le consommateur en soit informé. Les savons bio quant à eux ne sont pas forcément plus doux ni plus riches en glycérine. Un savon saponifié à froid allie pour moi tradition et futur du savon, car tous les aspects du produit sont plus durables et plus qualitatifs.

Rudy : Le savon saponifié à froid est utilisé depuis des millénaires, il a fait ses preuves. Plus de glycérine dans le produit fini assure plus de douceur. La fabrication en elle- même est plus respectueuse des ingrédients et de l’environnement. Nous chauffons peu les huiles et peu de temps. Il n’y a pas de rejet de produits ou de déchets. On utilise aussi très peu d’énergie. En outre, chez Olila, nous n’utilisons pas d’huile de palme, souvent présente dans les savons, et notre main-d’œuvre est 100 % locale.

Bio Info : En une phrase, quel est votre souhait pour l’avenir ?

Franck Peiffer : Que le monde prenne enfin conscience que l’accumulation de produits synthétiques et pétrochimiques sur la peau et dans l’environnement n’est absolument pas anodin.

Rudy : Continuer à voir l’air émerveillé des enfants et des adultes lorsqu’ils sentent et essaient nos savons.

………………………………………………..

Propos recueillis par Julien Kaibeck (lessentieldejulien.com) dans le magazine Bio-info France du mois d’avril 2014 (bio-info.com). Julien à qui je dit un gros merci pour son engagement auprès de la « Slow Cosmétique » et la reconnaissance du Savon à Froid.

………………………………………………..

2 petits erratums toutefois dans la version papier :
1 – Je ne suis plus président de l’ADNS depuis 1 an ;-) Association Des Nouveaux Savonniers : Saponification.org
2 – Je n’ai jamais été en Inde, c’est Philippe qui me ramenait mes savons ayurvédiques indiens.

………………………………………………..

Le savon à froid est l’attribut des gens / savonniers heureux !

Ou comment les rencontres de savonniers à froid organisés par l’ADNS (Association Des Nouveaux Savonniers) ont un effet « Love-Soap-Booster » sur tous les participants…

Ce 23 juin là, après Paris, Toulouse et Monflanquin, la caravane des passionnés de savon naturel à froid, de Slow Cosmétique et d’usages différents et raisonnés de produits de beauté c’est arrêté chez nous, à Chabeuil, dans la Drôme.

Pour nous, savonniers d’une nouvelle génération,  tradition et modernité se côtoient en parfaite harmonie pour apporter aux utilisateurs de nos savons le meilleur des principes actifs naturels trop longtemps délaissé par une industrie plus avide de rentabilité que de bénéfices clients. L’amour du bon produit et notre passion commune nous ont une fois de plus rassemblé afin d’échanger sur nos techniques, nos trucs, astuces et expériences.

Nos journées commencent toujours par un repas commun façon auberge Espagnole.

Il y avait,  du Comté 20 mois d’affinage, des patisseries Tunisiennes (et oui, on viens de loin pour nos rencontres, merci Taoufik!), des salades du jardin, du paté-croute aux truffes, des fraises au chocolat, des fromages de région, des préparation faites maison (Ail d’ours à l’huile d’Olive), des croustades de pommes…

C’est désormais une tradition, après le repas, chacun se présente, présente ses savons ou cosmétiques, évoque ses joies et ses retours d’expériences lors d’un tour de table où un sujet déclenche parfois de grandes discussions à baton rompu… Mais notre maitre Yoda (Il se reconnaitra) veille au bon déroulement des présentations.

Savons de Swanee (organisatrice en chef des rencontres) et de Taoufik (Savonnerie tunisienne : La main verte) Savon au lait de Chamelle…

Savons d’Olivier, de la Savonnerie Bourbonnaise, De Claude et Michael de Jurassens et ceux de Jeff et d’Olga…

Savons de Isa et jeff, puis dessous des oeufs savons de Taoufik!

Les savons Gaiia et ceux « Souvenir du maine » de notre amie Québécoise Marie-Jo.

Et tant et tant d’autres merveilles avec lesquelles votre serviteur ne se lasse pas de s’enivrer et de se laver depuis plus d’une semaine.

Et pour terminer, la photo de famille des savonniers présents ce jour là, de gauche à droite en commençant par le dernier rang :

Olga, Maria, Olivier, Claude Olivier « LE SAVONNIER CAIOLAIS », Jeff, Karine, Swanee, Claude, Sophie, Michael, Lucie, Marie-Jo, Sandrine, Céline, Michel, Franck, Taoufik « LA SAVONNERIE LA MAIN VERTE », Séverine, Isabelle.

Les conjoints et enfants de chacun étaient et sont bien entendu les bienvenue à nos rencontres. Comme vous pouvez l’imaginer nous avons passé une merveilleuse journée sous le soleil de la Drome et je n’ai qu’un seul regret, c’est que Philippe, le maitre savonnier de Gaiia n’ait pas pu venir, mais nous nous rattraperons lors de sa présence en juillet avec quelques surprises en prime!

D’autres rencontres seront bientôt organisés pour nos amis du nord, de l’est et de l’ouest que nous n’avons pas encore rencontrés « in the real life »…

D’autres articles sur cette journée :
Olga     http://www.histoiredunsavon.com/2012/06/rencontre-adns.html
Lucie   http://savonnaute.wordpress.com/2012/06/26/rencontre-face-au-vercors/
Céline   http://sealeha.canalblog.com/archives/2012/06/30/24611369.html

(Crédit photos: Sabine et karine)