Protocol’hair !

meg

Au début je voulais écrire un article de fond super détaillé sur le « Protocole Cheveux »  (gros dossier) de mon épouse depuis 4 ans, comment elle utilise nos savons et d’autres matières premières, genre Aloé-véra, karité, huiles, dans ses routines quotidiennes. Comment en se débarrassant de ses shampooing liquides, elle avait réussi à retrouver ses cheveux d’enfant (Avant la mini-vague de ses 15 ans bien-sûr). Comment tous les jours, elle me faisait part de ses découvertes et de ses avancées.

Comment tu trouves mes cheveux aujourd’hui ?

Est certainement une des phrases que j’ai le plus entendu en 2011, 2012, 2013 et début 2014 par exemple.

Je ne puis d’ailleurs m’empêcher d’avoir une pensée émue pour tous ceux qui dans ces années « moutonesques » (80-90) ont succombé à la mode de la mini-vague, de la permanente ondulatoire et de la grosse boucle anglaise. F…. Même mon père, ultime figure et dernier bastion d’une virilité à forte pilosité à un jour offert son altière tête aux désirs d’un ami coiffeur aussi prompt à rendre mon père « métro-sexuel » avec une coupe à la « Meg Ryan » 25 ans avant même que le terme n’existe,  qu’à porter des pantalons de « Tergal » beige à poutre apparente !

Honte à toi, Paul (il se reconnaîtra) d’avoir transformé mon géniteur en pâtre Grec !

On ne se rend pas assez compte de l’importance de nos cheveux dans nos vies, jusqu’à se qu’on les perde ou qu’on nous les vole…

Me confiait encore Fabien Barthez dans le dernier rêve ou j’arborais fièrement une coupe à la « Ha-Ha » (chanteurs à mèche et brushing des années 90).

Puis, par flemme, je me suis dit qu’il valait mieux que je lui colle la pression (à mon épouse) en lui demandant de raconter elle même son expérience et de vous montrer ses cheveux soyeux comme la soie !

Je dédicace aussi le titre de cet article qui n’en est pas vraiment un à tout mes amis coiffeur et à leurs coté « Créa’tiff » qui ne cessera jamais de me surprendre, sauf toi Yves (tu te reconnaitras aussi) qui à su repousser les limites du brain-storming capillaire en appellant ton salon de coiffure de ton propre nom. Chose qui n’a jamais été faite auparavant, a part Alexandre, J.L David , J. Dessange, J-l Maniatis… Aie, mince ! En fait je me rends compte que vous n’avez que deux options possibles, soit le salon éponyme, soit le jeu de mot l’hair…

Oh! que je vous comprends et que je vous pardonne cet humour « plumi’tiff » cédant moi même trop facilement aux sirènes de l’Almanach Vermot. (Almanach Vermot : haut lieu de la blague Carambar pour les plus vieux.)

Sabine, la balle est dans ton camp…

 

Y’a pas de « mai » !

mai-2013-gaiia

2,5° degrés et de la neige un 25 mai dans le Vercors a 600 mètres d’altitude ma bonne dame, même nos chiens affichaient l’air étonné du bouledogue qui se dit « y’a plus de saison mec ! ».

« Mai » c’est pas vrai !

D’habitude à cette époque je passe tout mon temps libre a l’extérieur, après l’hiver il y a toujours des trucs a faire comme réparer des tuyaux d’eau explosés par le gel, vérifier les piquets du parc à chevaux, débroussailler, tondre, planter, boules, fléchettes, barbecue et anisette…

Là, empli d’une résignation toute hivernal, j’écris en écoutant l’album de Daft Punk tandis qu’au four, des cuisses de poulet fermier commencent à exciter mes narines alors que le gratin de Raviole tente de se planquer dans un coin,  la légende de mon énergique coup de fourchette ayant déjà fait le tour de la cuisine… L’hiver quoi.

Oui « mai » !

Ce matin avec Sabine nous avons encore sauvé de la décharge un appareil électro-ménager sacrifié sur l’hôtel de l’obsolescence programmée. Commander une pièce, démonter, remonter, remettre en vie plutôt que de racheter… Quelle fierté ! Nous étions après cet exploit heureux comme des Herzog, des Ulysses ou comme le plus simple des « chasseur cueilleur » revenant dans sa grotte le torse bombé, les bras chargés de victuailles avec un énorme sentiment de victoire sur la fatalité de sa vie.

Et puis il y a eu le passage de Michel Pobeda la semaine dernière, ou entre nos sessions de travail au sein de l’ADNS, (Association Des Nouveaux Savonniers) nous avons parlé du jardin philosophique de Michel, une sorte de nouvelle Utopia* végétale mêlant la santé, la nutrition, le physique et le mental, un magnifique projet et déjà aujourd’hui à voir ce presque jeune homme de 70 piges, je me dit que ses préceptes appliqués à lui-même ont donné un beau résultat. ( lire son livre : Les bienfaits des huiles végétales).

Et puis il y a ce beau projet de partenariat avec une association humanitaire qui œuvre pour l’hygiène et la santé au Laos, un projet presque concrétisé.

Et puis il y a enfin bientôt, après un retard du diable, la mise en place de nos savons en Belgique ( je crois que je vais passer les 100 prochaines années de ma vie à m’excuser auprès de Diane pour cet énorme contre-temps).

Et puis il y a la production française de savons Gaiia qui va commencer la semaine prochaine par deux « best seller » de notre collection.

Et puis il y a la vie, ma femme, ma fille, mes parents, mes amis, les clients et partenaires Gaiia, il y a ce monde plein de surprise, ce monde ou quand tu penses que tout est calme triste et froid comme un 25 mai 2013, un coup de téléphone, un mail, le hasard, un arc en ciel te ramène à ta putain de condition de vivant avec du cœur et des tripes dedans !

Alors oui il y aura toujours un « mai » !

Il y aura toujours un printemps, un nouveau temps et de nouveaux horizons de fleurs blanches accrochées aux cerisiers du monde.

Get Lucky !

(*À l’origine, Utopia est un néologisme grec forgé par Thomas More pour désigner la société idéale qu’il décrit dans son œuvre du même nom.)

Sieste numérique ou la mort sociale 2.0 !

sieste-gaiia
Depuis quelques jours des ami(e)s du web me demandent si je vais bien… Pourquoi ?

– Pas d’article sur le blog depuis 20 jours !

– Pas de statut sur Facebook depuis des jours !

– Aucun like… !

Une sorte de petite mort numérique quoi.
En fait, j’ai fait un truc incroyable digne des plus grands aventuriers suicidaires : Une sieste numérique ! C’est aussi parce qu’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule, enfin normalement, parce que quand ton encéphalogramme WEB est à plat, tu es comme un mort clinique dont on se demande pourquoi ou qui t’a débranché des réseaux sociaux…

J’ai l’air de faire mon malin comme ça, de faire mon blasé, mais en réalité je trouve ça super touchant, voire même rassurant que nos ami(e)s Facebook s’inquiètent de nous. Derrière toute cette dématérialisation informatique il y a de la matière, de l’humain…

Alors pour traduire la joie de vous savoir là, il faudrait que les p’tits gars de chez FB se bougent un peu les fesses pour nous procurer autre chose qu’un pouce en l’air pour exprimer notre satisfaction numérique quotidienne. Une bouche (pour faire des bisous), des bras (pour des free hugs) etc… vous voyez le genre.

– Alors pourquoi écrire un article pour dire qu’on n’a pas écrit d’article ?

C’est tout le paradoxe du web ça :-)
Du coup j’en profite pour placer plein de mots clef et de liens vers notre boutique histoire de ne pas faire un article pour rien. A bientôt !

savon à froidsavons biosavon naturelnouvelle cosmétiquelayeringcuisine lyonnaise

La meilleure baguette du monde entier de la terre !

baguette

Autant vous le dire tout de suite, je fais partie de la secte un peu étrange de ceux qui préfèrent la croûte plutôt que la mie de pain, de ceux qui n’aiment pas les toasts grillés (façon pain Harrys) pour déguster du foie gras. Non monsieur, pour le foie gras, le fromage et tout le reste d’ailleurs il n’y a pas mieux qu’une bonne baguette croustillante !

Et j’ai enfin découvert mon graal boulanger, ma baguette idéale, à coté de chez moi… Enfin, en réalité c’est ma femme qui à découvert ce trésor et qui me la présenté comme ça, sans tambour ni trompette au « p’tit dej » dominical.

– « Nom d’un chien, elle est terrible cette baguette ! »

M’écriais-je avec la farouche volonté de celui qui veut en savoir plus.

– « D’ou ça vient ? »

– « Du Pain Vivant, juste à coté… »

Répondit-elle, comme si cela coulait de source avec le petit ton de ceux qui savent.

– « Ben c’est super bon ! »

Dis-je, la bouche pleine, béatement heureux comme un Roberto Benigni recevant sa Palme d’or à Cannes…

Daniel fait du pain bio, mais pas seulement, il a poussé le vice jusqu’à produire sa propre farine histoire de coller au plus près de son idée du bio, un artiste quoi ! Un artiste qui ne se vexe pas quand on lui dit qu’on aime sa « croûte ». Décidément, la Drôme est une sacrée belle région.

beguelin

Des confrères savonniers m’ont dit avoir avoir fait en vidéo un parallèle entre les vrais savonniers et les vrais boulangers mais je n’arrive plus à retrouver les média, dommage…

Chers clients, en raison de la fin du monde nous serons dans l’impossibilité de vous livrer le 21/12/2012, mais les choses rentreront dans l’ordre dès le 22 !

Désolé…
Et pour tous les optimistes, il nous reste des savons « l’enthousiaste » par ici…

Brand Art* Gaiia !

Brand Art* : Le « Brand Art » est un terme utilisé la premiére fois par l’artiste contemporaine Swetlana Heger pour succéder au « Pop Art ». C’est l’utilisation de marques et de leurs produits comme matière première d’une oeuvre.

Avec des boites de savons abimés ou qui ont été utilisés, nous avons créée un tableau « Brand Art » qui trone fièrement dans mon bureau. Une création simple pour recycler enfin des boites que je n’arrivais pas à jeter…

Swetlana Heger Playtime (SH & adidas, photographed by Ali Kepenek), 2002

La nature on ne fait pas qu’en parler, on la fait aussi pousser !

De l’eau, du soleil, de l’eau, du soleil, les quinzes derniers jours ont été favorables aux plantes. C’est ma saison préféré dans le jardin juste avant l’aridité de l’été.

Devant nos bureaux une grande platebande composé de plantes grasses, de lavande et de plantes aromatiques comme le Thym, le Romarin, la Sauge, la Ciboulette ou la Verveine Citronné planté en plein sol et en pots.

Le moment idéal pour sortir les cactus délicats, ici un Echeveria derenbergii du Mexique

C’est aussi la bonne époque pour mettre en terre nos semis de courges, de tomates, de fèves, piments et de petits melons sur un coté bien abrité du vent de notre maison et regarder pousser tout ça à l’ombre du platane murier.

Et pour laver les mains des jardiniers, il ne faut pas chercher bien loin…

Hommage !

Petit hommage à toute l’équipe du film « The Artist ».

(Source photo : Douglas Fairbanks jr. / Life Magazine 10 juin 1938)

Pour mon clavier j’utilise l’iBrosse 3000 !

Je viens tout juste de recevoir mes deux iBrosses 3000 offertes par l’agence de création visuelle : flydesigners.com un joli coup de « com » pour se faire connaitre.

Allez jeter un coup d’oeil sur le site de l’iBrosse 3000 et comprendre comment on peut transformer un bête objet en objet culte et sexy….

A signaler que la iBrosse 3000 à été fabriquée par André Jardin une entreprise Nantaise de Brosserie haut de gamme.

Vends Canon 350D… !

… C’était le début de l’annonce passé sur leboncoin.fr pour vendre notre Canon 350D.
Après quelques mails échangés, Romain se décide et un petit coup de Paypal et de Colissimo plus  tard (1 mois) Romain m’envois très gentiment ses premiéres photos avec sa nouvelle acquisition. Il à fait plus de 3500 « shoots » en un mois tout de même !

J’apprécie cet échange au délà d’une vente, ou deux bonhommes sont heureux pour l’un d’avoir vendu et l’autre d’avoir acheté et se le disent !

Je vous met quelques exemples, certaines photos sont de vrais cartes postales…

(Sources : Romain Graber)