Articles

Amis Dromois ou de plus loin, vous pouvez dès à present nous rendre visite à l’Atelier Gaiia et y faire quelques emplettes pour Noel ! Attention, l’extérieur est encore en friche, mais à l’intérieur il y règne une belle chaleur.

Atelier Gaiia
17 Rue des Tilleuls / ZA des Tilleuls
26120 Montelier.
Horaires : du lundi au vendredi / de 9h00 à 17h30

Retranscription de l’interview croisée PAGE 64 / BIO INFO – AVRIL 2014 – N° 22

Savon à froid : l’avenir est dans la tradition !

peiffer-barbiot

Franck Peiffer est co-fondateur des savons Gaiia et ancien président de l’Association Des Nouveaux Savonniers. Rudy Barbiot est le créateur de la marque belge Olila.

Bio Info : Pourquoi avoir choisi de faire de la saponification à froid votre métier ?

Franck Peiffer : Lors d’un séjour en Inde, il y a quelques années, j’ai utilisé de vrais savons ayurvédiques indiens. Avec Philippe, co-fondateur de Gaiia, nous voulions importer ces savons en France. Après pas mal de recherches, nous avons découvert le mode originel de fabrication du savon : la saponification à froid. Nous avions l’impression d’avoir touché le Graal : enfin un vrai savon surgras, doux et riche en glycérine naturelle ! Nous avons décidé qu’il était temps de proposer cette alternative naturelle et saine face aux détergents à base d’ingrédients pétrochimiques. Choisir ce métier et créer Gaiia fut donc, dès le départ, une démarche aussi qualitative que militante.

Rudy : Ce sont les « fesses rouges » de mes enfants et mes mains gercées chaque hiver qui ont été le point de départ. Dès que nous avons utilisé nos savons à froid, mes filles et moi-même n’avons plus eu de problèmes de peau. J’avais pourtant du mal à croire, au départ, qu’un produit aussi naturel et simple pouvait être plus efficace que des savons classiques de grandes marques. J’ai voulu en faire mon métier parce que la vie est courte : il faut profiter du temps pour faire partager ce que l’on aime ! C’est un plaisir de voir que les habitudes de consommation changent.

Bio Info : Quelles sont les difficultés de votre travail ?

Franck Peiffer : La plus grande est de faire connaître ce magnifique procédé de fabrication à un public habitué aux détergents liquides. Mais les gens se sensibilisent lentement, notamment grâce à des associations. La récompense, c’est qu’une fois qu’un savon à froid est testé, il est adopté !

Rudy :  Ce qui est difficile, c’est d’intégrer dès le départ tous les aspects de la réglementation cosmétique dans l’apprentissage et dans tous les aspects inhérents à la production et à la commercialisation. Le savon est un artisanat assez encadré. À cela s’ajoute la difficulté de se faire connaître du public. Mais on y arrive !

Bio Info : En quoi votre savon est-il réellement différent d’un savon industriel, naturel ou bio ?

Franck Peiffer : Je vois les savons à froid comme des soins lavants. Nos savons sont pleins de glycérine naturelle, ils préservent le film hydrolipidique de la peau. Les savons durs industriels, parfois aux fausses allures naturelles, sont plus décapants et contiennent souvent des ingrédients polémiques pour la santé et l’environnement. Et je ne parle pas des graisses animales comme le sodium tallowate, utilisées en premier ingrédient par de grandes marques sans que le consommateur en soit informé. Les savons bio quant à eux ne sont pas forcément plus doux ni plus riches en glycérine. Un savon saponifié à froid allie pour moi tradition et futur du savon, car tous les aspects du produit sont plus durables et plus qualitatifs.

Rudy : Le savon saponifié à froid est utilisé depuis des millénaires, il a fait ses preuves. Plus de glycérine dans le produit fini assure plus de douceur. La fabrication en elle- même est plus respectueuse des ingrédients et de l’environnement. Nous chauffons peu les huiles et peu de temps. Il n’y a pas de rejet de produits ou de déchets. On utilise aussi très peu d’énergie. En outre, chez Olila, nous n’utilisons pas d’huile de palme, souvent présente dans les savons, et notre main-d’œuvre est 100 % locale.

Bio Info : En une phrase, quel est votre souhait pour l’avenir ?

Franck Peiffer : Que le monde prenne enfin conscience que l’accumulation de produits synthétiques et pétrochimiques sur la peau et dans l’environnement n’est absolument pas anodin.

Rudy : Continuer à voir l’air émerveillé des enfants et des adultes lorsqu’ils sentent et essaient nos savons.

………………………………………………..

Propos recueillis par Julien Kaibeck (lessentieldejulien.com) dans le magazine Bio-info France du mois d’avril 2014 (bio-info.com). Julien à qui je dit un gros merci pour son engagement auprès de la « Slow Cosmétique » et la reconnaissance du Savon à Froid.

………………………………………………..

2 petits erratums toutefois dans la version papier :
1 – Je ne suis plus président de l’ADNS depuis 1 an ;-) Association Des Nouveaux Savonniers : Saponification.org
2 – Je n’ai jamais été en Inde, c’est Philippe qui me ramenait mes savons ayurvédiques indiens.

………………………………………………..

printemps-gaiia

Enfin débarrassé de la boue et des brumes d’un obscur hiver plus sale qu’il n’a été froid, je sors de trois mois d’apnée, délesté enfin des foutus onze kilos de cet autre qui fut moi, fruit d’un régime autocrate, surveillant comme une mère trop attentive mon alimentation, mon physique et surtout mon foutu moi « inside » !

Le truc dans les petites boites comme Gaiia c’est qu’il en va souvent de nos produits comme de nous même… Est-ce qu’un objet peut faire une petite déprime ? je ne sais pas, mais pour les savons Gaiia, j’ai appelé cela : « La méchante rupture de stock » ou « le reflet de mon incompétence » cela se passe parfois quand le produit se suicide, se trouvant peut-être trop beau dans le miroir, ne méritant pas ce qui lui arrive etc etc…
Les objets ont-ils peur eux aussi de la réussite ?

Mes savons, ces drôles d’objets organiques m’ont accompagnés dans de noirs dédales ou aucun Minotaure ne m’a permis de retrouver mon lustre en se sacrifiant pour ma propre rédemption, ou m’évitant la gestion inconséquente de quelques clients, ne trouvant ni excuses ni résilience au travers d’un remboursement Paypal incapable de laver tout mes affronts… Le seul monstre qu’il a fallut vaincre, c’est moi. Enlever la poussière accumulée sur mon lotus intérieur après en avoir retrouvé le chemin. Puis, reconquérir ma flamme, mon désir et ma passion pour repartir, agile et leste sur les ailes de « Gaïa ». A l’assaut de toutes les incohérences accumulées, des certitudes hideuses et regarder le monde enfin tel qu’il est et non comme je voulais qu’il soit.

Qu’il est doux camarade de poser la dernière pièce d’une armure désormais trop lourde, s’assoir à l’abri de soi, contempler l’architecture de son nouveau destin et se pardonner enfin en se laissant aller a la compassion, la sienne comme à celle des autres. Il n’y a aucune fatalité, nous écrivons nous même a l’avance l’histoire de notre propre « Karma » sans nous en rendre compte tout en laissant le mérite à des dieux (gourous / amis / conseil / famille) parfois trop égoïstes pour ce soucier d’autre chose que du chant de leurs propres gloires.

Je ne sais toujours pas si les objets ont une âme, mais l’aventure des savons Gaiia m’a sauvé de bien des choses, me permettant d’en apprendre plus sur moi que Freud, Lacan et même toi, Michel Onfray, auriez pu le faire en 10 ans de discussions quotidiennes. C’est mon printemps, le printemps du sens et du coeur, le printemps d’une démocratie intérieure retrouvée, un printemps où j’ai envie de tout dévorer en recrachant les pépins seulement là ou la vie pourra renaitre !

C’est le printemps des savons Gaiia, fabriqués en France par des savonniers de talent, le printemps d’une belle histoire Belge, drôle, tendre, ou notre nouvelle mythologie personnelle ne s’écrira ni dans la fureur ni dans l’impatience des inquiets.

C’est le sacre de notre printemps et de mon putain de feu sacré retrouvé…

 Alléluia camarades !

monopoly

Out of stock.

Cela n’aura pas échappé à nos fidèles clients, question savon dans l’e-shop c’est la « bérézina » !
Et autant vous dire la vérité, il en sera de même pendant encore au moins 6 semaines.
Je vais recevoir quelques savons la semaine prochaine, mais juste de quoi honorer quelques commandes magasins (merci Maitë entre autres pour ta patience) et livrer des commandes de ventes en réunion et les « Gaiia-Box » qui ont pris un peu de retard. Mais rien sur la boutique. Je me demande d’ailleurs si dans l’intervalle il vaut mieux enlever les produits du site ou bien les laisser en affichant « Rupture de stock temporaire »… Quelle est la solution la moins frustrante pour un client ?

Un sacré virage à négocier.

Pourquoi un tel trou dans l’espace temps ? Depuis que nous avons commencé cette aventure, il y a eu quelques ruptures sur certaines références, mais jamais le trou noir que nous traversons, alors oui, why, warum, pourquoi ?
Notre entreprise passe un cap, un virage, un palier, bref notre bébé grandit et il à grandit un peu trop vite ces six derniers mois. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, le succès nous freine. Avouons-le, ce succès-là nous le désirions ardemment mais nous / je l’ai mal anticipé. Mal anticipé en termes de stock, de trésorerie, de personnel etc… Dans ce virage-là, nous sommes donc obligés de freiner avant de re-accélérer…

Site en construction.

A Goa, la savonnerie était devenue trop petite pour les commandes à gérer. Philippe a implanté Gaiia en Inde et en Australie, Diane (solal.be) est officiellement notre distributeur exclusif pour la Belgique, les Flandres et le Luxembourg. Idem avec Elisabeth (biolander.com) en Pologne. Le nombre de magasins revendeurs et les ventes internet augmentent.
Sans compter Nathalie notre Ambassadrice Gaiia dans le nord qui aime tellement nos produits qu’elle ne peut s’empêcher d’en vendre des caisses aux pharmacies, mairies, amis, famille… Infatigable, même malade elle prêche la bonne parole Gaiia ! (Oulàlà ! ça fait un peu secte du « Mandarom » cette dernière phrase).

La savonnerie passe donc d’une vue sur la mer à une vue sur un vallon verdoyant avec chutes d’eau et rivière le tout aux normes ISO internationales. Philippe aura beaucoup plus d’aide et d’espace pour y fabriquer nos savons et faire que la production absorbe toutes les demandes.

Et en attendant on fait quoi ?

Personnellement, après m’être vengé de cette frustration sur de la nourriture un peu trop grasse, avoir retourné le truc dans tous les sens, je suis à présent dans la résilience la plus totale, Philippe lui est toujours aussi « Zen »… Le but étant, malgré cette rupture de stock, de faire avancer notre projet à notre rythme, au rythme de nos moyens comme de nos compétences et conserver intacte la foi qui nous anime.

6 semaines c’est super long, comment vais-je me laver !

Le risque bien sûr est de perdre un certain nombre de clients pendant ce délai de remise à niveau, mais je suis certain que les amoureux de la saponification à froid trouverons de quoi satisfaire leurs besoins chez certains de nos talentueux confrères avant de revenir chez nous, j’espère.

Les cosmétiques bio Gaiia sont dans la place.

La bonne nouvelle, c’est que notre gamme de cosmétiques bio « Made in France » est, elle, enfin disponible. Du coup, pendant les vacances forcées de nos savons je vais consacrer tous mes efforts pour vous faire partager les bienfaits du « layering » via nos « Protocoles de Soins démaquillant« .

Petit à petit Gaiia fait son nid.

La belle aventure Gaiia poursuit son chemin avec vous et si nous vous présentons nos plus sincères excuses pour ce léger contre-temps, on vous promet aussi qu’on va se  « déchirer » pour continuer de vous proposer de bons produits sains, naturels et engagés !

Signé : Franck, Philippe et tous ceux qui bossent avec amour pour Gaiia.

 

Un des objectifs fixés par l’ADNS (l’Association Des Nouveaux Savonniers) était d’organiser une action lors du plus gros salon du Bio en France, Marjolaine à Paris.  Le but : mutualiser les dépenses et les énergies pour présenter un savonnier membre de notre association par jour pendant les 10 jours du salon. C’était une première dans notre profession où nous considérons les autres savonniers comme des confrères et non comme des concurrents. Pourquoi ? Simple, ensemble nous sommes plus forts face à une industrie cosmétique qui nous/vous raconte des « bullshit* » tous les jours en vous incitant à continuer de vous tartiner le visage, le corps, les mains et le reste avec du pétrole, du plastique, de la parafine et du silicone ! Plus fort aussi pour vous faire connaitre notre mode de fabrication, la saponification à froid dont tout le monde s’entend aujourd’hui pour dire qu’il n’y a pas mieux pour obtenir un véritable soin lavant, doux, surgras et hydratant…

Les nouveaux savonniers, ne sont pas simplement des confrères qui se rassemblent au sein d’une association, ce sont surtout des artisans, des producteurs, des entrepreneurs et des passionnés responsables, convaincus que les questions environnementale et humaine doivent se poser avant la question de la rentabilité. Et ça marche !

Cette opération a aussi été l’occasion de mettre le pied à l’étrier à 4 nouveaux savonniers à qui nous souhaitons le meilleur  du meilleur. (voir les adresses et les noms de chacun sur le site de l’association : www.saponification.org)

Un énorme « poutou » (pas le syndicaliste, mais le truc qui claque avec la bouche ) à tous ceux qui ont participé à cette belle aventure et à tous ceux qui sont venus nous voir dimanche à Marjolaine : Amis, savonniers, nouveaux clients, anciens clients, blogueurs / blogueuses, pharmaciens, distributeurs, photographes, prêtres ouvrier, cosmonautes, rémouleurs de céleris, les dubitatifs et les passionnés… Désolé j’en oublie.

Rendez-vous « next time » sur un autre événement du même genre organisé par notre magnifique association.

*bullshit : Fadaises en Anglais châtié, ou conneries en Américain usuel.

Ou comment les rencontres de savonniers à froid organisés par l’ADNS (Association Des Nouveaux Savonniers) ont un effet « Love-Soap-Booster » sur tous les participants…

Ce 23 juin là, après Paris, Toulouse et Monflanquin, la caravane des passionnés de savon naturel à froid, de Slow Cosmétique et d’usages différents et raisonnés de produits de beauté c’est arrêté chez nous, à Chabeuil, dans la Drôme.

Pour nous, savonniers d’une nouvelle génération,  tradition et modernité se côtoient en parfaite harmonie pour apporter aux utilisateurs de nos savons le meilleur des principes actifs naturels trop longtemps délaissé par une industrie plus avide de rentabilité que de bénéfices clients. L’amour du bon produit et notre passion commune nous ont une fois de plus rassemblé afin d’échanger sur nos techniques, nos trucs, astuces et expériences.

Nos journées commencent toujours par un repas commun façon auberge Espagnole.

Il y avait,  du Comté 20 mois d’affinage, des patisseries Tunisiennes (et oui, on viens de loin pour nos rencontres, merci Taoufik!), des salades du jardin, du paté-croute aux truffes, des fraises au chocolat, des fromages de région, des préparation faites maison (Ail d’ours à l’huile d’Olive), des croustades de pommes…

C’est désormais une tradition, après le repas, chacun se présente, présente ses savons ou cosmétiques, évoque ses joies et ses retours d’expériences lors d’un tour de table où un sujet déclenche parfois de grandes discussions à baton rompu… Mais notre maitre Yoda (Il se reconnaitra) veille au bon déroulement des présentations.

Savons de Swanee (organisatrice en chef des rencontres) et de Taoufik (Savonnerie tunisienne : La main verte) Savon au lait de Chamelle…

Savons d’Olivier, de la Savonnerie Bourbonnaise, De Claude et Michael de Jurassens et ceux de Jeff et d’Olga…

Savons de Isa et jeff, puis dessous des oeufs savons de Taoufik!

Les savons Gaiia et ceux « Souvenir du maine » de notre amie Québécoise Marie-Jo.

Et tant et tant d’autres merveilles avec lesquelles votre serviteur ne se lasse pas de s’enivrer et de se laver depuis plus d’une semaine.

Et pour terminer, la photo de famille des savonniers présents ce jour là, de gauche à droite en commençant par le dernier rang :

Olga, Maria, Olivier, Claude Olivier « LE SAVONNIER CAIOLAIS », Jeff, Karine, Swanee, Claude, Sophie, Michael, Lucie, Marie-Jo, Sandrine, Céline, Michel, Franck, Taoufik « LA SAVONNERIE LA MAIN VERTE », Séverine, Isabelle.

Les conjoints et enfants de chacun étaient et sont bien entendu les bienvenue à nos rencontres. Comme vous pouvez l’imaginer nous avons passé une merveilleuse journée sous le soleil de la Drome et je n’ai qu’un seul regret, c’est que Philippe, le maitre savonnier de Gaiia n’ait pas pu venir, mais nous nous rattraperons lors de sa présence en juillet avec quelques surprises en prime!

D’autres rencontres seront bientôt organisés pour nos amis du nord, de l’est et de l’ouest que nous n’avons pas encore rencontrés « in the real life »…

D’autres articles sur cette journée :
Olga     http://www.histoiredunsavon.com/2012/06/rencontre-adns.html
Lucie   http://savonnaute.wordpress.com/2012/06/26/rencontre-face-au-vercors/
Céline   http://sealeha.canalblog.com/archives/2012/06/30/24611369.html

(Crédit photos: Sabine et karine)

Sous l’impulsion de Michel et de Swanee deux grands Saffeurs* devant l’éternel…


* Saffeur

Adjectif masculin singulier (Qui n’existe pas encore dans les dictionnaires)
1  – Relatif à la fabrication et au commerce du savon obtenu à froid par l’action d’une base sur un corps gras.
Nom masculin singulier (Qui sera un jour dans les dictionnaires)
2 – Savonnier qui fabrique et vend du savon à froid.


Une rencontre informel entre Savonniers à Froid, blogueuses et acteurs du métier était organisé juste apres le salon « Beyond Beauty », suivit d’un petit concours sympathique entre Saffeurs, Le Beyond Soap : Créer un savon spécialement pour l’occasion !

Petit 1 – Vu que les photos prisent de la soirée avec mon iPhone sont pitoyables et que Ka fée est venu avec son magnifique Canon 550D.

Petit 2 – Vu que Ka fée à déjà publié un super reportage sur la soirée et la présentation des savons avec tout pleins de photos réussies.

Petit 3 – Vu que je ne pourrais en dire plus, ou le dire mieux, je vous invite à aller voir son article directement sur son site : www.soapsession.com/blog/

Mises à jour du 19/09 :
Swanee aussi à écrit un article trés précis sur cette réunion : Voir son blog ici / www.byswanee.blogspot.com

Mises à jour du 23/09 :
Marie nous raconte les souvenirs de la soirée sur son site : secrets-cosmetiques.com

Et Kafée m’a gentiment accordé la permission de publier quelques photos de la soirée :

1 – Un des gagnants de la soirée : Le savon de Raphael.
La tour Eiffel est peinte à la main avec du beurre de cacao sur du papier sulfurisé et tatoué sur le savon lors de la saponification !

2 – L’autre savon gagnant, celui de Swanee (envoutant).
Basé sur une boisson Antillaise « le décollage » à base de Rhum, lait de Coco, Citron vert et sucre de canne !

Ce sont deux savons extrêmements créatifs qui ont fait l’unanimité.

(Source photo noir & blanc : Life magazine / Natahlie Wood et Warren beatty)
(Source photo couleurs Kafée : Life magazine / Natahlie Wood et Warren beatty)

Vu que que le salon de la cosmétique « Beyond beauty » se déroulait au même endroit et les mêmes jours que le salon de l’e-commerce à Paris, j’ai fait les deux salons la même journée pour finir par une formidable soirée ou quelques savonniers à froid ont débattus autour de Croze hermitage, de pizzas et de gateaux fait maisons…

Ces trois événements méritent un article chacun et, après l’avoir lu, j’aurais encore un article à écrire sur le livre d’un des savonnier à froid historique en France : Michel Pobeda (qui nous recevais dans sa boutique Codina hier soir) et son ouvrage « Les bienfaits des huiles végétales » Marabout éditeur.

Commençons par le salon de l’e-commerce 2011 :
Si l’année dernière la grande question était « Magento ou Prestashop ? » cette année, tout ce qui touche au M-commerce semblait être à l’honneur. Pour ma part j’ai été séduit par une solution de paiement via son numéro de téléphone portable : www.buyster.fr.
Cette solution semble trés trés simple à installer sur son e-shop et pour l’avoir testé elle parait rapide et fiable. Pour le client c’est « easy », il possède un compte et un code secret un peu comme sur un compte Payal et au moment de payer, il donne son numéro de portable à la place du N° de CB… Secure, efficace donc à suivre (Je crois que je vais l’installer sur notre e-shop).

Autre grosse mise en avant : Les logisticiens du type délégation e-commerce, transporteurs, gestion des retours, externalisations  etc…  182 exposants rien qu’en Logistique / Transport !

Une autre chose m’a aussi beaucoup étonné, c’est la profusion de goodies offerts sur cette session 2011, des sacs, des badges, des stylos, des boites de bonbons… En fait c’était le salon du cadeau d’entreprise ;-) Non sérieusement il y a longtemps que je n’ai vu une telle profusion d’objet publicitaire sur un salon !

J’ai aussi retrouver Fred de fmconseil.com qui m’a parler de son nouveau projet (déjà fonctionnel) qui permet d’économisez jusqu’à 15 % sur votre facture Coliposte.
14 % des colis ont été livrés hors délais en 2010 (source Coliposte).
Vigicolis.com détecte automatiquement vos colis hors délais ou non livrés, et vous permet de lancer des réclamations auprès de votre transporteur et de vous faire rembourser. Fred m’a donné quelques codes pour tester la bêta privée gratuitement et je vous les fait passer à mon tour : 020REP –  018NYH – 019FYO.

Une spéciale dédicace pour le sourire et la gentillesse d’Olivier Arly sur le stand de blog-ecommerce.com (c’est l’autre Olivier de l’équipe).
A l’accueil et aux explications des wizishopiens et au sourire du stand iAdvize

Et pour terminer, quand je vois l’explosion  de ce salon en quelques années, je me demande comment de futurs e-commerçants arrivent à s’y retrouver dans cette jungle de stands. Il est clairement impératif de préparer un tel salon à l’avance en déterminant bien ses besoins, commencer l’identification des futures prestataires en amont pour gagner du temps. J’ai l’impression que ceux qui sont venus la fleur au fusil sont partis au case pipe !

Ah oui aussi ! Les 5 pères Noël vert et goguenards de chez oney.com étaient juste insuportables. Je devais aussi assister à la remise des E-Commerce Awards 2011 mais à 18h00 j’étais avec mes amis savonniers à froid.

PS : Les éponges ont été « sourcés » au salon « Beyond Beauty ». Il faut bien y mettre des produits dans notre e-shop pardi !

Non, en ce début d’été chez Gaiia nous ne sommes pas allongés, alanguis dans de profonds hamacs en sirotants des Piña Colada avec un petit parasol dans le verre ! On serais plutôt à se triturer les méninges pour répondre à une mini-problématique à laquelle tout utilisateur de savon sera un jour ou l’autre confronté. Le challenge pour nous étant de concevoir un produit durable et à faible impact écologique. Mais chut ! j’en dirais plus bientôt.

J’en profite pour donner quelques news un peu plus concrétes :
Un nouveau venu participe désormais à l’aventure Gaiia, il s’agit d’Alex , un commercial indépendant déjà bien implanté sur notre secteur d’activité. Alex vas nous aider à développer notre marque au travers d’un réseau de magasins et de para-pharmacies dans tout le grand nord de la France.

Et puis après plusieurs tests convaincants, nous avons décidés de nous ouvrir à la vente en réunion dés fin aout. Nous recruterons des Ambassadeurs et des Ambassadrices Gaiia pour organiser des ventes à domicile et franchement les résultats des premiers tests sont prometteurs. Rendez-vous donc fin aout pour vous inscrire si cela vous intéresse.

De bien moindre importance, mais que j’attends avec impatience, nos premiers portes savons en Bois de Sheesham (Dalbergia Sissoo) un bois présent dans les contreforts de l’Himalaya. Plus connu sous le nom de “Bois de rose des Indes » ou « Palissandre des Indes » c’est un bois de couleur sombre qui mettra bien en valeur les savons Gaiia et les protégera de l’humidité.

Toujours dans les tuyaux pour le milieu de l’année, les savons Gaiia de 25 grammes et un savon fabriqué à base de plantes qui ne poussent que à Goa et nul part ailleurs dans le monde et que nous avons appelé sobrement « Savon de Goa ».

Le Savon de Goa est une marque et un nom de domaine déposé.

Une année qui s’annonce donc riche en nouveautés… Bonne vacances à ceux qui y sont, et bon courage à tout les autres !

Dans le cadre de son développement commercial, Gaiia recherche des commerciaux indépendants dans le domaine de la cosmétique bio et naturel. Dans l’ideal, ils disposeraient déjà d’un catalogue et de clients à sensibilité  bio, naturel ou éco-durable.

Si vous voulez nous aider à développer la marque Gaiia et la Saponification à Froid par extension, ou si vous avez dans vos connaissances quelqu’un susceptible d’être intéressé, n’hésitez pas à nous contacter (Voir la page contacts).