COSMÉTIQUES AUTO-CONSERVÉS KÉZAKO ?

Depuis quelques temps certaines marques (surtout LUSH) communiquent puissamment sur l’allégation Produits / Cosmétiques auto-conservés. Ce matin, la « boss » d’un magasin voulant revendre nos savons me posait même la question :

Vos savons à froid sont-ils auto-conservés ?

La réponse est oui mais mérite un peu d’explication pour dégonfler le ballon :-)
Tous les savons peuvent être considérés comme des produits auto-conservés ce qui veux dire en clair, sans conservateurs ajoutés à condition qu’ils ne contiennent pas de molécules citées à l’annexe V ou considérées comme conservateur au regard du règlement européen sur les cosmétiques. En allant un peu plus loin, tous les cosmétiques Gaiia, sans eau comme nos baumes déodorants et nos savons à froid peuvent aussi se targuer d’être auto-conservés puisque ils n’ont pas besoin de conservateurs.
Je trouve ça un peu pompeux comme argument marketing, tout cela dans le seul but de se différencier des concurrents qui utilisent la terminologie « sans conservateurs » évidement.

Pourquoi nos savons surgras pourraient aussi se dire auto-conservés ?

L’absence d’eau dans nos savons et nos baumes (ou en quantité infinitésimale) réduit ou supprime le risque de développement bactériologique d’une part. D’autre part, des ingrédients (comme certaines huiles essentielles, des argiles…) ou le produit lui même (le savon par exemple) remplissent la fonction de conservateur antimicrobien et se suffisent à eux même.

Je conclurais par un conseil tout simple pour ceux qui cherchent des cosmétiques exempts de conservateurs : Choisissez des cosmétiques sans eau ! c’est déjà un bon début :-)


FOCUS SUR LES EXTRAITS ACTIFS DE NOS SAVONS AYURVEDIQUES !

Les savons Ayurvédiques Gaiia sont des savons à froid traditionnels enrichis avec 6,5% / 7,5% d’huiles végétales. Ils contiennent 7,5% de glycérine végétale produite naturellement au cours de notre processus de fabrication à froid. Spécialement formulés pour les peaux sèches / sensibles / grasses en Inde à Goa par un maitre savonnier français Philippe Maradan en collaboration technique avec le Dr Vikram Andrew Naharwar du laboratoire Ayurvédiques Amsarveda, leader mondial dans les produits naturels Ayurvédiques depuis plus de 53 ans.


LES ACTIFS DE NOTRE SAVON AYURVEDIQUE VATA

Pour peaux sèches

Aloe barbadensis (Aloe vera)

l’Aloe vera est l’une des plantes les plus populaires dans la cosmétologie moderne. Toutefois, seuls quelques extraits sont réellement utiles. Les qualités hydratantes de l’Aloe vera sont légendaires et notre extrait contient plus de 50% de polysaccharides reconnues pour leurs propriétés hydratantes et protectrices.

 

 

 


 

huile de graines de Moringa

L’huile de graines de Moringa est très riche en acides gras insaturés et possède des propriétés anti-septique et des propriétés anti-inflammatoires. Elle est utilisée pour traiter les brûlures, les blessures, les piqûres d’insectes.

 

 

 


Glycyrrhiza glabra (Réglisse)

L’une des plantes les plus polyvalents de la nature, un édulcorant naturel, anti-ulcéreux, anti cancer et aussi l’un des ingrédients les plus puissants dans la cosmétologie moderne. Ses propriétés anti-oxydantes protègent la peau, ses propriétés anti-inflammatoires aident à la guérison des éruptions cutanées, traitement de l’eczéma et participe à la régulation de sébum dans la peau.

 

 

 


Centella Asiatica

Une plante populaire en cosmétologie moderne, cicatrisante, antibactérienne et régénérante utilisée pour faire des crèmes cicatrisantes, anti-vergetures… ses extraits ont la capacité d’augmenter la synthèse du collagène et de prévenir et réduire rides et ridules. Cet extrait très efficace est utilisé dans nos savons.

 

 

 


LES ACTIFS DE NOTRE SAVON AYURVEDIQUE PITTA

Pour peaux sensibles / mixtes

Aloe barbadensis (Aloe vera)

l’Aloe vera est l’une des plantes les plus populaires dans la cosmétologie moderne. Toutefois, seuls quelques extraits sont réellement utiles. Les qualités hydratantes de l’Aloe vera sont légendaires et notre extrait contient plus de 50% de polysaccharides reconnues pour leurs propriétés hydratantes et protectrices.

 

 

 


Rubia cordifolia (Manjistha)

Aussi connu sous le nom de Garance indienne, cette plante est utilisé dans les maisons indiennes depuis des milliers d’années et est réputé pour donner de l’éclat à la peau. Elle s’utilise en cataplasmes pour réduire les inflammations cutanées et est efficace en cas de dépigmentation ou pour soulager les brûlures.

 

 

 


Azadirachta indica (Neem)

Huile de Neem est anti-bactérienne et anti-fongique. L’utilisation de l’huile de Neem dans nos savons à froid sert à deux utilités. elle possède des propriétés anti-bactériennes et antifongiques pour ceux qui ont de l’acné et d’autres problèmes de peau ainsi que l’ajout à la teneur en acides gras naturels du savon en le rendant incroyablement doux et doux.

 

 

 


Hemidesmus indicus (Anantmool)

L’Anantmool est largement utilisé pour atténuer les imperfections cutanées. C’est un excellent nettoyant pour la peau qui apaise les irritations et irruptions cutanées et aide à guérir les cas modérés d’acné. L’extrait de cette plante enrichi le savon avec une solution très efficace pour les imperfections et l’équilibrage du dosha pitta.

 

 

 


Hedychium spicatum (Kapoor kachri)

Communément appelé le lys de Gingembre, a une place spéciale en Inde pour la peau et les soins capillaires. Son odeur séduisante à la réputation d’apaiser le dosha pitta et est incluse dans la plupart des formulations de produit de soins de la peau en Inde. En calmant le dosha agressif de pitta, cet extrait apaise la peau enflammée par son action anti-inflammatoire.

 

 

 


LES ACTIFS DE NOTRE SAVON AYURVEDIQUE KAPHA

Pour peaux grasses

Rubia cordifolia (Manjistha)

Aussi connu sous le nom de Garance indienne, cette plante est utilisé dans les maisons indiennes depuis des milliers d’années et est réputé pour donner de l’éclat à la peau. Elle s’utilise en cataplasmes pour réduire les inflammations cutanées et est efficace en cas de dépigmentation ou pour soulager les brûlures.

 

 

 


Pterocarpus santalinus (bois de Santal rouge)

L’une des plantes les plus réputés pour les soins de la peau, l’extrait de bois de santal rouge favorise un teint éclatant et aide dans la résolution des problèmes d’acné.

 

 

 

 


Mentha piperita (menthe poivrée)

La Menthe Poivrée est un anti-bactérien et un anti-inflammatoire. Rafraîchissantes, apaisantes, astringentes, purifiantes et toniques, la Menthe Poivrée permet aussi d’apaiser les irritations, les démangeaisons, les rougeurs et les coups de soleil.

 

 

 

 


Garcinia indica seed butter (Beurre de Kokum)

Le beurre de kokum possède d’excellentes qualités d’agent émollient (assouplit et adoucit la peau) et ne laisse pas la peau grasse lorsqu’il est appliqué.

 

 

 

 


Simmondsia chinensis oil (Huile de Jojoba)

L’huile de Jojoba est unique car très proche du sébum humain. Calmante et assouplissante, cette huile pénètre facilement dans la peau sans laisser de sensation de gras. Elle protège la peau contre la déshydratation et les rides.

 

 

 

 


C’est long, si long et un jour c’est bon

cure-gaiia-alep

Mais pourquoi c’est si long entre deux ruptures de stock !
C’est quoi cette « cure* » dont vous nous parlez tout le temps, à quoi ça sert ?

Pourquoi attendre entre quatre à six semaines avant de pouvoir vendre vos savons à froid.

1 – L’EVAPORATION
L’eau est nécessaire pour faire du savon, mais une fois réalisé, notre savon n’en à plus besoin. La période de « cure* » nous permet de laisser à l’eau le temps de s’évaporer au maximum.

2 – LE BONIFIER
Comme le vin et le fromage, les savons à froid se bonifient avec le temps. Les faire vieillir, c’est les faire durcir, c’est les rendre aussi plus doux pour la peau.

3 – PLUS RICHE EN MOUSSE
Nos savons seront aussi bien plus riche en mousse et crémeux au bout de six semaines que de quatre. Et pour les plus patients, si vous pouvez les garder chez vous au sec, à l’abri de la lumière, c’est au bout de six mois qu’ils s’exprimerons le mieux tout en étant encore plus dur et plus long à fondre.

Cette période de cure à la savonnerie est donc fondamentale pour obtenir un bon savon à froid, doux, hydratant et surgras. Nos savons demandent beaucoup de temps et de patience pour délivrer au final un soin lavant d’une grande qualité dermatologique et environnementale.

*Cure : Période de séchage à la savonnerie juste après la fabrication des savons à froid sur des étagères aérées dans une salle spéciale.

 

cure-gaiia

Pourquoi nous ne voulons pas de label Bio

no

Dans un monde normal…

Dans un monde normal, un honnête homme n’a pas à déambuler dans la vie affublé d’un t-shirt imprimé en gros caractères Helvetica Neue : « JE SUIS UN HONNETE HOMME, VOUS POUVEZ ME FAIRE CONFIANCE » !

Dans un monde moral…

Dans un monde moral, nous n’aurions pas à signifier que l’on fait bien des choses et qu’on tend à les faire bien, ce serait une évidence.

Dans un monde humble…

Dans un monde humble, l’artisan livrerait sa tâche quotidienne. Tout le monde saurait que de part sa fonction et l’humaine dimension de son oeuvre, il ne trahirait jamais la matière au bénéfice du matériel.

Dans un monde glorieux…

Dans un monde glorieux, nous serions tous les héros d’un quotidien simple où nous aurions le pouvoir de changer le monde, celui d’être des « Bruce Willis », des « Han Solo », des « Pierre Rabhi », des « Claude et Lydia Bourguignon »… aptes à sauver la planète en de multiples répétitions, à nos rythmes, simplement avec les cinq prochains euros de notre porte monnaie et de notre libre arbitre retrouvé.

Dans un monde réaliste…

Dans un monde réaliste, nous interdirions toutes les productions dangereuses pour la santé et l’environnement, sans aucune putain de concession, et je devrais jeter mon iPhone et mon Imac aux orties tant que leur production restera sujette à caution !

Dans un monde Bio…

Dans un monde Bio, tout serais 100% bio parce qu’il n’y a pas d’autre choix, pas d’autre voie. Dans un vrai monde bio, l’humanité, la faune et la flore aussi auraient une vraie place,  bien au centre. L’humanité oeuvrerait pour elle même, dans sa globalité, sans restriction et le seul sanctuaire, la seule divinité serait notre terre.

Dans un monde logique…

Dans un monde logique, il n’y aurait ni Dîme, ni Gabelle, ni redevance à payer pour prouver que l’on produit de la qualité puisque tout le monde y serait tenu par conviction et / ou éducation.

La politesse sauve le monde mais les concessions elles, oeuvrent à sa destruction quand la raison nous fait écrire poubelle sur une poubelle et jamais trésor sur ce qui fait la vie.

Non, nous n’avons pas besoin de label Bio, parce que nous le sommes vraiment et que nous sommes bien plus encore !

7 astuces pour recycler vos petits bouts de savons en s’amusant !

savons-doux

Quand il ne reste plus que quelques petits bouts de vos précieux savons échoués sur le bord de la baignoire, rabougris, secs et tristes de ne plus avoir vos faveurs le matin, avant de les jeter, faisons le tour de quelques alternatives économiques et récréatives pour les réutiliser :

1. Créez des boules de savons décoratives.

soap-balls

Comment faire des boulettes de savon avec tous vos petits morceaux tout ramassés ?
Easy ! Les râper, ajouter un peu d’eau chaude pour faire des copeaux suffisamment malléable et façonner des boules à la main un peu comme les boulettes de tante Danielle. Assurez-vous de les stocker dans un endroit où ils peuvent tranquillement sécher et durcir pendant une semaine ou deux et le tour est joué.

2. Faire un savon exfoliant.

Trouver des petits sacs en filet, puis remplissez les de morceaux de savons. La combinaison des mailles et du savon rend l’ensemble idéal pour exfolier votre peau en douceur.

3. Transformer les en vrai savon liquide.

Comment faire votre propre savon liquide avec des reste de savons solides ?
Pour commencer, ramassez quelques morceaux de savons et mettez les dans un mixeur avec un peu d’eau tiède. Mélangez pendant environ 20 secondes sur un réglage moyen jusqu’à l’obtention d’une texture crémeuse, ajouter plus d’eau si nécessaire et vous voilà avec du savon liquide, dingue ! Mais attention, comme ce savon liquide là ne contient aucun conservateur,  je vous conseille de l’utiliser dans les jours suivants ou d’ajouter quelques gouttes de conservateur naturel comme du « Cosgard » pour le garder plus longtemps.

4. Rafraîchir vos vêtements stockées.

Beaucoup d’entre nous stockons à l’écart les vêtements d’une saison à l’autre, comment éviter les petites odeurs de renfermé ? Facile ! Laissez simplement des morceaux secs de savons parfumés dans les tiroirs ou l’armoire. Cela permet de retrouver une bonne odeur fraiche et propre quand vous les sortirez à nouveau dans quelques mois.

5. Soyez Rasoir.

homemadesoap

Hommes et femmes peuvent faire usage des restes de savons pour se raser la barbe ou les gambettes, cela mousse moins qu’une crème de rasage standard, mais la glisse et l’hydratation seront meilleures. Comme pour les boulettes, vous pouvez chauffer vos copeaux de savons avec de l’eau puis couler le mélange dans des bols et laisser le tout sécher tranquillement. (prévoir un blaireau pour l’utilisation)

6. Prendre un bain relaxant.

bath-tub-caddy

Pourquoi gaspiller de l’argent avec des huiles de bain ? Sortez votre râpe à nouveau et jeter les copeaux de savon parfumé dans l’eau chaude pour une soirée de détente. (N’oubliez pas les bougies et le vin).

7. Faites des savons ludiques.

– Mettez tout vos petits morceaux de savons dans le pied d’une paire de vieux collants couper-nouer pour obtenir une jolie patate de savon :-)

– Vous pouvez aussi mouiller vos bouts de savon à l’eau tiède et les coller sur une jolie corde un par un pour obtenir un savon à pendre au dessus d’un robinet dans le jardin par exemple.

– Ou aussi utiliser nos sacs en bambou par ici…

Donnez une seconde chance à vos savons :-)

Sinon, si vous n’avez ni le temps ni l’envie, ou simplement que vous trouvez mes idées stupides ou digne d’un atelier maternelle, pas de problème, une fois vos savons usés jusqu’au bout, repassez une commande chez Gaiia :-)

insta


Source photos :
Les boules de savons : Source Image : http://appalachianheritagesoaps.com/blog/2011/11/17/bulk-soap-making-soap-balls/

Les sacs filest : Image source : http://www.consciousbath.com/index.php?p=1_12_Gift-Packages-Accessories

Les savons liquides : Image source : http://www.onegoodthingbyjillee.com/2012/06/make-your-own-resort-quality-liquid-hand-soap-for-pennies.html

Vous laveriez-vous le visage, le corps, les cheveux avec du liquide vaisselle ?

C’est pourtant ce que vous faites tous les jours sans le savoir !

cusl11_hitchcock0803jpg-631x250

Derrière ce titre et ce sous-titre volontairement tapageurs se cache pourtant une vérité qui pour être démontrée n’a besoin que d’une simple lecture de la liste des ingrédients des divers produits se trouvant dans votre cuisine et votre salle de bain.

Etiquetages et obligations légales :

Avant d’attaquer notre démonstration, il faut signaler que les liquides vaisselles ne sont pas soumis au mêmes obligations légales en matière d’étiquetage que les savons, les gels douche ou les shampoings.

– Les premiers (les liquides vaisselle) étants considérés comme de simples détergents, la réglementation leur impose seulement d’indiquer le type et les pourcentages d’agents tensioactifs (agents lavants synthétiques) employés du genre : 5% ou plus, mais moins de 15 % d’agents de surface anioniques, liste illisible donc pour les consommateurs, étonnant flou artistique pour un des produits entrant quotidiennement en contact avec les mains donc la peau.

– Les seconds (savons, gels douche etc…) sont considérés comme des cosmétiques, ils ont donc l’obligation d’afficher la liste des ingrédients sur les emballages et/ou flacons.

Tous les mêmes et y en à marre !

Alors, quelle peut donc être la différence entre votre liquide vaisselle portant la mention « ultra-dégraissant » et votre gel douche préféré à la fleur de Tiaré ? AUCUNE ! Oui je sais, c’est violent, j’ai eu la même réaction il y a quelques années en me rendant compte que finalement, je me lavais les cheveux et le corps avec du vulgaire « Paic Citron » ! Aie ! Ouch ! Truc de dingue…

Démonstration :

En quoi sont t-ils tous identiques : Simple, c’est la même composition de base, de l’eau et un ou plusieurs agents de lavage (tensioactifs ultra-dégraissants et reconnus comme irritants) des surfactants pétrochimiques répondant aux doux noms de SLS (Sodium Laureth Sulfate ou Sodium Lauryl Sulfate). Suivent les conservateurs, les colorants et les parfums synthétiques.

Des compositions identiques donc avec simplement des textures des couleurs et des odeurs différentes selon les usages.

Voici pour la démonstration les 6 premiers ingrédients donc les plus importants en terme de quantité entrant dans la composition de 3 produits standards :

touslesmemes
Rappelons que les ingrédients sont classés selon l’importance de leur présence dans le produit. Donc les deux ingrédients majoritaires de ces trois produits sont l’eau (AQUA) et le même tensioactif pétrochimique irritant (SODIUM LAURETH SULFATE). Ces trois produits ont donc en commun le même agent nettoyant.

Edifiant non ?

C’est pourtant la triste et stricte vérité, les industriels qui fabriquent des produits d’hygiènes nous prennent pour des « gogos » depuis des décennies. Ils ont, à partir du seul et même produit composé d’eau et de Sodium Laureth Sulfate fabriqué et segmenté des dizaines de produits ou seuls changent les étiquettes et le discours autour d’un ingrédient ou d’un principe actif représentant souvent 1% du produit. Exemple en haut : A la framboise de la vallée du Rhône… ;-)

Alors oui, tous ceux d’entre nous qui se lavent avec des produits liquides sont en droit de poser la question :

Est-ce que toute ma famille, bébé y compris se lave avec du « Paic Citron » ?

Et ben oui, il y a de fortes chances :-(

Question bête, les marques de liquide vaisselle nous conseillent souvent d’utiliser des gants en caoutchouc vu que les produits « ultra-dégraissants » risquent d’être un tantinet irritant à l’usage. Mais vu que la « compo » d’un gel douche ou d’un shampoing est la même qu’un liquide vaisselle de base, dois-je me laver le corps avec des gants « mapa » ? J’en « lolelerais » bien si ce n’était pas si grave et s’il n’y avait pas autant de personnes victimes d’allergies à cause de l’utilisation de produits lavants trop irritants.

times-wash

Quelles sont les alternatives ?

Pour la cuisine et la vaisselle, il y a aujourd’hui beaucoup de PME françaises qui proposent des produits moins agressifs pour la peau sans SLS, souvent « bio » et moins polluants, il suffit de chercher un peu sur internet.

Du coté de la salle de bain, du savon, du savon et encore du savon bien entendu et de préférence doux, surgras et à froid, mais pour tous ceux qui ne peuvent se passer de produits liquides, apprendre à lire la liste des ingrédients (INCI) est presque devenu une obligation pour différencier le « cracra » du moins « cracra » et du pas « cracra » du tout. Préférez toujours des produits liquides proposant des alternatives aux tensioactifs pétrochimiques trop agressifs et irritants, et privilégiez plutôt des tensioactifs plus doux comme par exemple les « Glucoside » et les « Glutamate » : Coco Glucoside ou Lauryl Glucoside, Sodium Cocoyl Glutamate…

Ne plus acheter vos produits liquides au supermarché, mais se diriger plutôt vers des magasins « bio » même si certains labels « bio » sont plus tolérants que d’autres en matières de tensioactifs synthétiques et autorisent malheureusement trop souvent l’Ammonium Lauryl Sulfate. Alors que logiquement, les cosmétiques bio devraient remplacer les tensioactifs agressifs par des tensioactifs doux, non ioniques, mais les logiques industrielles empruntent souvent des chemins opposés au bon sens et aux intérêts des consommateurs.

La MarketPlace « Slow Cosmétique »

Pour des achats en toute sécurité, rendez-vous les yeux fermés  sur la toute récente marketplace de la « Slow Cosmétique » : www.slow-cosmetique.com où vous pourrez choisir des gels douche ou des shampoings doux portants tous la mention « Slow » comme tous les autres produits et marques récompensés par cette énergique et active association de consommateurs. Vous y retrouverez aussi les savons Gaiia qui ont obtenu une mention pour la deuxième année consècutive avec 2 étoiles, oui m’sieur dame, on en est pas peu fiers !

A voir aussi : GEL DOUCHE : COMMENT CHOISIR ?

Diffusé dans l’émission la Quotidienne le 15/05/2015 sur France 5. Les premières images montrent comment tous les produits d’hygiène liquides sont fabriqués industriellement. Et puis cela me fait plaisir parce que l’adresse de l’Association des Nouveaux Savonniers (l’ADNS) www.saponification.org à été citée plusieurs fois par les journalistes de l’émission devenus presque tous utilisateurs des savons surgras à froid et ils en vantent joyeusement les mérites à la fin de la chronique :-)

thomas

Et puis, pour conclure et même si cela n’a rien à voir avec le sujet, attention, les flacons de tous ces produits liquides sont difficiles à recycler et génèrent beaucoup de pollution et de dépenses énergétiques lors de leurs fabrication.

La toilette de bébé au savon à froid !

baby-legs

La peau si particulière de bébé.

La peau délicate des bébés et des jeunes enfants est environ trois à cinq fois plus mince qu’un adulte. La peau du nourrisson est aussi beaucoup plus perméable que la notre, ce qui signifie qu’il absorbe plus facilement tout les produits appliqués sur sa peau (lotion, gel douche, shampoing, savon…). C’est une des raisons pour laquelle nous voyons tant de bébés atteints d’eczéma et d’autres irritations de la peau suite à l’application répétée de produits lavants synthétiques à base d’ingrédients irritants.

Tous les parents veulent le meilleur pour leurs bébés, nous devons donc être très prudent parce que leur peau est encore en développement et elle aura besoin d’au moins trois années pour se renforcer et assurer pleinement son rôle de barrière protectrice. Sans cette couche de protection, la peau des bébés est beaucoup plus sensible aux produits chimiques contenus dans les produits de nettoyage synthétiques et pétrochimiques que nous utilisons.

Si votre tout petit a des problèmes d’eczéma, de démangeaisons, d’éruptions cutanées ou d’autres signes d’irritation de la peau, la première chose à faire pour en traquer la cause est de commencer par l’état des lieux des produits lavants dans votre salle de bain…

Des ingrédients toxiques dans les produits pour bébé.

Par exemple, si dans la liste des ingrédients (INCI) d’un des produits utilisés pour bébé vous trouvez dans les premières positions du Sodium Lauryl Sulfate (SLS), jetez le directement à la poubelle ! Le SLS un agent de nettoyage largement utilisé dans les détergents et produits de soins du corps. C’est un puissant détachant également utilisé pour créer de la mousse, il est souvent utilisé dans les bains moussants pour enfants. Les SLS peuvent être absorbés par la peau et pénètrent les tissus systémiques tels que le cerveau, le cœur, la rate et le foie. Vérifiez les étiquettes des produits et évitez à tout prix cet ingrédient comme son proche cousin le Sodium Laureth Sulfate.

Des marques épinglées par 60 millions de consommateurs.

Au mois d’octobre 2014 un article du magazine « 60 millions de consommateurs » a fait beaucoup de bruit dans les familles : Hygiène et soin du bébé : une liste de vingt-huit produits à éviter !

52 formules de produits d’hygiène et de soin pour nourrissons ont été testés. Bilan : 28 d’entre eux sont à proscrire en raison de la présence de composants irritants. Uniquement des produits de grandes marques qui continuent à intégrer des perturbateurs endocriniens, des molécules toxiques et des composés allergisants dans des produits pour les bébés. Pratiquement tout les articles de bébé sont concernés, lingettes, gels lavants, crèmes, laits nettoyants, eaux nettoyantes, eaux micellaires. Des marques aussi réputées que Mixa, Bébé Cadum, Nivéa Baby, Corine de Farme, Prim’âge ou Klorane ont ainsi été épinglées par leur étude.

Propylparabène, phénoxyéthanol, méthylisothiazolinone : on trouve ces substances chimiques aux noms improbables dans un grand nombre de cosmétiques. Or, les scientifiques et les médecins mettent de plus en plus en garde contre les risques qu’elles présentent. Les bébés y sont particulièrement sensibles, parce qu’ils sont en plein développement et ont une faible capacité de détoxication.

– 60 millions de consommateurs –

La peau de bébé étant très vulnérable et cette fragilité la rendant plus particulièrement sensible aux agressions extérieures, il faut éviter à tout prix de la mettre dès la naissance en contact avec des ingrédients toxiques et irritants. Cela semble être le bon sens le plus élémentaire et pourtant, tous les jours, nos bébés sont tartinés avec des substances pétrochimiques douteuses et potentiellement toxiques. Ne culpabilisons pas, prenons simplement le virage du vrai bons sens et du naturel pour laver et chouchouter la peau de nos bébés avec plaisir et douceur.

Des alternatives aux produits synthétiques industriels ?

Il existe heureusement des alternatives naturelles, simples et très économiques aux produits d’hygiène pétrochimiques mais cette liste de produits lavants « sains » pour bébé est vraiment très très courte…

  • Un liniment oléo-calcaire. (Mélange d’huile d’olive et d’eau de chaux)
  • Un savon à froid surgras, à base d’huiles végétales. (Sans huiles essentielles)

Les propriétés de notre savon surgras « unique très doux »

Dès la naissance, notre savon surgras « unique très doux » est idéal pour l’hygiène quotidienne des peaux fragiles et délicates grâce à son pourcentage de surgras élevé : 7,5%  et de son taux de glycérine naturellement présent .

  • Le corps et le visage sont délicatement nettoyés en douceur .
  • La peau est hydratée et adoucie grâce à la glycérine naturelle (effet émollient).
  • Pas d’effets desséchants ni de sensation de tiraillement.

Grâce à sa formule ultra-douce notre savon surgras « unique très doux » aide à renforcer la barrière cutanée de bébé et à préserver sa peau tout en la nourrissant grâce aux huiles végétales (vitamines, acides gras… ) non saponifiées.

savon-bebe

 

Comment utiliser nos savons doux avec bébé :

Après avoir mouillé le corps et le visage de bébé à l’eau tiède :

  • Faire mousser notre savon surgras « unique très doux » soit entre vos mains, soit avec une éponge naturelle comme une éponge Konjac par exemple, sa mousse est épaisse et particulièrement onctueuse.
  • Appliquer la mousse sur la peau de bébé et frottez-le délicatement puis rincez. Vous verrez comme il se rince très facilement et laisse la peau de bébé souple et douce.

Notre savon surgras « unique très doux » peut être utilisé dès la naissance (excepté contre-indication médicale).

Crédit photo N/B N°1 : http://blog.ecostore.co.nz/2012/03/02/the-right-laundry-liquid-for-your-baby/


Mise à jour du 27 avril 2015 :

A voir absolument, le sujet de Julien Kaibeck dans l’émission La Quotidienne sur France 5  du 27 avril 2015 et qui exactement dit la même chose en citant aussi en exemple les vertus du savons à froid pour la toilette et le soin de bébé !

soin-de-bebe

DES COSMÉTIQUES POUR LES BÉBÉS : INFO OU INTOX ?

Prendre soin de son bébé

Les rayons des cosmétiques pour bébés sentent bon la douceur, et ils ont le vent en poupe. On y plonge aujourd’hui avec Julien : les produits pour bébés sont-ils réellement plus doux ? Qu’est-ce qui les caractérise ? Et quels soins au naturel choisir pour bébé ?…
http://www.france5.fr/emissions/la-quotidienne/a-la-une/des-cosmetiques-pour-les-bebes-info-ou-intox_323877


Mise à jour du 13 mai 2015 :

les-maternelles

Notre savon tout doux « l’unique très doux » lors de son passage dans l’émission Les Maternelles sur France 5 le 29 avril, merci Carole Tolila pour cette chouette présentation !


Notre coffret ultra-doux pour bébé !
coffret de savons doux pour bébé

7 RAISONS POUR ADOPTER UN SAVON À FROID

savon-surgras

Avant d’énumérer toutes les raisons pour lesquelles nous devrions tous et de toute urgence passer aux savons à froid, un rapide constat s’impose à commencer par cette question :

Croyez vous que ce que vous mettez sur votre corps, puisse pénétrer dans votre corps ?

Savez-vous vraiment quelles sont les substances qui composent votre gel douche / shampoing / savon industriel préféré ? Savez-vous si ces ingrédients sont sans danger, ne pénètrent pas dans votre peau et surtout, si l’on vous démontrait la dangerosité de certains des ingrédients de vos produits de douche, seriez-vous prêt(e)s à passer un peu (beaucoup) de temps dans la quête du produit lavant sain idéal ?

Parce-que, pour parler franchement, lorsque vous ou un membre de votre famille passe dans la douche en utilisant des produits d’hygiène synthétiques, vous risquez :

Une pénétration quotidienne de substances toxiques par la peau, notre plus grand organe !

Le pire, est que ces fameuses substances douteuses se retrouvent dans tous les produits d’hygiène les plus vendus en France et dans le monde ! En lisant attentivement la liste des ingrédients sur l’emballage (INCI), vous y retrouverez à chaque fois au moins un ou deux des ingrédients toxiques suivants :

Sulfates (Sodium Laureth Sulfate / Sodium Lauryl Sulfate), Tetrasodium EDTA, Parabens (Methylparaben / Propyparabens / Ethylparaben / Butylparaben / Isobutylparaben), Methylchloroisothiazolinone, Silicones (PEG-7 / Amodimethicone…) Mineral Oil, Parfums et colorants synthétiques… La liste est longue.

Chaque fois que vous prenez une douche ou un bain en utilisant un produit lavant synthétique industriel, des ingrédients pétrochimiques dangereux ou potentiellement dangereux sont absorbés par votre peau, par petites doses, mais de façon quotidienne, pendant des années, on parle là de Bioaccumulation.

Entre les produits d’hygiène, les crèmes hydratantes ou anti-rides, le maquillage et le démaquillage, les parfums, les vernis à ongles… En Europe une femme accumule en moyenne plus de 200 substances synthétiques sur sa peau et cela tous les jours ! Croyez-vous que ce soit sans incidence ? Nous sommes de plus en plus nombreux à penser le contraire.

Tous ces produits synthétiques nocifs sont fabriqués à partir de pétrole ou de goudron transformé dans des usines très polluantes par des procédés hautement toxiques et se retrouvent dans nos produits dit de beauté et d’hygiène… Sérieusement, voulons nous encore nous tartiner le visage et le corps avec des matières plastiques inertes et polluantes. Polluantes pour notre organisme, mais aussi pour notre environnement. Aucun de ces ingrédients ne sont 100% biodégradables et finissent invariablement dans les nappes phréatiques, la terre, les légumes, le lait, le poisson… Et reviennent dans notre corps dans une sorte de cercle infernal ! Depuis prêt de 60 ans nous sommes à notre corps défendant devenus des pollueurs-pollués et il faut que cela change !

C’est un fait, de grosses entreprises maximisent leurs profits en mettant notre santé en danger.

Des marques en qui nous avions toute confiance et qui nous promettaient le meilleur par la science et la chimie du pétrole font en réalité partie des plus grands pollueurs de la planète et deviennent un danger pour la santé publique.

Mais il nous reste à nous consommateurs deux choses essentielles pour faire bouger les lignes:
Notre bon sens et notre porte-monnaie !

Alors, posons nous maintenant la question qui nous intéresse : Existe-t-il des produits d’hygiène naturels et sans danger pour notre corps et la planète ? Réponse (mais vous vous en doutiez déjà à ce stade) : Oui ! Et c’est même le fer de lance de nouvelles habitudes et d’une nouvelle cosmétique :

Le véritable savon à froid !

Plus qu’un savon, un véritable soin lavant qui débarrassera votre peau des produits pétrochimiques accumulés au fil des ans et l’aidera à revenir à son équilibre naturel.

Voici donc 7 bonnes raisons pour adopter un savon à froid :

saf-650

1. LA BASE DU SAVON A FROID

Un savonnier à froid utilise comme base des huiles végétales sélectionnées pour obtenir la meilleure formule de savon, créant ainsi un juste équilibre entre l’apparition de belles bulles, de bonnes propriétés lavantes sans être trop détergentes et des sensations douces et crémeuses.

Ce sont des savons végétaux naturels faits à la main par de véritables savonniers passionnés, de plus, les huiles ne sont pas chauffées et préservent ainsi l’essentiel de leurs qualités.

2. LE SURGRAS

Pour simplifier, le surgras ce sont des huiles ou des beurres dans votre savon :

– Surgras dans la formule :

Une partie des corps gras ne seront pas transformés en savon et resteront à l’état d’huile ou de beurre.

– Surgras en enrichissement :

Ajout d’huiles ou de beurres après le processus de saponification.

C’est le surgras qui confère au savon à froid son extrême douceur, qui nourrit, protège et hydrate notre peau. Là où quand-ils le font, les fabricants de savons industriels ajoutent à des fins marketing des fractions de pourcentages moyens entre 0,5 et 1 % de surgras. Un savonnier à froid, lui, surgraissera en moyenne ses savons entre 5 à 9,5 %. Grâce à quoi un savon à froid respecte totalement l’équilibre hydrolipidique de la peau.

3. LA GLYCERINE NATURELLE

La glycérine est produite naturellement pendant le procédé de fabrication du savon (c’est un merveilleux sous-produit de la saponification). Dans le processus industriel cette glycérine est retirée du savon pour des raisons techniques et économiques (revendue cher à l’industrie de la beauté). Le savon à froid lui, conserve cette glycérine naturelle qui lui donne son pouvoir hydratant et émollient (adoucit la peau). La glycérine naturellement contenue dans un savon à froid est un humectant puissant qui garde la peau hydratée et à l’écart de la sécheresse.

Un savon à froid contient de 5 à 8,5% de glycérine naturelle en moyenne, là où un savon industriel contient au maximum 0,5 à 1% de glycérine synthétique ajoutée.

4. DES SAVONS NATURELS 100% BIODEGRADABLES

Un savon à froid est 100% biodégradable et que ce soit lors de sa fabrication comme dans son utilisation quotidienne, aucune substance synthétique ou toxique n’a été soit mise en oeuvre, soit rejetée dans les nappes phréatiques.

5. DES HUILES ESSENTIELLES

Tout nos savons parfumés le sont uniquement à partir d’huiles essentielles pures donnant ce parfum délicat et si particulier à nos savons. Alors que les savons industriels contiennent des parfums synthétiques parfois controversés quant à leurs effets sur notre corps.

Nos mélanges d’huiles essentielles sont formulés sur le concept de l’aromathérapie même si nous ne communiquons pas sur ce thème.

6. DES INSAPONIFIABLES

Pendant le processus de saponification (transformation d’huiles / Beurres en savon) une fraction des huiles / beurres ne saponifient pas et restent à l’état de corps gras : ils sont appelés les insaponifiables.

Par exemple, votre peau bénéficiera des ingrédients insaponifiés actifs de l’huile de Son de Riz (Gamma Oryzanol, Bêta-Carotène, les Phytostérols, etc …)

7. DES COULEURS D’ORIGINE NATURELLES

Les couleurs de nos savons sont obtenues uniquement avec des extraits naturels, des huiles, des argiles, des plantes ou des poudres.


Et si vous voulez nous poser des questions sur ce sujet n’hésitez pas à nous laisser un commentaire ou un email :-)

Quelques conseils pour reconnaître un savon à froid (SAF)…

savons-saf Petit guide pratique en 7 points pour reconnaitre un savon à froid dans le vaste monde des savons solides.

C’est quoi déjà du savon et quels sont les enjeux ?

Le savon est le résultat d’un mélange de corps gras (ex: huiles végétales) et d’un agent alcalin (ex: soude, potasse, cendre…).
Le savon et la glycérine résultent de cette réaction appelée saponification.

Un savon à froid est un savon de qualité, la chose est maintenant reconnue mais il y a aussi et surtout un enjeu culturel !
– Les dernières vraies savonneries de Marseille ferment les une après les autres sans êtres aidées par la région ou l’état.
– Une appellation non protégée laissant 99% de la production hors France et sans huile d’olive, ce qui est scandaleux alors que le savon est un objet du patrimoine français et reconnu comme tel dans le monde entier…

C’est au savon à froid de re-devenir un emblème culturel, le symbole du nouveau savon français de qualité !

1 – l’INCI (liste des ingrédients).

Lire l’INCI (liste des ingrédients) est le premier des réflexes à avoir pour différencier un savon à froid d’un savon industriel, mais ce n’est pas si simple.

La plupart des savons industriels étant fabriqués à partir de bondillons de savon (chips ou copeaux de savon tout prêts sans glycérine fabriqués pour la plupart à base de palme en Indonésie) ou à partir de graisse animale (Sodium tallowate, graisse non noble comme des déchets d’abattoir, os etc…).
La méthode la plus simple est de lire les deux premiers ingrédients cités, si ces deux premiers ingrédients sont :

« sodium palmate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Douce Nature…
« sodium tallowate » puis « sodium palm kernelate » = Savon industriel / ex : Savons Donge…
« sodium tallowate » puis « sodium cocoate » = Savon industriel / ex : Mont St Michel…

Invariablement, ces deux combinaisons des deux premiers ingrédients ne sont jamais des savons à froid.

Il existe deux types d’INCI chez les savonniers à froid :
cas N°1 – Sont mentionnées les matières premières mises en œuvre avant la saponification.
cas N°2 – Sont mentionnés les ingrédients présent après saponification.

Dans le cas N°1, les huiles conservent leurs noms, ex : cocos nucifera oil / huile de noix de coco.
Dans le cas N°2, le nom des huiles saponifiés, ex : sodium cocoate / huile de noix de coco saponifié (transformé en savon)

Dans le cas N°1 aucun doute n’est possible, puisque l’INCI prouve que c’est bien le savonnier lui même qui à saponifié ses huiles.
Dans le cas N°2 l’intitulé : sodium + nom de l’huile peut troubler un non initié et laisser penser qu’il s’agit d’un savon à base de bondillons, ce qui n’est évidemment pas le cas chez un savonnier à froid.

Les conservateurs et agents de chélation pétrochimiques aussi sont de bonnes pistes : EDTA, Tetrasodium Glutamate, BHT… vous n’en trouvez jamais dans un savon à froid.

2 – Savon à froid / Ingrédients en français.

Un savonnier à froid a une grande connaissance des huiles végétales, c’est sa matière première, la base, l’ingrédient qui fera toute la différence dans sa formule.

En règle générale, la liste des ingrédients est souvent traduite en français pour que les utilisateurs soient correctement informés. Un savonnier à froid est fier des ingrédients mis en œuvre dans ses formules, alors il en parle volontiers et avec transparence. Parfois les huiles utilisées sont des huiles locales voir même très rares cela peut être aussi un bon indicateur.

3 – Forme / Texture / Transparence.

En grande majorité (mais il existe quelques exceptions) la forme du savon et sa découpe sont de bons indicateurs, il est rare que des savonniers à froid professionnels coulent leurs savons dans de petits moules individuels. Donc le plus souvent les savons à froid sont rectangulaires avec des bords assez francs et semblent êtres coupés à la main. Ils peuvent êtres aussi de forme ronde (autre type de moule), mais pratiquement jamais ovales, arrondis ou d’une forme tarabiscotée. C’est le cas pour l’essentiel des savonniers à froid, toutefois je connais 2 ou 3 savonniers qui coulent leurs savons individuellement dans des moules de type « cupcake », forme de coeur, fleurs…

Les savons à froid sont aussi plus gras au toucher, d’une texture moins compacte ou moins homogène et moins rêche qu’un savon industriel.

La transparence d’un savon SAF (Pour le fun)
Mettez un savon à froid qui ne contient ni colorants, ni poudre ni argile, que du savon, devant une lumière, vous verrez qu’il sera légèrement translucide tandis qu’un savon industriel restera complètement opaque. Cela ne doit pas non plus etre un critère de sélection, c’est juste pour le coté amusant bien sur.

gaiia-translucide

4 – Un logo SAF / Mention de Saponification à Froid

 logo-SAF-uniqueOn peut aussi reconnaitre un savon SAF grâce au logo de Saponification à Froid qui est de plus en plus répandu, certains savonniers à froid n’ont  pas désirés apposer de logo sur leurs emballages mais dans tout les cas de figure, même sans le logo SAF, la mention : « Savon à Froid » ou « Savon par saponification à froid » ou  est toujours présente.

5 – Un label bio / Une mention Slow Cosmétique…

Pour le moment, il semblerait que le label bio le plus utilisé par les savonniers à froid soit « Nature & Progrès« , la certification bio la plus exigeante. De plus en plus de savonniers à froid reçoivent aussi la mention « Slow Cosmétique« . Mais même sans label Bio ou mention Slow Cosmétique, un savon SAF est par nature et philosophie plus « biologique » et écologique dans sa conception globale et sa composition que tout les savons « bio » industriels du marché. Un label bio ne permet donc pas d’identifier sur cette seule base un savon à froid.

6 – Le type de marque / Réseaux de distribution.

Bon, là c’est simple, vous pouvez d’emblée rayer toutes les grandes marques présentes dans la grande distribution classique. Ce sont tous des savons industriels réalisés à base de bondillons, des sortes de chips de savon industriel (sodium palmate, sodium palme kernalate…) ou de graisse animal (sodium tallowate).

Aucune grande marque industrielle ne produit de savon à froid, de part son procédé de fabrication et ses quatre semaines d’affinage (cure), ce mode de fabrication n’est pas assez rentable au yeux des industriels.

Les savons à froid se trouvent plutôt en boutique Bio / produits naturels, sur les marchés, en herboristerie et surtout sur internet.

7 – Googliser la marque / Association de Savonniers.

Pour ceux qui on un peu de temps avant un achat, une recherche Google pour vérifier la réputation des produits et de la marque ou une visite sur le site du fabricant est souvent très instructive et une réponse peut être trouvée dans les pages « qui sommes nous » et « mode de fabrication » .

Il est possible aussi en cas de doute sur un savon ou un fabricant de questionner l’association de savonniers à froid comme l’ADNS (Association Des Nouveaux Savonniers)  : www.saponification.org qui gère la distribution du logo « SAF », ou tout simplement consulter la liste (non exhaustive) des savonniers à froid adhérents : Liste ADNS des adhérents « Pro ».

Conclusion

En résumé, l’INCI, le logo SAF ou une mention « savon à froid » vous permettrons d’identifier un savon saponifié à froid. le dernier test étant sans conteste de l’essayer pour enfin l’adopter !

Halte aux virus : Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour !

gaiia-poule-690

Tout est dans le titre de cet article qui je vous l’accorde n’est pas très glamour en cette période de Noël. Et pourtant, c’est justement pendant ces moments de fête hivernale que le risque de propagation des virus est le plus fort.

Le lavage des mains est le geste essentiel pour éviter la propagation des virus de l’hiver. Gastro, bronchiolite, rhume, grippe : autant de maladies qui sévissent largement en ce moment et que l’on peut éviter de se transmettre en prenant soin de se laver les mains régulièrement, plusieurs fois par jour, et notamment après avoir soigné un bébé, après avoir éternué, après pris les transports en commun ou fait vos courses dans les lieux publics et aussi pendant la préparation de vos repas.

Un simple lavage à l’eau et au savon permet de diviser par 100 le nombre des salmonelles par exemple.

D’après l’UNICEF, le simple fait de se laver les mains à l’eau et au savon pourrait, six fois sur sept, éviter les cas de dysenterie transmis dans le milieu familial.

Selon les derniers chiffres du baromètre santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) , le lavage des mains est loin d’être un geste automatique ! Ainsi, selon ce baromètre :

– 66 % des personnes ne se lavent pas les mains après avoir pris les transports en commun.
– 78% ne se les lavent pas systématiquement après s’être mouché.
– 40% ne se lavent pas les mains avant de faire la cuisine et 33% ne se les lavent pas avant de s’occuper d’un bébé.

Lavage des mains : pendant 30 secondes au moins

En cette période de partage de virus, tout les organismes de santé recommandent de se laver les mains plusieurs fois par jour avec du savon, au moins pendant 30 secondes. Se laver les mains après avoir éternué, toussé ou s’être mouché, avant et après chaque repas, après chaque sortie et après être allé aux toilettes, bien sûr.

Et avec un savon à froid surgras, même lors d’un usage fréquent, le film hydrolipidique qui protège votre peau sera hydraté et protégé.

lavez-vous-les-mains