Savon de Marseille à froid ! Voulez-vous de la crème ou de la mousse onctueuse ?

Voilà ! Ca y est ! Notre Savon de Marseille est disponible ! Et vous avez vu… Pas un seul mais 2 Savons de Marseille. C’est ça, on s’est vraiment fait plaisir pour vous proposer deux supers savons, avec la promesse d’une douceur et d’une hydratation incomparable pour toutes les peaux comme toujours avec nos savons surgras.

Donc.
Pourquoi les deux ?
Quel-est la différence ?
Et le plus important, comment choisir ?!

Ca c’est facile, il faut simplement vous poser cette question très importante dans la vie :-)

Suis-je une personne qui aime les savons crémeux ou une personne qui aime les savons mousseux ?

Pour ceux qui disent “crémeux“ : Le Savon de Marseille Type 1 / 100% Olive est fait pour vous.

On commence avec un petit peu d’histoire. Comme stagiaire chez Gaiia, j’ai apprit l’histoire turbulente de ce savon. À l’origine, ce savon est « arrivé » en France à l’époque des croisades, c’était le savon d’Alep, le fameux savon (qu’on fait aussi) à base de l’huile d’olive et de l’huile de baies de laurier et qui est devenu le Savon de  Marseille (enfin, de Toulon en réalité) fait seulement avec de l’huile d’olive.

Mais avec le temps, certains savonniers ont mis n’importe quel corps gras dans leur savons; Louis XIV a du y mettre de l’ordre. Avec l’édit de Colbert en 1688 des règlementations ont été mises en place pour les savonniers Marseillais. Tout le monde méritait un savon pur composé de 100% l’huile d’olive !

C’est ce savon que nous vous proposons aujourd’hui, LE 1688, comme un hommage à l’histoire. Ce savon ultra-doux a l’huile d’Olive bio mousse très peu mais vous vous donne une belle crème très onctueuse à moins de le frotter avec une éponge ou une fleur de bain.

Pour ceux qui dissent “mousseux” : Le Savon de Marseille Type 2 / Olive – Coco est celui qu’il vous faut.

Un peu d’huile de Noix de Coco. C’est la différence ! En effet, après la révolution, l’Edit du Colbert est devenu nul pour les savonniers. D’autres huiles végétales comme la Palme et la Noix de Coco en provenance des colonies ont souvent été ajoutées pour leurs propriété. Chez Gaiia, vous ne trouverez pas d’huile de Palme, mais la Noix de Coco Bio oui ! Elle représente environ 20% de la recette, le reste étant évidemment de l’huile l’Olive. Notre Savon de Marseille Type II contient le même pourcentage de glycérine et de surgras que le Type 1, respectivement 8,5% et 6%.

Maintenant, le prochain choix à faire est .. quelle taille ?! 100g ou 250g ?

Kasey


Un Savon De Marseille saponifié par Gaiia ! C’est un rêve ou quoi ?

Travailler pour une entreprise éthique est le rêve ultime non ? Il n’y a pas besoin de se remettre en question, pas de culpabilité sur les produits qu’on met sur le marché. Il y a simplement la vérité autour de ce qu’on communique et elle est directement liée avec ce qu’on fait actuellement.

Pendant trois mois maintenant comme une stagiaire, je vis ce rêve avec la Savonnerie Gaiia.
Même si l’industrie de l’hygiène crée des produits pour nettoyer, c’est une industrie qui peut être quand même très sale. Sale avec sa pollution, l’industrialisation, le marketing, etc… Mais cela n’est pas du tout le cas chez Gaiia, cette entreprise est vraiment « clean ». Nous avons la volonté de transformer le marché du savon ! Nous militions pour une meilleure façon de faire les choses, que ce soit pour notre peau ou l’environnement, voir les deux en même temps.
Donc. Le Savon de Marseille, le cube de savon iconique Français, Gaiia a décidé longtemps avant mon arrivée de reprendre cette recette ancienne et de la fabriquer avec la méthode de saponification à froid. Et maintenant la grande question pour laquelle j’écris : Pourquoi ? Grace à toutes mes recherches et mes lectures, (je suis en train de faire mon mémoire quand même) je viens de comprendre vraiment le Savon de Marseille.

Je comprends que quand il est fabriqué à chaud au chaudron…

– La glycérine est enlevée du savon.
– Il n’y a pas du surgras.
– Il décape et tiraille les peaux délicates et fragiles.
– Son usage principe est pour le linge.

Donc pour ceux qui ont la peau sensible, un Savon de Marseille au chaudron est beaucoup trop détergent. Mais il est super efficace pour mes chaussettes :-)

Je comprends que quand Gaiia fabrique leur Savon de Marseille à froid…

– Nous bénéficions de toute la douceur et l’hydratation de la glycérine naturelle.
– Le surgras de 6%, offre un lavage tout en douceur.
– Notre peau est protégée et le film hydrolipidique est sain et sauf.
– Il n’y a aucuns ingrédients sujet à polémique.
– Il y a zéro pollution lors de la fabrication.

Donc pour tout le monde, le Savon de Marseille par Gaiia est parfaitement doux et hydratant. Mais du coup, pas si efficace pour mes chaussettes. ;-)

Franck a fait beaucoup de recherche. Son inspiration pour le Savon de Marseille à froid est venue de la découverte du savon dit « Savon Sans Feu » d’après le brevet du maitre savonnier Marseillais Louis Favre publié en 1824 et posant les bases d’un savon dit de Marseille fait à froid avec toutes ses vertus.

L’huile d’olive saponifiée. C’est ça la recette pour un Savon de Marseille. Pourquoi la mettre uniquement au chaudron quand elle peut être sublimé à froid ? ;-)

Voilà pourquoi nous vous présentons notre nouveau savon, Le Savon De Marseille par Gaiia : inspiré par l’histoire et amélioré avec de l’amour…. et bien sur la saponification à froid !

Kasey.


Working for a company with a morally sound compass is the ultimate dream right? No need to question your ethics every time you come to work, no guilt over the products you put on the market, there is only truth behind what you communicate and its in a direct line with what you actually do.

For three months as an intern, I’ve gotten to be part of this dream with the Gaiia Savonnerie. And even though the soap market sells products to clean, it can actually be pretty dirty. Dirty in the sense of pollution, industry, marketing, ect. But not with Gaiia, this company is truly pure. They have an initiative to clean up the soap market! To advocate for a better way of doing things, whether it be better for our skin or for the environment….the most important is that it’s the two at once.

So, le Savon de Marseille. The iconic French cube of soap. Gaiia decided long before I arrived to take this ancient, historic recipe and put it through cold-process fabrication. And now the big question that I am here to answer for you….why?

From all the research and redactions I have done (I am writing a memoire of my stage after all) I have come to understand very well the Savon de Marseille.
I understand that when it is made in a cauldron…..
The glycerine is removed
No surgras develops
Its decaps the skin
And its initial usage is for laundry
So for those who have sensitive skin, a savon de marseille in a cauldron is much too intensive/abrasive. But its super efficient for socks.

I understand that when Gaiia makes their Savon de Marseille with the cold process method…..
We benefit from the softness and hydration of natural glycerin
Their formula allows for surgras, an extra oomph of moisture
Our skin is protected and the film hydrolipidic is unharmed
There are zero ingredients deemed « controversial »
There is zero water pollution in the fabrication
So for anyone and everyone, the Savon de Marseille by Gaiia is perfectly soft and gentle. But not so efficient for socks…. ;)

Franck made sure he did his research. We like to say his inspiration is from a fella named Louis Favre, a soap maker who in the 1800’s patented a Savon de Marseille “savon sans feu”. He was killin the saponification à froid game back in the day.

Olive oil saponified: that is the recipe for a Savon de Marseille. Why ruin it with heat when it can be sublimed through cold process saponification?

And there you have it, a Savon de Marseille by Gaiia: inspired by history and improved with love…and of course cold process saponification.

Kasey.


SaveSave

NOS SAVONS SURGRAS DANS LE MONDE !

Pains bénits.

PARFUMS DÉLICATS, EMBALLAGES SURANNÉS… LE SAVON NATUREL À L’ANCIENNE A RETROUVÉ SA PLACE DANS LA SALLE DE BAINS. ET SERAIT MÊME EN TRAIN DE SAVONNER LA PLANCHE AU GEL DOUCHE, JUGÉ TROP CHIMIQUE.

Ce sont par ces mots que ZINEB DRYEF journaliste à M L e magazine du Monde présente son article sur le retour en force du savon dans le supplément du Monde N°23 du 18/02/2017. Merci à Zineb pour ce très bel article avec cette superbe mise en avant des savons Gaiia. Un article très clair sur les qualités des savons à froid et des changements d’usages et de pratiques dans les salles de bains : La Slow Cosmétique, le Véganisme, la mouvance Zéro Déchet… Parce que la journaliste du Monde l’a fort bien compris, l’utilisation d’un savon naturel, sans prétrochimie n’est pas seulement un gage de bien être pour la peau, mais aussi une façon de préserver notre environnement en évitant toute forme de pollution tant au moment de la fabrication des savons que plus tard, dans leur utilisation quotidienne.

nos savons surgras dans le monde

Voici quelques extraits de son article :

LONGTEMPS, LA SAVONNETTE A EU MAUVAISE RÉPUTATION. Elle ne mousse pas, elle glisse des mains. se fendille en séchant, déshydrate la peau… Le gel douche semblait avoir remporté la bataille, la mention « sans savon » s’affichant même sur les flacons comme un gage de qualité. Et voilà que le pain de savon fait son retour. porté par l’engouement pour les cosmétiques simples, artisanaux. garantis sans produits toxiques…

…La saponification à froid. une technique ancestrale qui permet de produire des savons surgras et riches en glycérine végétale. « Ce type de savons se reconnaît a trois caractéristiques : la détergence (le savon lave), l’hydratation (il contient 8 a 8,5% de glycérine végétale) et le surgras (6 a 6,5% d’huile végéta/e reste a l’état d’huile) », explique Franck Peiffer, fondateur de Gaiia, qui écoule environ 10 000 unités par mois… Qu’importe la méthode de production : a condition qu’il soit végan, Cruelty Free et zéro déchet, le savon à l’ancienne n’est pas seulement hydratant. il répond aux préoccupations environnementales grandissantes du public. On découvre qu’on se tartine la peau depuis des années avec des produits chimiques néfastes pour notre santé et pour l’environnement alors qu’il existe une alternative simple : le savon de nos grands—mères », poursuit Franck Peiffer…

les savons tout doux Gaiia dans le Monde

L’article de ZINEB DRYEF est à lire dans son intégralité sur le site du Monde :
www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/02/19/le-savon-en-odeur-de-saintete_5081970_4497916.html


SAVON POUR VISAGE

Quel savon puis-je utiliser pour mon visage ?

savon doux pour le visgae
UN SEUL !
Un savon à froid !
Vous pouvez penser que c’est du parti pris de ma part, qu’en la matière je ne suis absolument pas objectif et que je prêche pour ma propre paroisse…

FAUX ! (mais un peu vrai aussi quand même…)
Seul un savon à froid convient parfaitement pour la toilette du visage !
Et la raison en est simple :

DU SURGRAS ET DE LA GLYCERINE !
Un savon surgras à froid est un savon qui est plus « gras » car on il contient un fort pourcentage d’huiles végétales, 7,5% pour notre savon très-doux Gaiia et de la glycérine végétale hydratante et émolliente. Ce sont ces « agents surgraissant » qui permettent à la peau de restaurer sa protection naturelle (appelé film hydrolipidique) en douceur.

Nos savons surgras conviennent parfaitement aux peaux sèches, sensibles et délicates pour la toilette du visage, du corps, des mains et même des parties intimes. Il peut être utilisé par toute la famille partout et tout le temps !

Pourquoi ai-je la peau qui tiraille qui dessèche après l’utilisation d’un savon sur mon visage ?

Parce que le savon que vous utilisez est trop détergent, sans glycérine ni surgras ce qui est le cas de 99% des savons industriels vendu en France.

La meilleure façon de me croire reste sans conteste d’essayer un savon à froid, mais attention, c’est aussi efficace qu’addictif :-)


AVOIR UNE BELLE PEAU EN 7 POINTS !

avoir une belle peau

Notre peau est soumise quotidiennement aux agressions extérieures et aux agressions intérieures toutes aussi importantes, mais notre peau est aussi sensible à notre état de fatigue, notre stress ou à des variations hormonales. Autant de facteurs à prendre en compte pour avoir une belle peau. Nos savons surgras ne répondent qu’à une seule partie de la problématique.

N° 1 : Traitez votre peau comme une partie de l’ensemble de votre organisme et non comme un élément à part.

De nombreux produits nous promettent d’avoir le teint idéal, une belle peau, d’éliminer nos petits boutons ou de faire disparaitre nos rides. Non ! il ne se passera rien, ou en tout cas pas sur le long terme si vous ne soutenez pas votre peau de l’intérieur. Vous pouvez payer très cher pour des produits miracles, mais si vous mangez mal, si vous n’avez pas suffisamment de sommeil et que vous laissez votre niveau de stress prendre le dessus, peu importe le type d’extrait d’algue ou de bave d’escargot, de molécule de raisin ou tout autre type d’ingrédient que vous mettrez sur votre visage, vous le savez bien, sur le long terme ça ne fonctionne pas et la quête du produit miracle recommence de plus belle. Le solution nous la connaissons tous pourtant : avoir une bonne hygiène alimentaire et boire de l’eau est la base, le socle pour prendre soin de l’ensemble de notre corps et votre peau vous dira merci.

N° 2 : Lavez votre visage au savon surgras tous les soirs – sans exception.

Cela semble évident pour beaucoup et pourtant… Vous n’êtes pas obligé de faire un grand nettoyage tous les soirs mais vous devez vous débarrasser de votre maquillage même léger, de la poussière et de la pollution que votre peau a accumulé tout au long de la journée. Commencez en appliquant un gant de toilette chaud sur votre visage pendant 30 secondes pour ouvrir vos pores, puis lavez doucement avec un savon surgras à froid neutre qui enlèvera  efficacement votre maquillage et les impuretés. Si vous préférez utiliser quelque chose d’encore plus doux autour des yeux, utilisez une goutte d’huile de Jojoba ou d’huile de Sésame, massez vos paupières et vos cils, puis essuyez avec un chiffon humide et tiède. Voir notre petite fiche de démonstration

N° 3 : Passez au moins un jour par semaine sans maquillage.

Votre peau a besoin et mérite une pause maquillage alors laissez la respirer une journée complète ! Une journée (voir plus) sans maquillage, c’est comme un micro-nettoyage de la peau. Laissez votre beauté rayonner librement, personne ne vous jugera. votre journée sans maquillage est aussi un outil symbolique, une façon d’exprimer votre volonté de changer de pratique et de vous libérer de certains diktats de la beauté. S’il est difficile pour certaines de se passer d’eyeliner ou de rouge à lèvres, évitez absolument les fonds de teint trop occlusifs qui empêchent votre peau de respirer.

N° 4 : Nettoyez votre téléphone et votre clavier plusieurs fois par semaine.

Nos téléphones et nos claviers sont des nids à bactéries et nous les nettoyons trop rarement. Je dois me laver les mains au savon plus de 10 fois par jours, mais je ne pense jamais à nettoyer mon téléphone que je colle pourtant régulièrement sur mon visage, sans parler de toutes les pratiques comme celle d’aller aux toilettes avec son téléphone pour lire la presse ou son fil Facebook. Donc nous nous tartinons quotidiennement le visage de bactéries qui obstruent les pores de la peau et conduisent souvent à des inflammations.

N° 5 : Rangez dans un placard votre miroir grossissant.

Dites-moi que vous n’avez jamais attrapé des angoisses sur l’apparence de votre peau au travers d’un miroir grossissant. J’ai essayé moi même quelques fois, j’ai cru que j’avais chopé la peau de Gollum dans le seigneur des anneaux ! Il est temps d’arrêter ça, les gens ne nous regardent pas avec une loupe, heureusement ! Ils se tiennent à une distance respectable sans jamais remarquer le micro kyste, là, juste sur la ligne de démarcation du sourcil. Du coup, sans ce foutu miroir grossissant, on peut améliorer l’estime de soi et agir en profondeur :-)

N° 6 : Renseignez-vous.

Il y a beaucoup de discussions et d’articles sur ce que vous devriez ou ne devriez pas utiliser sur votre peau. Prendre une décision pour choisir ce que vous devriez utiliser sur votre peau pour changer vos habitudes peut s’avérer très compliqué. Heureusement il existe des associations de consommateurs militants comme la Slow Cosmétique qui peuvent vous aider à décrypter les listes d’ingrédients de vos cosmétiques, vous donner des conseils et des recettes à faire soi même. Notre peau absorbe un gros pourcentage de ce que nous lui appliquons, nous devons la traiter avec respect et délicatesse, se dire que ce que je ne voudrais pas manger, pourquoi le mettre sur ma peau par exemple. Evitez bien entendu les parabens, les phtalates , Les SLS, les parfums synthétiques et tout ce qui est d’origine pétrochimique et synthétique.

N° 7 : Soutenir les marques qui se soucient de votre santé et de celle de la planète.

Les grandes marques de soin pour la peau ne parviennent pas à changer leurs habitudes de formulation, ils collent rustine sur rustine sur des formules où les bases sont les mêmes depuis plus de 30 ou 40 ans. Ce n’est pas l’utilisation d’un nouvel ingrédient miracle avec un pseudo nom scientifique qui changera les choses. Soyons clair, ils vendent tous du pétrole et du silicone dans de belles boites au prix de l’or. Le trésor, le vrai est pourtant sous nos yeux et c’est la nature qui nous l’offre. Des huiles végétales, des beurres, des huiles essentielles, des extraits de plantes etc… Nous avons tout sous la main et nous devons aider les marques qui créent leurs savons à froid et leurs cosmétiques sur les bases de cette nouvelle cosmétique. Les preuves existent aujourd’hui que beaucoup d’ingrédients synthétiques nuisent à notre santé comme à celle de notre ressource commune, Gaia, notre terre mère.

Fermez les yeux et souvenez-vous de là où votre beauté vit vraiment.


Texte largement inspiré d’un article du Docteur Sarah Villafranco.


QUELLES SONT LES DIFFERENCES ENTRE TOUTES LES MARQUES DE SAVONS A FROID ?

differences entre les savons a froidIl y a quelques années, la question la plus récurrente qui nous était posée était celle-ci :

Quelles sont les différences entre un gel douche et vos savons ?

Nous avons répondu à l’époque par une série d’articles sur le blog Gaiia :

En 2015 : VOUS LAVERIEZ-VOUS LE VISAGE, LE CORPS…AVEC DU LIQUIDE VAISSELLE ?
En 2013 : A FORCE TA TÊTE C’EST LA SILICONE VALLÉE !
En 2013 : LE JEAN-PIERRE « OFF » DE LA COSMÉTIQUE ;-)
En 2012 : POURQUOI UTILISER UN SAVON À FROID PLUTÔT QU’UN GEL DOUCHE !
En 2012 : QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE LES PRODUITS LAVANTS
En 2010 : SANS CECI, AVEC 0% DE CELA…
En 2010 : POURQUOI PRÉFÉRER UN SAVON NATUREL À UN VULGAIRE GEL DOUCHE !


Puis plus tard :

Quelles sont les différences entre un savon type : Rogé Cavailles, Mont St Michel, Diadermine, Dove… Bref un savon industriel et vos savons ?

La aussi, nous avons répondu par une série d’articles sur notre blog :

En 2016 : SAVON SANS SAVON VS SAVON À FROID
En 2015 : LA TOILETTE DE BÉBÉ AU SAVON À FROID !
En 2015 : QUELQUES CONSEILS POUR RECONNAÎTRE UN SAVON À FROID (SAF)…
En 2015 : 7 RAISONS POUR ADOPTER UN SAVON À FROID
En 2015 : LES SAVONS À FROID PLUS «ECO-FRIENDLY» QUE LES GELS DOUCHES EN 7 POINTS !
En 2014 : LES SAVONS SURGRAS À FROID GAIIA SONT-ILS PLUS CHERS ? ETUDE COMPA…
En 2014 : SAVONS SURGRAS : ORIGINE ET USAGES !
En 2013 : LA NOUVELLE COSMÉTIQUE » EXPLIQUÉE !
En 2012 : PUB COMPARATIVE DE SAVONS SURGRAS COMPLÈTEMENT OBJECTIVE, SI SI !
En 2011 : USEZ NOS SAVONS JUSQU’À LA CORDE !
En 2010 : SAPONIFICATION À FROID !


Aujourd’hui et c’est la preuve que les savons à froid s’installent de plus en plus dans les salles de bain, les questions changent, sont plus précises, plus documentées sur la composition des savons, la provenance et la qualité des matières premières. Et ce qui devait finir par arriver, arriva, une question simple mais qui nécessitait une longue réponse me fut posée :

Mais alors, quelles sont réellement les différences entre toutes ces marques de savon à froid ?

Ma réponse lors du salon Veggie World à Lyon, à été plutôt concise. Je suis parti du principe que les principales vertus des savons à froid étant communes à tous les savons à froid, la typicité, la différence des savons venait de la singularité, de la personnalité des savonniers. Un savon à froid et son savonnier sont presque indissociables. Ils sont le reflet de leurs goûts personnels et pour certains, des huiles et matières premières de leurs terroirs, un peu comme un vin bio ou « vin sain » ressemblera à son vigneron par exemple. Cette question m’a en tout cas donné envie d’en dire un peu plus dans cet article et de tenter d’élargir le spectre des différences.


Ce qui est commun à tous les savons à froid :

1 – La glycérine naturelle présente dans les savons à froid.

Elle est issue de la saponification ne peut être ni ajoutée ni retirée du savon.*

2 – Le fait que tous les savons à froid sont surgraissés au minimum à 4%.

Ce pourcentage de corps gras libres non saponifiés est exprimé en ajout de corps gras par rapport au chargement initial ou par réduction de la quantité de soude ou une combinaison des deux.*

3 – Le temps de cure (séchage) de 4 semaines.

La durée minimale de la période de cure est de 4 semaines, durée correspondant à un séchage optimal.*

4 – L’assurance d’avoir des savons naturels ou Bio.

La profession s’interdit l’usage d’un certain nombre d’ingrédients comme : EDTA, BHT, Conservateurs de synthèse, Huiles minérales, PEG…*

*Tout ceci est inscrit dans la charte du savon à froid.

Donc, pour faire simple, tout les savons à froid ont une base commune, un même socle : Douceur, hydratation et écologie.


Où se situent les différences alors ?

1 – Les ingrédients de base :

Il y a une constante, nous utilisons presque tous en France les huiles et beurres suivants pour réaliser nos savons : Olive, Coco, Karité. Parfois les 3, parfois comme pour Gaiia juste Olive et Coco. C’est ensuite que viennent les différences concernant d’autres huiles et d’autres beurres. Pour Gaiia : Son de Riz et Ricin, pour d’autres savonniers cela pourrait etre par exemple : de la Bourrache, du Lin, du Pavot, du Tournesol… Autant de possibilités que d’huiles, autant d’huiles que de vertus.

2 – La formulation :

Même si nous avons des ingrédients communs, des différences existent aussi au niveau du pourcentage des beurres et des huiles mises en oeuvre, des différences de pourcentage qui peuvent changer :

  • La dureté du savon.
  • La détergence du savon.
  • Le pouvoir lavant du savon.
  • Le pouvoir moussant du savon.
  • L’onctuosité du savon.
  • La crème du savon.

3 – Le surgras :

Si la charte de fabrication du savon à froid impose un minimum de 4% de surgras, ensuite, le savonnier est libre d’ajouter le pourcentage de surgras qu’il veut dans une limite raisonnable de 10%, mais rien n’interdit d’en mettre plus. Comme évoqué plus haut, il y a 2 façons de surgraisser un savon, soit dès le départ, dans la formule ou à la trace en enrichissement ou les deux.  Encore un moyen de marquer des différences notables entre les savons à froid.

4 – Le parfum :

Si la charte du savon à froid n’interdit pas l’utilisation de fragrance autres que des huiles essentielles, je ne connais aucun savonnier « pro » utilisant autre chose que des huiles essentielles pour parfumer ses savons. Le parfum étant encore une de nos différences et pas la moindre puisque l’univers olfactif dégagé par un savon guide souvent l’acte d’achat. Dans ce domaine il y a des savonniers plus portés par la création de parfums et d’autre qui travaillent plus sur les synergies des huiles essentielles en Aromathérapie. Cette diversité olfactive a de quoi combler toutes les envies et d’un marché à un autre nos clients butinent d’autres savons :-)

5 – Les colorants et les ajouts :

En cette matière aussi la palette est très large, entre les colorants d’origine végétale, les poudres, les terres, les argiles, les graines, les fleurs, autant de couleurs et de matières d’origine naturelle formidables à mettre dans nos savons. Un savon exfoliant à la graine de moutarde ou de pavot ou au sel, gommant grâce au marc de café ou au Rhassoul… Les combinaisons sont nombreuses et la seule limite reste là aussi la créativité du savonnier.

6 – Décorations et marbrages :

Certains savonniers se sont spécialisés dans les marbrages (vagues et inclusions de couleurs dans les savons) d’autres aiment mettre des fleurs séchées sur la tranche des savons, comme des lavandes ou des roses. D’autres encore font de la « Pâtissavonnerie », ce sont des savons qui ressemblent à des gâteaux, des cannelés, des gaufres ou des pancakes par exemple. Ces décors demandent non seulement un sacré savoir faire, mais aussi beaucoup de temps. De notre coté, chez Gaiia, notre sensibilité nous pousse plutôt vers la simplicité en matière de décoration de savons.

7 – Forme, découpes et tampon :

La forme la plus courante reste le rectangle avec variation de taille et d’épaisseur. Suivent les savons à froid tout ronds, puis les savon à froid coulés dans des moules en silicone de formes diverses. Le tout avec des types de finitions différents, des angles droits ou arrondis, avec ou sans tampon du savonnier.

8 – Les emballages :

Touche finale du savon, l’emballage est aussi l’image de marque du savonnier. Cela ira donc du savon vendu nu à la coupe ou en vrac, à la boite en carton en passant par des bagues en papier ou encore plus pointu : du papier ensemencé… Mais ce n’est pas tout, sur tous ces supports certains choisiront aussi d’utiliser des encres végétales et des encres minérales ou de faire travailler des imprimeries vertes ou des imprimeries en locale. Tout ceci bien évidement impactera plus ou moins le prix de vente de nos savons.

9 – Les logos ou mentions :

A présent vous pouvez trouver tous les labels bio existant en France sur un savon à froid : d’Ecocert à Nature & Progrès tout en passant par Cosmébio. Gaiia, comme d’autres marques ont choisi de se contenter de la mention Slow Cosmétique qui est à présent une référence reconnue et un gage de qualité environnementale et humaine.
Vous trouverez aussi soit le logo de Saponification à Froid délivré par l’Association Des Nouveaux Savonniers (ADNS) : www.saponification.org
Soit une mention type : SAF savon saponifié à froid.

10 – Le prix moyen d’un savon à froid :

Le prix moyen d’un savon à froid constaté en France est d’environ 6 euros, plus ou moins, cela peut varier en fonction du coût de certaines matières premières assez fluctuantes comme l’huile d’Olive bio première pression à froid par exemple, la qualité d’un beurre de Karité ou la rareté d’une huile comme l’Huile de baie de laurier. Sans oublier le prix de certaines huiles essentielles précieuses comme le Neroli, la Rose ou le Jasmin et d’autres qui sont des huiles très chères.

11 – La vente :

Il y a vraiment de la place pour tout le monde entre la vente en ligne, les marchés locaux, les foires, les marchés de créateurs, les revendeurs, les pharmacies. Ne pas trouver où acheter un savon à froid aujourd’hui est quasiment impossible ! De notre coté, nous privilégions la vente en ligne directe sur notre e-shop : www.gaiia.fr, sur la marketplace de la Slow Cosmétique et quelques autre sites amis plutôt spécialisés dans le zéro déchet ou le véganisme, des sites de petites épiceries bio ou de ventes en vrac, des herboristeries, des pharmacies, des boutiques indépendantes autour du bien être, bref, des amoureux de Gaiia capables de conseiller nos clients aussi bien que nous. Nous ne voulons pas etre noyés dans de gros catalogue de site comme Amazon ou même de gros sites spécialisés dans le bio.

Voilà, j’espère avoir décrit un périmètre assez large autours de nos différences, mais n’hésitez pas à laisser en commentaire mes oublis et vos idées :-)


UN SAVON AU POIL !


Même les colosses ont droit à un peu de douceur !

Au salon Veggie World de Lyon j’ai rencontré pas mal de barbus déjà client chez nous qui utilisent régulièrement nos savons à froid Gaiia pour l’entretient de leurs barbes. Je n’avais jamais abordé le sujet dans notre blog, mais c’est vrai que les savons à froid conviennent parfaitement pour toutes les barbes, même les plus broussailleuses. L’avantage du savon surgras à froid est son fabuleux pouvoir hydratant, nourrissant et son extreme douceur, la peau ne tiraille plus, le poil est plus souple et plus doux.

Parole de barbu !

 

les savons à froid plus «Eco-friendly» que les gels douches en 7 points !

tahiti-savon

Pourquoi les savons à froid sont-t-ils les meilleurs amis de la planète :

1 – MOINS D’ÉNERGIE

La production d’un savon à froid est extrêmement frugale en dépense d’énergie. Pour sa réalisation, nous utilisons de l’électricité pour amener à l’état liquide les beurres et les huiles solides puis pour le mélangeur (mixeur). Tout le reste de la production est réalisée à la main, découpe, tampon, mise en boite…

2 – DES INGRÉDIENTS NON POLLUANTS

Aucun des ingrédients utilisés dans nos savons à froid n’est polluant pour les nappes phréatiques, les cours d’eau et plus globalement la planète, que se soit au moment de la fabrication ou de l’utilisation puisqu’ils sont 100 % biodégradables. Les savons à froid ont donc un impact biologique nul. Indépendamment de leurs qualités pour la peau, les matières premières utilisées pour fabriquer nos savons sont toutes renouvelables et durables.

3 – PAS DE DÉCHETS

Les chutes de savons issues de nos productions ne sont jamais jetées, mais offertes, vendues à petit prix ou recyclées.

chutes-savon

4 – DES EMBALLAGES RECYCLABLES

Nos emballages en carton sont facilement recyclables ou biodégradables, ils contiennent très peu d’encre et cette encre est végétale. Certains savonniers à froid utilisent même uniquement une bague en papier.

5 – PLUS ÉCONOMIQUE

Un savon à froid de 100g peut selon certaines conditions* durer aussi longtemps qu’un gel douche de 300ml. Il est donc plus économique à l’usage qu’un produit liquide. En outre ces savons sont aussi des produits 5 en 1 qui permettent de nettoyer le corps et le visage, qui peuvent servir de shampoing ou de savon à barbe et sont parfaits pour la toilette intime.

*Ne pas les utiliser sous l’eau courante et les laisser reposer au sec entre chaque lavage.

6 – MEILLEURS POUR LA SANTÉ

Nos savons ne contiennent aucun conservateur, aucun perturbateur endocrinien, ni aucune substance irritante. Ils chouchoutent votre peau grâce à la glycérine naturelle (hydratante) et au surgras qui apporte la douceur.

7 – PAS DE PESTICIDES ET UNE DÉMARCHE ÉCO-RESPONSABLE

La quasi totalité des savonniers à froid utilisent des huiles bio, sans pesticides, parfois des huiles régionales cultivées au plus près des savonneries. La plupart n’utilisent pas ou plus d’huile de Palme pour des raisons éthiques et ceux qui le font encore, la choisissent bio issue de filières responsables. Seules certaines huiles incontournables impactent le bilan écologique des savons à froid à cause du transport de leurs lieux de récolte et de production à la savonnerie, exemple : l’huile de Coco et le beurre de karité.

hommes-savon

En conclusion, les savons à froid vous lavent en douceur sans laisser de flacon en plastique derrière vous tous les 300ml, soit environ un bouteille par mois pour une personne. Les flacons et bouteilles en plastique créent plus de déchets et contrairement aux idées reçues, elles sont extrêmement difficile à recycler et très gourmandes en énergie et ressource à produire et à transporter. Avec un gel douche / shampoing liquide, nous avons tendance à utiliser beaucoup plus d’eau et de liquide que nécessaire. Dernier point et non des moindres, les gels douches et shampoing liquides sont bourrés d’ingrédients polluants, irritants quand ils ne contiennent pas en plus des perturbateurs endocriniens !

Sauvons notre peau, sauvons la planète, utilisons du savon à froid !

Le savon surgras sexy demain, rectifications sémantiques, mea-culpa et autres considérations qui risquent fort de n’intéresser que des savonniers à froid

savon-sexy
Quelques collègues savonniers et/ou blogueurs m’ont récemment fait comprendre que parfois je commettais de petites erreurs dans mon enthousiasme à communiquer sur nos chers savons à froid. Que dans mon envie de rendre les savons surgras à froid encore plus sexy demain, je perpétrais de foutues erreurs sémantiques ou techniques qui pouvaient se répandre dans les blogs et même au travers de certaines chroniques TV sur le sujet, causant trouble et confusion dans les esprits en créant une fausse mythologie autour du savon à froid tel un diable de Tasmanie barbu !

May the lord have mercy on my soul because i’m guilty… Mea culpa quoi, les gars !

Bon, je fais allemande honorable comme on dit chez volkswagen et m’en vais tenter de réparer quelques boulettes savonnesques :

1 – Le savon saponifié à froid !!!!!

Bullshit ! Comment ai-je pu ? Oh mon dieu ! J’en ai froid dans le dos… Comment ai-je pu dire que l’on a saponifié du savon alors que le savon est déjà saponifié et que l’on peut saponifier des corps gras oui et que oui, ça créer du savon, mais d’écrire qu’on va saponifier du savon et pas des corps gras est un gros raccourci.
La phrase exacte et vous l’aurez compris est : Savon à Froid issu du procédé de Saponification à Froid (SAF).
Erreur sémantique N°1 : On saponifie des corps gras, pas du savon, mea culpa number one.

 Etre savonnier à froid implique de grandes responsabilités, comme ne pas dire de conneries par exemple !

2 –  Pas de Sodium Tallowate dans les savons à froid !!!!!

Je crois que là, je viens de perdre le dernier lecteur… Mais je suis obligé d’être le plus précis possible pour bien me faire comprendre.
Le Sodium Tallowate, c’est de la graisse animale transformée en savon et bien sûr que l’on peut faire des savons à froid avec de la graisse animale, comme de la graisse de canard par exemple et cela fait même d’excellents savons. Oui, on peut mettre à peu près de tout dans un savon à froid si ça nous chante et dès lors que l’on se sent l’âme d’un artiste, de la mayonnaise, des tagliatelles ou des « smarties ». Mais dans la réalité, bien peu de savonniers à froid utilisent des ingrédients d’origine animale à part des laits, de la cire d’abeille ou du miel. Quand je mets en avant le Sodium Tallowate dans cet article : QUELQUES CONSEILS POUR RECONNAÎTRE UN SAVON À FROID (SAF), c’est pour mettre l’accent sur la graisse animale qui sert de premier ingrédient aux savons tels que Mont St Michel ou Donge par exemple et cette graisse là les petits amis, c’est pas du tout une graisse noble comme le gras de votre confit de canard, non Madame, c’est plutôt des restes d’équarrissage d’abattoirs qui sont utilisés parce que ce sont les corps gras les moins chers à saponifier !

3 – Seul procédé qui permet de respecter les ingrédients !!!!!

Je reconnais qu’il existe une véritable confusion sur ce point due au terme à froid et au fait que les huiles ne sont pas chauffées, ou très peu dans le cas des beurres pour les amener à l’état liquide. Dire que les huiles utilisées pour réaliser un savon à froid conservent toutes leurs propriétés ou qualités une fois transformées en savon est en effet une allégation un peu bancale et sujette à controverse.
Pour ma part j’ai longtemps utilisé cette phrase :
« Vous garantissant ainsi l’intact préservation des qualités et des propriétés des ingrédients (huiles essentielles, huiles 100% végétales, beurres…) « 
Phrase que je retire peu à peu de ma communication et voici pourquoi : cette phrase laisse à penser que les huiles sont restées intactes, hors, elles se sont transformées en savon, savon qui lui, ne peut pas avoir les mêmes propriétés que les huiles qui ont servi à sa fabrication. Mais, il y a le surgras (huiles et beurres non transformés en savon) et les pourcentages d’insaponifiables (portions d’huiles non transformables en savon). Toutes ces huiles devenues du savon acquièrent de nouvelles propriétés : douceur, mousse, dureté… C’est le sugras et les pourcentages complexes d’insaponifiables qui conservent les propriétés et les qualités des huiles selon les formules choisies par les savonniers, qualités que n’auront pas les savons industriels.

Voilà, ce sera mon dernier mea culpa de la journée…

Alors oui, j’ai eu dit parfois des conneries, oui certains chroniqueurs TV font parfois quelques raccourcis, oui quelques blogs donnent des definitions un peu bancales des savons à froid, mais franchement, dès lors que la démonstration est bienveillante ou va dans le sens de mon combat, je ne vais pas monter au créneau pour reprendre les discours des défenseurs des savons à froid, défenseurs dont la vocation n’est pas de connaitre le savon à froid sur le bout de leurs doigts mais de donner à d’autres l’envie de se laver avec.

Le savon sexy demain !

Force est de constater que le savon a la grosse cote en ce moment ! Je me souviens de sa piètre réputation il n’y a ne serais-ce que 5 ans en arrière et c’est une des raisons pour laquelle dans certains cas, pour faire connaitre le magnifique procédé de fabrication qu’est la saponification à froid, j’ai parfois un peu forcé le trait et que j’ai mis des atours sexy à nos savons (voir photo). Aujourd’hui, le savon solide, sous toutes ses formes est une star de la salle de bain. Les magazines s’en emparent, d’ailleurs des photos de savons naturels illustrent presque toujours les articles autour de la cosmétique bio. Des marques qui s’en foutaient royalement se mettent à vouloir absolument un savon dans leur gamme et pour d’autre, tenter de révolutionner la forme du savon ou ne jurer que par le savon à froid alors qu’il était voué aux gémonies il n’y a pas si longtemps. C’est vraiment bon signe.
Il en a fait du chemin notre 100 gramme de douceur et c’est tant mieux !

Les cheveux d’Audrey !

shampooing

A la base, Audrey nous a fait part de son retour d’expérience concernant son protocole shampoing avec un savon à froid Gaiia au travers d’un commentaire, nous nous sommes dit que son chouette témoignage méritait carrément un article…


Bonjour, à tous,

J’aimerais vous apporter mon témoignage sur 2 mois d’utilisation exclusive de l’UNIQUE, en particulier sur les cheveux.

Quoi? Se laver les cheveux au savon… Surgras en plus, mais elle est folle!

Que nenni, vous allez voir: Situation initiale, intérieur jour : Je ne colore pas mes cheveux, n’avais pas utilisé de sèche cheveux / lisseur depuis 2 ans, et avais complètement éliminés les silicones depuis 2 semaines.

Jusque là, comme beaucoup, 1 jour sur 2, c’était un shampooing > après-shampooing > soin sans rinçage. Point important, j’avais vécu 18 mois dans un désert extrêmement chaud et humide à la fois, j’étais rentrée en France en plein hiver, mes cheveux l’ont pas très bien pris. Depuis 6 mois ils étaient donc secs et franchement moches. Même en doublant l’application du soin, en tentant un masque à l’Huile de Coco pure… Moches, je vous dit!

argile-3
Il m’a fallu EXACTEMENT 4 shampooings au savon ‘UNIQUE’ à l’Argile, pour retrouver des cheveux lisses, souples et brillants comme il n’avaient plus été depuis longtemps. Très vite, mes shampooings se sont naturellement espacés, et surtout j’ai remarqué que mes cheveux regraissent différemment: Au lieu d’avoir une bonne couche huileuse sur les racines, il semblerait que les premiers cm de cheveux ABSORBENT le sébum… l’effet est très différent.

Le petit défi – sinon c’est pas drôle, a été de trouver la bonne manière de procéder. Eh oui, on ne lave pas ses cheveux au savon comme au shampooing, au risque se rendre compte, une fois secs, qu’ils sont poisseux et mal nettoyés. :(

Après quelques ratés, ma technique désormais (pour cheveux moyennement épais mais nombreux, ondulés, au dessus de l’épaule) c’est de faire mousser le savon dans ma main et de glisser mes doigts sous les longueurs, sur le cuir chevelu en plusieurs « zones ». 2 shampooings comme toujours puis RINCAGE SOIGNEUX à grande eau (c’est à dire en décollant les masses pour bien rincer partout). Ca demande à peine plus de temps qu’avec un shampooing classique une fois qu’on a le coup de main et le résultat en vaut la peine.

Un autre point déroutant qui mérite d’être abordé: Une fois lavés et rincés à l’eau, les cheveux semblent rêches. Ca m’a fait un peu peur.. environ 30 secondes…
Jusqu’à ce que je rince avec 1/2L d’eau enrichie du jus d’1/2 citron (bio!). Au moment où ce mélange touche les cheveux, c’est comme une cascade d’après-shampooing : ils sont instantanément lissés! (T’es impressionnée, Liliane-parce-que-je-le-vaux-bien?)

Simplement incroyable!!

Enfin et pour des raisons évidentes de somnolence des lecteurs, je ne ferai que mentionner l’excellent résultat de l’Unique employé en tant que savon corps, visage, intime et crème à raser. Le seul bémol serait le démaquillage des yeux. C’est du savon. Ça pique… et bien comme il faut!

Bref, un grand merci à vous de m’avoir apporté ce que j’appellerai la SOLUTION IDEALE: Un produit unique, simplement efficace, tout bêtement sain, pour une trousse de toilette super réduite sans sacrifier le bien-être. Tout ça en encourageant une fabrication artisanale, douce et peu polluante… Le rêve atteignable de la sobriété heureuse!

Bien joué! ;)

Commentaire d’origine d’Audrey : http://la-grande-vague.fr/woocommerce/savons-naturels/gaiia-un-savon-naturel-5-en-1/