Article de Aude Henry avec Hugo Chapelon et Stéphane Hyvon / France 3 Rhône-Alpes


Imaginez que le miel de lavande soit interdit, et que le nougat de Montélimar disparaisse. Dans la Drôme, tous les acteurs économiques utilisant de la lavande sont aujourd’hui vent debout. Un projet de réglementation européenne met la lavande en danger car elle pourrait conduire à classer ce produit naturel comme dangereux.

Lavande en danger ! Ce panneau est présent le long des champs de lavande pour dénoncer les effets délétères d'une règlementation européenne sur les produits chimiques.

Et si les champs de lavande disparaissaient du paysage ? Dans la Drôme, l’inquiétude est grande chez les producteurs et tous les acteurs économiques utilisant ce produit naturel. En cause : une réglementation européenne qui pourrait être adoptée début 2022. • © H. Chapelon


Producteurs, distillateurs, transformateurs et surtout consommateurs. Parfumeurs, savonniers et tous ceux qui font de l’aromathérapie ou des infusions. La liste des métiers et filières économiques est longue. Tous sont concernés et menacés par un projet de réglementation européenne. Alors, en cet été 2021, dans les champs de la Drôme, des panneaux d’alerte sont désormais visibles de tous : “Lavande en danger – Cessation d’activité” peut-on lire ici et là.

La lavande, un produit chimique ?

Dans la vallée de la Drôme, dans le Diois, des pancartes affirmant le contraire poussent comme des champignons aux abords des champs. Ici, les touffes violettes font partie du décor. Mais à entendre les producteurs de lavande, Bruxelles et les députés européens pourraient bien les rayer de la carte postale. “C’est toute une région, toutes des filières qui vont être impactées et qui vont disparaitre”, affirme Alain Aubanel. Mais d’où vient la menace qui met la lavande en danger ?

“Ce qui se prépare à Bruxelles, c’est une réglementation qui s’appelle la stratégie de la chimie durable, prévue pour quantifier et qualifier toutes les molécules chimiques”, explique le président du Syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France. Objectif : “un environnement exempt de substances toxiques”, annonce la Commission Européenne. Sauf que “les produits naturels sont considérés comme des assemblages de substances. Du coup, ils ne passeront jamais les tests”, poursuit Alain Aubanel.

Bien sûr, l’Union Européenne ne va pas simplement interdire la lavande. “C’est plus subtil que ça”. La réglementation vise à interdire telle ou telle molécule.

Nous, dans nos lavandes, on a plus de 600 molécules. Donc, à chaque fois qu’une molécule sera dans le collimateur de Bruxelles, automatiquement la plante sera balayée.

Alain Aubanel, Pdt du syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France

Exit la lavande, le thym, le romarin ou encore la sauge. “Toutes les huiles essentielles et produits naturels sont concernés”. Et du coup menacés d’interdiction, dans leur utilisation et consommation. À terme, il n’y aura plus de production de plantes en France ou en Europe, selon Alain Aubanel.

En quoi la lavande peut-elle être toxique ?

Pour répondre à cette question, direction la savonnerie artisanale de Montélier. Franck Peiffer en est l’un des fondateurs. Lorsqu’il a pris connaissance de ce projet de réglementation européenne, il avoue “avoir bondi et pleuré“. Le savonnier à froid rappelle les règles de base de son entreprise artisanale : “zéro produit toxique, zéro produit chimique”. La problématique d’aujourd’hui réside dans la composition de la lavande, et notamment dans l’une de ses centaines de molécules.

Dans la lavande, il y a un allergène potentiel qui s’appelle le linalol. Mais en 13 ans d’existence, dans notre registre des réclamations, nous n’avons jamais eu une seule requête concernant une allergie à partir de nos produits.

Franck Peiffer, co-fondateur de la savonnerie Gaiia

Le savonnier est rempli d’effroi à l’idée que cette réglementation européenne entre en vigueur début 2022, et de ses conséquences pour les petits acteurs de la filière cosmétique. Interdire les produits naturels comme la lavande ouvrirait la porte à l’utilisation des produits et parfums de synthèse. “Oui, on pourrait (en utiliser dans les formules). Cela coûterait moins cher, ce serait beaucoup plus simple, mais ce serait une horreur totale par rapport à notre éthique”, rétorque le dirigeant. “Sous prétexte d’avancer dans le bon sens, avec ce “Pacte vert”, en fait… on marche à reculons.”

“On est un peu à l’envers de l’histoire”

Ce qui irrite particulièrement Alain Aubanel dans cette réglementation, “c’est qu’on ne fait pas de différence entre un produit naturel et un produit chimique, qu’on mélange le risque et le danger. (…) On va faire disparaitre des métiers, des utilisations ancestrales pour laisser le champ libre à des produits de synthèse.” Le producteur de lavande les imagine déjà inonder le marché, en provenance d’Inde ou de Chine. Une aberration compte-tenu des productions locales et des circuits courts déjà en place pour la lavande et autres produits naturels.

Aujourd’hui, le consommateur veut du naturel. Les producteurs font du naturel et depuis quelques années, les entreprises font des efforts énormes pour avoir des produits d’une qualité et d’une traçabilité parfaites. Des produits qui ne soient pas du tout négatifs, ni pour l’environnement, ni pour l’utilisateur. Et ce type de réglementation, cela va tout casser.

Alain Aubanel, Pdt du syndicat des plantes à parfum, aromatiques et médicinales de France

Lavande en danger  : Un pan de l’économie française menacée

La lavande en France c’est une filière énorme. Cela représente 2.500 producteurs, 130 distilleries, et 300 entreprises qui représentent la parfumerie, la cosmétique, l’aromathérapie. “Là, on est sur des milliards d’euros de chiffres d’affaire”. Thierry Bizouard est le patron d’une distillerie du Diois qui produit 36 huiles essentielles, vendues en pharmacie et dans les commerces bio. L’homme reconnait que “les huiles essentielles peuvent être dangereuses si elles sont mal utilisées”. Mais de là, à les interdire…

Depuis l’Antiquité, on utilise les huiles essentielles, et tout le monde en connait les bienfaits. Pourquoi nous enquiquiner avec ça aujourd’hui ? Je crois que tout le monde confond produits naturels et produits chimiques.

Thierry Bizouard, président de la distillerie Nateva

La nouvelle réglementation européenne inquiète toute la filière. Et pas seulement celles des huiles essentielles. L’impact économique s’annonce catastrophique pour bon nombre de professionnels et d’activités liés à la lavandiculture. Prenez le miel par exemple : “pas de lavande, pas de plantes, plus d’apiculture”, répète Alain Aubanel. Et saviez-vous que le miel de lavande entre à 25% dans la composition du nougat de Montélimar ? C’est inscrit dans le cahier des charges de la célèbre confiserie.

Cela va détruire des pans entiers de l’économie, de l’agriculture. Nous, en montagne, si on nous enlève la lavande, mais qu’est-ce qu’on va faire ? S’occuper des touristes ? Mais ils ne viendront plus parce qu’ils sont friands de la lavande. Alors, que faire ?

Thierry Bizouard, distillateur dans le Diois

Le distillateur drômois qui emploie cinquante personnes, ne comprend pas cette “protection à outrance” envisagée par Bruxelles. “On est dans le bio, dans l’équitable, on retourne tous aux sources… Et pourquoi là, on veut nous faire aller dans l’autre sens ?” Dans la Drôme, terre de lavande, la mobilisation bat son plein. “On n’est pas contre, mais ce que l’on demande, c’est une réglementation spécifique et adaptée aux produits naturels”, insiste Alain Aubanel.
Les lavandiculteurs et autres professionnels veulent alerter les politiques et l’opinion publique afin d’empêcher le classement de leur production en produits chimiques. Et ainsi préserver un écosystème emblématique du sud-est de la France.

Lavande en danger : Une pétition en ligne

L’union des professionnels de la filière Plantes à Parfum, Aromatiques et Médicinales (PPAM) a lancé, le 26 juillet 2021, une pétition sur internet “contre la disparition des huiles essentielles et des produits naturels”, à l’adresse de la Commission Européenne.

Objectif : exiger de la Commission Européenne une approche spécifique, adaptée aux produits naturels et aux huiles essentielles. “Car si nous n’intervenons pas dès maintenant, ce sont des produits de consommation de tous les jours (comme le savon à la lavande), des exploitations agricoles et de nombreux savoir-faire authentiques qui pourraient venir à disparaître.”

24h après sa mise en ligne, la pétition a recueilli 834 signatures sur le millier escompté.


Article de Aude Henry avec Hugo Chapelon et Stéphane Hyvon / France 3 Rhône-Alpes

shampoing-silicone

Cet article est en partie une réponse à ma maman avec qui nous avons tenté de décrypter la liste des ingrédients (INCI) de ses nouveaux cosmétiques.

Que sont exactement ces silicones ?

Les silicones sont des substances qu’on trouve partout en cosmétique :
Ex : Crèmes, Sérums, Shampoings, Démêlants, Mousse coiffante, Anti-âge, Anti-cerne…

Ils sont très utilisés puisqu’ils apportent douceur, brillance et fluidité aux cosmétiques. En gros c’est le type d’ingrédients pratiquement mis par défaut par les “formulateurs” tant les bénéfices pour le produit (et les fabricants) sont nombreux.

Les silicones, substances de confort, n’apportent rien à votre peau en terme de bénéfice, se sont des molécules inertes.

Les reconnaître dans la liste des ingrédients…

Dans la plupart des cas, leurs noms se finissent en …cone ou …siloxane.
Ex : dimethicone, cyclomethicone, cyclopentasiloxane

Ils sont présents dans des produits de marque comme : Elsève, Loréal, Le Petit Marseillais, Dessange, Garnier, Dop, Ushuaia etc… En fait, il est pratiquement impossible de trouver un shampoing sans silicone.

Les plus utilisés sont : le Dimethicone et le cyclopentasiloxane.
Le dimethicone, est un des silicones avec un haut poids moléculaire, il est lourd, gaine très bien le cheveu, mais c’est aussi le plus difficile à « ôter », de par son insolubilité dans l’eau, ce qui à terme peut alourdir le cheveu, et peut s’accumuler sur le cuir chevelu… Le cyclopentasiloxane, en revanche, est soluble dans l’eau, est très volatil contrairement au diméthicone, et donc ne s’accumule pas.

Dans les produits cosmétiques, il s’agit souvent d’une combinaison, des 2… En formulation, on joue sur les proportions, pour obtenir des touchers différents, des propriétés différentes etc…

(Source : www.lecosmetologue.com)

Les silicones sont-ils dangereux ?

La réponse à cette question n’est pas simple, certains diront que non, que ce n’est pas prouvé scientifiquement. Mais c’est aussi ce que l’on disait à propos de pas mal de substances avant quelles ne soient interdites dans les formules ou simplement devenues suspectes.

Les silicones et votre peau, vos cheveux…

C’est un fait, les silicones donnent l’impression que votre peau est plus douce (artifice en plastique), que vos cheveux sont plus soyeux et qu’ils se coiffent et se démêlent plus facilement, qu’ils sont brilliants et super souples. Mais il faut aussi savoir que la présence de silicones compense les effets desséchants des tensioactifs (substance pétrochimique lavante) présents dans les shampoings, gels douches et savons liquides.

Oui mais… Il y a une contre-partie à toute cette batterie d’avantages supposés :

Un effet occlusif et étouffant !

L’accumulation successive des silicones a tendance à étouffer la peau et le cuir chevelu, d’autant que certains silicones sont très résistants au lavage. Cela peut se traduire par des cheveux qui deviennent raplapla et qui graissent plus vite, d’où des lavages plus fréquents voir quotidiens et c’est le début de la spirale infernale : l’utilisation quotidienne d’un produit pour combattre les effets négatifs causés par ce même produit.

Les silicones et l’environnement…

C’est clairement une catastrophe écologique supplémentaire. Les silicones sont des molécules chimiquement inertes mais leur stabilité les rendent pratiquement indestructibles. Ces substances, comme tant d’autres finissent dans les nappes phréatiques, les rivières et sont assimilés par la faune et la flore et par nous même au final.

Conclusion :

Pour nous, une des préoccupations de la Nouvelle Cosmétique et de la Slow Cosmétique est d’aller au-delà du questionnement sur la composition du produit lui-même, mais d’avoir une vision plus large, plus globale sur l’impact des produits que nous réalisons. Il faut absolument que les gros acteurs de la cosmétique se decident un jour à appréhender les effets et causalités de leurs créations plutôt qu’une rentabilité immédiate.

Alors oui, personne aujourd’hui ne peut dire avec certitude si les silicones, plastiques et autres parafines utilisés dans la plupart des cosmétiques sont dangereux faute de preuves. Mais franchement, le bon sens devrait nous suffire pour nous demander si l’accumulation quotidienne et les mélanges de toutes ces substances entre elles ne peuvent être ni anodins ni dénués de risque non ?

Vous vous en doutez…

Les produits Gaiia ne contiennent évidemment pas de silicone ou tout autres cochonneries pétrochimique et sont 100% biodégradables !
Avec nous votre tête ne risque pas de ressembler à la silicone ou la plastique vallée…

 

(*Zohan : héros du film “Rien que pour vos cheveux” – Phrase culte : Je veux rendre les gens soyeux comme la soie ! avec : Adam Sandler et John Turturro)

(Source et extraits : L’excellent blog : lecosmetologue.com)

Rhhaaaa ! Je meurs d’envie de parler de certains scandales alimentaires aujourd’hui, mais je préfère en remettre une couche sur d’autres scandales et pratiques en cosmétique.

L’histoire des cosmétiques avec Annie Leonard.

En juin 2010 nous avons découvert cette vidéo très didactique d’Annie Leonard et de son collectif : storyofstuff.org qui à réalisé déjà pas mal de vidéos comme le désormais célèbre l’histoire des objets (The story of stuff) qui revendique déjà plus de 15 000 000 vues ! Du coup en juillet 2010, Philippe la traduite en français et j’ai posé ma voix dessus.

Attention c’est édifiant, clair et bien documenté. Je vous recommande donc chaudement la lecture de cette animation.

Et en français plus de 50 000 vues monsieur !

La vidéo en version originale a été visionnée plus de 3 500 000 de fois sur divers sites depuis sa création. La version française, “Traduction & Voix Off By Gaiia” plus de 50 000 vues en total.
D’autres l’ont traduit en italien, japonais, espagnol, hébreux etc… vous imaginer le nombre total de vues dans le monde ?

De plus en plus de gens savent et le font savoir…

Oui, de plus en plus de personne font bouger les choses et proposent des alternative aux travers d’entreprises, de mouvements, de philosophies ou d’associations comme :

La “Nouvelle Cosmétique”.
Des entreprises qui repartent de zéro pour créer des cosmétiques naturels sans plastique, sans pétrole, de façon raisonnée et raisonnable.

– La Cosmétique “Home-made”.
Une énorme communauté trés active, qui réalise et partage expériences, recettes et cosmétiques.
Il suffit de taper “cosmeto home made” sur votre moteur de recherche pour voir l’étendue du mouvement.

La “Slow Cosmétique”.
Une association de consommateurs qui prône une cosmétique plus sensée et dont voici un des slogans :

Libérez-vous du Brainwashing Cosmétique & Consommez la beauté AUTREMENT​ !

Et  j’en oublie certainement beaucoup… Mais après avoir vu cette vidéo, vous ne pourrez plus dire : “Je ne savais pas !” (elle fait un peu peur cette dernière phrase j’ai l’impression)

(Sources : http://storyofstuff.org/cosmetics/)

– Un gel pour la douche.
– Un shampoing pour les cheveux.
– Un anti-pelliculaire.
– Un bain moussant.
– Une crème de douche.
– Un gel lavant pour les mains dans une entreprise ou un atelier .
– Un liquide vaisselle.
– De la lessive liquide pour le linge.
– Un produit pour laver le sol / sa voiture /  ou son bébé.
– Un dentifrice.
– De la mousse à raser.

AUCUNE !

La composition de base de tous ces produits est rigoureusement la même :
De l’eau (Aqua) suivi immédiatement par un tensio-actif de synthèse (Sodium Laureth Sulfate) ou pire, son petit frère (Sodium Lauryl Sulfate) encore plus irritant !

Pourquoi s’en priver, explique cyniquement des fabricants comme “Unilever” à leurs cadres. Confirmé pendant une discussion amicale avec un cadre de ce géant mondial du produit lavant pétro-chimique, je le cite (Mais Procter & Gamble, Loréal ou d’autres gros auraient pu dire la même chose) :

“On sait bien que c’est de la merde, mais ça coute pas cher à produire et notre marché est énorme, le naturel et le bio c’est une petite niche pour activistes barbus dont on se fout complètement !”

Ma sensibilité de presque-barbu éco-concerné en a pris un coup !

Cette substance (Sodium Lauryl/Laureth Sulfate) forme une abondante mousse, donnant l’impression d’être lavé en douceur. Mais en vérité, elle assèche et irrite, du coup par exemple, votre cuir chevelu graisse et sur-graisse beaucoup plus vite vous obligeant à vous laver les cheveux tous les jours et bien sur, à acheter des quantités de produits connexes pour pallier le problème.
Il faut aussi savoir que toutes ces substances ne sont pas complétement dégradables et polluent tous les jours nos nappes phréatiques. D’aucun s’accordent aussi pour dire que les Sodium Lauryl/Laureth Sulfate seraient nocifs pour l’organisme.

ALORS ?

On pourrait donc se laver sous la douche avec du “Paic Citron” ? sans doute, (même de l’écrire ça me fiche la chair de poule). La grande force de cette industrie lourde depuis plus de quarante ans est d’avoir extrêmement segmenté tous les produits lavant en nous faisant peur,  et en nous culpabilisant si nous ne nous servons pas du produit adéquat ! Un peu comme avec les médicaments d’ailleurs…

ET ON FAIT QUOI MAINTENANT ?

Vous vous en doutez, c’est maintenant que je vais vous parler du savon à froid et des savons Gaiia ! Idéals pour le corps, le visage et les cheveux de toute la famille nos savons lavent en douceur, sans assécher votre peau (c’était la minute de pub obligatoire).

Ils nous faut êtres vigilants, apprendre à lire les étiquettes, se méfier de certaines publicités trop vertes (Ushaiia et consorts…). Des alternatives douces existent pour les shampoings, les lessives, les dentifrices et pratiquement tous les produits lavants, il suffit de creuser un peu sur internet pour trouver son bonheur. Ceux et celles qui en connaissent peuvent les laisser dans les commentaires, non ?

(Crédit photo : www.lesenviesdegeorgette.fr)

Ou l’illustration par l’exemple de la différence entre un savon à froid Gaiia et un vulgaire gel douche comme (au hasard, si si…) Axe Anarchy !

Encore un billet sponsorisé par Gaiia avec de gros morceaux de parti pris dedans.

D’un coté, le Chabeuil* burger :
– Salade de notre jardin.
– Tomate Bio.
– Viande hachée par le boucher du coin, dans laquelle nous avons rajouté des câpres et de l’oignon blanc de notre jardin.
– Fromage “Abondance“.
– Petite sauce maison : huile d’olive / basilic / ail.
Et à la place des frites, des courgettes crues en rondelles, des tomates et des câpres…
Et à la place du cola, un verre de Chardonnay blanc…

De l’autre coté, le Chabeurk* cheese burger :
Je n’ai pas la force d’écrire la liste des ingrédients et puis je crois que l’image parle d’elle même… Mais une grande liste de E-machin, E-truc et E-c’est-pas-un-peu-beaucoup-ça.

En tout cas, en goutant les deux à la suite, plusieurs types de capteurs on été actionnés. Le Chabeuil burger par exemple, active les capteurs du plaisir et du bon gout. Tandis que le Chabeurk chesse burger active aussi des capteurs de plaisir, mais ceux du sucre et de la graisse et ceux là sont profondément addictifs et sournois (et je sais de quoi je parle :-)).

L’un est juste beau et bon,  l’autre est commun, sans carractère, dangereux et fait beaucoup de publicité pour vanter des mérites qu’il n’a pas. Devinez lequel des deux fait un véritable carton dans le monde ?

La comparaison entre un savon naturel à froid comme les savons Gaiia et un gel douche comme Axe Anarchy est frappante et évidente, d’un coté des ingrédients de qualité, une recherche de saveurs, des synergies d’ingrédients, des produits frais et sourcés au plus prés du lieu de production.

De l’autre, si je calcule bien les trucs écrits en petit sur l’emballage, plus des 3 quarts du produit sont de la graisse (lipides), du sel et du sucre (glucides), le sucre étant l’ingrédient le plus important.

L’un des deux est à peine plus cher, le prix de la qualité et l’autre, en plus d’être nocif pour la santé, produit une masse de déchets (emballages) considérable. Pour être tout à fait honnête, il m’arrive encore de craquer parfois (de moins en moins) pour des Mc Do et autre Quick, mais jamais pour du Axe Anarchy…

Le prochain article d’été sera consacré à un groupe de Rock à pérruque : les “HE4”, Groupe formé par un industriel de l’hygiène pour vanter leur nouveau shampoing anti-pelliculaire, attention, la vidéo est aussi comment dire… Rigolote, que certains “lip dub” de partis politiques.

(*Chabeuil: Lieu de vie des savons Gaiia / *Chabeurk: Charal burger au micro onde.)

Un petit 10eme degré en cette période estival c’est rafraichissant non ?

En tout cas, pourquoi le message de cette vidéo Gaiia serait plus édifiant ou faux que la communication des gels douches Axe ?

Quelle est la promesse des gels douche Axe ? Décryptage ! Comme disent les journalistes à mèche dans les émissions d’investigation.

Voici ce que dit Unilever (le fabricant de Axe) sur son site :

“Axe

En chaque homme se cache un véritable séducteur. L’irrésistible magnétisme qu’exerce l’utilisateur Axe sur les femmes qui l’entourent est célèbre dans le monde entier grâce aux spots publicitaires très remarqués. L’Effet Axe est déjà tout aussi célèbre…

L’Effet Axe

L’Effet Axe est le nom reconnu au plan international pour l’attention accrue que les hommes qui portent Axe reçoivent de la part de poursuivantes avides et séduisantes. Et ceci ne dépend pas de l’endroit où l’on habite ! La combinaison du parfum Axe et de l’odeur corporelle naturelle libère un parfum de séduction extrême qui pousse les femmes à se sentir attirées par sa masculinité. Voilà l’Effet Axe”

Non d’un chien, rien que ça ! La promesse est claire, un homme qui se lave avec un gel douche industriel bourré d’ingrédients pétrochimiques et de parfums synthétiques (une sorte de Paic Citron pour le corps quoi…) à toutes les chances d’attirer vers lui des nuées de jeunes filles plus belles les unes que les autres…

Il y a des fables moins difficiles à avaler non ? Et bien il faut croire que non, vu que le message fonctionne depuis des décennies et que c’est un des produits les plus vendu au monde. Ce qui pose cette question : Mais que fait la BRCP, brigade de répression de la connerie publicitaire ?

Sérieusement, si un parfum pourri (ou pas) était capable d’attirer les filles, vous ne croyez pas qu’entre garçons nous nous serions refilé la combine depuis des siècles en nous l’étalant sur nos poitrine prè-pubère dés nos 13 / 14 ans ?

Que si moche et maigre, un gel douche pouvais nous rendre aussi attrayant qu’un premier jour de solde chez “Harrods” ou au “Bon Marché”, il y aurait eu deux ou trois thèses écrites sur le sujet ou que l’information se transmettrait de façon séculaire, de père en fils dans une sorte de rite initiatique ? “Hé fils! Badigeonne toi de ce nectar et choisit une femme parmi ces centaines !”

Whaouuu ça file la chaire de poule, finalement Unilever mériterait le prix Nobel du dépucelage pour service rendu à nous autres, les ados, les timides et les moches avec cette découverte!

Et que dire du drôle d’amalgame fait dans leur dernière pub entre le chaos, l’anarchie et armagedon ? T’es moche, tu te laves avec Axe, tu attires des centaines de filles et ça te pète à la gueule… Finalement, il y a une morale dans cette fable.


“Bis repetita” pour un leitmotiv qui nous tient à coeur : halte au gel douche !

Mais pourquoi tant de haine me direz-vous contre cet objet qui fait partie de notre patrimoine culturel et hygiénique ?
Réponse : Tout simplement parce que c’est le mal incarné et que les fabricants prennent leurs clients pour des idiots ! (ça c’est pour rajouter un petit coté dramatique…) Enfin je parle surtout des gels douches que l’on trouve en grande distribution, vous savez ces trucs ou toutes les semaines ils nous sortent un nouveau produit un jour à la cerise et à la mangue, le lendemain aux extraits d’un truc qui pousse à l’autre bout du monde. Soyons clair, les magnifiques matières première mises en avant dans leur pub ne représente en générale même pas 1% du produit fini !

Et les 99% restant, c’est quoi ? Dressons une petite liste simple à vérifier la prochaine fois que vous serez au supermarché. pour la démonstration j’ai pris au hazard dans la gamme Ushuaia un truc qui fait rêver  :
Douche Crème Nourrissante Au Lait De Figue d’Anatolie.

Bon déjà respect, c’est pas un vulgaire gel douche mais une crème de douche qui à pour vocation de nourrir ma peau avec du lait de figue qui viendrait de Turquie… Chapeau bas.

Ingrédient principal : De l’eau ! Bon, rien de plus sain que de l’eau non ?
Deuxième ingrédient : Sodium Laureth Sulfate (SLES) DANGER !
Suivi de PPG-5-Ceteth-20 et autres Propylene Glycol Dicaprylate/Dicaprate, Polyquaternium-7.  Que des trucs qui m’évoqueraient plutôt une boite de petit chimiste que le Bosphore…

Bon maintenant ça suffit, elle est ou cette figue pleine de lait ?
Après la lecture d’une liste de 20 ingrédients aussi naturels que l’était la poitrine de la défunte Lolo ferrari j’ai trouvé à la 17ème position notre fameuse figue : Ficus Carica (Fig) Extrait de fruits de Figuier. Et là, impossible d’en savoir plus sur la provenance réelle de cette figue et de son lait. La seul certitude est la proportion infinitésimale de cet ingrédient dans la composition de cette bombe dermatologique à retardement, alors que c’est cette même (malheureuse) figue laitière qui est mise en avant.

Et là je ne vous parle que de vilains ingredients issus de l’industrie pétrochimique, mais nous pourrions parler du prix exorbitant (et des marges folles) quant on ramène le prix au kilo sans l’eau qui représente 60 à 70 % du produit (chiffre fourni par Jean-Florent, un employé de L’Oréal sur un commentaire de notre blog). L’impact écologique désastreux de millions de petites bouteilles en plastique jeté à la poubelle pour 250ml de produit utilisé. Et du lavage de cerveau généralisé de l’industrie de l’hygiéne et de la beauté qui depuis des décennies polluent nos corps et la planète.

Ce n’est pas la premiére fois que je suis en colère contre les gels douche sur ce blog et ajoute que pour ceux qui ne peuvent se passer de gels douches, de toujours préférer dans le doute un gel douche “Bio” acheté dans un magasin spécialisé.

D’autres articles (je sais, je ne suis pas très objectif sur le sujet…) :

https://www.gaiia-shop.com/wp-content/savons-naturels/sans-ceci-avec-0-de-cela/
https://www.gaiia-shop.com/wp-content/savons-naturels/savon-naturel-ou-bio/
https://www.gaiia-shop.com/wp-content/savons-naturels/savon-naturel-vs-gel-douche/

Cet article est l’oeuvre de Raphael, Savonnier à Froid, artiste, bobo assumé et passionné de moto. Son blog : www.ruedusavon.fr/blog/

J’ai été agréablement surpris par la campagne de publicité pour une grande marque d’aide à la perte de poids, campagne qui tombe a point nommé en ce début d’année, en effet qui n’a pas un peu trop mangé pendant les fêtes ?

Ce qui me donne l’occasion d’écrire sur ce sujet de société : la bouffe la nutrition, sans être un spécialiste de l’effet yoyo, il y a quand même quelque chose qui ne va pas dans le discours des nutritionnistes depuis quelques années quand on lit les fameux “régimes miracles” qui se répandent dans la presse quelques mois avant l’été. (Petite précision : cet article n’est pas sponsorisé par WW). Tout d’abord pour commencer un petit tour d’horizon des régimes les plus farfelus et pour cela il faut regarder de l’autre coté de l’Atlantique, aux Etats-Unis[1] qui, comme chacun sait, sont en pointe dans le domaine alimentaire.

Le régime fourchette : Il s’agit de ne servir que d’une fourchette pour manger lors du diner du soir, oui uniquement le soir car c’est au cours de ce repas que les mauvaises graisses sont le plus susceptibles d’être stocké par l’organisme. Comment ça marche, et bien c’est très simple, le but de ce régime est de réequilibré les différents repas de la journée, en diminuant les quantités le soir et donc de manger plus au petit déjeuner (le roi des repas). Un régime pas si bête donc même si au départ il a été crée pour éradiquer du diner les hambugers, les chips autres cacahuètes.

Le régime paléolithique : ou le régime des hommes des cavernes à base de viande (cuite ou cru c’est selon) et des légumes verts, le but étant de proscrire les céréales (et accessoirement les sucres lents qui vont avec…). Même si au départ c’est pour proner un retour vers plus de naturel dans l’alimentation, au final c’est raté. Et puis il faut tout de même rappeler que l’espérance de vie en ces temps reculés n’était que de 25 ans, un régime donc à prendre avec des pincettes ou des fourchettes c’est vous qui voyez :-)

Selon moi, il n’existe pas de régime miracle, il n’y a que des régimes qui vous conviendrons mieux que d’autres, que vous soyez Dukan ou Cohen c’est votre choix, d’ailleurs les véritables régimes sont ceux qui modifient de manière pérenne notre façon d’appréhender l’alimention, je vais vous donner une règle toute simple qui tient en une ligne et qui vous évitera bien des tracas : “Plus un produit alimentaire est manufacturé, moins il sera bon pour votre santé”.

En bref une banane vous fera moins de mal qu’une pizza industrielle, pas besoin d’avoir fait dix ans d’études de diététique pour comprendre cela. Les plats préparés de manière industrielles vont forcément contenir plus de conservateur, de colorant, d’acide gras insaturé qu’un produit naturel. Gardez en tête cette règle simple et vous verrez que tout ira pour le mieux.

Alors c’est bien beau tout cela, mais quel rapport avec le savon ? … attention pirouette… et bien les savons SAF, ils ne sont pas malaxés, extrudés, chauffés, ils ne nécessitent pas des dizaines d’étapes de fabrications, des conservateurs, des produits chimiques, bref ils sont naturels et selon la même règle ils sont bon pour vous !

[1] Le congrès américain vient de décider que la pizza est désormais considérée comme un légume, à cause sa portion de sauce tomate, quand je vous dis que les Etats-Unis sont à la pointe ! http://www.metrofrance.com/info/la-pizza-consideree-comme-un-legume-aux-etats-unis/mkkr!GVIOpwBkiQrs/

Un petit coup de gueule juste avant les fêtes de Noel, période ou les coffrets cadeaux sont ultra-visibles. J’ai encore été étonné cette année par la taille de la pyramide de coffrets cadeaux à thème dés l’entrée du magasin Cultura par exemple !

Mais là ou les coffrets didactiques pour apprendre à cuisiner des mini-cassolettes ou des verrines sont sans danger, les coffrets cadeaux de parfums de grandes marques ou l’on trouve en général associé au parfum soit un gel douche, soit un déodorant, une crème ou autre, sont d’une part une véritable escroquerie au niveau du prix, mais plus grave, un vrai danger sanitaire lorsqu’on se penche sur la composition des produits.

J’en prend deux au hazard, deux coffrets cadeaux de l’année dernière. A ce propos, soyez gentils de ne plus m’offrir de gels douches cette année je n’utilise que du savon à froid Gaiia, ou d’autres savonniers responsables, d’avance merci !

Le premier coffret donc / Aqua di Gio composé comme suit :
– Le parfum (que j’ai porté pendant des années).
– Un déodorant spray.
– Un déodorant stick .
Deux “déo” plus du parfum par dessus, si avec ça je sens pas le propre !

Le deuxième / Gucci By Gucci :
– Le parfum.
– Un gel douche.
– Une crème pour homme.

Je ne sais pas exactement quelle est la composition des parfums, mais en ce qui concerne les articles vendus avec, c’est une catastrophe, bienvenue au royaume du plus sournois de la pétro-chimie le tout emballé de luxe et de glamour !

Je vous cite quelques ingrédients dangereux piochés un peu au hazard :
Sodium Laureth Sulfate (présent dans la plupart des gels douche et shampoings industriels) : Le Sodium Laureth Sulfate est absorbée par la peau. Une fois qu’il a été absorbé, l’un des principaux effets du SLS est de mimer l’activité de l’hormone œstrogène. Ceci a de nombreuses implications pour la santé et peuvent être responsables d’une variété de problèmes de santé du syndrome prémenstruel et symptômes de la ménopause à l’abandon la fertilité masculine et l’augmentation de cancers féminins, comme le cancer du sein, où les niveaux d’œstrogènes sont connus pour être impliqués.

Triclosan : Un agent antifongique et antibactérien qui peux agir comme perturbateur endocrinien et favoriser les allergies. On trouve du Triclosan dans nos rivières, les cours d’eau et les boues d’épuration. Il a un effet toxique sur les algues, le phytoplancton et d’autres formes de vies aquatiques. Son absorption par ces organismes signifie qu’il peut se diffuser dans la chaîne alimentaire.

PPG-1, PPG-9, PEG-120 : PolyEthylene Glycol et PolyPropylene Glycol, les PEG et PPG sont fabriqués à partir de substances cancérigènes qui peuvent aussi être utilisées pour produire des gaz de combat.

Tetrasodium EDTA : Agent chélateur. Mais l’EDTA et son ersatz (Editronic Acid) se fixent dans l’organisme et sont difficilement biodégradables.

Methylparaben et Propylparaben (PARABEN DANGER !)

Et la liste est longue comme les bras du Nil ! Pour en savoir plus n’hésitez pas à consulter cette page des substances à risques sur le site : www.laveritesurlescosmetiques.com

Surprise aussi avec des savonnettes d’un parfumeur de Grasse, Fragonard, encore un coffret cadeau. Le premier ingrédient de leurs savons est de la graisse animal :
Sodium Tallowate ! Il n’y a aucun danger, cette graisse animal est là juste parce que c’est le corps gras le moins cher à saponifier. Résultat : quatre savonnettes de 0,50g pour 10 euro, beaucoup plus cher qu’un savon naturel aux huiles végétales précieuses acheté chez n’importe quel savonnier à froid et qui possède au moins de vrai vertus.

Petite parenthése pour clore cet article en douceur et dire à quel point je n’en peux plus des verrines, je veux manger solide bon sang ! A chaque invitation l’année dernière j’ai eu l’impression de ne manger que dans des verres à moutarde recyclés, comme si nos amis avait décidés le boycott généralisé des assiettes devenu trop ringardes, certain poussant même le vice jusqu’à me narguer en me proposant la dégustation de trucs de leurs inventions présentés sur des plaques d’ardoise noire. J’ai touché le fond un soir d’été ou entre l’entrée et le plat principal un convive inconnu nous à proposé une animation histoire de ponctuer le repas d’une touche de convivialité supplémentaire. ben quoi ? Parler politique, religion et philosophie de vie à table n’est plus convivial ?…

Le syndrome de l’émission “Un diner presque parfait”, pouah ! Je crois en avoir terminer avec mes ronchonneries avant l’année prochaine.

Rien à voir avec les savons. Des tentatives d’arnaques aux faux chèques de banque semblent pulluler sur le net en ce moment. Celle qui nous est arrivée est plutôt bien montée et joue comme d’habitude sur le registre de la compassion / comprehension pour vous soutirer de l’argent bien évidement.

En voici les étapes :

1 – Le premier contact.
Vous louez / vendez un bien sur des sites type leboncoin / Ebay / Vivastreet. Les arnaqueurs vous y repèrent et ils vous envoient un email.
(Dans notre cas, ils désiraient louer notre chambre d’hôtes pour deux mois).

Quelques indices :
– Le mail est issue d’une messagerie difficile à tracer par IP (gmail dans notre cas).
– Le mail est traduit en Français et concerne quelqu’un vivant à l’étranger (Notre contact se disait être Sud-Africaine vivant a Pretoria et travaillant dans la cosmétique).
Mais bon, ce n’est pas la première fois que nous sommes en contact ou en affaires avec des personnes vivants à l’étranger et ayant une adresse type gmail. Donc pas de méfiance, au contraire, nous étions super content de rencontrer une Sud-Africaine et d’échanger avec elle (Une soit disant Lisa Fletcher).

2 –  Les présentations.
Ce voyage devait être un voyage d’affaire, travaillant dans le domaine de la cosmétique naturelle pour le compte d’une entreprise Sud-Africaine, elle devait passer deux mois dans la Drome au seing d’un labo de cosmétiques Bio.
La drome étant une référence en matière d’entreprises et laboratoires de cosmétique Bio, non seulement nous ne nous sommes pas méfiés mais au contraire, ça nous paraissaient éminemment crédible.

3 – La première transaction.
Après avoir validé par échanges d’emails les modalités du séjour et son montant, précisé l’heure, le jour d’arrivée et les moyens de transports de l’aéroport jusqu’à chez nous.
La soit disante Lisa nous assure que son employeur vas nous envoyer un chéque de banque correspondant à un mois de loyer d’avance en guise de caution.
Allon y comme ça…

4 – Les premiers doutes.
Entre deux et a notre demande Lisa (faut bien lui donner un nom, même si derriere se cachent un Henri et un Johnny) nous donne le nom de son employeur ainsi que sa propre photo, et là, premiers doutes, cette entreprise est Canadienne et non pas Sud-Africaine. Mais bon, le monde étant un petit village global…

5 – La deuxième transaction.
Et puis nous recevons bien un chèque de banque quelques jours plus tard suivi d’un email embêté nous indiquant que son employeur s’est trompé dans la somme (1 zero de plus quand même) et comme elle nous fait confiance (ben voyons !) nous pouvons l’encaisser et lui renvoyer la différence caution déduite par Western Union.

Recapitulons :
1 chéque de banque de la deutsch bank de Frankfurt écrit en Allemand et avec un zéro en trop, envoyé d’Angleterre  par une société Sud-Africaine dont le siège social est à Toronto au Canada et vérification faite grace à la dernière fonction de Google (Images Similaires) je retrouve la photo de Lisa Fletcher sur des sites de rencontres Russes et Hébreux !
Fin du bal…

Comment ça marche ?
C’est simple, si la victime n’effectue pas un minimum de recherches comme nous l’avons fait, elle encaisse le chèque histoire de vérifier si il est bon. Et la c’est le drame, les banques vous créditent la somme immédiatement sur votre compte, vous vous sentez rassuré et vous envoyez la somme d’argent demandée par les arnaqueurs via Western Union. Mais voilà, vérification faite (en général une bonne semaine plus tard) la banque vous informe que ce chèque est un faux et là patatra, vous êtes marrons !

Voilà, preuve qu’avoir confiance dans le genre humain n’exclu pas une certaine vigilance.
Et si un jour vous rencontrez une Lisa Fletcher, ne soyez pas trop dur, c’est peut-être la vrai !

Plus d’infos par ici…